Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Une récente tribulation a montré que je ne cultivais que superficiellement

Mardi 22 juin 2021 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa début 1998. J'ai trouvé les réponses aux questions que je me posais depuis des années et j'ai compris le sens de la vie. J'étais très enthousiaste et j'ai réalisé que j'avais beaucoup de chance.

Le Maître veille sur moi

Au cours de l'hiver 2002, les chefs de la Division de la sécurité intérieure et du Bureau 610 ont organisé que la police enlève les pratiquants de Falun Dafa de leur domicile. Pour éviter d'être arrêtée, j'ai décidé de quitter la maison et de rester chez un parent.

Un jour, j'ai remis des documents clarifiant la vérité à des pratiquants dans deux villages, puis je me suis rendue à une réunion de partage d'expériences chez un pratiquant dans un autre village. Peu après mon arrivée, un pratiquant m'a appelée et m'a dit : « Ton mari m'a demandé de te dire que le chef de la Division de la sécurité intérieure te cherche partout, alors ne rentre pas à la maison. »

Quand j'ai entendu cela, j'étais nerveuse et je ne savais pas quoi faire. Les autres pratiquants ont dit : « Ne reconnais pas les arrangements des forces anciennes. Elles n'ont pas de pouvoir sur toi ! » J'ai dit : « C'est vrai, je ne les reconnais pas ! »

Tout le monde continuait à parler de ses expériences de cultivation, mais je n'arrivais pas à me calmer. J'ai pensé : « Si je ne rentre pas chez moi, je reconnaîtrai la persécution, sans parler d'ajouter un fardeau supplémentaire à la famille du compagnon de cultivation en restant ici... » Je ne pouvais pas prêter attention au partage d'expériences.

Je me suis soudain rappelé ce que Maître Li, le fondateur du Falun Dafa, a dit :

Je ne suis pas une criminelle, je suis une pratiquante de Falun Dafa. Comment un agent de police peut-il arrêter de bonnes personnes ? N'est-ce pas commettre une mauvaise action ? N'est-ce pas créer du karma ?

Les allusions miséricordieuses du Maître m'ont calmée. J'étais un peu enthousiaste et j'ai partagé mes pensées avec les autres pratiquants. Je comprenais ce que cela signifiait de vraiment nier tous les arrangements des forces anciennes.

Après le partage d’expériences, j'ai enfourché mon vélo et suis rentrée chez moi. Vers 23 heures, je traversais un village lorsque j'ai remarqué quatre ou cinq gros chiens qui jouaient à proximité. Alors que je passais devant eux, ils se sont soudain mis à aboyer et à me courir après.

Alors que les chiens me poursuivaient, je pédalais aussi vite que je le pouvais. J'ai émis la pensée droite : « Éliminer tous les éléments pervers qui utilisent les chiens pour me persécuter ! » suivies des versets.

Un chien a touché la roue arrière de mon vélo et un autre chien a touché mon pied. J'ai crié : « Maître, aidez-moi ! » J'ai entendu les chiens gémir comme s'ils avaient été frappés par un bâton et ils se sont dispersés. J'ai éclaté en sanglots. Le Maître m'avait sauvé la vie ! Je savais que le Maître était près de moi. Il n'y a pas de mots pour exprimer ma gratitude envers le Maître !

Après être rentrée chez ma sœur aînée (elle est aussi pratiquante), elle m'a raconté que, lorsque notre frère avait vu le chef de la Division de la sécurité intérieure quelques jours auparavant, le fonctionnaire lui avait dit de me persuader de rentrer chez moi. Il a affirmé que tout irait bien si j'écrivais une déclaration de garantie. Cela a effrayé mon mari et c'est pourquoi il a téléphoné pour me dire de ne pas rentrer chez moi.

C'était une fausse alerte ! C'était ma peur qui avait provoqué cette épreuve.

Piquée par une guêpe

Le 31 août 2020, à 9 h du matin, je suis allée cueillir du raisin et une guêpe m'a piquée sur le pouce gauche. J'ai essuyé le venin avec ma main droite, puis je l'ai ignorée, parce que j'avais déjà été piquée auparavant. Je me suis dit qu'en tant que pratiquante, je n'aurais rien à craindre, alors j'ai continué à cueillir du raisin.

Bientôt, j'ai senti mes oreilles brûler, et ma tête était lourde, comme si elle était remplie de plomb. J'ai lavé les raisins et les ai donnés aux enfants. Je n'ai pas pris la piqûre trop au sérieux et j'ai continué à dire « Falun Dafa est bon ! » L'inconfort s'est étendu à tout mon corps, alors je suis allée dans ma chambre, j'ai mis la musique et j'ai commencé à faire les exercices.

Après avoir terminé le premier exercice, j'ai senti que tout mon corps brûlait et je pouvais à peine me tenir debout. Mon cœur a commencé à se sentir de plus en plus mal à l'aise. Je me suis assise sur le canapé, les jambes croisées, et j'ai commencé à émettre la pensée droite.

À ce moment-là, tout mon corps était gonflé et couvert de grosseurs rouges, et je ne pouvais pas ouvrir les yeux tant ils étaient enflés. Mon fils est arrivé avec ma petite-fille dans les bras. Mon fils a toujours été très favorable à Dafa, mais quand il a vu les rougeurs et les gonflements, il a voulu m'emmener chez le médecin. Je lui ai dit que ce n'était pas nécessaire. Je lui ai demandé de réciter à répétition : « Falun Dafa, est bon ! »

J'ai gardé la pensée ferme : « Je suis une pratiquante de Falun Dafa et j'aide le Maître à rectifier le Fa et à sauver les êtres ! Tous les êtres vivants dans ce petit univers qu'est mon corps sont sous le commandement de ma conscience principale. »

J'ai émis la pensée suivante : « Maintenant, éliminez complètement toutes les mains noires et les démons pourris, ainsi que tous les éléments du spectre communiste pervers qui persécutent Dafa et interfèrent avec les pratiquants. Maître, s'il vous plaît, renforcez-moi. »

Je me suis souvenue de ce que le Maître a dit :

J'ai demandé aux Gardiens de la Loi célestes de m'aider.

J'ai commencé à transpirer abondamment et j'ai continué à émettre la pensée droite. Environ cinq minutes plus tard, j'ai senti que le gonflement de tout mon corps diminuait. J'ai ouvert les yeux et regardé l'horloge — il était 9 h 30, trente minutes après avoir été piquée.

Je devais rencontrer deux pratiquants à 9 h 30, mais il y avait encore des grosseurs sur mes bras et mes yeux étaient encore un peu gonflés. J'ai pensé : « Si j'y vais et que les gens me voient comme ça, je ne pourrai pas valider Dafa. » J'ai donc continué à émettre la pensée droite. J'ai décidé que je ne sortirais pas tant que je ne serais pas complètement revenue à la normale.

Au cours des vingt minutes suivantes, renforcée par le Maître, j'ai senti chaque cellule de mon corps se refroidir comme de l'eau chaude au contact de la glace.

À 9 h 50, tout mon corps se sentait léger et j'ai su que tout était redevenu normal. Notre Maître bienveillant m'a sauvée une fois de plus et m'a permis d’être témoin de la profondeur et du pouvoir surnaturel de Dafa !

En regardant en moi-même, je me suis rendu compte qu'avant cela, lorsque je parlais d'un pratiquant tenant des propos qui perturbaient le Fa, j'exprimais un ressentiment cynique qui avait été caché au fond de mon cœur. Je ne l'aurais pas détecté si je ne m'étais pas mesurée au Fa.

Il est facile de se fier aux apparences et de se laisser berner par une diligence superficielle, en pensant que l'on cultive vraiment. Lorsque je remarquais des conflits entre les pratiquants, j'avais l'impression qu'ils faisaient mal leur travail. Je m'indignais et les blâmais.

Derrière mon ressentiment, j'ai trouvé d'autres attachements, comme l'esprit de compétition, la jalousie, la suffisance et l'entêtement. Ces conceptions acquises et ces faux raisonnements ont désorienté mon vrai moi et ont empêché mon vrai moi de progresser et de s'élever avec diligence.

Quand j'ai découvert ces attachements, j'ai eu la ferme pensée : « Je n'en veux pas. Nettoyez-les. Maître, aidez-moi à me renforcer. »

J'ai enfourché mon tricycle électrique et me suis rendue chez le pratiquant. Quand ils m'ont demandé pourquoi j'étais en retard, je leur ai raconté toute l'histoire, y compris les attachements que je venais de trouver. Ils étaient tous deux stupéfaits. Nous étions tous reconnaissants envers le pouvoir illimité de Dafa. Nous étions tous heureux d’être immergés dans la grande compassion du Maître.

En raison de mon éducation limitée, je ne suis pas en mesure d'exprimer pleinement la beauté et la magnificence de Dafa ainsi que la bienveillance du Maître que j'ai personnellement expérimentées. Ceci conclut l'expérience que je voulais partager pour valider la grandeur de Dafa.

Merci, Maître ! Merci, compagnons de cultivation !

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais