Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Fahui de Minghui | Réussir en coopérant bien pour secourir les compagnons de cultivation

Lundi 11 novembre 2019 |   Écrit par San Gui, un correspondant de Minghui et pratiquant de Falun Dafa dans la province du Shandong

(Minghui.org) Bonjour Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !

Je pratique le Falun Dafa depuis plus de vingt ans. Chaque fois quand je rencontre des difficultés ou des tribulations, je ressens la compassion du Maître. J'ai appris que tant que nous avons le Fa dans nos cœurs, nous réussirons.

Le Maître a dit :

« Le Fa peut briser tous les attachements, le Fa peut briser toutes les perversités, le Fa peut briser tous les mensonges, le Fa peut affermir la pensée droite. (« Éliminer les interférences », Points essentiels pour avancer avec diligence (II)

Il y a environ dix ans, j'ai démissionné de mon emploi, à l'âge de 45 ans, et je me suis consacré à assister le Maître dans la rectification de Fa et le salut des êtres.

Coopérer comme un seul corps

Au cours des dernières années, nous avons visité des villages éloignés dans notre région, d'abord en distribuant des documents, puis en clarifiant la vérité sur Dafa dans les rues et plus tard en visitant les habitants de porte en porte. C'est un honneur pour nous d'apporter Dafa aux gens et de s'assurer qu'ils ne croient pas la propagande haineuse du Parti communiste chinois (PCC). Compte tenu de ces expériences, nous avons bien coopéré et nous nous sommes aussi élevés comme un seul corps.

La première fois que nous sommes allés distribuer des documents en groupe dans les villages éloignés, nous étions tous très nerveux. La dernière pratiquante à se joindre à nous paraissait particulièrement tendue. Je l'ai saluée et cela l'a apaisée.

Les routes dans les montagnes étaient cahoteuses et il y avait plusieurs chiens dans les villages. Cependant, avec l'aide du Maître, nous avons distribué les documents et nous sommes rentrés sains et saufs à la maison. Plus tard, cette pratiquante m'a dit qu'elle avait senti une énorme pression en montant dans l'auto, comme si c'était un test de vie et de mort. Elle m'a aussi remercié pour la brève conversation qui l'avait aidée à se calmer. Nous avons compris que, tant que nous avançons pour faire ce que nous sommes supposés faire, l'attachement à la peur sera réduit et nos pensées droites seront renforcées.

Alors, nous organisions de tels voyages une fois par semaine. Divisés en deux groupes, nous récitions Lunyu et d'autres enseignements du Maître comme : « Le Xiu véritable » de Points essentiels pour avancer avec diligence et aussi « La grandeur des disciples » et « Rectification de Fa et xiulian » de Points essentiels pour avancer avec diligence (II).Cela nous a aidés à émettre des pensées droites plus fortes. Au début, peu de pratiquants se sont joints à nous, puis motivés par les pratiquants diligents, plusieurs autres nous ont rejoints plus tard.

Nous avons deux groupes d'étude du Fa avec cinq pratiquants dans chaque groupe et tous sont dans la quarantaine et la cinquantaine. Bien que nous ayons différents niveaux de revenus, chacun de nous se concentre sur sa cultivation et le fait de bien faire les trois choses. De plus, chacun de nous a un ordinateur et des imprimantes à la maison, nous permettant d'imprimer les documents de Dafa pour la distribution.

Secourir les pratiquants

Certains pratiquants ont été arrêtés et détenus et plus d'incidents se sont manifestés alors que nous clarifions la vérité en personne. Mais ceci ne nous a pas intimidés. En fait, nous avons continué de distribuer des documents [d'information sur Dafa] pendant que nous secourions les pratiquants détenus. Pendant ce processus, nous avons obtenu davantage de compréhension de ce que le Maître a dit :

« La cultivation dépend de soi, le gong dépend du maître. » (« Première Leçon », Zhuan Falun)

Nous sommes partis dans deux véhicules un dimanche. Une voiture s'est rendue dans un village de montagne à environ 50 km à l'est, tandis qu'une autre s'est rendue dans une plaine à une distance similaire à l'ouest. Notre véhicule est revenu sain et sauf, mais deux pratiquantes dans l'autre véhicule, M me Wang et Mme Bai, ont été arrêtées après que quelqu'un les a signalées à la police.

Nous avons contacté les maris des deux pratiquantes et nous nous sommes rendus au poste de police local demander leur libération. Au moment de notre arrivée, nous avons constaté que les agents du Bureau 610 étaient déjà là, avec les policiers. Comme nous avons posé des questions sur les incidents, en espérant que ces deux pratiquantes puissent rentrer chez elles, un policier a dit qu'il ne pouvait pas le faire et a voulu vérifier nos pièces d'identité. Pour éviter d'autres persécutions, nous sommes partis, en constatant que ces deux pratiquantes étaient envoyées dans un centre de détention. Mme Wang et moi nous sommes regardés et j'ai pu voir sa détermination.

Parce qu'elle a refusé de donner un échantillon de sang et de subir un examen physique, en plus des égratignures sur elle, le centre de détention a refusé d'admettre M me Wang et elle est rentrée chez elle ce soir-là. Mme Bai, par contre, n'a pas vu à travers le complot de la police et a accepté d'être détenue pendant quinze jours. « Vous savez, Mme Wang a été emmenée en détention dans une autre ville et elle finira en prison », a déclaré le directeur du poste de police.

Néanmoins, nous, pratiquants, n'avons pas reconnu la peine de quinze jours de détention. La mère âgée de M me Bai, qui rarement quittait son appartement, s'est rendue avec son fils rencontrer Mme Bai au centre de détention. En plus d'émettre une forte pensée droite, les autres pratiquants et moi avons cherché les coordonnées de la personne qui avait signalé Mme Bai. Ensuite, nous avons distribué des documents révélant cet incident dans toute la ville. Un des amis de cette personne l'a appelée et lui a dit : « Hé, mon ami, pourquoi as-tu fait une chose aussi stupide ? »

Parce que nous, pratiquants, avons travaillé ensemble comme un seul corps et avons élevé notre xinxing, Mme Bai est rentrée chez elle le cinquième jour, soit dix jours avant que sa peine de détention soit expirée. Cela nous a donné beaucoup de confiance.

Le Maître dit :

« En aucune circonstance, on ne doit coopérer aux exigences, ni aux ordres, ni aux instigations de la perversité. Si tout le monde agit ainsi, l’environnement ne sera plus le même. » (« La pensée droite des disciples de Dafa est puissante », Points essentiels pour avancer avec diligence (II))

Quand la pratiquante M me Cai a été arrêtée dans une autre ville, nous nous sommes immédiatement rendus au poste de police demander sa libération. Mais nous n'avons pas eu le temps de contacter sa famille. Quand la belle-fille de Mme Cai nous a vus au poste de police, trompée par la propagande diffamatoire du PCC, elle a dit à la police que nous étions aussi des pratiquants. Cela a mené à l'arrestation de Mme Dan, pendant que le reste de nous avons pu nous enfuir.

En regrettant mon manque de compassion à sauver la famille de M me Cai et les policiers, je n'ai pas abandonné et je suis allé avec d'autres pratiquants chez le père de Mme Dan, qui a été d'accord pour travailler avec nous. Même s'il était déjà 3 h du matin au moment de rentrer chez moi, je suis allé avec d'autres pratiquants le lendemain porter secours à Mme Dan et on m'a dit qu'elle avait été transférée dans un centre de détention dans une autre ville. Son père était d'accord avec nous pour engager un avocat. Après que l'avocat a rencontré Mme Dan, nous sommes retournés au poste de police avec les parents de Mme Dan et l'avocat pour demander sa libération. Six jours plus tard, Mme Dan est rentrée chez elle.

Défendre les pratiquants en se fondant sur la Loi

Nous avons engagé des avocats quatorze fois en huit ans pour secourir les pratiquants détenus. Cela a beaucoup aidé à réprimer la méchanceté de la police et à sensibiliser les gens ordinaires.

Une des étapes les plus difficiles était de convaincre les membres de la famille des pratiquants détenus. Ils avaient été menacés par le Bureau 610 que faire ainsi [engager des avocats d'autres régions] entraînerait des peines d'emprisonnement plus longues. Par conséquent, ils refusaient de nous rencontrer, juraient contre nous, ou ne voulaient pas payer les frais juridiques.

Considérant que les pratiquants forment un seul corps, cependant, nous n'avons pas hésité parce que nous ne pouvons pas simplement rester assis ici pendant que les pratiquants étaient détenus et torturés. Entre-temps, nous étions conscients de la pression subie par les membres de cette famille, tant de la part du Bureau 610 que de la police. Nous retournions donc à eux, et nous espérions les rencontrer à nouveau. Quand un membre de la famille refusait, nous nous déplacions vers un autre membre de la famille. Émus par notre patience et notre gentillesse, beaucoup de gens acceptaient de nous aider.

Après qu'une pratiquante a été arrêtée pour avoir expliqué les faits sur le Falun Dafa, son mari est passé de la passivité à la participation active. Il a engagé un avocat et, en travaillant avec d'autres membres de sa famille, a écrit des lettres aux responsables décrivant les changements positifs apportés par Dafa chez sa femme. Les fonctionnaires impliqués ont été émus et l'affaire a été renvoyée du parquet à la police. La pratiquante est rentrée chez elle trente jours plus tard.

Afin de réduire le fardeau financier des familles de ces pratiquants, la plupart des frais juridiques étaient payés avec des dons volontaires des pratiquants. En fin de compte, nous ne voulons pas retarder l'embauche d'avocats pour sauver les pratiquants par manque d'argent. Il y a eu beaucoup d'histoires de ce genre. Après avoir appris qu'un pratiquant avait été arrêté pour avoir clarifié la vérité sur Dafa, une autre pratiquante nous a immédiatement offert 10 000 yuans pour nous aider à engager un avocat. Ce montant était presque tout son revenu de l'année entière. Elle vivait encore dans un bungalow ordinaire et son fils ne s'est pas encore marié. Touchée par l'aide désintéressée, la première chose que cette pratiquante détenue a faite après sa libération a été de rembourser les frais juridiques.

Bien que les Bureaux 610 aient essayé de nombreuses méthodes différentes pour nous empêcher d'engager des avocats, ils n'ont jamais réussi. En fait, chaque fois, c'était une bataille entre la droiture et la perversité.

C'était exactement comme le Maître a dit :

« À mesure que la rectification par la Loi avance sans cesse, ce genre de manifestation deviendra de plus en plus évident, car votre force deviendra de plus en plus grande à mesure que celle de la perversité diminuera de plus en plus. Lorsque votre cœur humain est très lourd et qu’il y a de plus l’interférence de la perversité et des facteurs mauvais, il pourra y avoir le phénomène que lorsque vous serez fort elle sera faible, lorsque vous serez faible elle sera forte. » (« Enseignement de la Loi à la Conférence internationale de Loi de Washington DC 2009 », Enseignement de Fa dans les conférences (IX)

Histoires : Secourir les pratiquants

« Comment êtes-vous entrés ? »

Nous avons engagé un avocat la première fois en 2012. Nous sommes allés dans une autre ville chercher les deux avocats qui défendaient M. Liu. Nous n'avions pas beaucoup d'expérience à l'époque. Malgré tout, nous avons été touchés de voir les deux avocats faire du vélo au lieu de prendre un taxi pour réduire les frais juridiques.

Lorsque les avocats se sont inscrits au centre de détention pour rencontrer M. Liu, une autre pratiquante, M me Wang, et moi-même avons décidé de les accompagner. Nous avons franchi deux barrières pour l'enregistrement, mais personne ne nous a arrêtés et personne ne nous a demandé nos pièces d'identité. En nous voyant marcher devant les avocats sans problème, les avocats ont été surpris. « Comment êtes-vous entrés ? » demanda l'un d'eux. Lorsque les avocats ont demandé à rencontrer M. Liu, Mme Wang et moi avons émis une forte pensée droite dans la même salle d'attente. Après avoir contacté le Bureau 610, un policier du centre de détention a déclaré que la demande avait été rejetée.

Bien que la rencontre ne se soit pas déroulée comme prévu, nous avons gagné en confiance grâce à cette expérience. De plus, en regardant à l'intérieur de nous et en nous examinant nous-mêmes, nous avons trouvé l'attachement de la peur et le manque de pensée droite. Ma compréhension est que tant que nous maintenons un cœur droit et une pensée droite, nous verrons la puissance de Dafa. Après des demandes répétées des avocats, ils ont rencontré M. Liu plus tard dans l'après-midi et ont été en mesure de lui donner les nouvelles conférences du Maître.

M. Liu avait été torturé cruellement et il était blessé. En raison du soutien de l'extérieur, sa situation dans le centre de détention s'est améliorée.

Le Bureau 610 a continué à menacer des membres de la famille, en disant que l'embauche d'avocats de Pékin entraînerait une peine d'emprisonnement plus longue. Bien que l'affaire ait été renvoyée deux fois par le parquet à la police, elle s'est poursuivie selon les instructions du Bureau 610. Cependant, une fois que nous avons atteint l'étape du procès, nous ne pouvions plus communiquer avec les fonctionnaires et les membres de la famille hésitaient à aller de l'avant eux aussi. Finalement, M. Liu a été condamné à cinq ans d'emprisonnement, mais ce revers ne nous a pas empêchés de continuer à travailler à secourir des pratiquants.

Un membre de famille : Les pratiquants sont innocents

Une pratiquante, presque septuagénaire, a été arrêtée en 2017 pour avoir posé des affiches adhésives. Elle vit à la campagne et avait déjà été détenue trois fois. Chaque fois, nous n'en avions pas entendu parler jusqu'à ce qu'elle soit envoyée en prison. Chaque peine était comme un procès-spectacle de 10 minutes au plus et les membres de la famille n'avaient pas le droit d'y assister.

Nous avons contacté les deux filles de cette pratiquante pour discuter d'engager un avocat. Mais toutes les deux étaient réticentes. Leur mère avait été emprisonnée la plupart du temps pendant toutes ces années et elles avaient vécu dans la peur depuis leur enfance. Elles avaient toutes sortes d'excuses.

Nous n'avons pas abandonné et nous avons rendu visite au jeune frère de la pratiquante, avec un cadeau. Il a été touché par notre sincérité, mais considérait que secourir sa sœur était très difficile. « Vous êtes si chanceux d'avoir une sœur qui a une croyance droite », ai-je dit. « En fait, elle a parlé du Falun Dafa aux autres par compassion. Il serait noble de la faire sortir de la prison. »

Nous lui avons aussi dit que nous ferions l'effort et que nous paierions les frais juridiques. Il n'avait besoin que de travailler comme une connexion. Il a été très ému et a été d'accord de nous aider. « Un jeune pratiquant avait l'habitude de m'enseigner le Falun Dafa avant en prison. J'admire beaucoup les pratiquants », a-t-il dit, en ajoutant qu'il avait arrêté de pratiquer parce qu'il ne pouvait pas comprendre pourquoi des personnes innocentes devraient être emprisonnées.

Nous avons fait d'innombrables trajets entre les agences gouvernementales pour cette affaire. Ce frère a aussi envoyé des documents au poste de police, au parquet et au tribunal. Nous travaillions avec lui et émettions la pensée droite, ce qui l'a profondément touché.

L'avocat a livré une forte défense durant le procès, ce qui a fait baisser la tête du procureur, qui était incapable de répondre. La pratiquante était aussi très énergique malgré son âge et la détention. Touché par tout cela, le frère a levé un pouce par la suite. « Ce que l'avocat a dit est correct – les pratiquants sont innocents et ce sont ces fonctionnaires qui ont commis des crimes ». Il a dit que sa sœur n'aurait pas pu passer à travers cela sans le Falun Dafa. Les efforts altruistes des pratiquants l'ont complètement changé. « Si vous faites quelque chose comme cela à nouveau, s'il vous plaît, comptez sur moi parce que je veux aider aussi », a-t-il continué. Plus tard, il a aussi recommencé à pratiquer.

Les deux filles de cette pratiquante ont aussi changé. Elles ont non seulement appris les faits au sujet de Dafa, mais elles nous ont aussi proposé de venir nous reconduire quand nous travaillions à secourir une autre pratiquante. Pendant que nous nous sentions mal pour la souffrance de cette pratiquante, nous étions aussi soulagés de voir sa famille changer leur vie.

Le Maître a dit :

« J'ai dit que cette scène historique était laissée aux disciples de Dafa pour qu’ils valident la Loi et sauvent les êtres. Avec tout ce que vous avez manifesté ici, quoi qu'il en soit, l’avenir sera glorieux et splendide. J'espère seulement que vous pourrez vraiment faire encore mieux, coopérer encore mieux et vous coordonner encore mieux. » (« Enseignement de la Loi lors d’une réunion de NTDTV », Enseignement de Fa dans les conférences (IX))

Quatre audiences : Batailles entre la droiture et la perversité

Deux pratiquantes de la campagne, M me Li et Mme Wen ont été arrêtées à la fin de 2018 parce qu'elles clarifiaient la vérité au sujet du Falun Dafa. La famille de Mme Li était d'accord d'embaucher un avocat et de plaider non coupable. La famille de Mme Wen, d'autre part, avait des relations et a dépensé plus de 10 000 yuans en pot-de-vin versés à des fonctionnaires. Mais cela n'a pas aidé et le Bureau 610, plus tard, a désigné un avocat local pour la défendre, mais il a plaidé coupable.

En pensant que cet arrangement empêcherait les gens d'entendre les faits de Dafa pendant l'audience, nous devions faire de notre mieux pour corriger cela.

Le Maître a dit :

« Vous devriez vous rappeler une chose : aujourd'hui, la scène de l'humanité est préparée pour que les disciples de Dafa s’y manifestent, absolument pas pour faire le jeu de la perversité ! » (« Enseignement de la Loi à la Conférence de Loi à New York 2007 », Enseignement de Fa dans les conférences (VIII))

Nous avons commencé par le mari de M me Wen. Avant cela, je lui avais déjà rendu visite plusieurs fois, environ 35 km pour l'aller seulement, mais il était toujours froid, même si je lui apportais un cadeau. Cette fois-ci, un autre pratiquant et moi sommes allés avec deux boîtes de lait maternisé pour nourrissons. Il nous a souri et j'ai su qu'on avait fait la bonne chose.

Nous lui avons expliqué que le Bureau 610 voulait tromper les gens sur la question du Falun Dafa. La persécution est mal et les avocats de Pékin le savent. Il nous a demandé de contacter le fils adulte de M me Wen. Nous l'avons encouragé à aider sa mère, parce qu'elle était innocente. Constatant son inquiétude au sujet de l'argent, nous lui avons assuré que nous paierions les frais et il a finalement signé un contrat pour engager un avocat de Pékin.

Mais, les choses ne se sont pas déroulées en douceur. La première audience a été annulée puisque l'avocat de M me Wen assigné par le Bureau 610 ne s'est pas présenté. Juste avant la deuxième audience, le Bureau 610 a entendu dire que nous avions engagé des avocats de Pékin et il a annulé l'audience sans explication. En outre, des agents ont rendu visite à la famille de Mme Wen avec des cadeaux pour induire en erreur et menacer les membres de la famille. Craignant une peine de prison supplémentaire, le fils de Mme Wen a annulé son contrat avec nous, mais il n'a pas osé nous en parler. Néanmoins, nous avons émis la pensée droite pour annuler cet arrangement vicieux.

D'autres problèmes sont apparus par la suite. Trois jours avant la troisième audience, l'avocat de M me Wen, de Pékin, a appelé pour lui dire que la famille de Mme Wen avait mis fin au contrat. Comme il restait deux week-ends de deux jours avant l'audience, il n'a pas eu le temps de rencontrer Mme Wen ou sa famille. Néanmoins, nous ne voulions pas abandonner. « S'il vous plaît, venez quand même », ai-je dit à l'avocat. Il a promis de venir et nous a rappelé d'être droits.

Un violent typhon a frappé notre ville le jour de l'audience. Comme les trains ne roulaient pas, l'avocat de M me Li n'a pas pu venir. L'avocat de Mme Wen, cependant, était arrivé deux jours à l'avance. Nous étions tous les deux dubitatifs, cependant, parce que nous ne savions pas si l'audience allait avoir lieu et dans quelle mesure le Bureau 610 manipulerait la famille de Mme Wen dans cette affaire. À ce moment-là, j'ai vu un article nouvellement imprimé du Maître :

« Reprenez-vous et soyez comme les disciples de Dafa d'Amérique du Nord, ne reculez pas devant les difficultés. Ne soyez pas bloqués par les cadres fixés par les hommes. Ne vous laissez pas intimider par la perversité, parce que l’histoire est laissée pour vous » (« À la conférence de Fa de France »)

Ceci m'a éveillé et j'étais très reconnaissant pour la compassion du Maître.

Nous sommes arrivés à la cour à l'heure, tout comme le juge, les agents du Bureau 610, la famille de M me Wen et d'autres pratiquants étaient venus en soutien. Le centre de détention a ouvert ses portes à 9 h, mais l'avocat de Mme Wen a pu lui rendre visite trente minutes auparavant. Ne sachant pas ce qui s'était passé à l'extérieur, Mme Wen a signé un contrat avec l'avocat, lequel a été ensuite soumis au juge. À ce moment-là, le juge a également été avisé que l'avocat de Mme Li ne pouvait pas venir en raison du typhon. L'audience a donc été reportée malgré la tentative d'intervention du Bureau 610 dans la présentation juridique.

Au cours de la quatrième audience, les deux avocats ont produit une défense solide. Les familles étaient convaincues, tout comme les fonctionnaires dans la salle d'audience. Les deux pratiquantes ont également défendu leur propre innocence aussi bien et révélé comment le PCC a abusé des lois pour persécuter des pratiquantes innocentes. « Puisqu'il est bon [le Falun Dafa], vous pouvez le faire à la maison », a fait remarquer le juge sans réfléchir.

Conclusion

En regardant ce que nous avons traversé, chaque étape n'aurait pas été possible sans les soins compatissants du Maître. Je suis très reconnaissant et je vais bien faire sur le restant de mon chemin de cultivation.

J'aimerais conclure mon partage avec une citation des enseignements du Maître :

Le Maître a dit :

« Je dis souvent que je ne me fais pas beaucoup de souci pour le résultat final, car ce qui doit être achevé au cours de la rectification par la Loi est inéluctable. Peu importe combien les choses peuvent être poignantes pendant la rectification par la Loi, le résultat est certain. Alors je n'y prête pas beaucoup d'attention, étant donné qu'elle est destinée à réussir. Ce que je chéris le plus, c'est le processus. Le parcours entier d'une vie est l'entité intégrale de cette vie. Le processus entier de la rectification par la Loi est le plus précieux – il s'agit de l'intégralité de l'univers et c'est la chose la plus remarquable. Le processus de la rectification par la Loi est ce qui est primordial, alors on ne peut pas laisser les forces anciennes y participer. » (« Enseignement de la Loi à la Capitale des États-Unis », Enseignement de Fa dans les conférences (VIII))

Merci Maître ! Merci compagnons de cultivation !

(Présenté à la seizième conférence de partage d'expériences par Internet de Minghui par les disciples de Dafa de Chine continentale)

Traduit de l'anglais