Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Mes souvenirs précieux d'avoir assisté aux enseignements du Maître

Mardi 11 mai 2021 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa à Pékin, Chine

(Minghui.org) Je me sens très chanceux d'avoir assisté à la deuxième session de conférences d'enseignement du Fa de Maître Li à Shijiazhuang en mars 1994 et à la deuxième session de conférences d'enseignement du Fa à Jinan en juin 1994. Je n'oublierai jamais ces merveilleuses expériences.

Je suis allé dans la salle tôt le premier jour des conférences de Shijiazhuang et me suis assis sur l'estrade en attendant le Maître. J'ai entendu un étudiant crier : « Maître ! » J'ai vu une grande et belle personne venir vers moi. J'ai appelé « Maître » et sans m'en rendre compte j'ai tendu la main pour serrer la main du Maître. Le Maître a répondu aux autres élèves et a tendu la main vers moi avant de tourner son visage. Je me suis empressé de lui serrer la main. Il m'a regardé gentiment, sa main était large et chaude. Je me suis senti très honoré !

Les conférences d'enseignement du Fa à Shijiazhuang ont eu lieu dans le club de l'usine textile de coton no 1 de Shijiazhuang. Le club était à côté d'une salle de bal, et le bruit de la salle de bal interférait avec l'enseignement du Maître. Les pratiquants responsables n'ont pas réussi à persuader les personnes présentes dans la salle de bal de se taire pendant la conférence. Le troisième jour, la classe a donc été déplacée au club de l'usine textile de coton no 3.

Une grande route est-ouest passait devant le club. Le club se trouvait dans une cour avec une porte principale et deux petites portes latérales. Les étudiants entraient généralement dans le club par la petite porte du côté ouest.

À partir du quatrième jour, un étudiant de Pékin et moi-même avons attendu tous les jours sur le trottoir devant la porte principale pour accueillir le Maître. Le Maître roulait dans une Cherokee, et on le déposait chaque jour devant l'entrée principale. Lorsqu'il est sorti de la voiture, nous avons tous deux pressé nos paumes l'une contre l'autre en heshi, un geste de respect. Il nous a fait signe de la main et nous l'avons regardé entrer dans le club. Pendant plusieurs jours d'affilée, nous l'avons attendu à l'entrée.

Un jour, le Maître nous a demandé, à nous les étudiants, d'écrire un partage d'expérience et de le remettre le lendemain. Le lendemain, je me suis rendu tôt à l'entrée du club. L'étudiant de Pékin m'a demandé : « As-tu déjà écrit ton partage d'expérience ? » Je suis retourné et je me suis alors dépêché de le faire, j'ai écrit une page à la hâte, puis je suis reparti. Lorsque je suis arrivé à l'entrée principale, j'ai vu le Maître assis dans sa voiture en train de signer un autographe pour l'étudiant de Pékin. J'étais à environ cinq mètres. J'ai attaché mon vélo et je me suis approché de lui. Le Maître avait déjà fini de signer et a rendu le livre à l'étudiant.

L'étudiant n'est pas parti après avoir reçu le livre. Ni l'un ni l'autre n'a vu le Maître sortir du véhicule. Le véhicule s'est lentement déplacé vers le côté ouest de la porte et s'est arrêté. Nous avons suivi le véhicule et avons attendu que le Maître sorte du véhicule. Après environ 10 minutes, le cours était sur le point de commencer, mais nous n'avions pas encore vu le Maître sortir. Le chauffeur est sorti et a dit : « Le Maître est déjà entré dans la salle. » Nous étions perplexes. Nous n'avions pas vu le Maître sortir !

Nous nous sommes précipités dans le club. Peu de temps après notre entrée, le Maître s'est approché du podium et s'est assis. Quatre étudiants de Pékin étaient assis à côté de nous. L'une de ces personnes, une jeune femme, est entrée et a été surprise de voir que le Maître était déjà assis à la table sur l'estrade. Elle a demandé aux autres : « Quand le Maître est-il entré ? J'ai attendu longtemps dehors à la porte ouest, mais je ne l'ai pas vu entrer ! » Quand j'ai entendu cela, j'ai également dit : « Nous avons tous deux suivi le véhicule du Maître et avons attendu pendant 10 minutes, mais nous ne l'avons pas vu sortir du véhicule. » L'étudiante a dit : « J'ai aussi attendu le Maître presque tous les jours devant la petite porte et je l'ai vu tous les jours. Aujourd'hui, je n'ai pas vu quand il est entré, donc je pense qu'il a dû utiliser ses pouvoirs. »

Influencé par de faux qigong

Avant d'apprendre le Falun Dafa, j'aimais pratiquer le qigong. J'étais influencé par de faux qigong et je croyais qu'émettre du qi pouvait guérir des maladies. Mon professeur de lycée avait une tuberculose osseuse. L'hôpital provincial lui a dit que sa jambe devait être amputée, mais pour des raisons familiales, l'opération n'a pas eu lieu. La région de son entrejambe continuait à lui faire mal, et il ne pouvait pas se lever après s'être assis. Ce professeur m'a demandé de le soigner. À l'époque, je ne connaissais pas les conséquences d'un tel geste, alors je l'ai soigné par un traitement de qi. Il s'est senti mieux après quelques séances de traitement. Mais, par la suite, mes cuisses et mon entrejambe étaient douloureux les jours pluvieux et nuageux. Je devais faire des efforts physiques pour soulager ma douleur, par exemple en jouant au football jusqu'à l'épuisement.

Un jour, il pleuvait lorsque je suis retourné d'une conférence d'enseignement du Maître à Shijiazhuang. Je suis allé à la cafétéria pour prendre mon repas. Alors que je faisais la queue, j'ai soudain réalisé que je n'avais pas mal aux jambes. Je me suis souvenu que mes jambes ne m'avaient pas fait mal récemment. J'ai tout de suite compris que le Maître avait soigné mes jambes pendant le cours.

Une fois, pendant une pause dans une classe à Jinan, le Maître est descendu du podium. Certains étudiants ont demandé au Maître sa signature et d'autres ont posé des questions. Lorsque le Maître s'est approché de nous, je me suis empressé de sortir un livre de Dafa et j'ai voulu demander au Maître de le signer. Lorsque je lui ai tendu le livre, il m'a regardé et m'a dit : « N'ai-je pas déjà signé pour vous ? » J'étais embarrassé, sans trop y penser à ce moment-là.

Plus tard, j'ai bien réfléchi à la question. Le Maître avait signé mon livre trois mois auparavant. Il y avait tellement d'étudiants. Comment pouvait-il se souvenir qu'il avait signé mon livre ? J'étais étonné ! Les miracles du Maître m'ont éclairé.

Mon père avait eu une attaque et ne pouvait même pas tenir un tournevis. Il a assisté à la deuxième conférence d'enseignement du Fa de Maître à Jinan. Pendant le cours, il a arrêté de fumer une habitude vieille de plusieurs décennies.

Chaque fois que je vois la photo de groupe avec le Maître à Jinan, la scène où nous faisons la queue pour prendre la photo apparaît devant mes yeux. Il y avait plus de 4000 personnes sur cette photo avec le Maître. Le Maître l'a organisée et arrangée lui-même, cela a pris plusieurs heures. Le Maître devait donner une conférence ce soir-là. Il faisait si chaud à Jinan à la fin du mois de juin, mais le Maître était occupé sans une seule plainte ou impatience, ce qui m'a fait vraiment le respecter.

C'était un grand honneur d'entendre le Maître enseigner en personne ! Je vais chérir cette rare opportunité de cultiver, de croire en Maître et en Dafa, et de marcher fermement sur le chemin de la cultivation.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais