Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Les pratiquants emprisonnés valident Dafa avec la pensée droite

Mardi 12 mai 2020 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) Je suis une pratiquante de Falun Dafa de la ville de Changchun, province du Jilin, et je voulais partager ce dont j'ai été témoin dans une prison : comment les pratiquants maintiennent de fortes pensées et actions droites pour aider à sauver les gens dans cet endroit.

Résister à la persécution

« Le PCC ne doit-il pas être tenu pour responsable ? »

Les autorités de la prison ont invité des prétendues « assistantes » extérieures à la prison pour aider à laver le cerveau des pratiquantes incarcérées. Ces « assistantes » avaient été des pratiquantes. Mais elles avaient cessé de pratiquer afin d'être libérées de prison.

Une de ces « assistantes » qui était en train de diffamer Dafa a dit : « Vous êtes toutes égoïstes en pratiquant le Falun Dafa. Vous ne vous souciez pas de vos parents et de vos enfants et vous ne travaillez pas. »

Elle a ensuite demandé aux pratiquantes de commenter ce qu'elle venait de dire.

Plusieurs d'entre elles se sont levées pour répondre. L'une d'entre elles a dit : « Comment peux-tu dire que nous ne travaillons pas et que nous ne prenons pas soin de nos familles ? Maître Li (le fondateur) nous enseigne à être bienveillantes avec les autres, d'honorer nos parents et de bien éduquer nos enfants. Le PCC (Parti communiste chinois) ne nous laisse pas travailler et nous occuper de nos familles. Comment pouvons-nous prendre soin de nos familles quand nous sommes arrêtées et emprisonnées illégalement ? Nos familles ont été déchirées, le PCC ne doit-il pas être tenu pour responsable ? »

Les gardes présents dans la salle à ce moment ont trainé ces pratiquantes dehors et les ont placées dans une zone « strictement surveillée ».

Grève de la fin de dix-huit jours en isolement

La pratiquante Zheng a été mise à l'isolement parce qu'elle refusait de participer à une session de lavage de cerveau. La cellule d'isolement n'avait pas de fenêtre, mais seulement une petite ouverture dans le mur. Quand une pratiquante était envoyée là-bas, elle ne pouvait pas se laver le visage ou se brosser les dents à moins d'utiliser l'eau des toilettes.

Une seule cuillère de farine de maïs était distribuée pour chaque repas. Ce n'était pas suffisant, mais cela empêchait la personne de mourir de faim.

La cellule était comme un sauna en été et les vêtements de la prisonnière étaient trempés de sueur. Les pratiquantes recevaient l'ordre de s'assoir par terre et elles n'avaient pas l'autorisation de bouger. La nuit, toutes les deux heures, les gardes appelaient pour forcer la pratiquante à répondre par son nom.

Il est difficile d'imaginer comment les pratiquantes ont supporté cette situation nuit et jour. Les détenues qui surveillaient les pratiquantes en cellule d'isolement à tour de rôle disaient qu'elles étaient « au front ».

La pratiquante Zheng a entamé une grève de la faim peu de temps après avoir été placée en cellule d'isolement. Elle récitait le Fa et émettait la pensée droite tous les jours.

Zheng a fait une grève de la faim pendant dix-huit jours et était toujours de bonne humeur ce qui énervait tellement les gardes et celles qui la surveillaient qu'elle a été autorisée à retourner dans sa cellule.

Le pouvoir miraculeux de Dafa

Le Falun Dafa a sauvé ma mère

Une détenue nommée Wang a accepté de renoncer au PCC et à ses organisations affiliées après que les pratiquantes lui ont clarifié la vérité.

La mère et les sœurs de Wang sont venues lui rendre visite un jour. Sa mère avait plus de 80 ans et était en train de mourir d'un cancer. Elle ne supportait pas la chimiothérapie et n'avait plus beaucoup de temps à vivre. Wang pleurait tous les jours.

Une pratiquante lui a suggéré de demander à sa mère d'essayer de pratiquer le Falun Dafa, car cela pourrait peut-être l'aider.

Quand les sœurs de Wang sont venues lui rendre visite le mois suivant, Wang leur a dit de faire pratiquer le Falun Dafa à leur mère. Ses sœurs ont trouvé des pratiquants locaux qu'elles connaissaient et ils ont aidé leur mère à pratiquer Dafa. Peu de temps après, les bosses cancéreuses ont disparu et elle est devenue plus forte et en meilleure santé.

Puis, la mère de Wang est venue la voir en prison. Wang a vu les changements miraculeux sur sa mère et elle était très heureuse. Plus tard, elle a dit : « Ma mère a guéri après avoir pratiqué le Falun Dafa. Merci Maître Li ! Merci Falun Dafa ! »

Elle a dit qu'au début, elle avait hésité à demander à sa mère de pratiquer le Falun Dafa parce que tout ce qu'elle avait entendu sur Dafa venait du PCC qui disait que beaucoup de gens étaient morts parce qu'ils pratiquaient et qu'ils ne prenaient pas de médicaments quand ils étaient malades.

Wang a dit : « Maintenant, je ne crois rien de ce que dit le PCC. Ce n'est que des mensonges. La Falun Dafa a sauvé ma mère ! »

Dafa aide une détenue à guérir d'une perte de mémoire

Il y avait une détenue âgée d'une cinquantaine d'années dont la tâche était de prendre soin d'un patient malade mental dans un hôpital. Une fois, le patient a enfermé la détenue dans une pièce et lui a versé de l'eau bouillante dessus. Après cela et quelques autres évènements extrêmes, la détenue avait si peur qu'elle n'était plus capable de prendre soin du patient.

Quand les gardes l'ont ramenée, elle se comportait comme si elle aussi était malade mentale. Elle avait perdu la mémoire et avait oublié comment se nourrir. Chaque jour, elle ne faisait que dormir sur la table de l'atelier.

Une pratiquante voulait l'aider. Elle s'est assise à côté d'elle et a commencé à lui chuchoter Lunyu (À propos de Dafa). Elle devait le faire à voix basse pour que les autres ne l'entendent pas et ne la signalent pas aux gardes.

Un miracle s'est produit après qu'elle a récité plusieurs fois ce passage à la détenue. La détenue s'est réveillée et est restée éveillée le reste de la journée. Après avoir dormi toute la nuit, elle s'est levée comme si rien ne s'était passé.

Quand la pratiquante lui a dit ce qui s'était passé, elle était très touchée. La pratiquante lui a parlé du Falun Gong et l'a aidée à quitter le PCC et ses organisations affiliées.

Les dents d'une pratiquante restent intactes

Une pratiquante emprisonnée avait fait de multiples grèves de la faim pour protester contre la persécution. En conséquence, ses dents s'étaient déplacées et déchaussées. On avait l'impression qu'elles allaient pouvoir tomber à tout moment.

Elle a pensé : « Je suis une disciple de Dafa. Mes dents font partie de moi et je ne peux pas les perdre. Je suis venue pour assister le Maître dans la rectification du Fa et je dois continuer. »

Elle a dit à ses dents : « Vous ne pouvez pas tomber. Si vous tombez comment vais-je manger ? Cela affecterait aussi mon apparence quand je sors pour clarifier les faits, et cela affecterait aussi l'image de Dafa. »

Elle s'est rappelé de serrer les dents chaque jour pour les empêcher de se déchausser. Plusieurs années ont passé. Elle a maintenant 67 ans et ses dents sont toujours intactes.

Le pouvoir de la pensée droite

« Qu'est-ce que je disais ? »

Une fois, on a dit à une détenue nommée Li de faire un discours sur le Falun Dafa devant les autres détenues dans la salle de classe de la prison. Au moment où elle allait dire du mal du Falun Dafa, les pratiquants qui étaient là ont commencé à émettre la pensée droite.

Li est devenue confuse, distraite et incohérente. Elle avait oublié ce qu'elle allait dire et a demandé : « Qu'est-ce que je disais ? »

Comme personne ne le lui a rappelé, elle a changé de sujet et a commencé à parler d'autre chose.

Le fait « d'oublier » ce qu'ils disaient arrivait souvent quand les pratiquants émettaient la pensée droite pour empêcher les gens de dire du mal de Dafa.

Les persécuteurs partent après avoir entendu « Falun Dafa est bon »

Les gardes fouillaient les cellules plusieurs fois par mois. Ils recherchaient des drogues et des couteaux dans les cellules des détenues ordinaires. Mais dans les cellules des pratiquantes, ils cherchaient des documents de Dafa. Si les gardes trouvaient quelque chose, les pratiquantes étaient placées sous un contrôle strict ou mises à l'isolement.

Un jour, un garde est venu dans notre section pour faire une fouille. Dès qu'il a été vu, la pratiquante Li a crié : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! » Le garde a fait demi-tour et a commencé à s'enfuir. Il a perdu ses chaussures en courant.

La puissance de Dafa peut faire fuir la perversité.

Quand Liu a été admise pour la première fois dans la prison, elle a été placée dans l'équipe strictement contrôlée du premier étage et torturée parce qu'elle refusait d'abandonner sa croyance. Ils l'ont attachée pendant vingt-quatre heures à un lit, les bras et les jambes étirés.

Quand elle a enfin été relâchée de cette équipe, il était évident qu'elle avait été torturée. Elle était confuse et ses jambes étaient si faibles qu'elle avait besoin d'aide pour marcher.

Cependant, Liu a toujours maintenu sa croyance et criait souvent : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! »

Quand les représentants de la prison ou leurs supérieurs de l'extérieur venaient visiter nos cellules, parfois Liu criait : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! »

Elle faisait cela pour avertir les autres pratiquantes et parfois cela faisait faire demi-tour aux visiteurs et ils partaient.

Traduit de l'anglais