Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Aider ma mère à passer le test de la vie et de la mort

Vendredi 5 juillet 2019 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) Je suis un pratiquant de Falun Dafa de vingt-cinq ans. J’ai été mis en contact avec Dafa lorsque j’étais enfant. Ma mère est une pratiquante, mais pas mon père. Lorsque j’avais six ans, mes parents ont divorcé à cause du stress causé par la persécution des pratiquants de Dafa par le Parti communiste chinois (PCC).

Je vivais avec mon père et ne voyais ma mère que lors des vacances d’été, une fois que l’école était fermée. Lorsque nous étions ensemble, elle ne me demandait pas de faire les exercices, mais elle me lisait le Zhuan Falun et me demandait de cultiver mon xinxing. Comme je ne faisais pas les exercices et ne faisais que lire le livre de temps en temps, je ne sentais pas que je cultivais réellement.

Probablement dû au fait que j’ai obtenu le Fa assez facilement, je ne le chérissais pas. Même si je savais au fond de moi que la cultivation est une affaire sérieuse, je n’y prêtais pas beaucoup attention. Malgré cela, je cultivais mon xinxing en suivant les exigences que j’apprenais dans le Zhuan Falun.

Je faisais face à de nombreuses petites tribulations dans la vie quotidienne qui testaient mon xinxing. Cependant, elles étaient tellement mineures que je passais les tests facilement en m’ajustant et je n'y prêtais pas beaucoup attention. Lorsqu’un gros test est survenu, ce fut un réel signal d’alarme. Bien que cela se soit passé il y a déjà quatre ans, je me souviens de ce que ma mère a traversé comme si c’était hier.

J’étais sur le point d’obtenir mon diplôme universitaire. Ma mère vivait seule et vu que nous vivions dans des villes différentes, éloignées l’une de l’autre, elle m’appelait tous les jours pour prendre des nouvelles. L’école étant presque terminée, j’attendais le Nouvel An chinois pour aller la voir.

Depuis l’enfance, j’avais toujours pu pressentir beaucoup de choses qui allaient arriver. Un jour, je me suis senti mal et j’ai eu l’impression que c’était lié à ma mère. Mais comme nous nous parlions au téléphone régulièrement, et que rien ne semblait être différent, je n’ai pas prêté attention à mon sentiment.

Un soir, je n’arrivais pas à contacter ma mère alors que je lui avais parlé au cours de la journée. J’ai commencé à paniquer parce qu’elle ne répondait pas au téléphone, et que je n’avais aucune autre façon de la joindre. J’étais très inquiet, mais je ne pouvais pas demander un congé du travail parce que j’étais en stage et que j’avais pris la place de quelqu’un qui venait de démissionner.

Quelques jours plus tard, une amie de ma mère m’a laissé un message urgent disant d’aller voir ma mère dès que possible. Je savais que quelque chose de grave lui était arrivé. J’ai rapidement demandé un congé à mon superviseur, j’ai acheté un billet d’avion et me suis envolé le soir même. D’autres membres de ma famille m’ont appelé et ont tenté de me réconforter, me disant de rester calme peu importe la situation, mais je n’y arrivais pas. J’étais très stressé et désespéré de voir ma mère.

Toutefois, en conservant mes pensées dans Dafa et ma croyance dans le Maître, je me suis graduellement calmé. C’était comme si j’étais entouré par quelque chose et j’ai commencé à me sentir calme et confiant. Je suis sorti de l’avion, j’ai voyagé encore quelques heures et je suis finalement arrivé chez elle à 3 h du matin.

La porte d’entrée était ouverte, elle était étendue sur son lit et elle était fiévreuse. Lorsque je l’ai appelé par son nom, elle a ouvert les yeux, mais n’a rien dit, comme si elle ne me reconnaissait pas. Je me suis senti perdu, me demandant depuis quand elle était ainsi. Le contraste était trop grand.

Après quelques minutes, elle a semblé me reconnaître. Elle a dit mon nom, puis s’est rendormie. Toutefois, à cet instant, je n’éprouvais aucune tristesse. J’étais étonnamment calme, parce que je savais qu’elle irait bien. Elle est une pratiquante et toutes ces années, elle s’est appliquée à assister le Maître à sauver les êtres. Beaucoup de gens ont appris la vérité à propos de Dafa grâce à elle. Si elle devait partir comme ça, d’autres allaient perdre la chance d’être sauvés — ça ne devait pas arriver.

C’est peut-être parce que mes pensées étaient libres de toute sentimentalité d’une personne ordinaire et étaient droites que, dans cette épreuve de vie ou de mort, ma mère a finalement réussi à passer au travers.

Pendant les jours qui ont suivi, je me suis seulement occupé de ma mère vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Je lui ai lu le Zhuan Falun et j’ai émis la pensée droite. J’avais peur de m’endormir la nuit et je voulais avoir l’œil sur elle au cas où elle aurait besoin d’aide pour aller aux toilettes. Lorsque j’étais vraiment très fatigué, je faisais une sieste rapide en m’étendant à ses pieds.

Pendant la journée, d’autres pratiquants venaient et lui lisaient le Zhuan Falun. Elle était étendue dans son lit, sans émotion sur le visage. Je devais la nourrir à chaque repas et l’aider à boire.

Lorsque les autres pratiquants partaient, c’était après le coucher du soleil, et sa fièvre revenait. Je pouvais voir que sa chambre était remplie de spectres des autres dimensions. Ils arrivaient depuis le balcon, étaient de couleur sombre et occupaient la pièce en entier. J’avais un peu peur et j’émettais la pensée droite sans arrêt pour les éliminer.

Ce soir-là, alors que j’allais m’étendre pour une sieste, j’ai vu deux gros serpents sur elle. Ils lui appuyaient dessus et me fixaient de leurs yeux.

J’étais abasourdi. J’ai ouvert les yeux et automatiquement tiré sur le bras de ma mère. Il était tellement chaud que je l’ai immédiatement lâché. Après, mes deux bras sont devenus gelés jusqu’aux os.

Je me suis assis rapidement et j’ai émis la pensée droite. Mais peu importe à quel point j’essayais, ma pensée droite était trop faible. J’étais inquiet, même si je comprenais que c’était causé par des interférences provenant de substances pourries dans les autres dimensions. Toutefois, je n’ai pu m’empêcher de demander à ma mère : « Veux-tu aller à l’hôpital ? Tu as tellement chaud. »

Bien qu’elle n’était pas vraiment consciente, elle m’a dit très fermement que, en tant que pratiquant, on n’a pas de maladies donc on n’a pas besoin d’aller à l’hôpital. Ainsi, j’ai abandonné l’idée de l’emmener à l’hôpital.

Voyant à quel point elle était solide dans sa cultivation, j’ai eu un peu honte. Après, j’ai appelé un autre pratiquant pour qu'il vienne me rejoindre et émettre la pensée droite pour ma mère. Avec nos efforts communs, qui se sont avérés très puissants, je me suis calmé et après avoir beaucoup transpiré, la fièvre de ma mère a disparu.

Au cours des jours qui ont suivi, son état a continué à s’améliorer. Voyant qu’elle pouvait manger par elle-même, je lui ai remis le Zhuan Falun pour qu’elle puisse le lire seule. Au début, lorsqu’elle finissait une phrase, elle oubliait de lire la suivante. Malgré cela, je la laissais tout de même lire avec moi de temps en temps.

Avant cette tribulation, elle faisait les exercices chaque jour. Mais cette tribulation l’avait rendue très somnolente et ne lui laissait pas de temps pour les exercices. Lire le livre uniquement était loin d’être assez, alors j’ai pensé l’encourager à faire les exercices avec moi.

Toutefois, après tant d’années, j’avais oublié comment les faire. Alors j’ai tiré ses mains et lui ai demandé de me montrer. Elle a levé les bras pour faire le deuxième exercice, et son corps s’est mis à se secouer. Après seulement deux minutes, elle était couverte de sueur. Lorsqu’elle n’a plus été capable de tenir ses bras levés plus longtemps, elle s’est rassise, mais je l’ai relevée et lui ai demandé de continuer.

Elle a finalement réussi à me montrer les cinq exercices. Depuis, nous pratiquons tous les jours et lisons le Fa ensemble. Après une semaine, son état mental s’est grandement amélioré. Sa fièvre était complètement partie et bien que son corps était encore faible, elle était capable de lire le Zhuan Falun.

Elle s’est remise de sa maladie en une courte période, sans aller à l’hôpital ni prendre de médicaments, grâce au pouvoir de Dafa. Les pratiquants ont dit que c’était une manifestation du pouvoir miraculeux de Dafa. Je sais que le Maître bienveillant a sauvé ma mère. Merci, Maître !

Avec cette expérience, j’ai senti que je m’étais aussi élevé. Même si je n’ai pas beaucoup dormi pendant ces jours, j’étais dans un bon état d’esprit. Je sentais que mon corps était léger et je n’étais pas fatigué. Je suis aussi devenu plus diligent dans ma cultivation. Cette expérience m’a fait réaliser que ça n’avait pas été seulement une épreuve pour ma mère, mais pour moi aussi.

Chaque pratiquant doit s’immerger dans le Fa et abandonner ses attachements. Tout attachement peut avoir aussi un impact négatif sur les autres. Comment traitez-vous les problèmes auxquels vous êtes confrontés ? Quels genres d’attachements avez-vous ? Aucune de ces choses n’est sans importance.

Si j’étais attaché à ma famille et n’avais pas pu abandonner la sentimentalité des gens ordinaires, les forces anciennes auraient pu profiter de moi encore davantage et mes tribulations auraient été encore plus graves. Ceci aurait pu créer une faille et ainsi ma mère aurait pu me quitter pour de bon.

Nous devons nous cultiver sérieusement et accomplir les choses que nous devons bien faire ainsi qu’abandonner les attachements dans ce monde humain.

Traduit de l’anglais au Canada