Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Fahui de Minghui | Me concentrer pendant l'étude du Fa a amélioré mon état de cultivation

Lundi 23 novembre 2020 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa dans la province du Jiangsu, Chine

(Minghui.org) Bonjour Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !

En 2008, je suis de nouveau sortie de prison après avoir été illégalement détenue pour ma croyance. En surface, j'avais été incarcérée à cause de la persécution du Falun Dafa par le Parti communiste chinois (PCC). Mais les autres pratiquants pouvaient cultiver avec fermeté, aider le Maître dans la rectification de Fa et sauver les êtres. Pourquoi est-ce que je n'arrivais toujours pas à bien faire – quelles étaient mes lacunes ?

Étudier le Fa avec un esprit concentré

Quand j'ai repensé à mon état de cultivation, j'ai remarqué que je n'avais pas accordé d'attention à l'étude du Fa. Je lisais une ou deux conférences du Zhuan Falun tous les jours, mais je le faisais comme si j'avais à accomplir une tâche. Je n'étais pas concentrée sur ce que je lisais. J'étais distraite par toutes sortes de pensées. Pendant l'étude du Fa collective, j'étais plutôt intéressée à montrer que je pouvais mieux lire. J'étudiais les enseignements du Maître de la même façon que les gens ordinaires étudient les écrits théoriques. Inconsciemment, je cherchais à acquérir de nouvelles compréhensions pendant que j'étudiais le Fa, et quand ce n'était pas le cas, je considérais que je passais trop de temps à lire les enseignements – que j'aurais pu utiliser ce temps pour sauver plus de gens. Quand je distribuais des documents clarifiant la vérité, je pensais en avoir fait suffisamment après avoir aidé deux ou trois personnes à démissionner du PCC.

Comme je ne saisissais pas vraiment ce que je lisais, j'agissais souvent de manière irréfléchie pendant que je faisais des choses pour sauver les gens et je n'accordais pas d'attention à la sécurité. Quand je clarifiais la vérité à mes proches, j'étais impatiente et je me défendais rapidement. J'argumentais avec les gens lorsque j'entendais des remarques désagréables. J'étais réticente à me rapprocher de ceux qui refusaient d'accepter la vérité au sujet de Dafa. À la maison, je critiquais mon mari à la moindre provocation et je prononçais fréquemment des paroles blessantes. J'avais le sentiment de ne pas être appréciée même si je faisais presque toutes les tâches ménagères.

Pendant longtemps, je me sentais physiquement et mentalement épuisée et j'étais mécontente. J'affichais un air contrarié et mécontent - comment pouvais-je sauver les gens ? Toutes ces lacunes venaient du fait que j’étudiais le Fa avec une mauvaise attitude. Je semblais lire les enseignements, émettre la pensée droite et clarifier la vérité, mais je faisais ces choses avec l'état d'esprit d'une personne ordinaire.

Quand j'ai relu les autres enseignements du Maître, j'ai constaté qu'il insistait sur l'importance de bien étudier le Fa. Le Maître a dit :

« Le Fa peut briser tous les attachements, le Fa peut briser toutes les perversités, le Fa peut briser tous les mensonges, le Fa peut affermir la pensée droite. (« Éliminer les interférences », Points essentiels pour avancer avec diligence (II))

J'ai compris que le Fa est puissant et qu'il peut m'aider à me changer et à être plus rationnelle et mature dans ma cultivation. J'ai décidé de changer ma manière d'étudier le Fa.

J'ai commencé à copier à la main les enseignements du Maître en août 2008. Même si je pratiquais le Falun Dafa depuis une dizaine d'années, je n'avais jamais copié le Fa parce que je pensais que lire le livre était plus rapide. J'ai découvert que copier le Fa est un processus de cultivation. Je faisais facilement des erreurs si je n'émettais pas la pensée droite avant de prendre la plume, mon esprit s'évadait un peu ou je ne me comportais pas comme une pratiquante ce jour-là. Parfois, juste au moment où j'étais sur le point de terminer une page, j'écrivais un mauvais caractère et je devais tout recommencer. Quelquefois, je ne pouvais même pas copier une page après y avoir travaillé pendant une demi-journée.

Quand je continuais à faire des erreurs, je m'arrêtais et j'émettais la pensée droite. Même si cela était un défi pour moi et même si je n'arrivais à copier que quelques phrases, je me disais qu'il fallait continuer à le faire. J'ai finalement accompli mon souhait de copier le Zhuan Falun à la main – cela m'a pris cinq mois.

J'étais transformée. Je suis devenue plus tranquille et je gérais les choses sans effort. Dans le passé, je détestais faire les tâches ménagères et je ne voulais pas faire les trois choses que les disciples de Dafa doivent faire. Dès lors, j'accordais de l'attention à cultiver et pratiquer dans les petites choses qui arrivaient chaque jour. J'accordais aussi de l'attention aux petits détails et j'ai arrêté de faire les choses avec négligence. J'ai aussi mis plus d'effort à préparer des repas délicieux pour que mon mari ressente la joie de la vie familiale.

Je ne faisais presque plus d'erreurs pendant l'étude du Fa collective. Ma peur d'être persécutée a disparu aussi. Je réussissais à mieux expliquer les faits au sujet de Dafa aux gens et à les amener à démissionner du PCC. Selon mon expérience, tant que nous étudions bien le Fa, notre corps et notre esprit changeront et nous pourrons nous comporter comme des pratiquants. C'est la puissance de Dafa.

J'ai commencé à mémoriser les enseignements par cœur cette année après le Nouvel An chinois. Je me suis donné un objectif : réciter un petit paragraphe sans manquer un mot et me rappeler l'idée principale d'un chapitre. En même temps, j'étudiais le Fa avec d'autres pratiquants, deux à trois fois par semaine. Quand j'étais fatiguée, je passais à la lecture du livre. Si je n'arrivais à apprendre que quelques paragraphes par cœur et que je ne pouvais pas les réciter sans faire d'erreurs, je repassais sur le même passage le lendemain jusqu'à ce que chaque phrase soit gravée dans mon esprit.

Même si je progressais lentement, je recevais beaucoup. Quand je lisais continuellement le Fa, une phrase ne faisait que passer sans me laisser aucune impression. Mais quand j'ai commencé à mémoriser le Fa, je comprenais soudain le sens derrière une phrase. J'étais touchée et reconnaissante à l'égard du Maître. J'essayais de mon mieux de ne penser à rien d'autre pendant que je lisais ou mémorisais le Fa pour que chaque mot entre dans mon cœur. Cela m'a pris huit mois pour finir d'apprendre les enseignements par cœur la troisième fois.

Mon esprit a été purifié en passant beaucoup de temps à étudier le Fa. J'avais peu de pensées distrayantes et ma sagesse se manifestait naturellement quand je clarifiais la vérité aux gens. Quand je parlais aux gens, je pouvais analyser la situation et facilement leur expliquer les choses. Je ne me concentrais plus sur combien de documents je distribuais. Au lieu de cela, j'évaluais jusqu'à quel point c'était efficace et je les déposais dans des endroits plus sécuritaires et propres pour que davantage de gens les ramassent et apprennent la vérité.

Le Maître a dit :

« Il faut nécessairement bien étudier la Loi. Pendant le processus d’étude de la Loi, vous pouvez alors sans cesse enlever les mauvais éléments chez vous, transformer ce peu de choses finales qui chez vous n’ont pas encore été transformées. » (« Enseignement du Fa et explication de la Loi lors de la Conférence de Loi du New York Métropolitain », Enseignement du Fa dans les conférences (III))

Le Maître a aussi dit :

« Tant que vous lisez Dafa vous changez, tant que vous lisez Dafa vous vous élevez » (« Se fondre à la Loi », Points essentiels pour avancer avec diligence)

Mes propres expériences m'ont indiqué à quel point les paroles du Maître sont vraies.

Regarder à l'intérieur

Pendant longtemps, j'ai pensé que je faisais les trois choses et que j'avais abandonné de nombreux attachements humains – à la réputation, aux intérêts personnels et à l'émotion. Cependant dans ma vie quotidienne, particulièrement dans mes relations avec les membres de ma famille qui ne sont pas des pratiquants, j'argumentais au sujet de qui a raison, qui a tort en utilisant la logique des gens ordinaires.

J'avais aussi accumulé de nombreuses mauvaises conceptions au cours de mes années de travail dans un environnement imprégné par la culture du PCC. Par exemple, j'avais adopté le principe de « rendre le mal par le mal ». Si quelqu'un me traitait mal, je ripostais en étant plus féroce. J'étais aussi impatiente. J'ai souvent laissé échapper : « Ne vous l'ai-je pas déjà dit ? » « Ne vous l'ai-je pas déjà expliqué de nombreuses fois ? » Je refusais de me laisser dépasser par mon mari et ne lâchais pas prise quand je voyais ses défauts. Je faisais souvent des commentaires sarcastiques. Mon comportement à la maison était loin des critères du principe « Authenticité-Bienveillance-Tolérance ».

Je trébuchais fréquemment parce que je ne cultivais pas solidement. J'avais prévu de rendre visite à une pratiquante et de discuter de la façon d'aider un autre pratiquant qui avait été arrêté. Ce soir-là, mon mari m'a critiquée au sujet d'une petite chose. J'ai argumenté et j'ai commencé à critiquer ses diverses lacunes. En conséquence, quand je me suis levée le lendemain matin pour faire les exercices, ma jambe gauche me faisait mal et j'ai lutté pour m'asseoir en position du lotus. J'ai terminé les cinq exercices avec beaucoup de difficulté. Après le petit déjeuner, j'étais prête à rendre visite à la pratiquante, mais j'ai ressenti une douleur aiguë dans ma jambe gauche alors que j'allais descendre les marches. Je ne pouvais plus bouger du tout.

J'étais abasourdie par cette soudaine tribulation. Je devais avoir fait quelque chose de mal ! J'ai compris que c'était parce que je ne m'étais pas comportée comme une pratiquante le soir précédent, les forces anciennes avaient eu une emprise pour m'empêcher de faire ce qui était droit. Je me suis rapidement excusée auprès du Maître : « J'ai eu tort. Je vais m'excuser auprès de ma famille et changer mes habitudes. S'il vous plaît, aidez-moi pour que je puisse aller voir cette pratiquante. »

J'ai conduit jusqu'à la maison de la pratiquante, j'ai stationné mon auto et j'ai demandé au Maître de m'aider à marcher normalement. Je ne voulais pas que sa famille ait une mauvaise impression de Dafa. J'avançais lentement pas à pas. Ma jambe ne me faisait plus aussi mal et j'ai pu marcher jusque chez elle. Elle a été touchée quand je lui ai dit ce qui était arrivé et elle m'a rappelé de m'excuser auprès de mon mari.

Je suis rentrée chez moi et j'allais ouvrir la porte quand mon mari est revenu du travail. Je lui ai souri et j'ai dit : « J'ai eu tort d'argumenter avec toi hier soir. » C'était la première fois que je m'excusais envers lui en trente ans de mariage. Cet incident m'a enseigné que les pratiquants ne devraient pas lutter pour savoir qui a raison et qui a tort. Quand nous abandonnons le désir d'être meilleur que les autres, nous faisons l'expérience de la joie qui vient de faire des progrès dans la cultivation. Le vrai bonheur vient en suivant le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance.

Récemment, mon beau-frère a connu une crise dans son mariage. Cela a provoqué un émoi parmi nos proches, mais je me suis comportée comme une pratiquante et je n'ai pas fait de commérage ni dit quoi que ce soit d'inapproprié. Mes actions ont gagné la confiance de mon beau-frère, qui s'est confié à moi. Ma belle-sœur me ridiculisait dans mon dos pour avoir parlé de Dafa à ses enfants. À travers cette crise, elle a vu que j'avais ses intérêts à cœur. Lorsque j'ai dit à sa fille et à son gendre de se rappeler que « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » pendant la pandémie, elle a été d'accord.

Apprendre à s'entendre avec les autres pratiquants

Sue est une pratiquante locale âgée. Je l'ai regardée de haut quand elle s'est appliqué de la pommade sur le visage après une chute. J'ai aussi pensé qu'elle avait une grande peur et qu'elle avait peur de demander aux gens de démissionner du PCC. Je sentais qu'elle ne serait pas fiable dans les moments cruciaux et je ne voulais pas étudier le Fa avec elle.

Puis j'ai compris : « Elle étudie le Fa et fait les exercices régulièrement. Elle parle à ses proches de Dafa. Elle est une disciple du Maître. Pourquoi est-ce que je la regarde de haut ? Je devrais chérir notre relation. »

Avec ce changement dans mon état d'esprit, j'ai cessé de la détester et j'ai essayé de faire de mon mieux pour l'aider. Je suis allée chez Sue une ou deux fois par semaine pour étudier le Fa, partager mes compréhensions et l'aider à lire l'Hebdomadaire de Minghui. Elle est devenue plus diligente. Elle a aussi déposé une plainte pénale contre l'ancien chef du PCC, Jiang Zemin, qui a commencé la persécution du Falun Dafa. Elle est allée elle-même mettre à la poste sa poursuite pénale au parquet. Récemment, elle a souffert de terribles maux de tête. Elle ne l'a pas dit à sa famille, mais a émis la pensée droite et a regardé à l'intérieur. Elle a récupéré en un clin d'oeil.

Une pratiquante appelée Ann était souvent somnolente quand elle étudiait le Fa seule à la maison. Nous avons étudié le Fa ensemble pendant trois jours. Dans le passé, je pensais que je gaspillais mon temps à étudier le Fa durant le jour et je préférais plutôt clarifier la vérité aux gens. Cependant, après avoir terminé les tâches ménagères en soirée, je n'avais pas beaucoup de temps disponible pour étudier le Fa. Si je n'étudiais pas bien le Fa, mes efforts pour clarifier la vérité aux gens n'étaient pas efficaces.

Après avoir commencé à lire les enseignements ensemble, nous avons ressenti toutes les deux que c'était bénéfique et que notre pensée droite s'était renforcée. Ann a utilisé des pièces de monnaie avec des messages sur Dafa et elle a même demandé à son fils et à sa belle-fille de les utiliser. J'ai trouvé qu'il était plus facile de clarifier la vérité, et les gens étaient d'accord de démissionner du PCC après leur avoir brièvement expliqué les choses.

Le pratiquant Lee fait les choses lentement et soigneusement. Une fois, il m'a parlé de beaucoup de choses techniques pendant qu'il m'enseignait la façon d'accéder à Internet. J'étais pressée de rentrer chez moi. Je l'ai critiqué à voix haute de m'avoir parlé à un niveau élevé au lieu de me montrer directement comment accéder à l'internet. J'ai été contrariée pendant un bon moment lorsque je suis rentrée chez moi.

J'ai compris que j'étais impatiente et que j'avais un profond mépris des autres. J'étais reconnaissante envers les pratiquants pour avoir exposé mes défauts de caractère. La fois suivante, quand j'ai demandé de l'aide à Lee, je me suis rappelé d'être humble et de l'écouter patiemment. Lee n'avait aucune rancune et n'a jamais dit un mot sur mon comportement arrogant. Avec son aide, notre d'étude collective du Fa a commencé à produire des documents de clarification de la vérité.

À travers ces incidents, j'ai appris qu'aussi longtemps que je peux laisser tomber mon égo, regarder à l'intérieur lors de conflits, voir les choses de la perspective de préserver Dafa et de me concentrer sur les forces des autres pratiquants, nous pourrons bien accomplir les trois choses.

(Dix-septième conférence de partage d'expériences par Internet de Minghui pour les disciples de Dafa de Chine continentale)

Traduit de l'anglais