Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Surmonter trois crises de karma de maladie en un mois

Lundi 21 octobre 2019 |   Écrit par Mei, une pratiquante de Falun Dafa dans la province du Shandong, Chine

(Minghui.org) Pendant notre cultivation dans cette vie, nous remboursons tous le karma, dont la maladie, accumulée depuis toutes nos vies passées. Mais nous ne devrions pas être pris dans l’illusion du karma de maladie et agir selon ces conceptions.

En 2017, j’ai fait face à trois crises de karma de maladie en un mois. Sous la protection miséricordieuse de Maître Li et avec l’aide de compagnons de cultivation, j’ai regardé à l’intérieur, trouvé mes attachements fondamentaux et je les ai éliminés. J’ai éliminé la persécution des forces anciennes et j’ai guéri à chaque fois.

Émettre la pensée droite pour éliminer la perversité

Un soir d’octobre 2017, j’émettais la pensée droite assise sur mon lit, lorsque j’ai perdu conscience et suis tombée sur le sol.

Une pratiquante est arrivée juste au moment où je me levais pour préparer un repas pour mon mari alité. Elle m’a dit que je n’avais pas l’air bien. Après l’avoir vue s’éloigner, ma poitrine me dérangeait et j’ai vomi beaucoup de sang.

En m’entendant vomir, mon mari est sorti de sa chambre dans son fauteuil roulant. Il fut pétrifié en voyant autant de sang sur le sol. Il m’a dit d’appeler notre fils et de lui demander de venir.

J’ai dit : « N’aie pas peur. Je vais aller bien une fois que je me serai étendue un peu. » Nous nous sommes tenu la main et j’ai poussé son fauteuil roulant dans sa chambre.

Une fois mon mari retourné au lit, je me suis étendue pour me reposer. En un rien de temps, je me suis vue m’envoler et flotter dans les airs. J’ai atterri dans un champ de coton et j’ai vu ma belle-sœur, déjà décédée, qui récoltait le coton. J’ai pensé en moi-même que je ne devrais pas être là, alors je suis retournée en flottant. Aussitôt revenue, l’horloge a sonné l’heure – il était exactement minuit.

Je me suis assise pour émettre la pensée droite et j’ai vu la scène suivante : un vieil homme dans une robe taoïste noire tenait un fouet en crin de cheval qu’il m’a lancé à la tête. J’ai eu tellement peur que j’ai crié pour demander l'aide du Maître.

Ensuite, j’ai vu la peinture Vœu solennel sur le mur. Elle scintillait et les divinités sortaient de l'image. C’était évident que le Maître avait fait descendre des divinités pour m’aider à combattre la perversité. Les deux côtés se sont battus avec fougue. Finalement, nous avons gagné la bataille et battu la perversité.

Tout à coup, mon mari s’est écrié : « Mei, s’il te plaît, ne me quitte pas. Si tu pars, qui va prendre soin de moi ? »

Je l’ai réconforté : « Ne t’en fais pas. Je suis juste ici. »

Il a dit : « Je t’ai vu dans une robe blanche et tu t’en allais avec un vieil homme en robe noire. »

J’étais très fatiguée et je voulais vraiment dormir, mais j’ai tout de même changé les draps de mon mari parce qu’il les avait mouillés. Puis je suis allée directement me coucher. Tôt le lendemain matin, quelques pratiquants sont venus voir si j’allais bien parce que je n’avais pas répondu au téléphone la veille.

Je leur ai dit que je m’étais battue avec la perversité et que j’étais très fatiguée. Ils m’ont aidée à cuisiner pour mon mari. Nous avons étudié le Fa et pratiqué les exercices ensemble. Nous avons émis la pensée droite chaque heure pendant une journée entière. J’ai aussi regardé à l’intérieur pour trouver mes insuffisances. Protégée par le Maître, j’ai surmonté cette tribulation.

Nier la persécution

Quelques jours plus tard, je me suis sentie faible et je ne pouvais pas me lever pour faire les exercices au cours de la matinée. J’étais choquée de mon apparence – ma bouche était tordue et mes yeux inclinés. Je savais que c’était encore la persécution des forces anciennes. Toutefois, je n’ai pas eu peur, car le Maître et Dafa sont toujours à mes côtés. J’ai tout de suite émis la pensée droite pour éliminer la perversité.

Quelques compagnons de cultivation sont venus plus tard ce matin-là. Ils m’ont demandé de les accompagner pour visiter un pratiquant éloigné à plus de 48 km. J’ai hésité à cause de mon apparence, mais ils m’ont encouragée à venir et ont dit que de partager nos expériences de cultivation avec les autres pratiquants pouvait m’aider à élever mon xinxing. J’ai abandonné mon attachement à sauver la face et suis allée avec eux malgré mon état.

Une fois arrivée, je me suis sentie un peu mieux. Partager les expériences avec les autres pratiquants était très aidant. J’ai trouvé mes attachements à sauver la face, au confort et à avoir une bonne vie.

J’ai immédiatement émis la pensée droite pour les éliminer. De retour chez moi, ce soir-là, mon visage était normal. J’ai dépassé une autre tribulation de maladie.

Pensées droites et actions droites

Une semaine plus tard, j’ai attrapé le zona.

Au début, de petits boutons rouges sont apparus sur mes aisselles, ma taille et ma poitrine. Cela faisait mal et démangeait lorsque je touchais les endroits affectés. J’étais très inconfortable et je n’arrivais pas à dormir. J’avais même de la difficulté à bouger.

Contrairement aux deux tribulations précédentes, qui n’avaient duré que deux ou trois jours, le karma cette fois a duré beaucoup plus longtemps et je n’ai pas pu dormir pendant quelques jours.

Je me suis souvenue de ce que le Maître nous a enseigné. Dans mon cœur, j’ai nié la persécution arrangée par la perversité et je me suis rectifiée en me basant sur le Fa. J’ai allongé le temps pour émettre une forte pensée droite et éliminer les facteurs pervers d’interférence dans les autres dimensions.

Le Maître a dit :

« Nous nions même l’apparition des forces anciennes elles-mêmes et tout ce qui est arrangé par les forces anciennes, nous nions même leur existence. » (« Enseignement de la Loi à la Conférence de Loi de Chicago en 2004 », Enseignement de Fa dans les conférences IV)

Par coïncidence, quelques pratiquants m’ont demandé d’aller avec eux dans un autre canton pour les affaires de Dafa. Malgré mon état, j'y suis allée. Dans la voiture, j’ai dû tenir mes bras levés pendant tout le voyage, sinon j’allais avoir des sueurs froides.

Ils ont réalisé que je souffrais et ont émis la pensée droite avec moi pendant tout le trajet. J’ai regardé à l’intérieur pour voir mes insuffisances dans mon xinxing, pour rectifier mes pensées et actions et m’assimiler à Dafa.

J’ai finalement trouvé mon attachement fondamental au besoin d’avoir le contrôle, lequel existait même bien avant mon mariage. Une fois mariée, je prenais toutes les décisions dans notre famille. Tout ce que je disais se faisait. Si quelque chose n’allait pas comme je l’avais décidé, j’étais très contrariée.

Instillée par la culture perverse du Parti, je croyais à tort que ma volonté forte et ma personnalité dominante étaient simplement mon opinion et mon habileté. Je devais déraciner cette mauvaise conception humaine et abandonner l’attachement à moi-même.

Le Maître a dit :

« Désormais, quoi que vous fassiez vous devez penser d’abord aux autres, arriver en vous cultivant à l’éveil complet sans égoïsme ni ego, autrui d’abord et soi ensuite, ainsi dès maintenant, quoi que vous fassiez ou disiez, vous devez penser aux autres ! » (« La nature de Bouddha sans écoulement », Points essentiels pour avancer avec diligence)

Ce soir-là, mon fils, ma belle-fille et mon petit-fils ont émis la pensée droite avec moi. Le lendemain matin, mon petit-fils m’a appelée pour me demander comment j’allais. Il a dit : « Grand-maman, j’ai vu beaucoup de choses sales sortant de toi la nuit dernière, comme des bulles d’eau noire. »

J’ai touché ma peau et j’ai réalisé que toutes mes démangeaisons et ampoules avaient disparu. Je me suis exclamée : « Ouah ! Les boutons ont disparu. Je n’ai plus mal. Je me sens bien maintenant. »

L’illusion du karma de maladie avait disparu après un peu plus d’une semaine.

Traduit de l’anglais