Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Des familles brisées réunies grâce à la pratique du Falun Dafa

Lundi 24 février 2020 |   Écrit par un correspondant de Minghui en Allemagne

(Minghui.org) Léon Tolstoï, qui est souvent cité comme l'un des plus grands auteurs de tous les temps, a écrit une fois : « Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon. » Beaucoup de gens trouvent que cette phrase porte à réfléchir, car ils peuvent faire des liens avec leur propre vie.

Voici des histoires au sujet de plusieurs familles allemandes, qui pour une raison ou une autre ont été brisées ou étaient sur le point de l'être. Après qu'un membre de la famille a commencé à pratiquer le Falun Dafa, cependant, le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance a résolu les querelles familiales et a harmonisé les relations familiales.

Une mère et son fils réunis après huit ans

Milena a raconté : « Pendant un certain temps, j'ai été une mère monoparentale, et ma famille signifiait mon fils et moi. » Milena vit près de Düsseldorf, en Allemagne. Sa vie a été brisée à nouveau lorsque son fils était dans la trentaine.

« Il avait une nouvelle amie », a-t-elle dit, « et je l'ai rencontrée trois fois. Alors un jour, sans aucun avertissement, mon fils m'a annoncé qu'il coupait ses liens avec moi. Cela m'a brisé le cœur. Je suis devenue très en colère et j'espérais que les prières m'aideraient – mais rien n'y faisait. Dès lors, il a disparu de ma vie, sans même retourner mes vœux d'anniversaire ou de Noël. »

« Cette période a été extrêmement douloureuse », a ajouté Milena. Plusieurs années plus tard, elle est tombée gravement malade et était inquiète à savoir si sa mauvaise santé lui ferait perdre son emploi. En voyant sa frustration et son désespoir, un ami lui a recommandé d'essayer la cultivation et pratique du Falun Dafa (aussi connu sous le nom de Falun Gong).

La cultivation et pratique a non seulement amélioré sa santé, mais a aussi changé le regard qu'elle portait sur la vie.

Elle a expliqué : « Je n'avais plus d'amertume au sujet de mon fils. Grâce au Falun Dafa, j'ai compris les relations karmiques et je ne voulais plus argumenter sur qui avait raison et qui avait tort. Après tout, ces choses s'étaient produites à cause du karma et il était plus important de m'élever moi-même. »

Étant donné l'acquisition de ces nouvelles compréhensions, Milena est devenue plus ouverte d'esprit. Elle a commencé à présenter la pratique aux autres, en espérant qu'ils en bénéficient comme elle. « Un jour, alors que je parlais avec quelqu'un du Falun Dafa, j'ai soudain pensé à mon fils. Cela faisait huit ans que nous n'étions plus en contact », a-t-elle dit. « Maintenant, je pouvais facilement recommander quelque chose d'aussi bon à mes amis et aux étrangers. Mais, la personne la plus proche de moi dans ma vie ne savait encore rien à ce sujet – il y avait quelque chose qui clochait. »

Milena a décidé de faire un essai. Elle savait que son fils avait créé un site web qui avait ses informations de contact, bien qu'elle n'ait jamais visité la page web, s'inquiétant que cela ne ferait qu'ajouter davantage à sa douleur. Cette fois-ci, cependant, le sens de responsabilité a défait sa peur et elle a pris le téléphone.

« À ma surprise, tout s'est bien déroulé après cela. Mon fils était enthousiaste d'entendre à nouveau ma voix et nous avons parlé pendant plus de deux heures », a dit Milena. Au cours de leurs conversations, plus tard, elle a trouvé que son fils s'était senti coupable durant toutes ces années. Il était aussi surpris que sa mère ne l'ait pas blâmé pour l'avoir abandonnée alors, mais qu'au lieu de cela elle l'ait à nouveau contacté.

Pratiquer le Falun Dafa a aidé Milena à renouer avec son fils après huit ans.

En apprenant que ce changement était causé par le Falun Dafa, il était très curieux d'en apprendre davantage à ce sujet. Quelques semaines plus tard, il a fait la connaissance de plusieurs pratiquants au cours d'une activité de Falun Dafa et il était fier que sa mère soit une pratiquante elle aussi. « Même si mon fils avait déjà la quarantaine, il m'a serrée dans ses bras comme un jeune garçon et il a crié : « C'est ma maman ! » a dit Milena. « J'étais tellement touchée, parce que je n'avais jamais rêvé que nous pourrions rétablir notre relation. »

Une dispute entre frères et sœurs apaisée

Lorenz, l'aîné de la famille, a un jeune frère et quatre sœurs plus jeunes. Quand ses parents ont planifié de lui transférer leur ferme avec la maison familiale à un prix modique, son frère et ses sœurs ont bien accueilli cela sauf une, qui s'y opposait farouchement.

« Si je n'avais pas pratiqué le Falun Dafa, j'aurais été très en colère, parce que c'était une décision prise par mes parents et cela me convenait bien aussi », a déclaré Lorenz. Mais le Falun Dafa lui a appris à voir les problèmes sous un angle différent et à penser aux autres. Cette sœur a énuméré plusieurs raisons étranges, essayant de bloquer la transaction, tandis que son frère et ses sœurs ont dit qu'ils devaient simplement écouter leurs parents.

Lorenz s'est retiré du contrat de transfert et il a dit aux autres qu'il attendrait jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'opposition dans la famille. Il a dit qu'il mènerait une vie normale, sans tenir compte de cet actif. De plus, il se souvenait bien des enseignements du Falun Dafa :

« […] ce qui est à vous, vous ne le perdrez pas et ce qui n'est pas à vous, vous ne l'aurez pas, même si vous luttez pour l'avoir. » (« Septième Leçon »,Zhuan Falun)

Cette sœur ne lui a pas adressé la parole pendant longtemps, mais plus tard, ils ont pu s'entendre bien comme avant. Les autres membres de la famille - tous des chrétiens - ont également été surpris que le Falun Dafa puisse le changer à ce point. Sans cela, ils savaient qu'il aurait engagé un avocat pour se battre pour cela. Ainsi, ils se sont intéressés à ce que Lorenz étudie et ils ont lu les documents d'information sur le Falun Dafa.

Changements chez un mari alcoolique

Ursula de l'Allemagne centrale était dépressive parce que son mari avait un mauvais tempérament et il se battait aussi avec les autres. « Chaque fois quand je sortais avec lui, j'étais toujours nerveuse », s'est-elle rappelé. C'est parce que si son mari buvait trop et se battait avec les autres, elle n'avait aucun moyen d'arrêter cela. « La seule chose que je pouvais faire était d'attendre qu'il redevienne sobre et de parler avec lui », a-t-elle dit. À cause de cela, ils se disputaient souvent ensemble.

Ursula avait entendu parler du Falun Gong et a commencé à le pratiquer. C'était au début de la persécution du Parti communiste chinois (PCC) en Chine. Notant que plusieurs journaux allemands publiaient des rapports négatifs au sujet du Falun Gong, en utilisant l'information fournie par les sources médiatiques du PCC, son mari a commencé à s'inquiéter. Un jour, alors qu'il essayait de l'empêcher de participer à une activité du Falun Dafa, Ursula a pris deux conférences de M. Li Hongzhi, le fondateur de la pratique : Enseignement de Fa à la Conférence de Fa en Europe et Enseignement du Fa à la Conférence de Fa en Suisse. « Lis ces deux livres et nous en reparlerons », a-t-elle suggéré.

Après avoir lu ces livres, le mari a su que la propagande du PCC au sujet du Falun Gong n'était que des mensonges. Curieux au sujet de ce qu'Ursula étudiait d'autres, il a commencé à lire le Zhuan Falun, le livre de l'enseignement principal du Falun Gong. Un jour, alors qu'il partait en vacance durant le week-end, il a vu un Bouddha géant au sommet d'une forêt de pins, d'environ 30 mètres de haut. Ayant grandi dans une famille catholique, ce n'est qu'à ce moment-là qu'il a su que les bouddhas existaient.

Ayant lu le Zhuan Falun trois fois, il était d'accord avec le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et il a arrêté de se battre avec les autres. « Je me suis senti triste aussi pour ceux que j'avais battus dans le passé », a-t-il dit. Ursula aussi est soulagée, car ils ne se disputent plus.

Ursula est très reconnaissante que le Falun Dafa lui ait donné une vie heureuse.

La glace fond après 15 ans

Sonja d'Autriche avait coupé les liens avec son père il y a quinze ans. Depuis son enfance, tout ce qu'elle se rappelait au sujet de lui était qu'il était ivrogne et violent. Quand elle a eu 14 ans, sa mère a déposé une demande de divorce et l'a emmenée avec elle, loin de cet environnement traumatisant.

Après avoir grandi, Sonja a entendu parler du Falun Dafa par un de ses amis et elle a commencé à le pratiquer. Avec une meilleure compréhension des dettes karmiques, elle a compris que la souffrance qu'elle avait expérimentée durant son enfance pouvait être reliée à son karma. Non seulement elle a pu laisser derrière elle ses douloureux souvenirs, mais elle a aussi essayé de pardonner à son père. Il en est résulté qu'elle est devenue détendue et heureuse.

Un jour, elle a pensé à son père et elle a décidé d'aller le rencontrer. « Après tout, je suis maintenant une pratiquante et je devrais lui dire combien Dafa est merveilleux », s'est-elle dit à elle-même. Elle s'est rendue en voiture à l'endroit où elle avait habité, mais le voyage ne fut pas aussi simple.« C'était comme si tous les jours terrifiants que j'avais laissés derrière moi me revenaient », a-t-elle dit.

Néanmoins, elle a réussi à y arriver. Comme d'habitude, son père ne s'est pas excusé pour le passé. Sonja a trouvé qu'elle était encore en colère contre lui. Le sentiment était si fort qu'elle a presque voulu se disputer avec lui à ce sujet. « Mais en tant que pratiquante, je savais que je devais supporter. Ce n'était pas facile - mais j'ai pu le faire », a-t-elle expliqué.

Depuis lors, Sonja a visité son père sur une base régulière et a partagé sa joie de pratiquer le Falun Dafa. Son père a aussi beaucoup changé et il peut mieux s'entendre avec les membres de sa famille. « Chaque fois que j'y allais, il paraissait toujours très heureux de me voir », a ajouté Sonja.

En se remémorant ces années et le récent progrès qu'elle a fait, elle est très reconnaissante. « En tant que pratiquante de Falun Dafa, j'ai trouvé une clé qui peut résoudre les différends familiaux », a-t-elle dit, « c'est suivre le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et vraiment penser aux autres. »

Traduit de l'anglais