Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Voyages en Orient : Le lien d'une Suédoise avec la Chine (1re partie)

Dimanche 7 décembre 2014 |   Écrit par Zi Yun, un correspondant de Minghui

(Minghui.org) En 1998, Yvonne, une professionnelle en finances, a découvert le Falun Gong en Suède et son lien avec la Chine a évolué depuis. Son premier voyage, lors du Nouvel An 1999, et son deuxième, en novembre 2001, ont été radicalement différents, puisque la persécution du Falun Gong en Chine a commencé en juillet 1999.

« Je veux vraiment retourner en Chine encore, le plus tôt sera le mieux. Je veux voir mes compagnons de cultivation, ne pas y aller et être emprisonnée [comme la dernière fois]. Je m'ennuie de la célébration du Nouvel An que nous avons eu à Dalian. Je m'ennuie de mes amis là-bas. Je sais que beaucoup d'entre eux ne sont plus là à cause de la persécution. Quant à ceux qui sont encore en vie, comme ce serait merveilleux si nous puissions encore nous revoir ! J'aspire à ce que ce jour arrive ! » a dit Yvonne.

Yvonne, une pratiquante suédoise

Yvonne est d'origine suédoise. Elle a une vie heureuse et travaille dans le département des finances d'une entreprise de construction.

Un ami et elle ont souvent essayé différentes choses, comme la course, le ski et le Tai Chi. Ils étaient toujours à la recherche de nouvelles choses. Un jour, son ami lui a montré une annonce dans le Göteborg Post : « Yvonne, écoute, ne devrions-nous pas essayer ça ? Le Falun Gong ! » Yvonne a répondu sans hésitation : « Bien sûr, allons-y ! »

Le 11 octobre 1998, elle a assisté à un atelier de Falun Dafa qui avait lieu sur la rue Stockholm à Göteborg. C'était son premier contact avec le Falun Gong. Quelqu'un présentait les mouvements sur la scène et les gens essayaient de les imiter.

Alors qu'Yvonne se joignait à eux, elle a pensé : « Oh, c'est une classe de débutants. » Elle a regardé autour d'elle et a remarqué que les mouvements étaient apaisants et doux. Soudain, elle a ressenti comme un bourdonnement dans ses paumes. Elle était perplexe. Elle dit : « Je ne peux pas expliqué ce que j'ai ressenti, mais il y avait quelque chose là. Mon ami, lui, n'a rien ressenti du tout. »

La première fois qu'elle a fait les exercices, Yvonne a été impressionnée par cette sensation extraordinaire. Ce jour-là, on lui donné un exemplaire du Zhuan Falun, un livre du Falun Gong. Il y avait environ 40 personnes à l'atelier et on les a répartis en petits groupes pour lire le livre.

Yvonne pressentait que le Falun Gong pouvait être plus que juste des exercices. « Je me rappelle clairement qu'un pratiquant a dit, d'une voix très déterminée, que c'était très sérieux et très important. La façon dont il l'a dit m'a fait ressentir que c'était vraiment très sérieux, pas juste un simple exercice ni juste pour le plaisir. »

Même si elle ne connaissait pas le sens profond du Falun Gong, elle savait d'après la sensation ressentie dans son corps que c'était différent et étonnant. Elle voulait en savoir plus à ce sujet.

Pendant l'atelier, plusieurs pratiquants suédois ont parlé de leur plan d'aller faire une tournée en Chine après Noël. Yvonne était emballée : « J'y vais moi aussi ! »

Elle n'était jamais allée en Chine. Elle aimait voyager et elle voulait certainement y aller. Yvonne a demandé des vacances à son patron, même si elle pensait que cette éventualité était improbable. À sa grande surprise, son patron a accepté immédiatement.

Elle était tellement enthousiaste et surprise – 14 jours de vacances ! Mais alors, elle a commencé à s'inquiéter. Dans le passé, chaque fois qu'elle prévoyait voyager, elle se retrouvait toujours avec une sorte de problème de santé qui l'empêchait de partir. Cette fois, elle irait loin et elle avait peur que quelque chose de mal se passe qui l'empêcherait d'y aller.

Étonnamment, cette fois, rien ne s'est produit. Yvonne a réalisé que le Falun Gong avait eu un effet positif sur sa santé !

2. Une heureuse tournée en Chine

Le 25 décembre 1998, Yvonne s'est envolée pour la Chine avec d'autres pratiquants suédois. La différence étant que tandis que les autres allaient là-bas pour partager leurs expériences de cultivation, Yvonne y allait purement comme touriste.

À cette époque, le Falun Gong était florissant en Chine. Presque tout le monde connaissait le Falun Gong. Dans chaque parc public, matin et soir, de grands groupes de personnes pratiquaient les exercices. Le visage de chacun rayonnait de bonheur.

Yvonne et d'autres Suédois ont été particulièrement touchés par les manières chaleureuses et amicales des pratiquants chinois. Ils étaient comme des membres de famille. Ensemble, ils ont étudié le Fa, fait les exercices et ont parlé de leurs expériences de cultivation. Yvonne s'est assise là et a écouté tranquillement. Elle était curieuse, en tant que nouvelle pratiquante. Des années plus tard, elle a réalisé quelle précieuse expérience cela avait été.

Les pratiquants chinois ont emmené les Occidentaux en tournée, faire les magasins et visiter des monuments célèbres à Pékin et ses environs.

Yvonne se rappelle : « Nous avons acheté de nombreux produits chinois. Je me souviens qu'une fois nous nous sommes arrêtés dans un temple dans la banlieue de Pékin. Beaucoup de gens pratiquaient le Falun Gong à l'extérieur. J'ai encore ces photos. J'ai parlé avec un jeune homme chinois qui parlait anglais. Je lui ai dit que j'avais appris le Tai Chi avant le Falun Gong. Il a dit : « Le Tai Chi était votre chemin pour découvrir le Falun Gong. » Nous avons eu une longue conversation. Je me souviens encore de lui. »

Après Pékin, leur prochain arrêt a été la ville de Dalian. Ils sont montés à bord d'un train de nuit. Quand ils sont arrivés à la gare de Dalian, Yvonne a été stupéfaite par ce qu'elle a vu.

« Alors que notre train entrait dans la gare, j'ai vu de nombreux pratiquants nous saluer de la main. Ils nous attendaient. Dès que nous sommes descendus du train, ils sont venus nous aider à porter nos bagages. Une pratiquante m'aidée à porter mes bagages. Quand nous sommes arrivés au stationnement, nous avons vu encore plus de pratiquants là-bas, ils nous applaudissaient. »

Yvonne était flattée d'un si chaleureux accueil. Elle a dit : « Je ne comprenais pas pourquoi nous étions si chaleureusement accueillis. Plus tard, quelqu'un nous a expliqué que les pratiquants chinois voulaient que nous nous sentions vraiment les bienvenus. »

Le soir du réveillon du Nouvel An, ils ont fait une fête. Quelqu'un jouait d'un instrument de musique, un autre chantait, l'atmosphère était très animée. Comme invités d'honneur, les Occidentaux les ont rejoints et ont fait des prestations eux aussi.

« Je me rappelle qu'un homme de Stockholm a chanté une chanson. Il avait une très belle voix. Un autre garçon a joué une pièce dramatique en suédois avec quelqu'un qui traduisait en Chinois. Tous les pratiquants chinois riaient aux endroits où c'était drôle. Nous avons aussi chanté tous ensembles, une chanson pour enfants en sautillant quand nous chantions. C'était tellement drôle.

« Vers 22 h, ils nous ont ramenés à notre hôtel. Nous nous questionnions. Pourquoi ne nous avaient-ils pas permis de rester pour accueillir le Nouvel An ? Plus tard, nous avons appris que tous les pays n'ont pas la coutume de rester debout toute la nuit et de faire cela. » Yvonne semblait perdue dans ses souvenirs heureux.

Dalian est une ville côtière, similaire à Göteborg, mais beaucoup plus grande. Les pratiquants suédois se sentaient chez eux. Au matin du Nouvel An, tous les pratiquants se sont rejoints pour les exercices en groupe du matin. Les Occidentaux étaient en avant, sur la première rangée et derrière eux, il y avait plus de dix mille pratiquants locaux. Ce jour-là, de nombreux journalistes sont venus et ont fait des interviews.

« Je me souviens que plusieurs médias sont venus ce jour-là. Ils ont pris de nombreuses photo et vidéo. Quand je faisais les exercices, j'ai senti tout mon corps se remplir d'électricité. Ce fut une expérience incroyable », se remémorre Yvonne.

Pendant son séjour à Dalian, Yvonne a écouté les histoires des autres pratiquants. L'histoire de chaque pratiquant était remarquable - non seulement étaient-ils en meilleure santé, mais ils avaient connu une renaissance et leur caractère s'était amélioré.

À Dalian, dans un pays étranger, Yvonne a raconté aux gens comment elle avait commencé à pratiquer le Falun Gong. Son histoire a été accueillie avec un tonnerre d'applaudissements. À moment-là, elle n'avait pas compris pourquoi sa simple histoire avait été applaudie avec autant d'enthousiasme.

Plus tard, elle a compris : les pratiquants là étaient tellement contents pour elle, parce qu'elle avait commencé à pratiquer le Falun Gong !

Yvonne est retournée en Suède, où elle a continué à pratiquer. Sa perspective s'est élargie. Le but de sa vie n'était plus simplement la recherche « du plaisir ». Sa vie s'est intégrée au principe Authenticité–Bienveillance-Tolérance.

Son esprit aussi bien que son corps se sont élevés. Elle se sentait de plus en plus heureuse.

En juillet 1999, juste au moment où elle était plongée dans la joie de la cultivation, de terribles informations sont venues de Chine : le PCC avait annoncé l'interdiction de pratiquer le Falun Gong. Les pratiquants occidentaux étaient sous le choc et ne pouvaient pas comprendre. Que se passait-il ?

(À suivre)

Traduit de l'anglais au Canada