Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Les crimes de Xu Haibin, ancien directeur adjoint du Bureau 610 central du PCC

28 décembre 2022 |   Écrit par un correspondant de Minghui

(Minghui.org) Dans le cadre de la Journée des droits de l’homme de cette année, le 10 décembre, les pratiquants de Falun Gong de 38 pays ont remis à leurs gouvernements respectifs une liste actualisée des responsables impliqués dans la persécution du Falun Gong en Chine, les exhortant à sanctionner ces individus pour avoir persécuté le Falun Gong et demandant instamment que les personnes dont les noms figurent sur la liste soient interdites d’entrée dans ces pays et que leurs avoirs soient gelés. Ces pays sont les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, 22 pays de l’Union européenne et 11 autres pays d’Asie, d’Europe et d’Amérique.

Le nom de Xu Haibin, ancien directeur adjoint du Bureau 610 central du Parti communiste chinois (PCC), figure sur cette liste.

* * *

Informations sur le responsable de la persécution

Nom complet du responsable : Xu (nom de famille) Haibin (prénom) 徐海斌

Sexe : Masculin

Pays : Chine

Titre ou fonction

Xu Haibin a longtemps travaillé au sein de la Commission des affaires politiques et juridiques centrale (CAPJ) et a été le secrétaire de Luo Gan, l’ancien secrétaire de la CAPJ centrale.

Avril 2006 – 2017 : Directeur adjoint du Bureau 610 central du PCC

2017 – 2018 : Directeur exécutif adjoint du Bureau 610

Mars 2018 – 2019 : Chef adjoint du bureau central du PCC (CAPJ) et membre du comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois

De 2019 à aujourd’hui : Chef adjoint du groupe central de supervision anticriminalité du PCC

De 2020 à aujourd’hui : Vice-président de la Société chinoise de gestion des urgences

Principaux Crimes

Dans la persécution du Falun Gong, Xu Haibin a été un complice essentiel du PCC et de Jiang Zemin. Durant son mandat de directeur adjoint du Bureau 610 central, il a activement promu la politique de génocide du PCC contre le Falun Gong. Selon les statistiques compilées par Minghui.org, il a été confirmé qu’au moins 4870 pratiquants de Falun Gong ont perdu la vie à cause de la persécution. Parmi les personnes décédées, au moins 1179 sont mortes de 2006 à 2017, durant le mandat de Xu en tant que directeur adjoint du Bureau 610. Xu était responsable de l’ensemble des politiques, programmes et actions de persécution créés et mis en œuvre lors de son mandat.

1. Durant son mandat de directeur adjoint du Bureau 610 central, Xu a personnellement dirigé, à de nombreuses reprises, la persécution du Falun Gong

Le 21 avril 2007, lorsque Xu, alors directeur adjoint du Bureau 610 central, a visité le site touristique de Haituo dans le district de Chicheng, province du Hebei, il a vu des messages de Falun Gong écrits sur les poteaux électriques et est devenu furieux. Il a exercé des pressions pour enquêter sur cette affaire. Sous sa direction, le Bureau de la sécurité publique du district de Chicheng est entré en action et a commencé à rechercher et à arrêter, durant la nuit, les pratiquants de Falun Gong locaux. Au total, 12 pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés et le parquet du district de Chicheng a approuvé l’arrestation de sept d’entre eux. Le Bureau de la sécurité publique du district de Chicheng a immédiatement envoyé une lettre à Xu et autres hauts fonctionnaires pour leur demander des crédits, affirmant qu’une « affaire majeure » avait été résolue.

En avril 2008, le tribunal du district de Chicheng a condamné les sept pratiquants de Falun Gong à la prison. Parmi eux, Mme Chen Haiyan et Mme Lin Cuilian ont été condamnées chacune à cinq ans de prison ; Mme Wang Yuzhen, Mme Wang Yufeng et M. Zhao Bingheng ont été condamnés chacun à quatre ans ; M. Wang Yuhai a été condamné à trois ans ; Mme Guo Xiulin a été condamnée à trois ans de prison avec une période de probation de quatre ans. En 2009, M. Zhao Wanrong, pratiquant de Falun Gong, a été condamné à quatre ans de prison pour « complicité ».

En juillet 2010, Xu a rassemblé près d’une centaine de fonctionnaires et s’est rendu dans la communauté de Gufang, ville de Changzhou, province du Jiangsu, pour mener une soi-disant « enquête ». Il était accompagné, entre autres, de Sun Guojian, secrétaire du CAPJ municipal de Changzhou, de Zhu Zhihong, secrétaire du CAPJ du district de Wujin. L’objectif de l’enquête de Xu était de partager les expériences de persécution du Falun Gong dans d’autres régions et d’inciter les responsables locaux à intensifier la répression.

Le 6 août 2010, l’équipe d’inspection du Bureau 610 central dirigée par Xu s’est rendue dans la ville de Yiwu, province du Zhejiang, pour organiser une réunion sur la persécution du Falun Gong. Xu était accompagné, entre autres, de Lou Zhilang (chef de cabinet du Bureau 610 de la province du Zhejiang), de Yu Liuchuan (secrétaire du CAPJ de Jinhua). À ce moment-là, la ville de Yiwu avait établi 807 soi-disant sites « anti-sectes » dans les villages et communautés visant le Falun Gong. Ces actions des autorités de Yiwu ont été présentées par le Bureau 610 central du PCC comme un modèle national de persécution du Falun Gong.

Le 26 août 2010, Xu s’est rendu dans le parc du Temple du Ciel à Pékin afin d’organiser un forum contre le Falun Gong. Dix-neuf fonctionnaires du Comité central du PCC, des bureaux 610 des districts de Pékin et de Chongwen, et des bureaux de sécurité publique des districts de Pékin et de Chongwen ont participé à ce forum. Ces fonctionnaires ont informé Xu sur les enquêtes, la prévention et le contrôle du Falun Gong. Xu a fait l’éloge de leur travail et fourni des suggestions supplémentaires.

2. Principaux crimes de persécution de 2007 à 2017, durant le mandat de Xu

Durant le mandat de Xu Haibin en tant que directeur adjoint du Bureau 610 central du PCC, il a lancé de nombreuses campagnes de persécution à grande échelle contre les pratiquants de Falun Gong dans tout le pays. En particulier, la persécution du Falun Gong autour des Jeux olympiques de Pékin de 2008 a été la pire. Selon les statistiques de Minghui, en moins de trois mois, de fin 2007 au 11 mars 2008, pas moins de 1878 pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés dans 29 provinces, municipalités et régions autonomes. En outre, plus de 190 pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés dans la seule ville de Pékin entre décembre 2007 et la mi-mars 2008, ce qui représente environ 10 % du total des arrestations nationales [à cette époque].

Parmi les cas de persécution publiés sur Minghui.org en 2010, plus de 1680 ont eu lieu dans des camps de travaux forcés et des prisons, les provinces du Shandong, Jilin et Hebei enregistrant le plus grand nombre de cas. Selon les statistiques, en 2010, au moins 78 pratiquants de Falun Gong sont morts en détention à la suite de diverses formes de maltraitance, notamment des passages à tabac et des transformations forcées.

Le 3 juillet 2010, Mme Liu Shuling, 54 ans, a été torturée à mort dans le centre de désintoxication de la ville de Harbin, province du Heilongjiang. Selon des témoins oculaires, Mme Liu a été attachée à une chaise de fer par la police et a succombé à la suite de décharges électriques. Son oreille gauche et son cou présentaient des hématomes noirs causés par des décharges électriques.

En 2011, le Bureau 610 central du PCC a ordonné aux bureaux 610 et à la police à tous les niveaux d’arrêter et de persécuter les pratiquants de Falun Gong sur une grande échelle. Rien que de la mi-juin au 10 juillet, il y a eu pas moins de dix arrestations collectives, pour un total de 404 pratiquants de Falun Gong, à Panzhihua, Miyi, Dazhou, Deyang et Guanghan, province du Sichuan. Il a été confirmé que le Bureau 610 et le CAPJ du PCC de la province du Sichuan ont ordonné ces arrestations massives.

Selon Minghui, en 2011, 76 pratiquants de Falun Gong sont morts suite à la persécution. Le 8 mars 2011, vers 1 heure du matin, le pratiquant de Falun Gong M. Liu Chuanjiang a été torturé à mort à l’hôpital de la prison de Jiamusi. Il avait reçu des décharges de quatre matraques électriques et ses hanches étaient fracassées. Il a été violemment battu et torturé, l’un de ses bras a été cassé. Le 10 mars 2011, les autorités pénitentiaires ont obligé les membres de la famille de M. Liu à consentir à l’incinération de son corps.

Les classes de lavage de cerveau sont des installations où le PCC détient et persécute les pratiquants de Falun Gong. La plupart de ces classes de lavage de cerveau sont établies sous le nom de « centres d’éducation juridique ». Ce sont des institutions à temps plein conçues pour que le Bureau 610 central du PCC force les pratiquants de Falun Gong à renoncer à leurs croyances. En 2012, dans le but d’étendre les classes de lavage de cerveau contre le Falun Gong en différents endroits, le CAPJ du PCC et le Bureau 610 ont alloué plus de 2 milliards de yuans pour financer les organisations du Bureau 610 à différents niveaux.

Mme Jiang Meilan, 65 ans, a été arrêtée à son domicile, le 7 septembre 2012, par la police de la sécurité nationale du PCC. Elle a été emmenée dans le Centre d’éducation et de formation juridique de Hunan Changsha, à Laodaohe, ville de Changsha, province du Hunan, pour y subir un lavage de cerveau et la persécution. À la fin du mois, elle était mourante. Le 1er octobre 2012, sa famille a finalement été autorisée à l’emmener à l’hôpital pour un traitement d’urgence. L’hôpital a trouvé Mme Jiang couverte d’ecchymoses, qui étaient toutes le résultat de décharges électriques. Sa bouche entière était fracassée et ses organes internes étaient endommagés. La partie inférieure de son corps saignait. Mme Jiang est décédée le 2 octobre 2012.

En 2012, au moins 154 pratiquants de Falun Gong ont été persécutés à mort.

En 2013, le Bureau 610 central du PCC a continué à détenir et à laver le cerveau des pratiquants de Falun Gong au nom de « l’éducation juridique ». Les bureaux 610 du PCC ont organisé 157 cours de lavage de cerveau dans 27 provinces. Au moins 737 personnes ont été détenues et contraintes d’assister à des cours de lavage de cerveau.

En 2013, au moins 108 pratiquants de Falun Gong ont perdu la vie à cause de la persécution. La police a arrêté 4942 pratiquants ; 16 ont été envoyés dans des camps de travaux forcés et 796 ont été condamnés à la prison ou ont subi un procès.

En 2014, le PCC a continué à arrêter les pratiquants de Falun Gong, et de nombreuses arrestations ont été planifiées et préméditées ainsi que des rafles de domicile chaque jour. Selon Minghui.org, le nombre de pratiquants de Falun Gong arrêtés a atteint 6415 en 2014.

Le 9 juin 2014, le Bureau 610 en Mongolie intérieure a publié le document « confidentiel » no 2014, demandant de « connaître le nombre de pratiquants de Falun Gong » et de recueillir des informations avant le prochain cycle de persécution du Falun Gong. Cet ordre secret venait du Bureau 610 central et du ministère de la Sécurité publique. Le document montrait que cette enquête s’inscrivait dans le cadre d’un effort national visant à dresser une liste des pratiquants de Falun Gong qui devaient être arrêtés.

Le 18 juillet 2014, la police a arrêté 29 pratiquants de Falun Gong de la ville de Changchun, province du Jilin. Le 2 septembre 2014, la police a arrêté plus de 30 pratiquants de Falun Gong et les membres de leur famille de la ville de Tonghua, province du Jilin. Sur ordre du Bureau de la sécurité publique de la province du Jiangsu et du Bureau 610, la police a arrêté plus de 100 pratiquants de Falun Gong de la ville de Lianyungang, province du Jiangsu.

Mme Zhang Shuxian, 53 ans, a été arrêtée le 7 août 2014 par la brigade de sécurité nationale de la ville de Tumen. En moins de 24 heures, la police l’a torturée à mort. Les membres de sa famille ont vu que son corps était couvert de cicatrices noires et bleues, de la poitrine jusqu’aux cuisses, et que la peau de ses cuisses était déchirée. Elle présentait des brûlures de décharges électriques autour de ses parties génitales et des taches de sang causées par des coups de pied dans le dos. Le médecin légiste a déclaré qu’elle était morte sous la torture.

Selon un rapport de Minghui.org, en 2014, 610 agents de diverses régions ont arrêté près de 1000 pratiquants de Falun Gong et les ont envoyés dans 158 centres de lavage de cerveau dans le but de les persécuter.

Mme Cui Zhanyun a été arrêtée par la police de la brigade de sécurité nationale de la ville de Yushu dans l’après-midi du 9 septembre 2014. Le 12 septembre, la police l’a emmenée dans le centre de lavage de cerveau de la ville de Yushu. Après avoir reçu des substances inconnues, Mme Cui s’est sentie mal. Elle a ressenti des douleurs dans les bras, le cou et le dos, et ne pouvait pas manger. Elle est décédée le 3 novembre 2014.

En 2014, les tribunaux chinois ont jugé et condamné 983 pratiquants de Falun Gong, soit une augmentation de 23,5 % par rapport aux 796 condamnations de 2013. Au moins 65 pratiquants de Falun Gong ont été condamnés à sept ans de prison ou plus, la peine maximale étant de douze ans.

En 2014, 91 pratiquants sont morts sous la torture, dont 35 au cours du second semestre de l’année. Le 22 avril 2014, la police a arrêté M. Wang Haijin et l’a emmené le même jour dans le centre de détention de Funing, province du Hebei. Son domicile a également été saccagé. Durant les trois mois de sa détention, il a été battu, gavé, soumis à des travaux forcés et agressé sexuellement jusqu’à ce qu’il puisse à peine marcher, que son esprit ne puisse plus se concentrer et que sa vision se brouille. Le 9 octobre 2014, Wang, qui n’avait que 46 ans, est décédé, laissant derrière lui une femme éplorée et deux enfants.

En 2015, Minghui.org a signalé qu’au moins 19 095 pratiquants de Falun Gong avaient été arrêtés, harcelés ou avaient vu leur domicile saccagé dans les 30 provinces de Chine continentale. Au moins 18 895 familles ont été harcelées.

En 2015, le PCC a condamné un total de 878 pratiquants de Falun Gong. Le plus jeune pratiquant de Falun Gong condamné était Bian Xiaohui, de la province du Hebei, âgé de 23 ans ; les plus âgés comprenaient Liao Anan, âgé de 80 ans, de la province du Gansu, et Wang Jiaguo, âgé de 81 ans, de la province du Liaoning.

Le 11 juillet 2015, dans le district de Shuangcheng, ville de Harbin, province du Heilongjiang, la police a arrêté plus de 80 pratiquants de Falun Gong. Quatre d’entre eux ont été condamnés.

En 2015, 95 pratiquants de Falun Gong sont morts suite à la persécution, dont huit morts sous la torture en prison.

Le 11 février 2015, le tribunal de la ville de Zhuozhou, province du Hebei, a condamné M. Dong Hanjie, un ingénieur principal, à cinq ans de prison. Vers le 16 août, des membres de sa famille se sont rendus dans le centre de détention pour le voir avant qu’il ne soit emmené dans la prison de Jidong, province du Hebei. Le 10 octobre 2015, après moins de deux mois, sa famille a été informée que M. Dong était mort sous la torture à l’âge de 62 ans.

Le 24 janvier 2016, le Bureau 610 central du PCC a organisé une Conférence nationale pour la prévention et le traitement des sectes ainsi que la réunion des directeurs du Bureau national de prévention et de traitement des sectes à Pékin. En plus de promouvoir les prétendues « réalisations du travail anti-sectes » de 2015, la conférence s’est concentrée sur une planification et une mise en œuvre en 2016, et mis l’accent sur la prétendue « lutte contre le Falun Gong à l’étranger et en ligne pour prévenir et gérer les sectes ».

Le 28 juin 2016, la police a arrêté plus de 100 pratiquants de Falun Gong dans divers endroits de la province du Liaoning. Le Bureau 610 de la Commission des affaires politiques et juridiques (CAPJ) de la province du Liaoning a orchestré les arrestations. Un grand nombre de policiers ont été envoyés pour traquer, suivre et arrêter les pratiquants.

Selon Minghui.org, en 2016, 1162 pratiquants de Falun Gong ont été condamnés. Cette année-là, 91 pratiquants de Falun Gong sont morts suite à la persécution.

Le 7 novembre 2017, Mme Xu Guixia, une pratiquante de Falun Gong de 47 ans de la ville de Liaoyang, province du Liaoning, a été battue avec des « planches à clous » dans le centre de détention de la ville de Liaoyang et est morte après avoir été gavée.

En février 2017, le Bureau 610 central du PCC a lancé, à l’échelle nationale, une « opération de porte-à-porte » contre les pratiquants de Falun Gong. Cette « opération de porte-à-porte » a été planifiée et dirigée par le Bureau 610 central du PCC dans le but de harceler et persécuter les pratiquants de Falun Gong.

Selon Minghui.org, en 2017, au moins 7632 personnes ont été arrêtées, 14 892 harcelées et 1134 condamnées dans 259 villes et 28 provinces sous les ordres directs du gouvernement central du PCC.

Le 31 août 2017, le Bureau de la sécurité publique du district de Yilan, province du Heilongjiang, a arrêté des pratiquants de Falun Gong du district de Yilan et du district de Huachuan. En date du 13 octobre 2017, un total de 29 personnes avaient été arrêtées, 14 d’entre elles ont été jugées devant un tribunal.

En 2017, au moins 40 pratiquants de Falun Gong sont morts suite à la persécution. En avril 2017, Mme Feng Juan, 67 ans, a été arrêtée et envoyée dans le centre de lavage de cerveau de Sanshui, ville de Foshan, province du Guangdong. Après dix jours de persécution, elle a souffert de vomissements et de diarrhées sévères. Deux mois après son retour chez elle, ses organes internes se sont effondrés. On soupçonne qu’elle a été empoisonnée lors de son séjour dans le centre de lavage de cerveau. Elle est décédée le 1er octobre 2017.

Xu Haibin

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais