Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Me cultiver tout en travaillant dans les médias depuis plus d'un an

Mardi 8 juin 2021 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa en Amérique du Nord

(Minghui.org) Salutations, estimé Maître, et compagnons de cultivation !

Lorsque je travaillais dans une entreprise ordinaire, je pensais toujours à l'endroit où j'allais passer mes prochaines vacances, à l'argent que je gagnais au cours d'un mois donné, à ce que j'allais acheter avec l'argent que j'avais économisé, etc.

Jamais je n'aurais pensé que je travaillerais six jours par semaine, travaillant plus de 12 heures par jour, et que je me contenterais d'un salaire tout juste suffisant pour subvenir à mes besoins. Saisissant l'opportunité de la conférence de Fa, je souhaiterais parler de mon expérience de cultivation au cours de l'année écoulée depuis que j'ai rejoint les médias. J'espère également que mon partage d'expérience pourra nous aider à comparer la façon dont nous avons étudié et cultivé.

Mon point de départ pour rejoindre les médias

Je me suis spécialisé en ingénierie informatique. Un pratiquant du département technologique du siège m'a contacté et m'a dit qu'il y avait un projet qui pouvait utiliser mon expertise – ils espéraient que j'accepterais cette opportunité. J'en étais heureux, car je pensais que non seulement je pourrais aller à l'étranger et élargir mes horizons, mais que je contribuerais également à Dafa grâce à ma spécialité.

C'est génial pour faire une seule chose ! Mais en même temps, j'étais inquiet, parce que je n'avais jamais été aussi loin de chez moi pendant si longtemps. En pensant que j'allais me retrouver dans un pays étranger, sans famille ni amis sur lesquels compter, j'ai commencé à m'inquiéter à cause de mon manque de pensée droite. Le pratiquant a compris que j'étais inquiet, il s'est ainsi arrangé pour que je travaille là-bas pendant trois mois afin de me faire une idée de la situation. Avant de m'envoler pour New York, des pensées de vouloir rester à Taïwan et de vivre confortablement ont émergé.

Parfois, je me dis que, où que je sois, je pourrais clarifier la vérité et valider le Fa. Il y a beaucoup de choses que je peux faire à Taïwan également, alors pourquoi devrais-je aller dans un endroit aussi éloigné ? Mais sachant que toutes mes compétences sont données par le Maître, et sont destinées à être utilisées dans des projets qui valident le Fa, maintenant que le projet en a besoin, comment pourrais-je refuser à cause de mes attachements à la peur et au confort ? Dès que des pensées incorrectes surgissaient, j'émettais la pensée droite pour éliminer l'interférence et j'intensifiais mon étude du Fa pour m'aider à mieux comprendre ma responsabilité en tant que disciple de Dafa de la période de la rectification de Fa. J'ai ainsi été capable d'affaiblir les pensées incorrectes.

Pendant les trois mois où j'ai commencé à travailler au siège de New York, je me suis demandé chaque jour si je serais encore prêt à rester une fois les trois mois écoulés. Né et élevé dans un endroit où la température ne descend pas en dessous de 15 degrés, j'ai trouvé que le temps à New York était une épreuve énorme pour moi, malgré les encouragements de nombreux autres pratiquants. En plus des tribulations corporelles, j'ai dû faire face au mal du pays. Pendant longtemps, je n'ai pas pu prendre une décision.

Heureusement, j'avais un bon environnement de cultivation. Je pouvais bien faire les trois choses tous les jours. J'étais entouré de compagnons de cultivation qui, quel que soit leur âge, se levaient tôt chaque jour et prenaient le temps d'étudier et de mémoriser le Fa, même s'ils étaient très occupés. J'ai réalisé mes lacunes et cela m'a motivé à intensifier l'étude du Fa, alors j'ai consacré de plus en plus de temps à l'étude du Fa. J'étudiais le Fa pendant mon trajet d'une heure entre mon dortoir et mon travail, et j'étudiais le Fa en utilisant le temps que je passais sur mon téléphone avant de dormir. Petit à petit, mes pensées ont commencé à changer.

Le Maître a dit :

« Dans le processus de constamment renforcer ta détermination, d'apprendre constamment le Fa et d'approfondir constamment ta compréhension, tu vas graduellement changer. » (Enseignement du Fa à la conférence de Fa de l'Est des États-Unis)

Au cours des deux semaines précédant la fin des trois mois, j'ai lu avec une attention soutenue, Enseignement du Fa lors de la tournée en Amérique du Nord du début à la fin.

Le Maître a dit :

« Alors depuis combien de temps les anciennes forces ont arrangé ces choses ici chez les êtres humains ? Le temps de deux planètes Terre. Auparavant j'ai dit que Dafa avait été transmis dans le monde humain. Beaucoup d'élèves m'ont demandé à quel moment il a été transmis ? Il a été transmis sur la planète Terre précédente. Pourquoi ? La planète Terre précédente est une expérimentation pour cette planète Terre actuelle. » (Enseignement du Fa lors de la tournée en Amérique du Nord)

Le Maître a dit également :

« C'est pourquoi ces êtres humains devaient traverser un temps très long, pour que la pensée humaine s'enrichisse, afin qu'ils soient pourvus d'un contenu et d'une capacité d’endurance, cela ne pouvait pas s’accomplir en un temps court, donc pendant ces 100 millions d'années on a fait cette chose-là. » (Enseignement du Fa lors de la tournée en Amérique du Nord)

Grâce à l'enseignement du Maître, j'ai réalisé plus rationnellement et plus clairement combien d'effort mental et physique le Maître a mis dans la rectification de Fa. La rectification de Fa s'est poursuivie pendant des centaines de millions d'années, dans le but de sauver le firmament colossal et les êtres dans les couches et les couches d'univers. J'ai également compris mon énorme responsabilité en tant que disciple de Dafa de la période de la rectification de Fa. Par conséquent, j'ai décidé de retourner à Taïwan, d'obtenir un visa de longue durée, puis de revenir au siège.

Vacillation lors du retour à la maison

De retour à Taïwan, dans ma ville natale familière et confortable, j'ai de nouveau été tenté par l'amitié, la sentimentalité, l'amour familial, et les conditions confortables. Bien que je souhaitais obtenir mon visa le plus rapidement possible et quitter cet environnement tentant, la procédure était de deux à trois mois. Au lieu de partir tout de suite, j'ai donc dû faire face aux épreuves provoquées par les tentations.

Mon père, qui n'est pas pratiquant, n'a d'abord pas eu d'autre choix que d'accepter que je travaille loin de chez moi, mais ensuite la question du virus du PCC a fait le tour du monde. Chaque jour, les chaînes d'information rapportaient le nombre de morts, et de plus en plus de parents et d'amis ont essayé de me convaincre de ne pas quitter Taïwan, l'endroit le plus sûr à l'époque. Heureusement, de nombreux pratiquants locaux m'ont encouragé, et j'ai continué à émettre la pensée droite pour me renforcer. J'ai obtenu mon visa un jour avant que le Bureau économique et culturel de Taipei ne ferme à cause du virus du PCC.

Bien que mon visa ne soit plus un problème, j'ai hésité à acheter mon billet. Pendant ce temps, la pandémie s'aggravait, avec plus de 1000 nouveaux cas par jour à New York. Mon père, qui se montre rarement affectueux, m'a dit affectueusement que l'idée que je me rende dans un endroit aussi dangereux que New York l'empêchait de dormir la nuit tant il était inquiet. En colère et attentionné à la fois, il a exprimé qu'il ne voulait pas que je quitte Taïwan à un tel moment. Mes proches ont également essayé de me persuader. Ils ont dit que mon père vieillissait et qu'il ne voulait pas que moi, qu'il avait élevé, me mette en danger, et qu'ils espéraient que je comprendrais mon père et que je lui obéirais.

Alors que j'étais prisonnier de l'amour familial, j'ai reçu un appel des ressources humaines m'informant que, dans quelques jours, les vols à destination de New York risquaient d'être suspendus, et que personne ne savait quand ils reprendraient. Ils espéraient que je pourrais prendre un vol pour New York dès que possible. Mon collègue de New York a également appelé et m'a dit combien la charge de travail était grande là-bas, qu'ils manquaient de personnel, et qu'ils avaient besoin de mon aide. Je suis resté debout toute la nuit à réfléchir... Il y a des pratiquants plus jeunes que moi qui ont quitté Taïwan le jour où ils ont obtenu leur visa, et il y en a d'autres qui ont reprogrammé des vols plus tôt de peur que les vols soient suspendus. Alors pourquoi ne pourrais-je pas le faire ?

Le Maître a dit :

« Puisque l’être véritable d’une personne est son esprit originel, seule la mère ayant donné naissance à votre esprit originel est votre mère véritable. Dans les six voies de réincarnation, vos mères tant humaines que non humaines ont été innombrables. Dans toutes vos existences, combien avez-vous eu d’enfants ? Ils sont aussi innombrables. Qui est votre mère, qui sont vos enfants ? Quand on a quitté ce monde, on ne se reconnaît plus les uns les autres, mais vous devrez quand même payer pour le karma que vous avez contracté. Comme les êtres humains vivent dans l’illusion, ils ne peuvent justement pas renoncer à ces choses. » (Sixième leçon, Zhuan Falun)

J'ai réalisé que mes parents ne sont que des parents pour moi dans cette vie, et qu'en tant que personne ordinaire, mon père est aussi quelqu'un qui a besoin d'être sauvé. Si je pense à ce qui est le mieux pour lui avec compassion plutôt qu'avec émotion, ne devrais-je pas l'aider à comprendre Dafa et l'importance de mon voyage à New York ? De même, si je ratais la chance de ma vie de retourner à New York, ainsi que celle d'accomplir mon vœu, simplement parce que je ne pouvais pas me défaire de mes sentiments envers ma famille, de mon inquiétude au sujet de la pandémie, et de mon attachement au confort, est-ce que je passerais le reste de ma vie à le regretter ?

Le regretterais-je lorsque le Fa rectifiera le monde humain ? La réponse est oui. J'ai donc pris ma décision, et j'ai fait tout ce que je devais faire avant de partir. J'ai expliqué fermement, mais rationnellement, à mon père que le virus du PCC a causé tant de morts à cause de la dissimulation par le Parti communiste chinois (PCC), que les médias ont la mission importante de dire la vérité au monde, et qu'ils ont besoin d'aide. Il a fini par comprendre, et m'a accompagné pendant les quatre heures de trajet en voiture jusqu'à l'aéroport pour me dire au revoir.

Avant mon retour à Taïwan, j'avais vu venir les interférences et les tests. Il se trouve que dans mon dortoir à New York, il y a la photo du Maître dans le salon, alors avant de partir pour Taïwan, je m'étais tenu devant la photo du Maître et lui avais dit : « Maître, aidez-moi à raffermir ma pensée droite. Je dois revenir ici pour accomplir mes vœux. » Ainsi, dès que je suis rentré dans mon dortoir, je suis immédiatement allé devant la photo du Maître, et avec des larmes de joie j'ai dit au Maître : « Merci Maître ! Je suis de retour ! »

Éliminer les pensées de différenciation

La première épreuve pour de nombreux pratiquants taïwanais qui rejoignent le siège, est de faire face aux nombreux pratiquants du continent qui parlent chinois avec toutes sortes d'accents. L'environnement dans lequel j'ai grandi était un environnement où les médias faisaient une fixation sur le côté négatif des Chinois du continent. Au cours de mes voyages, les impressions laissées par les touristes continentaux étaient également négatives. En outre, je pensais que tous les Chinois du continent étaient endoctrinés par le Parti. Par conséquent, j'avais des pensées stéréotypées négatives envers les Chinois du continent.

Le Maître a dit :

« Tous les attachements, tant que vous en avez, devront être érodés en toutes sortes d’occasions. » (Quatrième leçon, Zhuan Falun)

Ce n'est que lorsque j'ai rejoint les médias que j'ai réalisé que parmi les 20 personnes de mon département, il n'y avait que deux Taïwanais, dont moi-même. J'ai eu du mal à l'accepter au début. Lorsque j'ai eu besoin de communiquer avec un pratiquant chinois, j'ai réalisé que je ne pouvais pas comprendre son chinois accentué.

Lors des réunions, il arrivait souvent que les pratiquants chinois insistent sur leurs propres points de vue et perdent du temps à se disputer entre eux. Plus précisément, je me suis senti déprimé lorsque j'ai eu besoin d'aide et que j'en ai demandé, mais qu'on me l'a refusée disant qu'ils étaient occupés.

Un jour, il m'a été demandé de faire quelque chose qui n'était pas technique. Bien que je me sois demandé pourquoi je devais aller faire quelque chose pour lequel je n'étais pas doué alors que d'autres l'étaient, j'ai néanmoins laissé tomber mon attachement à l'ego et je l'ai fait. Au cours du processus, j'ai demandé de l'aide à quelques pratiquants qui étaient bons dans ce domaine, mais ils m'ont rejeté, car cela ne faisait pas partie de leur travail. Comme ils étaient tous Chinois, j'ai pensé qu'il aurait été plus facile de leur parler et qu'ils auraient été plus disposés à m'aider s'ils avaient été Taïwanais.

Par coïncidence, j'ai un jour entendu un collègue chinois assis à côté de moi parler de son expérience de persécution lorsqu'il était petit, où sa maison a été perquisitionnée et sa famille emprisonnée. J'ai été choqué, parce que je n'avais entendu parler de la persécution des pratiquants chinois que sur Internet ou à la télévision, et je n'avais jamais imaginé que cela puisse être arrivé à un collègue assis juste à côté de moi. Et il ne s'agissait pas seulement de quelques-uns d'entre eux ; beaucoup de mes jeunes collègues chinois ont été victimes de la persécution lorsqu'ils étaient petits, mais ils ont tous persévéré dans leur croyance juste en Dafa, ce qui a suscité en moi une admiration sincère.

En outre, lors de l'orientation des nouveaux employés, nous avons regardé le documentaire sur la façon dont notre média a été créé. En voyant toutes les difficultés que les pratiquants chinois ont dû surmonter pour construire le média, et en apprenant que certains pratiquants ont persisté dans le média pendant plus d'une décennie, j'ai ressenti encore plus d'admiration pour eux. En vérité, chaque disciple de Dafa est extraordinaire.

En tant que pratiquants, nous suivons le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Nous sommes compatissants envers les gens ordinaires, envers nos amis et nos familles, alors pourquoi ne pourrions-nous pas être compatissants envers nos compagnons de cultivation ? Je me suis donc dit d'être compatissant envers les pratiquants qui m'entourent, de me mettre à leur place et de prendre en compte les intérêts des autres.

Après tout, de nombreux pratiquants chinois ont été endoctrinés par le Parti pendant des décennies, et certaines habitudes peuvent prendre du temps à être rectifiées. J'ai également commencé à me concentrer davantage sur les mérites et les forces des autres. Certains pratiquants menaient une vie confortable, d'autres avaient un bon travail auparavant. Mais tous ont quand même choisi de venir ici dans le but de valider le Fa et de sauver les êtres. Alors ne devrions-nous pas nous encourager et nous montrer chaleureux les uns envers les autres ? J'ai progressivement constaté que chaque pratiquant a un côté aimable et respectable, et j'ai pu voir ceux qui avaient des habitudes défavorables changer pour le mieux dans le Fa. Mon attachement à la différenciation est devenu de plus en plus mince.

Éliminer les attachements à la compétition, à l'esprit de parader, et à l'estime de soi

En grandissant, j'ai bien réussi à l'école. Je suis allé dans un collège de premier ordre pour mes études de maîtrise, et mon premier emploi après l'obtention de mon diplôme était dans une grande entreprise. En outre, la raison pour laquelle je suis entré au siège est que j'avais certaines compétences que beaucoup de personnes du département technique n'avaient pas à l'époque, si bien que juste après avoir rejoint les médias, j'ai dû apprendre à enseigner et à diriger les autres. Par conséquent, je me considérais inconsciemment comme étant au-dessus des autres. Au fil du temps, j'ai participé à davantage de projets et joué un rôle plus important. En devenant chef d'équipe, j'étais d'avis que les autres membres de l'équipe devaient m'écouter. Sans que je m'en rende compte, mon attachement à l'estime de soi a grandi.

Pourtant, nombre de mes collègues sont très instruits, et certains ont travaillé pour des entreprises réputées. Parfois, au cours des discussions, chacun jugeait que sa propre opinion était la meilleure. Une fois, je n'étais pas d'accord avec la proposition d'un collègue, pensant que cela ne devait pas se faire de cette façon. Incapable de me contenir, je lui ai dit avec colère : « Ta méthode est tellement peu professionnelle ! » Également défiant, il a répondu en disant que je n'en savais pas autant que lui. Ce collègue m'est devenu insupportable, et j'en suis arrivé au point de vouloir l'éviter si possible.

Le Maître a dit :

« S’il agit ainsi et que vous agissez de même, n’êtes-vous pas aussi une personne ordinaire ? Non seulement vous ne devez pas lutter et vous disputer avec lui, mais encore dans votre cœur vous ne devez pas le détester, vous ne devez vraiment pas le haïr. Si vous le haïssez, c’est que vous êtes en colère, n’est-ce pas Vous n’avez pas appliqué le principe de Ren. Nous parlons de Zhen-Shan-Ren : vous aurez encore moins de chance d’engendrer Shan. » (Quatrième leçon, Zhuan Falun)

En me calmant et en regardant à l'intérieur, j'ai regretté mon comportement. Pourquoi n'avais-je pas été à la hauteur du critère de tolérance ? De plus, pourquoi n'avais-je pas pu me mettre à sa place ? Il devait y avoir une raison pour laquelle il considérait que sa façon de faire était la meilleure. C'était juste que sa façon de faire était différente de la mienne.

Plus tard, j'ai dû coopérer avec ce collègue dans le cadre d'un autre travail. Il m'a demandé de réviser mon code pour qu'il soit plus facile pour lui de l'exécuter, et même si mon premier réflexe a été de me demander : « Pourquoi me demande-t-il de le faire ? » Parce que du point de vue du critère professionnel c'est lui qui devrait réviser son code, et non l'inverse. Mais je me suis souvenu de l'enseignement du Fa du Maître :

« ...C'est lui qui a raison

C'est moi qui ai tort

Qu’y a-t-il à débattre » (« Qui a raison, qui a tort », Hong Yin III)

J'ai soudainement pensé, qu'y a-t-il à discuter ? Tant que le travail est bien fait, qu'importe qui révise le code ? J'ai donc fait ce qu'il m'a dit sans me plaindre intérieurement. Après coup, j'ai senti que je m'étais vraiment libéré de mon attachement, et je me suis senti à l'aise ! Plus tard, lorsque j'ai revu ce collègue, il a cessé d'être une horreur pour moi comme avant.

Faire face à la solitude

Pendant l'année qui s'est écoulée depuis que j'ai rejoint les médias, la chose la plus difficile à supporter pour moi a été le sentiment de solitude. À Noël, nous avions un jour de congé, ce qui était rare, mais je n'avais nulle famille près de moi, je ne trouvais aucun ami pour me tenir compagnie, et tous mes colocataires étaient sortis. Je ne pouvais pas supporter l'ennui, alors j'ai erré dehors. En regardant les gens dans la rue marcher en groupe, j'ai pleuré de solitude.

J'ai parfois ressenti de l'envie, de la jalousie, et même de la tristesse en voyant mes amis et ma famille ordinaires poster des photos d'eux s'amusant de toutes sortes de façons sur les médias sociaux. Pourquoi dois-je être coincé par le travail alors que je suis si jeune et que je ne me suis pas encore assez amusé ?

À cause de ma peur de la solitude et de mon sentiment que la vie était ennuyeuse, j'ai commencé à faire ce qu'on appelle la « recherche du plaisir », comme le font les gens ordinaires. Parfois, je recherchais de la bonne nourriture et des choses amusantes, et parfois je regardais des films et des drames, en fantasmant que j'en étais le personnage principal, et que je vivais une vie différente. Je recherchais le plaisir de bavarder et de faire des gaffes avec mes amis, et parfois je pensais à chercher une compagne pour fonder une famille afin d'apporter du bonheur à ma vie. J'espérais qu'en faisant ces choses, j'atténuerais la douleur de la solitude et de l'ennui dans la vie.

Mes attachements étaient stimulés en m'amusant, et à la place des sentiments douloureux se trouvaient l'excitation et le bonheur. Chaque fois que j'en avais fini avec la « recherche du plaisir », je ressentais un vide plus profond et un manque d'épanouissement, et je n'étais pas vraiment satisfait. Parfois, je savais que je ne devais pas faire les choses que je m'apprêtais à faire, mais mes désirs étaient difficiles à réprimer. Après coup, je me blâmais toujours et me disais que tout irait bien si je faisais mieux la prochaine fois, mais la même chose se reproduisait sans cesse. J'étais prisonnier d'un cycle que je ne pouvais pas briser.

Le Maître a dit :

« Le xiulian est fondamentalement la question de quitter l'état humain, d'éliminer les cœurs menés par le qing, de les prendre graduellement à la légère en cultivant et pratiquant, et ainsi de graduellement s'élever. Certaines personnes pensent que la vie serait ennuyeuse sans qing, on ne va plus au cinéma, on ne cherche plus un(e) petit(e) ami(e), on ne cherche plus de nourritures délicieuses, comme ce serait ennuyeux. Je te dis, cependant, que c'est parce que tu considères les choses sous l'angle d'une personne ordinaire ! Si tu te sublimes à un niveau [jing jie] élevé, tu découvriras que là-bas il y a l'état magnifique de ce niveau [jing jie], tout y est plus magnifique que chez les êtres humains, c'est magnifique à un point indescriptible, mais si tu veux obtenir le magnifique de ce niveau, tu dois absolument abandonner ce cœur attaché aux intérêts humains mené par le qing d'une personne ordinaire. Seulement quand tu abandonneras les attachements de l'homme ordinaire, tu obtiendras des choses encore plus merveilleuses. » (« Enseignement du Fa à la cérémonie de fondation de l’Association Dafa de Singapour », Enseignement du Fa dans les conférences I)

Le Maître a dit également :

« Pourquoi avez-vous ce sentiment de solitude ? Si vous allez faire des choses pour sauver les êtres et les choses qu'un disciple de Dafa est supposé faire, vous ne vous sentirez assurément pas ainsi. Si vous étudiez la Loi et cultivez diligemment, pourrez-vous vous sentir ainsi ? C'est seulement quand vous n'êtes pas diligent que vous avez le loisir de ressentir ces sentiments humains ordinaires, n'est-ce pas? » (Enseignement du Fa à la conférence de Loi internationale à New York)

C'est vrai ! N'est-ce pas parce que je ne peux pas vraiment éliminer l'attachement à la poursuite d'une vie heureuse, que je n'ai pas fait de sauver les êtres une priorité absolue, et que je n'ai pas cultivé adéquatement que j'ai toutes ces notions humaines ?

En me rappelant la compassion du Maître, les êtres de mon paradis et le fait que les centaines de millions d'années de réincarnation ont toutes été consacrées à ce moment dans cette vie, la pensée droite s'est renforcée en moi. Il n'y a pas de raccourcis dans la cultivation. En effet, ce n'est qu'en continuant à étudier le Fa que nous pourrons raffermir notre pensée droite. Ce n'est que lorsque nous avons le Fa dans notre esprit, et la volonté de sauver tous les êtres que nous affaiblirons nos notions humaines.

Observations finales

Le siège des médias offre un environnement de cultivation agréable, avec un horaire régulier pour l'étude du Fa, les exercices et l'émission de la pensée droite. En allant au travail, je fais quelque chose qui valide le Fa. Que je sois au travail ou dans mon dortoir, les personnes que je côtoie sont toutes des pratiquants.

J'ai l'impression d'être entouré d'un champ géant de pensées droites qui se fondent dans le Fa, où petit à petit j'élimine les désirs, les attachements, et des habitudes néfastes formés dans la société ordinaire. Bien que le travail puisse être dur et fatigant et que j'aie rarement un jour de congé, c'est grâce à ces difficultés que j'ai éliminé plus d'attachements et que je me suis élevé plus rapidement qu'auparavant.

Quand je regarde mes compagnons de cultivation autour de moi, je vois que certains qui plus jeunes que moi se lèvent tôt juste pour plus étudier le Fa ou faire les exercices, que d'autres qui sont plus âgés que moi se couchent tard juste pour faire plus de travail et sauver plus de gens, et que certains ont persévéré pendant plus de dix ans comme si c'était un jour, en restant tout le temps à leur poste à faire leur travail. Ils me font réaliser que je devrais cultiver plus diligemment et mieux faire les trois choses, afin d'être à la hauteur du titre de disciple de la période de la rectification de Fa. J'espère que nous pourrons tous saisir l'occasion de cultiver et pratiquer avec soin et de terminer la dernière étape de la cultivation avec détermination.

Merci, Maître ! Merci, compagnons de cultivation !

(Présenté à la Conférence de Fa des médias Epoch Times et NTD 2021)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais