Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

La cultivation dans Dafa a dissous ma rancœur envers mon père

Lundi 9 novembre 2020 |   Écrit par un jeune pratiquant de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) Je pratique le Falun Dafa depuis trois ans. Au cours de mon xiulian, je n'ai pas seulement amélioré ma santé et purifié mon cœur, mais cela a aussi dissous la rancœur que j'ai eue pendant vingt ans envers mon père.

Désastre dans ma famille

J'ai grandi à la campagne, dans une famille heureuse de quatre personnes. Ma mère était une personne joyeuse et extravertie, tandis que mon père était plutôt introverti. J'ai aussi une sœur cadette.

Mon père travaillait dans une teinturerie, et l'exposition fréquente à des teintures toxiques a affecté sa santé mentale. Il avait des dépressions nerveuses, devenait explosif et nous maltraitait, verbalement et physiquement. Il a donc cessé de travailler.

Chaque fois que mon père avait une crise, l'expression de ses yeux était effrayante, froide et féroce. J'évitais délibérément tout contact visuel avec lui, car toute petite chose pouvait potentiellement le déclencher. Afin de nous protéger, ma mère était la principale cible de mon père. Il devenait fou, la traînant parfois par les cheveux et lui tapant la tête contre le mur. Souvent, ma sœur et moi allions chercher nos voisins pour tenter d'arrêter mon père.

Ma mère a souvent pensé au divorce. Elle quittait souvent la maison pour aller chez sa mère. Chaque fois, elle finissait par revenir, car elle s'inquiétait pour ma sœur et moi.

Ma mère a aussi essayé plusieurs fois de se suicider. Un jour, elle a bu une bouteille de pesticide. J'ai rapidement couru chez mon voisin et j'ai demandé de l'aide. Ma mère était allongée sur le sol, de l'écume sortant de sa bouche. Nos voisins lui ont donné de l'eau bouillante à boire pour qu'elle puisse vomir le pesticide. Peu après, elle a été emmenée à l'hôpital.

Mon père a été conduit plusieurs fois dans un hôpital psychiatrique pour y être soigné. Quand toutes les économies de la famille sont passées dans son traitement, son état ne s'est malheureusement pas amélioré.

Ayant grandi dans la peur de mon père et la compassion pour ma mère, je suis devenu introverti. Je détestais mon père. Je détestais le fait que je sois né dans une telle famille et j'évitais de lui parler. Si pour une raison quelconque je devais sortir avec lui, je gardais mes distances, car je ne voulais pas que les autres pensent que j'étais son fils.

Les mauvais traitements envers ma mère ont continué jusqu'au jour où elle a quitté notre domicile et a divorcé. Ma mère n'est plus jamais retournée chez nous. Elle travaillait beaucoup, et régulièrement, elle nous envoyait de l'argent à ma sœur et moi, afin que nous puissions continuer d'aller à l'école.

Mon cœur était rempli de peur et de haine envers mon père. À cause de lui, j'ai eu le sentiment que nous ne pourrions jamais avoir une famille normale. Parfois, j'ai même souhaité sa mort.

La cultivation dans Dafa a fait disparaître ma rancœur

Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, je n'ai pas trouvé un bon emploi. J'ai ensuite développé une dépression.

J'avais rêvé de devenir riche, j'ai donc commencé à emprunter de l'argent pour boursicoter. Pendant un certain temps, j'ai eu de l'argent et j'étais fier de moi. Mais bientôt, en raison de l'effondrement des plateformes financières en Chine, j'ai perdu tout mon argent du jour au lendemain, y compris les économies de ma mère depuis de nombreuses années. Cela s'est ajouté à ma dette bancaire de plusieurs dizaines de milliers de yuans.

Je me suis retrouvé dans un centre de détention pendant plus d'un mois. Ce fut, en fait, un tournant dans ma vie.

Pendant mon séjour au centre de détention, un pratiquant de Falun Dafa qui était détenu illégalement m'a parlé de Dafa. J'ai été touché par sa sincérité et sa bienveillance. C'est alors que j'ai compris : j'étais venu au monde pour Dafa.

J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa. Après avoir lu le livre principal du Falun Dafa, le Zhuan Falun, à plusieurs reprises, je n'étais plus déprimé. Ma santé s'est améliorée, ainsi que mon caractère. Je suis devenu quelqu'un de joyeux. Mon point de vue sur mon père a également changé. J'ai eu pitié de lui et j'ai voulu lui présenter Dafa. Mais comme il n'était pas stable mentalement, je l'ai repoussé à plus tard.

Un jour, ma tante m'a appelé et m'a dit que mon père était atteint d'hématurie. Je me suis précipité à la maison. Il était maigre et faible. J'ai proposé de l'emmener à l'hôpital, mais il a refusé et s'est mis en colère. Dans la nuit, je l'ai entendu gémir : « Je ne peux plus endurer cette douleur. Laissez-moi mourir s'il vous plaît ! »

J'étais très inquiet et j'ai donc appelé ma tante et mon oncle. Quand ils sont venus, ils ne voulaient pas être impliqués. D'abord, ils savaient que j'avais une dette bancaire et ils avaient peur que je leur demande de l'argent. Deuxièmement, aucun d'eux n'aimait mon père. Il allait souvent chez ma tante et mon oncle et leur causait des ennuis. J'ai même entendu ma tante dire à mon oncle : « Pourquoi devrait-on dépenser de l'argent pour le soigner ? Il causerait moins de problèmes aux autres s'il était mort ! » Je me sentais mal d'entendre la sœur biologique de mon père parler de lui comme ça. Je me suis souvenu que j'avais moi-même souhaité sa mort.

Mon père a été emmené à l'hôpital. Le diagnostic indiquait qu'il avait peut-être mangé accidentellement de la mort-aux-rats, empêchant la coagulation du sang. Le médecin a dit que mon père avait eu de la chance d'arriver à l'hôpital juste à temps.

J'ai payé la caution de l'hôpital avec presque tout mon argent. Après une nuit de traitement, les douleurs rénales de mon père ont diminué. Malheureusement, son mauvais caractère est revenu. Il a insulté une infirmière, m'a insulté, et a jeté par terre le repas que je lui avais apporté.

J'ai alors pensé à Dafa, je me suis dit de ne pas me mettre en colère, j'ai donc simplement nettoyé le sol. Ensuite, je me suis assis à côté de lui et graduellement, il s'est calmé.

Je pense que ce jour-là, je lui ai plus parlé en une seule journée que pendant les vingt années passées. Il n'a rien dit, mais il n'arrêtait pas d'essuyer ses larmes. C'était la première fois que je voyais mon père pleurer. Plus tard, j'en ai compris la raison.

Le Maître a dit :

« Je dis souvent que, si quelqu'un peut ne prendre que le profit d'autrui comme objectif et ne garder aucun but personnel, ni aucune compréhension personnelle, ses paroles pourront faire pleurer ses interlocuteurs. » (« Lucidité », Point essentiels pour avancer avec diligence)

Le lendemain, une infirmière m'a remis une facture. La totalité de la caution avait été utilisée et l'hôpital ne voulait pas continuer à traiter mon père sans autre paiement. J'ai appelé mon oncle et ma tante. Ils m'ont raccroché au nez en disant qu'ils n'avaient pas d'argent à prêter.

J'ai demandé l'aide de Maître Li (le fondateur du Falun Dafa). C'était incroyable, mon téléphone portable a sonné presque immédiatement. C'était ma mère. Elle avait réussi à emprunter de l'argent à l'un de ses proches. Cet argent couvrait exactement le coût de tout le traitement hospitalier. Quand j'ai ramené mon père, complètement remis, à la maison, j'ai remercié le Maître pour sa miséricorde !

Heureux de connaître la vérité

Mon père semblait être de bonne humeur. Je lui ai acheté de nouveaux vêtements et un nouveau téléphone portable. Un mois plus tard, quand je l'ai revu, il était clairement malade mental : j'ai trouvé le nouveau téléphone et une carte bancaire que je lui avais donnés dans la poubelle.

Soudain, mon père m'a donné l'ordre de fermer à clé la porte d'entrée. J'ai fermé la porte, mais je ne l'ai pas fermée à clé. J'ai vu ce regard froid et fou que je connaissais bien dans ses yeux. Il m'a injurié, me tenant par le col. « Je t'ai dit de fermer la porte à clé ! Tu veux une correction, c'est ça ? »

Mon ancien moi aurait voulu partir par la porte et serait parti. Mais, je me suis souvenu du principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Je me sentais en paix et entouré de soleil. J'ai souri à mon père et j'ai dit : « Je vais fermer la porte à clé. » Et je l'ai fait.

Mon père s'est assis sur un tabouret. Ses yeux se révulsaient. Je savais que son esprit originel principal n'était pas clair à ce moment-là. Quand je me suis souvenu de ma propre expérience de guérison du jour au lendemain grâce à Dafa, j'ai pensé que Dafa pourrait peut-être le sauver lui aussi.

J'ai émis la pensée droite. J'ai récité en silence : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! »

J'ai parlé sans arrêt à mon père. Quand il a eu l'air d'avoir repris un comportement normal, j'ai commencé à lui expliquer la vérité sur Dafa et la perversité du PCC. Il a parlé par moments. Quand je lui ai conseillé de démissionner des organisations du PCC, il a dit qu'il n'en avait jamais rejoint aucune, alors que je savais qu'il avait rejoint les Jeunes Pionniers quand il était à l'école.

Après l'incident, à chaque fois que je voyais mon père, je lui clarifiais la vérité. Mon père était calme la plupart du temps. Je savais qu'il écoutait. Parfois, ces yeux devenaient froids et fous, alors je m'arrêtais et je récitais : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » en silence. Ses yeux se réchauffaient toujours.

Quand je sortais avec mon père, je ne le tenais plus à distance. Je marchais à côté de lui. Je lui ai demandé de démissionner du PCC et il a été d'accord. J'en ai été touché.

Fin 2019, je suis revenu de l'extérieur de la ville, j'ai trouvé que mon père était beaucoup plus énergique. Il avait planté beaucoup de légumes dans le jardin. J'ai été bouleversé. Avant, il jetait les biens de la famille et il détruisait les fleurs et les légumes qui poussaient dans le jardin. Je n'aurais jamais pensé qu'il planterait un jour quelque chose, et encore moins qu'il s'occuperait tout seul de son propre jardin !

Quand il m'a vu, il m'a montré avec enthousiasme ce qu'il avait planté. Il a aussi marché vers l'endroit où il allait bientôt planter des arbres fruitiers. Il m'a même demandé comment allaient ma vie et mon travail, ce qui n'était pas arrivé depuis au moins dix ans. Le père normal que j'avais connu petit enfant était de retour ! Nos voisins aussi ont été impressionnés par l'immense changement de mon père.

Dafa a vraiment dissous ma rancœur envers mon père. Mon père a été béni dès qu'il a compris la vérité et s'est retiré des organisations du PCC.

Traduit de l'anglais