Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Deux femmes du Shandong jugées pour leur croyance

Samedi 21 mars 2020 |   Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Shandong, Chine

(Minghui.org) Mme Wang Cuiying, 57 ans, et Mme Zhao Aizhen, 65 ans, habitantes de la ville de Heze, province du Shandong, ont été arrêtées le 7 mars 2019 pour avoir distribué des documents sur le Falun Gong, une ancienne discipline méditative et spirituelle persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.

La police a saccagé leurs domiciles et confisqué leurs ordinateurs et documents relatifs au Falun Gong. Depuis, toutes les deux sont détenues au centre de détention de la ville de Heze. Leurs arrestations ont été approuvées le 13 avril 2019.

Mme Wang et Mme Zhao ont été accusées « d'utiliser une secte pour saper l'application de la loi », un prétexte standard que les autorités chinoises utilisent pour piéger les pratiquants de Falun Gong.

Elles ont été jugées le 15 janvier 2020 par le tribunal du canton de Juancheng. Le procureur a énuméré plus de 1200 pièces de preuves contre elles, mais n'a montré que quelques photos floues comme « preuve » sans apporter d'éléments évidents.

La police a aussi inclus comme preuves à charge contre elles des notes d'interrogatoire de familles de pratiquants recueillies sans leur consentement.

Mme Zhao a témoigné pour sa propre défense. Elle a fait valoir qu'aucune loi ne criminalise le Falun Gong et que les « preuves » de l'accusation n'ont pas pu montrer qu'elle avait sapé l'application de la loi.

Elle a aussi ajouté que le Falun Gong est sa croyance spirituelle qu'elle pratique pour améliorer son esprit et sa santé. Elle a exhorté le procureur à lire à haute voix le contenu des documents de Falun Gong qu'on lui avait confisqués et à décider par eux-mêmes s'il y avait un contenu qui aurait pu nuire à l'application de la loi.

Mme Wang a aussi défendu son innocence. Elle a dit qu'elle espérait simplement que plus de gens puissent comprendre les faits concernant le Falun Gong et savoir que le régime communiste le persécute. Elle a déclaré que le Falun Gong s'est répandu dans plus de 100 pays à travers le monde, mais qu'il n'est persécuté qu'en Chine. Elle a exhorté le juge et le procureur à suivre leur conscience et à l'acquitter.

L'avocat de Mme Wang, qui a plaidé non coupable pour elle, a également ajouté que les preuves présentées au tribunal ne correspondaient pas à celles énumérées dans le dossier. En outre, le bureau de publication chinois a levé l'interdiction des livres de Falun Gong en 2011, ce qui montre qu'il est tout à fait légitime pour sa cliente de posséder des imprimés et des livres de Falun Gong.

L'avocat désigné par le tribunal pour représenter Mme Zhao est resté silencieux pendant l'audience.

On a appris récemment que le tribunal a renvoyé les dossiers des pratiquantes au parquet local en raison du manque de preuves.

Mme Wang et Mme Zhao n'ont pas pu voir leurs familles ni leurs avocats, car le centre de détention est fermé aux visiteurs depuis mi-février 2020 en raison de l'épidémie Covid-19.

Persécutions précédentes

Mme Zhao est une employée retraitée de la fabrique Candy de la ville de Heze. Elle a commencé à pratiquer le Falun Gong en 2012 et met l'amélioration de sa santé sur le compte de la pratique. Pendant les dix mois de détention à la suite de son arrestation de l'année dernière, elle a perdu plus de 15 kg et a souffert de multiples problèmes médicaux en raison des mauvaises conditions de vie et de la maltraitance.

Mme Wang a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998. Elle était comptable dans une agence gouvernementale et a été reconnue à plusieurs reprises comme meilleure employée avant de prendre sa retraite.

En 2012, avant sa dernière arrestation, elle a été condamnée à deux ans de travaux forcés pour sa croyance. Comme elle n'avait pas renoncé au Falun Gong, son employeur lui a retiré son titre de directrice et a retenu son salaire pendant la durée de sa peine.

Traduit de l'anglais