Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Après avoir purgé plusieurs peines de camp de travail, une femme du Jilin est à nouveau arrêtée pour sa croyance

Mardi 30 mars 2021 |   Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Jilin, Chine

(Minghui.org) Une femme de la ville de Changchun, province du Jilin, a été arrêtée le 6 janvier 2021 parce qu'elle pratique le Falun Gong et est actuellement détenue au quatrième centre de détention de la ville de Changchun.

La dernière arrestation de Mme Li Guiling a été précédée de multiples arrestations et détentions antérieures pour avoir défendu sa croyance dans le Falun Gong. Elle a également été condamnée à quatre peines de travaux forcés pour une durée totale de six ans et a subi des tortures brutales pendant sa détention, notamment en étant droguée, battue, frappée avec des matraques électriques et nourrie de force. Une fois, elle a été torturée au point de souffrir de troubles mentaux.

Avant de pratiquer le Falun Gong, Mme Li, une agricultrice, souffrait de graves bronchites, de problèmes gynécologiques, de maux de tête et de problèmes d'estomac, et était incapable d'effectuer les travaux agricoles. Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong en 1997, elle a recouvré la santé et est devenue une personne énergique et pleine de confiance en l'avenir.

Mme Li a dit un jour : « Le Falun Gong m'a appris ce que signifie être un être humain dans ce monde. Je sais comment vivre, comment être une bonne personne, comment devenir sincère, gentille et attentionnée envers les autres. Grâce à ces connaissances, je peux devenir une bonne personne et satisfaire aux exigences d'Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Le Falun Gong m'a donné une vie complètement nouvelle, une toute nouvelle vie ».

Cependant, après que le régime chinois a lancé la persécution à grande échelle du Falun Gong, le 20 juillet 1999, Mme Li a été constamment visée par les autorités, comme des dizaines de millions d'autres pratiquants.

Détenue à trois reprises en 2000

Mme Li s'est rendue au Bureau national des appels à Pékin en mai 2000, pour dire au gouvernement que le Falun Gong est bon et protester contre la persécution. Elle a été appréhendée à l'entrée et ramenée au poste de police du faubourg de Datun. Elle a été transférée au centre de détention de Daguang le lendemain et libérée après quinze jours de détention.

Elle s'est rendue à Pékin pour faire à nouveau appel à la fin de l'année 2000, mais a été interceptée par la police et envoyée au centre de détention de Daguang. Après quinze jours de détention, la police l'a emmenée au poste de police du faubourg de Datun où elle a été battue et agressée verbalement avant d'être relâchée.

Peu de temps après, les responsables du village de Songjia dans le faubourg de Datun l'ont ramenée au poste de police de Datun. Le directeur du poste de police, Peng Xiaoming, l'a battue et réprimandée. Elle a été menottée à un radiateur toute la nuit, puis relâchée.

Brutalement torturée pendant un an de travaux forcés

Wang Jiayi, secrétaire du Parti du faubourg de Datun, et plusieurs agents de police du poste de police du faubourg de Datun ont saisi Mme Li et l'ont emmenée au centre de lavage de cerveau de Leshan le 5 février 2002. Comme elle refusait de regarder des vidéos dénigrant le Falun Gong, la police l'a emmenée au centre de lavage de cerveau de Xinglongshan, où elle a été battue et menottée.

Mme Li a de nouveau résisté au lavage de cerveau, elle a donc été emmenée au Département de police de Changchun où elle a été menottée à une chaise, frappée à la bouche, puis frappée à coups de pied et à coup de poing. Cette nuit-là, elle a été transférée au premier centre de détention de Tiebei. Cinquante jours plus tard, elle a été condamnée à un an de travaux forcés et emmenée au camp de travail pour femmes d'Heizuiziau dans le Jilin, alors qu'elle souffrait d'hypertension et n'avait pas réussi l'examen physique requis.

Comme d'autres pratiquantes de Falun Gong, Mme Li a d'abord été détenue dans la sixième brigade du camp de travail, qui avait été créée pour faire subir un lavage de cerveau aux pratiquantes et les forcer à renoncer à leur croyance. La brigade comptait quatre équipes et plus de 1000 pratiquantes de Falun Gong.

Un après-midi, elle a été convoquée dans une salle de garde dont la porte vitrée était recouverte d'un tissu. Dès qu'elle est entrée dans la pièce, sept gardes l'ont assaillie, lui ont donné des coups de poing et des coups de pied avant de la plaquer au sol et de lui faire ingérer de force une substance inconnue. Elle a résisté et l'a recrachée, mais elles l'ont à nouveau versée dans sa bouche. Elles riaient tout en la torturant. Vers la fin, elles lui ont retiré sa ceinture pour l'humilier. Elle s'est retrouvée avec des bleus sur tout le corps.

Pour la forcer à abandonner le Falun Gong, les gardiennes l'ont ramenée à plusieurs reprises dans la salle d'interrogatoire pour la torturer. Elle a reçu des coups de poing et des coups de pied. Parfois, les gardes lui ordonnaient de lire des propos calomnieux contre le Falun Gong. Lorsqu'elle refusait d'obtempérer, elles lui assénaient des décharges avec des matraques électriques.

Une fois, elle a été privée de sommeil toute la nuit, alors elle a fait une grève de la faim pour protester. Les gardiennes et les détenues l'ont nourrie de force en lui ouvrant la bouche. Elles l'ont gavée trois fois par jour pendant deux semaines, jusqu'à ce qu'elle soit au bord de l'effondrement.

Une gardienne du nom de Zhang Xiaohui lui a dit un jour : « Si tu n'abandonnes pas le Falun Gong, nous allons te torturer comme ça tous les jours. Nous rendrons ta vie pire que la mort. »

Lorsque la vie de Mme Li a été en danger, le camp de travail a informé sa famille de préparer de l'argent pour sa libération ; dans le cas contraire, ils l'enverraient dans un hôpital psychiatrique. À ce moment-là, elle souffrait de troubles mentaux dus à la fois à la torture et à l'injection de médicaments psychiatriques inconnus.

Son mari a rassemblé 2000 yuans et l'a fait libérer. Elle ne pouvait reconnaître personne à la maison, pas même son mari ou son fils. Elle était incontinente et très faible. Elle parlait à peine et se cachait dès qu'elle voyait des gens. Elle faisait sans cesse des signes de la main pour imiter quelqu'un qui la maintenait au sol et lui faisait une injection.

Deux ans de travaux forcés transformés en trois ans

Mme Li a progressivement recouvré la santé après avoir repris la pratique du Falun Gong. Comme elle a personnellement vécu et été témoin des atrocités de la persécution, elle a distribué des documents pour faire passer le message et aider à mettre fin à la persécution.

Le 16 août 2002, des agents du poste de police de Yongchun l'ont arrêtée alors qu'elle distribuait des documents d'information. Elle a été emmenée au troisième centre de détention de la ville de Changchun, où elle a été brutalement battue. Elle a entamé une grève de la faim de trente jours en signe de protestation. Le directeur du centre de détention a ordonné à des médecins de sexe masculin de la gaver avec de l'eau salée et de la farine de maïs. Après plus de quarante jours de détention, elle a été condamnée à deux ans de travaux forcés et emmenée de nouveau au camp de travaux forcés de Heizuizi.

Avant le jour du Nouvel An 2003, elle a été attachée à un lit d'étirement à titre de punition parce qu'elle avait refusé de participer à une réunion visant à critiquer le Falun Gong.

Illustration de torture : Le lit d'étirement

À l'expiration de sa peine, les autorités l'ont prolongée de vingt-sept jours. Après cela, elle a été directement emmenée au centre de lavage de cerveau de Xinglongshan le 12 mars 2004. Elle a été battue pendant le trajet.

Vingt et un jours plus tard, le Bureau 610, une agence extralégale créée spécialement pour persécuter le Falun Gong, lui a infligé une nouvelle peine de travaux forcés d'un an.

Une quatrième peine de travaux forcés de deux ans

Le 4 février 2007, Mme Li a de nouveau été arrêtée par des agents du poste de police du faubourg de Datun alors qu'elle se rendait à l'épicerie. Ils l'ont choquée avec des matraques électriques pendant l'arrestation et elle a roulé sur le sol. La police a ensuite fait une descente à son domicile et a confisqué ses livres et ses documents de Falun Gong.

Mme Li a ensuite été emmenée au troisième centre de détention de la ville de Changchun, puis de nouveau au camp de travaux forcés de Heizuizi pour y purger une peine de deux ans.

Début octobre 2007, Mme Li et plusieurs pratiquantes ont été contraintes de faire des travaux de nettoyage pendant leurs jours de repos. Elles devaient nettoyer les fenêtres et les chambres, et laver à la main la literie pour la chef de brigade, Zhu Dan.

Mme Li a refusé de suivre l'ordre et a été battue et a reçu des décharges provenant de matraques électriques. Zhu a également ordonné à plusieurs détenues de l'attacher au lit d'étirement.

Elle a été torturée sur le lit d'étirement sans interruption pendant plusieurs jours. Elle a dû déféquer et uriner sur le lit et a été nourrie de force. Une fois, elle a vomi après avoir été gavée, mais une détenue a ramassé ce qu'elle avait craché et l'a gavée avec.

Une autre fois, comme elle refusait de porter l'uniforme des détenues, elle a été attachée au lit de mort pour la punir. En même temps, les gardiennes la battaient et la maudissaient, et lui assénaient des décharges à l'intérieur de la bouche avec une matraque électrique. Sa bouche était pleine de cloques par la suite.

Lorsqu'elle a refusé de porter l'uniforme de la prison à un autre moment, elle a été emmenée au troisième étage. Une détenue l'a battue et frappée à coups de pied pendant un long moment, puis l'a de nouveau attachée au lit de mort. Son bras droit a été blessé pendant cette séance de torture, et il n'est toujours pas guéri.

Illustration de torture : Le lit de mort

Pendant que Mme Li était détenue dans le camp de travail, son fils unique a été laissé sans surveillance et assassiné à l'âge de 25 ans, le 30 novembre 2007. Elle n'a appris la mort de son fils que lorsque le camp de travail a finalement autorisé sa famille à lui rendre visite en avril 2008.

Mme Li a été libérée du camp de travail le 3 février 2009.

Autres arrestations et détentions

Quatre agents en civil du poste de police du faubourg de Datun ont arrêté Mme Li en novembre 2009. Ils l'ont emmenée au centre de lavage de cerveau de la montagne Xinglong et l'ont détenue pendant quinze jours.

Le 7 août 2015, Mme Li et six pratiquantes de Changchun, dont Zhang Zhihua, Jing Fengwei, Wang Yuying, Song Jingxia, Dou Shuxian et Zhang Xiaoming, se sont rendues à la Division de la sécurité intérieure de la ville de Gongzhuling pour demander la libération de Mme Wang Jianying, une pratiquante de Falun Gong âgée de 70 ans.

Les sept pratiquantes ont été placées en détention sur place. Six d'entre elles, dont Mme Li, ont été détenues au centre de détention de la ville de Gongzhuling pendant quinze jours, au cours desquels elles ont subi un lavage de cerveau.

Mme Li a été de nouveau arrêtée le 21 janvier 2016 par des agents du Département de police de la succursale de l'usine automobile de Changchun, pour avoir intenté des poursuites contre Jiang Zemin, l'ancien dirigeant du Parti communiste chinois, pour avoir ordonné la persécution du Falun Gong. Elle a été libérée le jour même.

Deux agents de police ont frappé à la porte de Mme Li le matin du 3 février 2019, alors qu'elle n'était pas chez elle. Son mari ne leur a pas ouvert la porte.

Mme Li a de nouveau été saisie le 9 septembre 2019 par des agents en civil du poste de police du faubourg de Fufeng alors qu'elle distribuait des documents sur le Falun Gong au marché de Datun. Elle a été enfermée dans une cage métallique, puis attachée à une chaise de fer dans le poste de police. Elle a ensuite été emmenée au centre de détention de Weizigou et libérée après treize jours de détention.

Les agents du poste de police de Guigujie ont de nouveau arrêté Mme Li le 11 décembre 2020. Elle a réussi à s'échapper du poste de police plus tard. Cependant, ils l'ont à nouveau saisie le 6 janvier 2021.

Elle a d'abord été détenue au centre de détention de Weizigou pendant dix jours et elle est maintenant détenue au quatrième centre de détention de la ville de Changchun.

Voir aussi :

Détenus en essayant de secourir un compagnon de cultivation

(D'autres articles connexes sont disponibles dans la version anglaise.)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais