Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Un couple du Liaoning : L'avocat n'est pas informé de leur condamnation ; l'épouse fait une rechute de sa maladie

Lundi 3 mai 2021 |   Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Liaoning, Chine

(Minghui.org) Un couple marié de la ville de Jinzhou, dans la province du Liaoning, a été secrètement condamné à une peine de prison deux mois après avoir été arrêté pour avoir parlé de la persécution de leur croyance dans le Falun Gong aux gens. Leurs appels ont été rejetés par le tribunal intermédiaire local.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline méditative et spirituelle que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

Mme Sun Jiping, 68 ans, et M. Zhou Yonglin, 69 ans, ont été capturés par la police lors d'une foire communautaire le 20 janvier 2021. Le 22 février, après presque un mois de quarantaine, Mme Sun a été emmenée au centre de détention pour femmes de la ville de Jinzhou, et M. Zhou a été transféré au centre de détention de la ville de Linghai.

La maladie du sang de Mme Sun, qui avait été guérie par la pratique du Falun Gong quelques années auparavant, est réapparue pendant sa détention. Elle a perdu connaissance et a été hospitalisée pour une transfusion sanguine quelques jours après avoir été emmenée au centre de détention. Son taux d'hémoglobine a rapidement chuté à 5 g/dL, soit beaucoup moins que le taux normal qui se situe entre 12,0 et 15,5 g/dL, ce qui lui a également provoqué un œdème systémique.

Malgré l'état de santé de Mme Sun, elle et son mari ont été jugés le 15 mars 2021 par vidéoconférence dans les centres de détention. Deux jours plus tard, elle a été de nouveau hospitalisée.

Le 22 mars, Xu Bing, un juge du tribunal de Linghai, a informé la famille du couple que les dossiers concernant le couple avaient été transférés au tribunal intermédiaire de Jinzhou parce qu'ils avaient fait appel de leurs verdicts.

La famille a contacté leur avocat, qui a déclaré n'avoir reçu aucune information concernant la condamnation du couple. L'avocat a immédiatement contacté Xu. Bien qu'il a admis avoir secrètement condamné le couple, Xu a souligné que sa décision avait été approuvée par ses supérieurs. Il a également refusé de fournir à l'avocat les copies des verdicts du couple.

Le 26 mars, le tribunal intermédiaire de la ville de Jinzhou a confirmé les verdicts initiaux du couple, à savoir, une peine de cinq ans de prison et une amende de 10 000 yuans pour chacun d'eux.

Persécutions passées

Avant leur dernière condamnation, Mme Sun et M. Zhou ont tous deux fait l'objet d'arrestations et d'incarcérations répétées en raison de leur croyance.

Arrêtés pour avoir fait appel pour le Falun Gong

Après le début de la persécution en juillet 1999, Mme Sun a été arrêtée deux fois, en août et en septembre 1999, et tous ses livres sur le Falun Gong ont été confisqués.

Elle et son mari ont été arrêtés le 12 février 2000, alors qu'ils se rendaient à Pékin faire appel pour le droit de pratiquer le Falun Gong. La police de Pékin a frappé M. Zhou à la tête et au visage et lui a donné des coups de pied après l'avoir fait tomber.

Un agent a tiré le bras gauche de Mme Sun par-dessus son épaule gauche pour lui passer les menottes, et sa main droite a été remontée derrière son dos. En un rien de temps, ses deux mains sont devenues violettes en raison du manque de circulation sanguine, et elle a perdu la sensibilité dans les bras.

Reconstitution de torture : Menottée dans le dos

La police a gardé le couple au centre de détention de la ville Linghai après les avoir ramenés de Pékin. Un agent a fouetté le dos de M. Zhou avec une matraque en caoutchouc, tout en l'insultant. Quand l'agent, épuisé, est parti, un autre agent est arrivé et a pris la matraque en caoutchouc pour frapper à nouveau M. Zhou sur le dos, les bras et les jambes. Le second agent a également frappé Mme Sun avec la matraque en caoutchouc. Tous deux se sont retrouvés couverts d'ecchymoses et incapables de marcher.

Sauvage passage à tabac et deux ans de travaux forcés

Le 30 septembre 2000, vers 20 heures, quelques agents ont fait irruption dans la maison du couple. Leurs livres de Falun Gong et leurs cassettes audio et vidéo ont été confisquées. Lorsque le couple a essayé de persuader les policiers de ne pas participer à la persécution, les agents les ont battus et les ont traînés jusqu'à la voiture de police. M. Zhou a protesté contre le passage à tabac, mais Zhang Bo, le chef adjoint de la police, lui a répondu : « C'est quoi, le problème, si on vous tabasse ? »

Après avoir emmené le couple au poste de police, Zhang a giflé Mme Sun et lui a donné des coups de pied. Ils ont ensuite forcé Mme Sun à se tenir debout, les bras et les jambes écartés, tandis qu'un agent lui donnait des coups de barre de métal dans le dos. Le visage de Mme Sun était tuméfié et ses jambes ont été cassées. Son dos était couvert de plaies et d'ecchymoses. M. Zhou a été soumis à un passage à tabac similaire.

Tous deux ont ensuite été emmenés au centre de détention, puis condamnés chacun à deux ans de détention dans le tristement célèbre camp de travaux forcés de Masanjia.

Alimentation forcée et deuxième séjour en camp de travail

Mme Sun a été arrêtée à nouveau le 6 septembre 2004 quand quelqu'un a signalé qu'elle diffusait des informations sur le Falun Gong. Mme Sun a fait une grève de la faim au centre de détention de la ville de Linghai pour protester contre la persécution, mais la police l'a emmenée à l'hôpital pour la gaver. Un agent a déclaré qu'ils ne seraient pas considérés comme responsables si elle mourait des suites de sa grève de la faim.

Quinze jours plus tard, Mme Sun a été secrètement transférée au camp de travaux forcés de Masanjia pour y purger une peine inconnue. Elle a de nouveau été nourrie de force pour avoir fait une grève de la faim. Alors qu'elle criait « Falun Dafa est bon » pour protester contre la persécution, un garde l'a giflée et lui a donné une décharge électrique dans la bouche avec une matraque.

Au seuil de la mort, Mme Sun a été libérée le 27 juillet 2005.

Prise pour cible pour avoir déposé plainte contre l'ancien dictateur

Mme Sun a de nouveau été arrêtée dans la soirée du 17 septembre 2015 parce qu'elle avait déposé plainte contre Jiang Zemin, l'ancien chef du régime communiste chinois qui a ordonné la persécution du Falun Gong. Les policiers se sont fait passer pour des employés de la communauté venus vérifier l'enregistrement de leur ménage, et ils ont trompé son fils pour qu'il ouvre la porte.

Après avoir emmené Mme Sun au poste de police, les policiers lui ont crié après : « Qui vous a dit de déposer plainte ? Pourquoi avez-vous déposé plainte maintenant ? Vous diffamez le chef du gouvernement. » Mme Sun a tenté d'expliquer à la police qu'aucune loi ne criminalise le Falun Gong en Chine, et que persécuter le Falun Gong relevait presque entièrement de la décision personnelle de Jiang. Elle a demandé aux policiers comment ils s'appelaient, mais aucun d'eux n'a répondu.

Les policiers ont ordonné à Mme Sun de signer le procès-verbal de l'interrogatoire et d'écrire 60 mots au hasard sur une autre feuille de papier. Lorsqu'elle a refusé d'obtempérer, ils ont menacé de la harceler, elle et sa famille, tous les jours. Ils l'ont gardée au poste de police jusqu'à tôt le lendemain matin avant de la relâcher.

En raison des arrestations et du harcèlement constants, Mme Sun a progressivement cessé de pratiquer le Falun Gong. En octobre 2016, elle s'est soudain sentie essoufflée. Son visage et ses jambes ont gonflé et quand on appuyait sur la peau de ses jambes, il se formait de petits creux. Elle n'avait pas d'appétit et avait du mal à s'endormir.

Début 2017, on lui a diagnostiqué un syndrome myélodysplasique, un type de cancer causé par une croissance anormale des cellules hématopoïétiques dans la moelle osseuse. Elle souffrait d'une fatigue extrême et n'avait pas l'énergie de se changer ou de se brosser les dents. Elle présentait également une accumulation de liquide dans le cœur et l'abdomen.

Mme Sun a recommencé à pratiquer le Falun Gong et a progressivement recouvré la santé, avant d'être à nouveau arrêtée et condamnée pour avoir fait connaître sa croyance.

Voir aussi :

Les autorités refusent de libérer sous caution une femme du Liaoning dont la vie est en danger

Une femme avec une grave anémie arrêtée avec son mari, la famille s'inquiète pour sa santé

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais