Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Une pratiquante relativement nouvelle : Dafa nous a rapprochés, mon fils et moi

Mardi 11 mai 2021 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en 2019 et je sens toujours la bienveillance de Maître Li (le fondateur du Falun Dafa) depuis le début de ma cultivation.

Éliminer le karma de maladie

Ce n'est que peu de temps après avoir commencé à pratiquer que le Maître a commencé à nettoyer mon corps et à éliminer mon karma. J'ai eu la diarrhée. Dès que je sortais des toilettes, je devais y retourner. Je continuais à faire ainsi et j'ai commencé à m'inquiéter, alors que mon anus faisait très mal. Les conceptions humaines d'avoir une maladie sont apparues dans mon esprit. J'ai pensé que je devrais aller à l'hôpital pour un traitement d'urgence si je continuais comme cela. Je ne savais pas ce que je devais faire.

Je me suis accrochée au tuyau d'eau avec les deux mains à cause de la douleur. J'ai fermé mes yeux et j'ai dit dans mon cœur : « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. »

J'étais presque en larmes à cause de la douleur. Mon esprit est devenu instable, et j'ai pensé que j'allais m'effondrer.

Soudain, les paroles du Maître me sont venues à l'esprit :

« Notre corps éprouvera subitement des malaises, c’est parce qu’on liquide du karma, cela peut se manifester sous de nombreux aspects. À une certaine étape, on vous amènera à ne plus savoir ce qui est vrai ou ce qui est faux, on vous fera douter de l’existence du gong, de la possibilité de cultiver, de votre capacité à vous élever par la cultivation et la pratique, de l’existence des bouddhas et de l’authenticité de tout cela. » (Sixième leçon, Zhuan Falun)

J'ai crié dans mon cœur : « Je suis une disciple de Dafa. Je suis une disciple du Maître. Je dois passer ce test. Maître, aidez-moi s'il vous plaît ! »

À ce moment-là, j'ai senti le Maître mettre avec bienveillance cette phrase dans mon esprit : « Fais face à la peur calmement. Le Maître s'occupe de tout. »

J'ai été immédiatement tirée du bord de l'effondrement. J'étais pleine de force encore. J'ai crié après la douleur dans mon cœur : « Viens ! Je n'ai pas peur de toi. Je suis une disciple de Dafa et j'ai mon Maître ! »

Avec la protection bienveillante du Maître, j'ai finalement réussi à faire une percée après presque deux jours d'élimination du karma. Cette expérience m'a donné confiance pour me considérer comme une pratiquante, capable de faire face à des tests futurs et d'éliminer plus de karma.

Il n'a pas fallu longtemps pour que je vive l'expérience d'un deuxième tour d'élimination du karma. Cette fois, j'ai souffert du vomissement et de la diarrhée. La double torture m'a vite amenée au bord d'une dépression nerveuse. Je ne savais pas quand cela finirait. Cependant, la dernière expérience que j'ai vécue en endurant la douleur m'a rendue déterminée à la traverser. J'ai répété dans mon esprit : « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. Maître, je me remets à vous aujourd'hui. Je suis vos directives et votre arrangement. Tout dépend de vous ! »

En pensant juste à cela, j'ai soudain vu dans mon esprit une substance noire très délicate se dissiper dans l'air.

Éliminer le karma est quelque chose que nous devons traverser dans la cultivation. C'est un test pour montrer dans quelle mesure les disciples de Dafa croient dans le Maître et dans le Fa. Tant que nous sommes déterminés à passer le test, le Maître s'occupera de nous et nous aidera avec bienveillance.

Extirper les racines

Au début quand j'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa, je savais seulement que je devrais suivre le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Les enseignements du Maître remplissaient mon esprit tout le temps, mais j'avais peur de ne pas pouvoir faire bien.

Un jour, mon fils, qui était au collège, jouait avec son téléphone alors qu'il était censé faire ses devoirs. Quand je lui ai demandé de se concentrer sur ses devoirs, il n'était pas content et a répliqué.

J'ai continué à lui parler et il a continué à répliquer. Après ce va-et-vient, nous avons eu une dispute. Il m'a dit des injures et m'a frappée. Je me suis dit que c'était un test et je ne devrais pas être affectée ou en colère. Je lui ai parlé de son comportement inapproprié et j'ai pensé que j'agissais en accord avec le Fa.

Le Maître a dit :

« Mais normalement, quand un conflit surgit, si le cœur humain n’est pas piqué au vif, ça ne compte pas, ça n’a pas d’effet et on ne peut pas en recevoir d’élévation. » (Quatrième leçon, Zhuan Falun)

Mon père m'a appelée d'une autre pièce, me demandant de sortir et d'arrêter de discipliner mon fils. Voyant que je n'avais pas quitté la chambre de mon fils, il est venu directement dans la chambre et m'a tirée à l'extérieur. Quand mon fils a vu son grand-père venir le soutenir, il s'est mis debout immédiatement sur le lit et a crié après moi, comme s'il n'avait peur de rien. Pendant qu'il réconfortait son petit-fils, mon père m'a jetée hors de la chambre.

J'étais furieuse, alors que les larmes ruisselaient sur mon visage. J'ai pleuré et dit à mon père : « Mon fils a frappé sa mère. Au lieu de le discipliner, tu m'as jetée dehors. Est-ce que tu le protèges encore après qu'il a blessé son parent ? Si je frappais ma mère, est-ce que tu laisserais faire ? Pourquoi le gâtes-tu comme ça ? »

Je ne pouvais vraiment pas contrôler ma colère, et ma nature de démon a surgi.

Le Maître a dit :

« Au milieu des conflits, nous disons “un pas en arrière et la mer est vaste, le ciel immense”, on verra les choses autrement, c’est sûr. » (Neuvième leçon, Zhuan Falun)

Je me suis calmée et j'ai pensé que je suis une pratiquante. Comment puis-je me comporter comme une personne ordinaire ? Ma colère s'est apaisée tout de suite. Je suis devenue calme et pacifique comme si un énorme rocher qui pesait sur moi avait été enlevé.

J'ai commencé à regarder calmement à l'intérieur. Pourquoi me suis-je sentie lésée ? Pourquoi étais-je en colère ? J'ai pensé que mon père m'aiderait à éduquer mon fils, mais il a pris le parti de mon fils. Je n'ai pas pratiqué la tolérance parce qu'il y avait la vengeance cachée profondément à l'intérieur de moi. En tant que pratiquante, je dois être à la hauteur des exigences du Maître :

« Ne pas rendre “les coups” quand on vous frappe, à ne pas rétorquer quand on vous insulte ; vous devez exercer le Ren. » (Neuvième leçon, Zhuan Falun)

Je savais que je devrais éduquer mon fils d'une manière calme et patiente, mais j'étais quand même mécontente. Je savais qu'il y avait un attachement que je n'avais pas encore trouvé. Je me suis demandé ce qui avait causé la dispute qui m'a fait argumenter avec mon fils. J'étais inquiète que sa mauvaise habitude l'entrave dans ses études futures et sa carrière.

Auparavant, avant d'obtenir le Fa, je donnais l'enseignement à domicile et mon fils était bien discipliné. Mais, après avoir commencé à pratiquer pendant un certain temps, j'étais perplexe au sujet de la manière d'éduquer mon fils.

Quand je n'étudiais pas une bonne quantité du Fa, j'avais tendance à me mettre en colère. Et après m'être mise en colère, je me disputais avec mon fils. Il était difficile pour moi de maintenir mon xinxing. Je luttais souvent et me demandais si je devais le discipliner. Je voulais savoir comment élever mon xinxing tout en le disciplinant, mais en ne me disputant pas avec lui. Cependant, si je ne le disciplinais pas, je ne serais pas considérée comme une parente responsable.

À travers cet incident avec mon père, je me suis rendu compte que j'avais raison de discipliner mon fils, mais je devais me comporter comme une pratiquante et me débarrasser de mon émotion. Je ne devrais pas m'inquiéter de son avenir, parce que son destin a été arrangé depuis la naissance. Sans émotion, je pouvais le comprendre calmement, lui parler selon son point de vue et le guider sur la manière de gérer les choses et de traiter les gens respectueusement.

J'ai parlé avec une compagne de cultivation au sujet de la situation de mon fils. Elle a dit : « Je sais que tu es une mère monoparentale et que tu habites avec tes parents. La vie peut être dure pour toi parfois, mais cette fois je ne sympathiserai pas avec toi. J'ai pitié pour ton fils. Le conflit a été causé par ton sentiment – tes émotions. Tu es trop attachée à ton fils et tu focalises toujours sur ses défauts. À cause de tes lacunes, les forces anciennes ont profité de toi et l'ont fait se disputer avec toi. Il t'aide à trouver tes insuffisances et il t'aide à cultiver. Tu penses toujours à la manière de l'affronter. »

J'ai été choquée par ce que la pratiquante a dit. J'avais tort. C'était évident que j'avais causé tout ce trouble. Pourquoi devrais-je rivaliser avec mon fils ? Dès que j'ai compris cela, j'ai failli pleurer et je me suis rendu compte combien j'ai été terrible envers mon fils et mes parents. Je me suis levée, je l'ai remerciée et je suis allée directement chez moi pour présenter des excuses à mon fils et à mes parents.

Depuis que j'ai reconnu mes problèmes, j'ai réussi à abandonner la sentimentalité et je me suis constamment rappelé de ne laisser aucun attachement me contrôler. Je devrais tolérer ses insuffisances avec bienveillance et tolérance.

Sans l'interférence de la sentimentalité, je suis devenue plus patiente, prévenante et j'ai pris en considération ses sentiments. Petit à petit, il a aussi changé en mieux. Il est devenu plus positif et de bonne humeur, et il est disposé à suivre mes conseils.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais