Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Après avoir été gravement persécuté pour sa croyance, un homme du Liaoning est arrêté le jour de son anniversaire

Lundi 10 mai 2021 |   Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Liaoning, Chine

(Minghui.org) Le 12 avril 2021, dans un restaurant, M. Liu Qingyu fêtait son anniversaire avec sa femme, Mme Zhang Chang, lorsque sept policiers ont fait irruption et ont fait monter le couple de force dans une voiture de police.

La police s'est emparée des clés du couple et s'est introduite dans leur maison dans la ville de Dashiqiao, province du Liaoning. Ils ont confisqué des effets personnels, notamment une imprimante, un ordinateur et des cartes de débit.

Actuellement, M. Liu est détenu au centre de détention de la ville de Dashiqiao et sa femme est détenue au centre de détention de la ville de Yingkou. La police a révélé qu'avant de l’arrêter, elle avait surveillé le téléphone portable de M. Liu pendant plus d'un an.

Selon la famille de M. Liu, qui a récupéré sa voiture et les vêtements qu'il portait lors de son arrestation, il y avait du sang sur les vêtements de M. Liu. On ne sait pas s'il a été battu ou torturé.

Le 22 avril, la famille de M. Liu et son avocat sont allés le voir, mais ils ont été refoulés. Le centre de détention a affirmé que le poste de police de Nanlou leur avait demandé d'interdire les rencontres avec son avocat. Lorsque la famille et l'avocat se sont rendus au poste de police, le chef Meng Fanguang les a dirigés vers l'agent Zhao Jinping du Bureau de la sécurité intérieure de Dashiqiao, qui était chargé de l'affaire. Lorsqu'ils ont trouvé Zhao Jinping, il leur a dit de parler à Zhao Qinghai à la section des affaires juridiques. Mais Zhao Qinghai les a renvoyés vers Zhao Jinping.

L'avocat de M. Liu a alors déposé une plainte contre la police du Bureau de la sécurité intérieure pour l'avoir privé du droit de rencontrer son client. Deux procureurs, l'un portant le nom de Wang et l'autre celui de Ye, ont appelé Zhao Jinping pour qu'il s'occupe de cette affaire. Les procureurs ont dit qu'ils n'avaient aucune autorité pour superviser le Bureau de la sécurité intérieure et ont demandé à l'avocat de ne plus les déranger même si Zhao Jinping refusait qu’il rencontre M. Liu.

L’avocat de M. Liu a fait l’objet de menaces de la part de Zhao Jinping quand ce dernier a appris que l'avocat avait déposé plainte contre lui et il a fait des copies de ses pièces d’identité. Mais aucune rencontre avec M. Liu n’a été accordée sous prétexte que le cas de M. Liu était très important, car c'était un coordinateur des pratiquants locaux et qu’il était « de connivence avec des forces étrangères » dans l'impression et la distribution de documents d'information sur le Falun Gong.

Persécution antérieure

C'est en juillet 1998 que M. Liu a commencé à pratiquer le Falun Gong, une discipline spirituelle méditative. Il souffrait d'un certain nombre de maladies avant de commencer la pratique, dont une maladie gastrique tenace qui lui causait souvent des douleurs insupportables.

Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, M. Liu s'est conduit selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et a recouvré la santé. Il s'est également débarrassé de ses habitudes malsaines, comme fumer, boire et jouer au Mahjong pendant de longues heures.

Depuis le début de la persécution du Falun Gong par le Parti communiste chinois en juillet 1999, M. Liu a purgé trois peines de camp de travail et un an de prison pour avoir maintenu sa croyance.

M. Liu Qingyu

Détenu au centre de détention de Dashiqiao pendant six mois

Le 5 décembre 1999, alors que M. Liu distribuait des documents d'information sur le Falun Gong, il a été arrêté par les policiers Sun Rongfan, Liu Tiejun et Wang Deping du département de police de Nanlou.

M. Liu a décrit la torture subie par ces policiers : « L'instructeur Li Jinsheng a enlevé mon pantalon et m'a plaqué contre le bureau. Ils se sont relayés pour me frapper avec une barre métallique, depuis le dos jusqu'aux talons, de 22 heures à 1 heure du matin. Quand je me suis évanouie, ils ont cessé de me frapper, pensant que j'étais mort. Après être revenu à moi, le directeur adjoint Zhang Maojie a continué à me frapper à la tête pendant plus d'une demi-heure. Puis ils m'ont envoyé au centre de détention de Dashiqiao. »

M. Liu y a été détenu pendant six mois et cinq jours. Pendant cette période, il a été réduit en esclavage et contraint de travailler jusqu'à minuit. Si le quota de travail qui lui était assigné n’était pas terminé à la fin de la journée, il était battu ou puni physiquement. Ensuite, il a été emmené au camp de travaux forcés de la ville de Yingkou pour y purger une peine de deux ans.

Torturé au camp de travaux forcés de la ville de Yingkou

Lors de sa détention dans le camp de travaux forcés de la ville de Yingkou, la maltraitance, la menace et l’obligation d’effectuer un travail non rémunéré étaient souvent la norme pour M. Liu.

Le 8 avril 2002, le camp de travail a procédé à une fouille au corps des pratiquants. M. Liu a refusé d'obtempérer. Les gardiens l’ont battu brutalement. À l'époque, trois policiers avaient été temporairement déployés pour surveiller trente pratiquants (seize étaient détenus dans la Division 1 à l'étage, et quatorze dans la Division 2 au rez-de-chaussée). Les policiers interdisaient aux pratiquants de dormir et les forçaient à rester assis avec d'autres prisonniers jusqu'à 3 heures du matin. Ils forçaient même les pratiquants à s'asseoir sur des bancs en bois de quatre mètres de long face au mur sans parler. Pendant une longue période, les pratiquants ont été torturés dans un endroit faisant moins de six mètres carrés et sans la lumière du soleil. Il leur était interdit de se rendre aux toilettes ou de se laver.

Une peine de six mois au camp de travaux forcés de la ville de Benxi

Après sa libération du camp de travaux forcés de la ville de Yingkou, M. Liu a souvent été harcelé par la police locale. Pour éviter une nouvelle arrestation, il a vécu loin de chez lui, mais le 22 octobre 2004, il a été arrêté à nouveau dans une gare routière.

Les policiers l’ont placé dans une petite pièce sombre au deuxième étage du département de police de Dashiqiao et ils l'ont fouetté avec une ceinture en cuir pendant une demi-heure.

Reconstitution de torture : passage à tabac

Par la suite, M. Liu a été envoyé au centre de détention de la ville de Dashiqiao pour y subir d'autres persécutions. Quelques jours plus tard, il a été transféré au camp de travaux forcés de la ville de Benxi, où il a été torturé physiquement et mentalement pendant les six mois qui ont suivi. Il a été contraint de rester assis sur un petit tabouret pendant de longues périodes, et, pendant ce temps, plusieurs détenus l'entouraient en insultant le Falun Gong. De plus, on a forcé M. Liu à regarder des programmes télévisés qui calomniaient le Falun Gong.

Une autre peine d'un an au camp de travaux forcés de Masanjia

Plusieurs années plus tard, le 4 mai 2008, M. Liu a été de nouveau arrêté à la gare de Dashiqiao. La police l’a condamné à une troisième peine d'un an dans le camp de travaux forcés de Masanjia. Tous les jours, il était contraint de faire un travail non rémunéré. Les gardiens lui donnaient très peu de nourriture et ne lui permettaient de dormir que quelques heures ou l’en empêchaient.

Le 7 août 2018, des policiers du département de la police de la ville de Haicheng et des départements de la police des villes d'Anshan et de Yingkou ont fait sortir M. Liu du camp de travail et ont conduit une séance d’interrogatoire marathon, pour le forcer à renoncer à sa croyance.

M. Liu a dit : « Mes chevilles ont été menottées au pied d'un tabouret métallique et j’ai été suspendu avec les mains menottées dans le dos. Plusieurs personnes se sont coordonnées pour m'électrocuter le bout des doigts et le bout des orteils, ainsi que mes parties intimes, avec des matraques électriques. Lorsqu'ils étaient fatigués, ils faisaient une pause et recommençaient. Ils m'ont torturé de 21 heures à 1 ou 2 heures du matin. Les ongles de mes gros orteils sont tombés. »

Après l'interrogatoire, M. Liu a été emmené au centre de détention de la ville de Haicheng et il a été contraint de travailler de longues heures sans aucune rémunération. En un mois, il a perdu environ 30 kilos et était défiguré. Ensuite, il a été renvoyé au camp de travaux forcés de Masanjia pour finir de purger sa peine d'un an.

Condamné à un an de prison

Le 28 juin 2016, alors qu'il se rendait dans la ville de Haicheng pour un voyage d'affaires, il a été poursuivi par la police, qui après une fouille au corps l'a arrêté. Ils ont également pris les 1830 yuans qu'il avait sur lui.

M. Liu a été emmené au centre de détention de Haicheng. Il a été battu par les policiers ce qui lui a provoqué de graves contusions autour des yeux. Les blessures ont mis plus de deux mois à guérir.

La police a fabriqué des preuves contre M. Liu et a soumis son dossier au parquet de la ville de Haicheng. Le procureur l'a inculpé le 21 novembre 2016.

Le 14 décembre 2016, le tribunal de la ville de Haicheng a jugé la cause de M. Liu. Son avocat a plaidé non coupable pour lui, a réfuté les preuves fabriquées et a demandé l'acquittement de M. Liu.

Le 3 janvier 2017, le juge a condamné M. Liu à un an de prison. Il a été libéré le 27 juin 2017.

Voir aussi :

M. Liu Qingyu condamné illégalement

Condamné trois fois aux travaux forcés, un homme du Liaoning fait face à un acte d'accusation pour sa croyance

(Un autre article connexe est disponible dans la version chinoise.)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais