Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Fahui de Minghui | Valider la valeur du Falun Dafa avec mes paroles et mes actes

Samedi 17 novembre 2018 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa de la province du Liaoning, Chine

(Minghui.org) Je suis enseignante dans le primaire et je pratique le Falun Dafa depuis 2008. C'est la première fois que je soumets un article de partage d'expérience au Fahui de Minghui.

Refuser les cadeaux

Tout a une valeur monétaire dans la Chine d'aujourd'hui. On croit généralement que si les parents veulent que leurs enfants aient l'attention de leurs enseignants, ils doivent leur donner des enveloppes rouges - normalement avec de l'argent liquide à l'intérieur - ou d'autres cadeaux. Je suis une pratiquante et je m'évalue donc selon le principe du Falun Dafa, Authenticité-Bienveillance-Tolérance.

En tant qu'enseignante, ma responsabilité englobe le fait d'aider les élèves à comprendre les faits concernant Dafa au lieu de remplir leur esprit avec les déclarations diffamatoires sur la cultivation et pratique. Beaucoup de parents ont de mauvaises compréhensions sur le Falun Dafa à cause de la propagande du parti communiste. Il est donc important que je valide la valeur de Dafa avec mes paroles et mes actes.

J'enseigne aux élèves les connaissances scolaires et je prends bien soin d'eux. Je fais bouillir de l'eau et je prépare des médicaments pour ceux qui ont un rhume. Je fais en sorte de garder au chaud les élèves quand ils ont mal au ventre. J'offre aux élèves de l'eau chaude pendant l'hiver pour les réchauffer. Les parents sont très touchés. Ils savent que je suis une pratiquante. Ils voient les faits de Dafa à travers moi. Par conséquent, ils n'ont plus de mauvaises compréhensions au sujet de Dafa.

Avant, les parents m'envoyaient des enveloppes rouges et des cadeaux pendant les vacances. Ils disaient qu'ils voulaient simplement exprimer leur gratitude pour avoir si bien pris soin de leurs enfants. Mais j'ai refusé tous les cadeaux. Un parent a suggéré que chaque parent donne 300 yuans au directeur et il lui a demandé de me donner l'argent. Mon directeur a refusé et leur a également dit que je refuserais l'argent.

Un parent, qui fait de la vente, m'a rendu visite à l'école et m'a dit : « Mon quartier général nous a donné des bouteilles de vin. Celles-ci ne sont pas disponibles dans notre région. Je sais que vous n'acceptez pas les cadeaux, mais j'ai eu le vin gratuitement. S'il vous plaît, acceptez-le. Vous avez enseigné à mon enfant pendant presque six ans. Vous avez même dépensé votre propre argent pour acheter des prix pour les enfants. Vous avez acheté des glaces aux élèves pendant l'été. Nous vous sommes très reconnaissants pour tout ce que vous avez fait pour les élèves tout au long de ces années passées. J'insiste pour que vous preniez le vin ! » 

Je l'ai remercié mais j'ai refusé le vin. Il a dit alors : « Nous vous admirons d'être une aussi bonne enseignante dans ce monde matériel. Votre école est une terre de pureté ! » J'ai répondu : « Notre école est une terre de pureté parce que ma pratique du Falun Dafa crée un tel environnement. »

Dans un premier temps, ces parents avaient voulu transférer leurs enfants dans une autre école après avoir appris que j'étais une pratiquante de Falun Dafa. Mais j'ai gagné leur respect et leur admiration. J'ai sauvegardé la dignité de Dafa avec mes paroles et mes actes. J'ai validé la grandeur de Maître Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa. Les parents ont aussi fait l'expérience de la valeur de cette pratique.

Abandonner les attachements à la renommée et à la jalousie

Quelque chose s'est passé récemment qui a révélé mon fort attachement à la renommée et à mon intérêt personnel.

Mon école était en train de passer en revue et de décerner les prix d'« enseignant exceptionnel ». J'aurais dû être considérée comme une enseignante exceptionnelle vu mon rendement au travail. Une jeune enseignante pleurait et disait qu'elle voulait le prix. Le principal, ne voyant pas qui d'autre il pouvait persuader, est venu vers moi et m'a demandé de « renoncer » au prix d' « enseignante exceptionnelle ». J'avais déjà « donné » le prix trois années de suite. Pourtant, j'ai accepté sans hésitation d'y renoncer à nouveau.

J'en ai parlé à une collègue sur le chemin du retour à la maison. Elle m'a dit : « Tu ne devrais pas renoncer à ce titre. Cette enseignante ne travaille pas avec diligence. Pourtant, elle veut être considérée comme « exceptionnelle ». Ne devrions-nous pas l'aider à ne pas prendre le prix comme quelque chose d'acquis ? » J'ai trouvé que ma collègue avait raison.

Le directeur adjoint m'en a reparlé le lendemain. Il a dit : « Vous êtes celle qui travaillez le plus dur de toute notre école. Votre classe se comporte tellement bien. Ce prix exceptionnel devrait vous appartenir. Vous y renoncez toujours. Sans ce prix exceptionnel, nous ne pouvons pas élever votre titre ni augmenter votre salaire. Je ne pense pas que ce soit juste pour vous que vous n'ayez même pas eu ce prix une seule fois ces dernières années. » D'une manière ou d'une autre, j'ai commencé à être d'accord avec le directeur adjoint et je me suis sentie un peu contrariée.

J'en ai parlé avec mon mari, un compagnon de cultivation. Il a partagé avec moi sur le Fa et m'a rappelé ce que le Maître avait dit :

« Par exemple, un jour, son entreprise distribuait des logements et le directeur a dit : « Ceux qui ont besoin d’un logement peuvent venir exposer leur situation et expliquer pourquoi ils en ont besoin. » Chacun s’est exprimé, mais lui n’a rien dit. À la fin, le directeur a vu qu’il avait plus de difficultés que les autres et que c’était à lui qu’il fallait donner l’appartement. Un autre a dit : « Ah non, on ne peut pas lui donner cet appartement, c’est à moi qu’on doit le donner, j’ai absolument besoin d’un logement. » Alors, il a dit : « Vas-y, prends-le. » Du point de vue des gens ordinaires, cet homme était un idiot. Il y avait des gens qui savaient que c’était un pratiquant de gong, ils lui ont demandé : « Toi, comme pratiquant de gong, tu ne veux rien, mais qu’est-ce que tu veux alors ? » Il a répondu : « Je veux ce que les autres ne veulent pas. » En fait, il n’était pas idiot du tout, il était même très intelligent. Seulement face à ses propres intérêts vitaux, il agissait de cette façon, il laissait les choses suivre leur cours naturel. » (Zhuan Falun, Leçon 9)

Mon mari m'a demandé de reconsidérer la question. J'ai cherché à l'intérieur et je me suis demandé : « Pourquoi ai-je dit aux autres que j'avais renoncé à ce prix exceptionnel ? » J'ai su que c'était parce que je ne pouvais pas abandonner la renommée. Qu'y avait-il derrière la renommée ? C'était l'argent.

Cette récompense exceptionnelle entraînait une promotion. Il en résulterait également 600 à 700 yuans de plus par mois ou 7000 à 8000 yuans par an. C'est une augmentation permanente. C'est une sorte de richesse. Je pensais que j'avais laissé tomber la renommée et l'intérêt personnel et je disais souvent aux autres : « Nous ne pouvons pas emporter de l'argent avec nous à notre mort. » Cependant, mon attachement à la renommée et à mon intérêt personnel s'était révélé lui-même dans un test. Je me suis rendu compte que je n'avais cultivé que superficiellement et que je n'avais pas vraiment abandonné mes attachements.

Le Maître a dit :

« Le xiulian d'un être humain est le processus d’abandonner les attachements humains au maximum. Pourquoi te soucies-tu autant de cela ? C’est parce que la chose qui reste dans ton esprit, à laquelle tu es attaché et dont tu te soucies tant, est un mur, un mur qui t'empêche d’abandonner le côté humain. Ce que je te demande, c'est que pour chacune de tes pensées tu sépares graduellement le côté humain et que celles-ci deviennent un état divin. Mais chacune de tes pensées est liée et attachée à cet endroit des êtres humains sans pouvoir le quitter. C’est comme un bateau qui est sur le point de mettre les voiles, mais ses cordages sont attachés au quai, beaucoup de cordes sont attachées et tu ne peux pas partir sans les détacher. »(« Enseignement du Fa à la conférence de Fa en Nouvelle-Zélande »)

J'ai trouvé mes attachements profondément enracinés à la renommée et à mon intérêt personnel. Avec l'aide du Maître, je peux vraiment les enlever. Le Maître nous demande de devenir des êtres éveillés qui placent les autres en premier. Je dois faire de mon mieux au travail et suivre le cours naturel quand il s'agit de la renommée et de l'intérêt personnel. Je devrais être calme, quel que soit le gain. J'ai besoin de vivre selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et aider mes collègues à voir la beauté du Falun Dafa.

Clarifier la vérité sur Dafa

Auparavant, je n'envoyais que des messages texte sur Dafa aux gens et je distribuais des brochures. Avec l'aide d'autres personnes, j'ai commencé à clarifier la vérité sur Dafa avec mon téléphone portable. Je ne savais pas quoi dire au début, car j'étais trop nerveuse. J'ai ensuite écrit mes messages sur une feuille de papier et je les lisais lors des appels téléphoniques. Même si mon discours n'était pas organisé, j'ai aidé neuf personnes à démissionner du Parti communiste et de ses organisations pour la jeunesse.

Je me souviens encore du 23 juillet 2014, lorsque dans mon groupe de pratiquants, c'est moi qui ai aidé la plupart des gens à démissionner du Parti. Je savais que c'était l'encouragement du Maître et cela m'a encouragée à aller de l'avant. Depuis, j'ai persévéré dans la clarification de la vérité avec mon téléphone portable.

Mon école a une politique : les enseignants qui ont des enfants d'âge scolaire peuvent partir avant la pause de midi pour préparer le déjeuner pour leurs enfants. Je prépare le déjeuner de mon enfant la veille au soir, de sorte que je peux utiliser ma pause déjeuner pour faire des appels téléphoniques tous les jours pour clarifier la vérité.

L'hiver peut être très froid dans le nord de la Chine. Je me tiens souvent debout pendant deux heures dans la neige à passer des coups de fil. Je me réchauffe les mains avec de l'eau chaude en rentrant à mon bureau. Puis je donne mes cours l'après-midi.

Cela fait quatre ans que je passe des appels téléphoniques à l'heure du déjeuner. Même si je n'ai pas le temps de déjeuner, je n'ai pas faim parce que je veux que les gens apprennent la vérité au sujet de Dafa. Je passe deux heures d'appels téléphoniques pour clarifier la vérité au cours des journées de travail et j'y passe plus de temps le week-end. J'étudie le Fa le matin et je passe des coups de fil l'après-midi. D'habitude, je passe des coups de fil pendant deux à trois heures, parfois plus de quatre heures. J'ai aidé plus de 16 000 personnes à démissionner du Parti au cours des quatre dernières années.

Ma motivation et ma persévérance viennent du soutien du Maître et du pouvoir de Dafa

Une fois, j'arrachais des mauvaises herbes sous le soleil en compagnie de quelques dirigeants de notre école. Notre directeur logistique a dit : « J'admire les pratiquants de Falun Dafa. Je dis souvent dans mon cœur : "Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon." »

J'ai validé la grandeur de Dafa avec mes paroles et mes actes. Mes collègues sont réceptifs lorsque je clarifie les faits, qui diffèrent de la propagande qu'ils entendent de la part du Parti. Mis à part une personne décédée des suites d'une maladie, tous mes collègues ont choisi un bel avenir en démissionnant des organisations communistes.

S'élever grâce à une solide cultivation

J'ai été endoctrinée par le Parti communiste chinois (PCC) et j'enseignais aux élèves comme on m'avait appris. Ce qui fait que l'influence du Parti sur moi était vraiment forte. J'avais l'habitude de parler de façon agressive et je n'avais aucune considération pour les sentiments des autres.

L'endoctrinement était profondément enraciné en moi. Je sais que tout ce que je peux faire, c'est étudier de plus en plus sérieusement le Fa. Ainsi je peux laisser tomber l'endoctrinement et me libérer de cela. Mais je dois cultiver solidement et me traiter comme une pratiquante en tout temps.

Je ne perds plus mon sang-froid et je ne cesse de me rappeler à moi-même que je suis une pratiquante. J'ai besoin de garder un esprit compatissant et paisible.

J'ai encore beaucoup d'attachements à enlever, comme le ressentiment, la jalousie et la mentalité de me faire valoir. Ce sont tous des obstacles sur mon chemin de cultivation. Je vais cultiver diligemment et bien faire les trois choses.

Merci Maître ! Merci à vous, compagnons de cultivation !

(Quinzième conférence de partage d'expériences par Internet de Minghui pour les disciples de Dafa de Chine continentale)

Traduit de l'anglais au Canada