Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Une jeune pratiquante : Tout s’est amélioré lorsque j’ai pratiqué avec diligence

Samedi 24 avril 2021 |   Écrit par Xin Qing, une pratiquante de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) Mes deux parents et beaucoup de mes proches sont des pratiquants de Falun Dafa, mais j’ai pris du retard. Bien que j’aie obtenu le Fa avant 1999, je n’ai pas vraiment cultivé. Je suis devenu profondément pollué par la société ordinaire et j’ai aussi fait certaines choses dont je ne suis pas fière. Je me sens comme si je commençais à cultiver cette année.

Quand ma mère me l’a rappelé, j’ai commencé à lire les conférences de Maître Li Hongzhi (le fondateur du Falun Dafa). Pendant que je lis les enseignements, je bâille constamment et les larmes coulent de mes yeux. Je savais que le Maître purifierait mon corps. Après avoir compris certains principes, j’ai aimé étudier le Fa. J’ai commencé à lire une leçon du Zhuan Falun par jour. Cependant, j’avais encore l’attachement au confort et je n’ai pas pu persévérer dans la pratique des exercices. Ma mère et mon père faisaient les exercices tous les matins. Mon père a dit que s’il ne les faisait pas, il était difficile pour lui de passer la journée. Ma mère a dit : « Si tu es consciente des bienfaits de la pratique des exercices, tu ne pourras plus t’arrêter. » Ma tante m’a dit : « Nous sommes très chanceux d’être des pratiquants. Tant que nous voulons faire une percée dans la cultivation, le Maître nous aidera. »

En général, je pensais qu’il était trop difficile de se réveiller et de pratiquer les exercices. Juste de penser à quelle heure je devais me lever, me faisait me sentir fatiguée. Mon père m’a dit de me lever dès que l’alarme sonnait et de ne pas y penser. J’ai persévéré pendant quelques jours et j’ai réalisé que ce n’était pas aussi difficile que je le pensais.

Travailler plus efficacement

Lorsque je me souviens de quand j’étais à l’école primaire, les meilleures notes que j’ai obtenues étaient quand j’avais pratiqué les exercices avec mes parents. Quand j’étais à l’école secondaire, les meilleures notes que j’ai obtenues étaient quand j’avais pratiqué les exercices pendant une semaine avant que l’école recommence.

Je suis maintenant enseignante. J’ai généralement besoin de plus de deux heures pour rédiger un plan de leçon et parfois le résultat n’est pas idéal. Une fois que j’ai persévéré dans la pratique des exercices, il me fallait moins d’une heure pour rédiger des plans de leçon. Tout en enseignant, je suis capable d’improviser, d’enseigner plus de contenu, d’être plus claire d’esprit et de faire des énoncés plus clairs. En outre, je ne suis plus fatiguée après avoir été debout pendant de longues périodes.

En tant qu’enseignante principale, je dois guider et éduquer les enfants. J’étais à court de mots dans le passé et je ne savais pas quoi dire, mais depuis que j’ai commencé à pratiquer les exercices tous les jours, je suis capable de corriger les problèmes des élèves et de gérer mes cours plus efficacement.

Plus ouverte d’esprit

J’étais jalouse des collègues qui étaient plus séduisantes ou qui semblaient plus compétentes et qui s’exprimaient plus aisément que moi. Cependant, après avoir persévéré dans la pratique des exercices, ces attachements ont progressivement disparu. Au lieu de cela, j’admirais ceux qui faisaient mieux que moi. Mon point de vue s’est élargi.

Parfois, des concours ont lieu dans les écoles et j’ai tendance à avoir un fort esprit de compétition. Même si je ne le montre pas en surface, au fond, je veux toujours être en premier et que les autres aient du respect pour moi. Il y a eu un concours scolaire récemment, j’ai fait beaucoup de préparatifs et j’ai connu le sujet à l’avance. Une autre collègue était en compétition avec moi et j’ai été perturbée de savoir si oui ou non je devais lui dire que je connaissais le sujet. Après avoir parlé avec un pratiquant, ce pratiquant a dit : « C’est équitable que tu dises à ta collègue ce que tu sais, ce n’est qu’à ce moment-là qu’il s’agira d’une concurrence loyale. » J’étais d’accord et j’ai réalisé que je voulais renoncer à l’esprit de compétition. J’ai décidé de mettre de côté mon cœur égoïste et j’ai préparé plusieurs de mes collègues pour le concours.

Ce faisant, je me suis sentie très légère et insouciante au cours de cette compétition. J’ai peut-être éliminé certains attachements – je ne m’inquiétais pas des résultats du concours. Je me suis souvenue de ce que le Maître a dit :

« L’attachement laissé de côté le bateau léger sera rapide »

(« Le cœur naturellement clair », Points essentiels pour avancer avec diligence II)

Un meilleur teint et un meilleur état mental

Mes collègues ont remarqué que j’avais un meilleur teint et que j’avais l’air plus détendue. C’est parce que j’ai pratiqué les exercices pendant les vacances d’hiver et que je pouvais mieux communiquer avec les gens. D’habitude, j’ai l’air éteinte et déprimée. Les jours où je pratique le cinquième exercice pendant une heure, je travaille plus efficacement et je me sens heureuse.

J’ai souvent lu des articles de partage d’expériences sur Minghui où les pratiquants ont dit que Dafa a déverrouillé leur sagesse quand ils ont bien fait les trois choses. J’ai maintenant aussi eu des expériences similaires : rien n’est impossible avec Dafa et c’est magnifique !

Merci Maître de ne pas m’avoir abandonnée. Merci à mes parents et à mes proches de m’avoir encouragée et aidée. J’espère que d’autres jeunes pratiquants comme moi puissent trouver leur chemin de retour à Dafa et être diligents en suivant le processus de la rectification de Fa du Maître. Tant que vous cultivez vraiment, votre esprit et votre cœur en bénéficieront et vous ferez aussi l’expérience de la beauté de la cultivation.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais