Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Ma famille a changé quand j'ai abandonné la sentimentalité

Jeudi 15 avril 2021 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) En 1996, je cherchais de l'aide pour mes maladies, mais je n'ai pas pu trouver une guérison. J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa, mais je ne faisais que les exercices et je n'étudiais pas les enseignements pour élever mon xinxing. J'ai lu le Zhuan Falun une fois et je ne cultivais pas correctement, mais ma santé s'est quand même améliorée beaucoup.

Ma femme et mon fils ont aussi appris le Falun Dafa. Ma femme prend les choses au sérieux, alors elle a commencé à lire le Zhuan Falun. À cause de mon faible sens de l'éveil et de mon travail qui me tenait occupé dans la vie, je ne faisais que les exercices et j'étudiais rarement le Fa. Au cours de ces 25 dernières années, j'ai finalement mûri, passant de quelqu'un qui ne faisait que les exercices à un pratiquant sous la protection et les conseils de Maître Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa.

J'aimerais partager une expérience récente. Je suis le seul diplômé de l'université du côté de ma famille et ma femme avait aussi un diplôme de troisième cycle universitaire. Nous avons beaucoup aidé financièrement nos parents et notre famille des deux côtés, et nous avons pris grand soin d'eux. Les familles nous respectaient ainsi que le Falun Dafa.

Quand les Chinois ont commencé à démissionner en masse du Parti communiste chinois (PCC), j'ai conduit des centaines de kilomètres vers ma ville natale et j'en ai parlé à toute ma famille. Ils ont tous démissionné du PCC et de ses organisations jeunesse.

Ma femme est décédée subitement au début 2020. Sa mort a laissé la famille avec des pensées négatives sur Dafa et notre pratique. Ils avaient peur que la même chose puisse arriver à mon fils et à moi. Ils ont utilisé différents moyens pour nous persuader de renoncer à notre croyance et nous ont avertis de chercher des traitements tôt quand on se sent « malade ».

Mon deuxième frère était auparavant un soldat et il est maintenant un fonctionnaire. Il me parlait parfois très durement et me sermonnait souvent au téléphone. Il voulait parler de ma pratique et de ce qui est arrivé à ma femme, alors nous avons accepté de nous rencontrer.

Quelques jours plus tard, il est venu à mon domicile le soir. Nous avons eu une longue conversation, et il avait bien sûr fait ses recherches. Il a parlé beaucoup de ses connaissances du bouddhisme et du taoïsme.

J'ai gardé ma pensée droite, je suis resté paisible et calme. J'ai expliqué ce qu'est le Falun Dafa et qu'un pratiquant de Dafa se conduit toujours selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, dans le but de devenir une personne extraordinairement bonne. J'ai aussi contribué en donnant mon opinion sur les choses où sa compréhension était vague.

Il était surpris de constater que j'en savais autant. Il a lu beaucoup avant de venir afin de me donner une présentation. Il m'a demandé si j'avais lu les choses qu'il avait lues. J'ai dit : « J'en ai lu quelques-unes avant de pratiquer Dafa et, tout comme toi, je ne les ai pas comprises. Mais si je les lis maintenant, je me sentirais comme un élève d'université lisant des livres d'enfants, car ce que je cultive est la Loi de l'univers. »

Nous avons conversé pendant un long moment. Il semblait me comprendre bien mieux. Mais il se demandait toujours pourquoi les pratiquants n'ont pas besoin de médicaments ou d'aller à l'hôpital. J'ai dit : « Puisque tu as lu les choses de Shakyamuni, tu devrais comprendre le karma dont il a parlé. » Il n'avait pas compris au sujet du karma, alors je lui ai recommandé de lire le Zhuan Falun quand il aurait le temps.

Finalement, il a dit : « Tu ne sembles pas être une personne qui prendrait un mauvais tournant, et je suis soulagé. À partir de maintenant, nous ne mettrons pas notre nez dans tes affaires, et tu ne devrais pas nous en parler non plus. Qu'on vive notre propre vie ! »

J'ai ri et dit : « Je dois quand même dire ce que je dois dire. C'est ton choix d'écouter ou pas. » Je lui ai donné une clé USB avec de l'information sur Dafa avant qu'il parte. Il l'a acceptée, ce qu'il n'avait jamais fait auparavant.

Un mois plus tard, mon frère aîné m'a appelé et m'a invité à aller au service commémoratif, car c'était le troisième anniversaire de la mort de notre père.

Après la cérémonie, la coutume était de se prosterner devant notre père. J'ai dit : « Je vais plutôt m'incliner. » Mon frère a dit : « Alors, qu'on s'incline tous devant notre vieil homme ensemble ! »

Il était presque midi, alors nous avons décidé de prendre un repas ensemble. Mon deuxième frère m'a pris à part et a dit : « Maintenant je sais, tu aurais été un moine dans un temple si c'était autrefois. »

Je me suis rendu compte qu'il avait regardé les vidéos sur la clé USB. J'ai dit : « En fait, les pratiquants de Dafa cultivent. C'est juste que nous sommes chanceux de cultiver dans le Dafa de l'univers et nous pouvons cultiver sans devenir un moine. »

Il a dit : « Je comprends, vous n'êtes pas des personnes ordinaires. Ton Maître de Dafa t'a enseigné la question des maladies. Ta femme n'a pas cultivé suffisamment bien et est morte tôt. »

Je lui ai dit ma propre compréhension du principe :

« Le maître vous fait passer la porte, la cultivation dépend de chacun. » (Quatrième leçon, Zhuan Falun)

Il a hoché la tête et était d'accord.

Au cours du repas, mon deuxième frère a dit : « Laissez-moi d'abord dire quelque chose. Nous avions l'habitude de mal comprendre notre frère benjamin à cause de ce qui est arrivé à sa femme. Maintenant, je comprends qu'il n'est pas une personne ordinaire. Nos ancêtres ont accumulé la vertu pour qu'il puisse naître dans notre famille. Ce qu'il nous a dit était pour notre propre bien, mais nous ne l'avons pas compris. À partir de maintenant, je traduirai pour vous si vous ne comprenez pas. »

J'ai presque pleuré après avoir entendu ce que mon deuxième frère a dit. J'avais l'habitude de parler du Falun Gong et de la persécution aux membres de ma famille avec un ton qui laissait voir que je le faisais pour leur propre bien. Le résultat n'était pas positif. Mon deuxième frère a tellement changé quand je me suis débarrassé de mes émotions envers lui et je l'ai traité comme un autre être à sauver.

Tout comme le Maître a dit :

« La plus grande manifestation de shan c’est la compassion, et c’est une manifestation d’une immense énergie. Elle peut désintégrer tout ce qui n’est pas droit. » (« Enseignement de la Loi à la Conférence internationale de Loi de Washington DC 2009 », Enseignement de Fa dans les conférences IX)

Mon expérience est un rappel à nous les pratiquants : pour clarifier la vérité, il faut la bienveillance, la sagesse, la pensée droite et l'abandon des attachements émotionnels.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais