Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

De la fabrication de baguettes jetables à la menace de viol : l'expérience d'une prisonnière d'opinion dans les centres de détention chinois

Lundi 21 juin 2021 |   Écrit par un correspondant de Minghui à Pékin, Chine

(Minghui.org) Avant que Mme Xiao Fengwen de Pékin n'adopte le Falun Gong en 1996, elle souffrait de nombreux maux, dont torticolis, épaule bloquée et croissance osseuse anormale. Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, toutes ces affections ont disparu.

Trois ans plus tard, en 1999, le Parti communiste chinois a commencé sa persécution contre le Falun Gong. Depuis lors, Mme Xiao a été arrêtée dix fois, détenue pendant au moins dix mois et condamnée à un total de six ans et six mois dans un camp de travaux forcés (dont elle a purgé cinq ans et six mois).

Pendant son séjour dans le camp de travail, elle a été battue, gavée et choquée avec des matraques électriques. Pendant son incarcération, elle n'a pas pu assister au mariage de son fils ni aux funérailles de sa mère et de sa sœur aînée.

La dernière arrestation de Mme Xiao a eu lieu le 2 juillet 2019, alors qu'elle était sortie poster des documents pour sensibiliser les gens à la persécution.

Voici le récit des épreuves que Mme Xiao a subies dans le cadre de la persécution.

Arrêtée et détenue pour avoir essayé de défendre le Falun Gong.

Mme Xiao et d'autres pratiquants se sont rendus au bureau national des appels le matin du 20 juillet 1999. La police les a arrêtés et relâchés le même soir.

Elle s'est rendue à deux autres reprises au bureau des appels avec d'autres pratiquants, en novembre 1999 et en janvier 2000. Les deux fois, des agents du poste de police de Tiananmen les ont arrêtés avant même qu'ils n'arrivent au bureau et les ont détenus au centre de détention de Chaoyang pendant un mois chaque fois.

Mme Xiao a été arrêtée plusieurs autres fois en 2001. Une fois, elle a été incarcérée pendant huit jours pour avoir distribué des documents sur le Falun Gong. Une autre fois, la police l'a arrêtée chez elle et l'a placée au centre de détention de Chaoyang, où elle a été attachée et gavée à cinq reprises lorsqu'elle a entamé une grève de la faim pour protester contre son arrestation arbitraire. Ses dents se sont déchaussées parce que les gardiens ont utilisé des pinces pour lui ouvrir la bouche de force. Elle a été libérée dix-sept jours plus tard.

Un soir de 2001, elle a fait les exercices de Falun Gong en plein air. La police l'a arrêtée et détenue pendant un mois.

Torturée dans deux centres de détention

Pour éviter le harcèlement constant des autorités, Mme Xiao a quitté son domicile. Un jour, une personne l'a signalée à la police alors qu'elle parlait du Falun Gong à d'autres personnes, ce qui a conduit à sa détention. Pendant le mois qu'elle a passé au centre de détention de Chaoyang, les gardiens l'ont battue et l'ont gavée. Elle a été menottée et enchaînée dans une position inconfortable où elle ne pouvait ni se tenir debout, ni s'asseoir, ni marcher normalement. Un gardien l'a ensuite traînée par le cou jusqu'à un bureau et lui a piétiné le visage pour l'humilier.

Illustration de torture : Menotté et enchaîné pour un inconfort extrême

En hiver, les gardiens encourageaient les autres détenues à verser de l'eau froide sur elle et à laisser l'eau sécher lentement. Pour la gaver, les gardiens l'attachaient à une porte, les bras et les jambes attachés dans la position de l'aigle déployé. Ils appelaient cela « la croix ».

Reconstitution de torture : Immobiliser la victime en position de croix

Après que Mme Xiao a été libérée du centre de détention en février 2001, la police l'a directement transférée dans un autre centre de détention où elle a été détenue pendant treize jours supplémentaires.

Peu après son retour chez elle, elle a été de nouveau arrêtée en mars après avoir été signalée par quelques étudiants pour leur avoir parlé du Falun Gong. Elle a été détenue au centre de détention de Xuanwu pendant trois mois. Après avoir entamé une grève de la faim pour protester, les gardiens ont inséré un tube dans son nez et son estomac pour la nourrir de force. Pour accroître sa souffrance, les gardiens ont volontairement tiré sur le tube d'avant en arrière, à tel point que le tube était couvert de son sang.

Illustration de torture : Gavage

Lorsque Mme Xiao a refusé de donner son nom, un gardien l'a menacée : « Je vais te jeter dans la prison des hommes et demander à quelqu'un de te violer. »

Choquée avec des matraques électriques et ne peut assister aux funérailles de sa sœur

Mme Xiao a été condamnée à un an et six mois de travaux forcés pour avoir distribué des documents sur le Falun Gong le 2 septembre 2001. Alors qu'elle était détenue au centre de répartition du camp de travail pour avoir refusé de s'accroupir avec d'autres détenues, six gardiens se sont dirigés vers elle et ont utilisé des matraques électriques pour la choquer aux tempes et à la plante des pieds.

Elle a également été contrainte d'effectuer des travaux pénibles sans rémunération, notamment l'emballage de baguettes jetables. Elle a été entassée dans une petite pièce avec une dizaine d'autres personnes. Certains dormaient à même le sol et d'autres sous le lit. Avec des toilettes à l'intérieur de la pièce, mais pas d'eau disponible, l'endroit sentait horriblement mauvais.

Mme Xiao a ensuite été transférée au camp de travaux forcés pour femmes de Pékin, où elle a refusé de subir un lavage de cerveau et d'abandonner sa pratique. Elle a été privée de sommeil en permanence et est devenue progressivement incohérente.

Elle est rentrée chez elle le 1er mars 2003, c'est alors qu'elle a appris que sa sœur aînée bien-aimée venait de décéder trois semaines auparavant. Sa sœur a dû s'occuper seule de leur mère de 81 ans pendant son absence. En raison du stress physique et mental, sa sœur a eu une hémorragie cérébrale, qui a entraîné sa mort prématurée.

Arrêtée quatre jours avant le mariage de son fils

Trois agents ont fait irruption au domicile de Mme Xiao le 23 mai 2007, alors qu'elle se préparait pour le mariage de son fils qui devait avoir lieu quatre jours plus tard. Ils l'ont arrêtée, ont saccagé son domicile et ont confisqué des centaines de livres sur le Falun Gong et des milliers de yuans en espèces.

La police l'a arbitrairement condamnée à deux ans et six mois de camp de travaux forcés pour la possession de livres de Falun Gong.

Au centre de répartition du camp de travail, elle devait rester assise sur un petit tabouret toute la journée, une détenue la surveillant de près. Si elle bougeait, elle était punie. Les gardiens l'ont ensuite gavée après qu'elle a refusé de manger. Lorsqu'elle a crié « Falun Dafa est bon » pour protester contre la torture, ils lui ont bourré la bouche avec un chiffon utilisé pour nettoyer le sol.

Après avoir été emmenée au camp de travaux forcés pour femmes de Pékin, dix-sept gardiens l'ont surveillée 24 heures sur 24. Elle était obligée de rester assise sur un petit tabouret et n'avait pas le droit de dormir. Elle a refusé de coopérer avec les autorités et a été envoyée dans une équipe spéciale où elle a été soumise à une torture intensifiée.

En juillet 2008, Mme Xiao a été transférée au camp de travaux forcés de Masanjia, dans la province du Liaoning, où elle a été battue, privée de sommeil et constamment contrainte de travailler. Elle devait mémoriser le règlement de la prison, faute de quoi les gardiens la battaient ou la choquaient avec des matraques électriques.

Elle a été libérée le 31 octobre 2009. Le séjour en camp de travail lui a fait perdre des dizaines de milliers de yuans et a été la source d'une énorme détresse mentale pour les membres de sa famille.

Privée de l'accès aux toilettes pendant deux semaines et forcée de donner des échantillons de sang

Mme Xiao s'est rendue sur la place Tiananmen le 3 janvier 2012 pour distribuer des documents sur le Falun Gong et a été arrêtée. La police l'a soumis à une fouille corporelle et a confisqué les quelques centaines de yuans en liquide qu'elle avait dans sa poche. Elle a été condamnée à deux ans et six mois de camp de travaux forcés pour femmes à Pékin. Lorsqu'elle se trouvait au centre de détention de Chongwen, les gardiens l'ont menottée et l'ont aspergée d'eau pimentée.

Mme Xiao a ensuite été emmenée à la quatrième brigade du camp de travaux forcés pour femmes de Pékin. Elle a été placée dans une pièce avec deux autres détenues qui la surveillaient 24 heures sur 24. Elle n'était pas autorisée à dormir, à se laver ni à utiliser les toilettes. Une fois, elle n'a pas déféqué pendant quinze jours. Elle a ensuite été transférée à la deuxième brigade, où trois détenues ont vérifié son état de santé et lui ont prélevé du sang contre son gré. Ils ont même appelé la police armée pour la forcer à obéir.

Le 8 juillet 2013, Mme Xiao a été transférée au centre de lavage de cerveau de Wangsiying, dans le district de Chaoyang. Xu Yong de la Division de la sécurité intérieure, Ma, Bai, Li Shumin et Tang Huiming du Bureau 610 ainsi que Lin Jing, un directeur de comité résidentiel, se sont relayés pour lui faire subir un lavage de cerveau. Elle a fait une grève de la faim et a été libérée trois jours plus tard.

Épreuves récentes

Treize personnes, dont Xu Yong de la Division de la sécurité intérieure, Ma, Liu Tieli, Wu Xiaolong et Zhou du Bureau 610, Lin Jing du comité résidentiel ainsi que quatre policiers et trois agents de sécurité, ont arrêté Mme Xiao à son domicile le 22 mai 2014. Ils ont saccagé son domicile et confisqué ses livres de Falun Gong. Elle a été détenue au centre de lavage de cerveau de Wangsiying pendant un mois.

Alors qu'elle faisait des courses pour le Nouvel An chinois le 29 janvier 2015, trois agents, ainsi que Yang Qin du comité résidentiel et Wu Xiaolong du Bureau 610, l'ont forcée à rentrer chez elle. Ils ont saccagé son domicile et confisqué plusieurs livres de Falun Gong, des centaines de dépliants, un nouvel ordinateur, deux lecteurs multimédias, cinq cartes mémoire d'ordinateur et des dizaines de sacs en plastique qu'elle utilisait pour distribuer des documents de Dafa.

Elle a d'abord été emmenée au poste de police de Huajiadi, puis au centre de détention de Chaoyang dans la soirée. Elle a refusé de porter l'uniforme de détenue et a entamé une grève de la faim.

Trois jours plus tard, les gardiens l'ont emmenée au Centre d'urgence 999 de Pékin, où les membres du personnel lui ont fait trois prises de sang et deux ECG sans son consentement. Après y avoir été détenue pendant quatre semaines, Mme Xiao a été ramenée au centre de détention avant d'être rapidement transférée au centre de lavage de cerveau de Wangsiying le 6 mars par la police et des agents du Bureau 610.

Après sa libération, à chaque fête ou anniversaire lié au Falun Gong ou à des événements politiques majeurs, la police et les fonctionnaires locaux l'ont harcelée, elle et sa famille. À un moment donné, deux agents de sécurité sont restés devant sa maison et l'ont surveillée 24 heures sur 24.

La police est allée frapper à sa porte à trois reprises les 1er, 2 et 5 février 2017. Elle a refusé d'ouvrir sa porte.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais