Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Aider un compagnon de cultivation m'a aussi aidée à me cultiver moi-même

Mercredi 28 juillet 2021 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa dans la province du Shandong, Chine

(Minghui.org) Au cours de l'année, certains pratiquants âgés de notre région ont fait l'expérience de tribulations reliées au karma de maladie grave, et quelques-uns d'entre eux sont décédés. Beaucoup de nos pratiquants locaux n'ont cessé d'émettre la pensée droite pour ces pratiquants. Cependant, j'ai réalisé que ce n'était peut-être pas assez. J'ai constaté que de tels pratiquants ont besoin d'une aide spécifique et minutieuse.

Accueillir et aider une pratiquante qui a développé une tumeur

Au début du mois de mars 2020, la pratiquante Liang, que je n'avais pas vue depuis longtemps, m'a appelée et pleurait avant d'arriver à parler. Elle a finalement dit qu'elle avait trouvé une grosse masse dure sur son corps, ce qui laissait penser qu'elle avait un cancer.

J'ai demandé à Liang de venir chez moi. Elle était émaciée, son visage était gris et elle avait l'air de souffrir. Elle a dit qu'elle avait mal au cou, aux épaules et à la cage thoracique ; et, parfois, elle n'arrivait pas à lever les bras en raison de la douleur. Puis, récemment, elle a découvert une masse enflée dans son corps. J'ai vérifié la masse avec mes mains. Il y avait effectivement une masse de la taille d'un œuf. Elle était irrégulière, dure, pas lisse, immobile, et il y avait des ganglions lymphatiques enflés.

J'ai appris un peu de l'histoire de Liang : au cours des huit ou neuf dernières années depuis sa libération de prison, elle s'était toujours sentie dans l'ombre de la persécution dans son cœur. Elle avait peur de se faire persécuter de nouveau et étudiait rarement le Fa. Surtout depuis qu'elle est devenue grand-mère, elle a passé trois ans à prendre soin de son petit-fils, presque toute son énergie et son attention étaient dévouées à l'enfant. Son xinxing a ensuite chuté et elle a eu de nombreux conflits avec les membres de sa famille. Les attachements de ressentiments et de combats étaient particulièrement forts, et elle prenait ses intérêts personnels particulièrement à cœur. Elle était presque devenue une personne ordinaire.

Depuis qu'elle avait découvert la masse, elle craignait que l'hôpital ne puisse pas la soigner si elle allait à l'hôpital et recevait un diagnostic de cancer. Elle avait peur de mourir et ne voulait pas aller à l'hôpital se faire examiner et traiter. Elle voulait essayer d'autres méthodes, mais n'arrivait pas à trouver quoi que ce soit. Elle avait très peur. Au travers de cette souffrance, elle a finalement décidé d'appeler les pratiquants, dont moi.

Je savais que pour pouvoir l'aider, je devais d'abord l'aider à étudier le Fa. Comprendre le Fa est la clé pour élever sa cultivation.

Le Maître a dit :

« Le Fa peut briser tous les attachements, le Fa peut briser toutes les perversités, le Fa peut briser tous les mensonges, le Fa peut affermir la pensée droite. » « Éliminer les interférences », Points essentiels pour avancer avec diligence II)

Toutefois, en plus de ses tâches ménagères et de devoir s'occuper de son petit-fils de 3 ans, elle utilisait constamment sont téléphone mobile pour faire des affaires en ligne. L'environnement n'était pas adéquat et elle n'arrivait pas à bien étudier le Fa, alors j'ai pensé qu'elle devrait venir rester chez moi, puisque nous n'étions que deux, mon mari et moi, et que nous avions une chambre additionnelle et un environnement calme.

Quand je lui ai suggéré qu'elle vienne chez moi pour étudier le Fa elle est devenue inquiète. Elle a dit qu'elle n'avait pas parlé à son mari de son problème de santé. Deux membres de sa famille avaient eu les mêmes symptômes et avaient reçu un diagnostic de cancer. Ils se sont rendus à l'hôpital pour se faire traiter et sont éventuellement décédés. Elle avait conscience de leurs expériences difficiles et avait peur de traverser la même chose. Elle savait qu'une fois qu'elle l'aurait dit à son mari et à ses enfants, ils allaient définitivement lui demander de se rendre à l'hôpital. Si elle refusait et venait plutôt rester chez moi, sa famille ne comprendrait probablement pas. Ils auraient peut-être des incompréhensions envers Dafa.

En fait, je me sentais aussi inquiète. J'avais peur que les gens pensent que pratiquer le Falun Dafa empêchait les patients de se rendre à l'hôpital pour se faire soigner. Toutefois, je disposais alors d'un peu de temps libre et l'environnement était bon pour elle. Cela ne semblait pas être une coïncidence, mais plutôt un arrangement du Maître.

Le Maître a dit :

« Le maître est là, la Loi est là, qu’est-ce qu’il y a à craindre ? » (Enseignement à Sydney 1996)

J'ai pensé qu'il s'agissait d'une opportunité pour nous de cultiver et de nous élever. Si je ne pouvais pas l'aider à se calmer et à étudier le Fa, cela allait alors être un gros problème. J'ai dit à Liang : « Ton problème est aussi mon problème ! Ma maison est aussi ta maison. Ne t'inquiète pas de venir rester chez moi. Laisse-moi convaincre les membres de ta famille. Tu as la bénédiction du Maître et nous allons bien le faire. »

Je suis allée chez elle. J'ai amené son mari dans une autre pièce et lui ai parlé seul à seul. Je lui ai dit à propos de la masse enflée de sa femme, et il a dit que sa femme devrait se rendre à l'hôpital aussitôt que possible. J'ai dit : « Si elle va à l'hôpital, la possibilité de confirmer le cancer est très élevée, et il doit être à un stade moyen ou avancé. Ta femme n'acceptera pas de subir une opération ou la chimiothérapie. Je lui ai demandé si elle veut aller à l'hôpital et elle a répondu que non. Ce n'est pas parce qu'elle pratique le Falun Dafa qu'elle ne veut pas aller à l'hôpital. Le Falun Dafa n'empêche pas les gens de se rendre à l'hôpital s'ils sont malades. Elle dit que l'hôpital ne pourra pas la soigner. Elle a vu deux membres de sa famille ayant des cancers similaires souffrir à l'hôpital. Elle dit qu'elle préférerait mourir que d'aller à l'hôpital et souffrir comme eux l'ont fait. Tu connais son caractère. C'est impossible de la forcer à faire quoi que ce soit. » Son mari a dit : « Comme tu dis ; elle a ce caractère. »

J'ai continué : « On dirait que ta femme a l'intention de recommencer à pratiquer le Falun Dafa. C'est probablement le meilleur des choix. Tu sais qu'elle a arrêté d'étudier le Fa et de faire les exercices par peur d'être persécutée à nouveau par le Parti communiste chinois (PCC), ainsi elle n'a pas été une vraie disciple de Dafa depuis quelque temps. Elle a dit qu'avant 1999, elle a choisi de pratiquer le Falun Dafa parce qu'elle souffrait d'une arthrite sévère et d'une maladie rhumatoïde qui n'avaient pas pu être soignées pendant de nombreuses années. Dans le passé, elle a été très diligente dans la cultivation et tu as été témoin que l'arthrite sévère et la maladie rhumatoïde ont miraculeusement disparu lorsqu'elle a commencé à cultiver. »

Voyant ma sincérité, le mari de Liang a immédiatement dit qu'il n'avait pas d'objection à ce qu'elle pratique le Falun Dafa. Il a dit : « Elle n'a pas pratiqué les exercices ces dernières années, et était très capricieuse. »

J'ai ajouté : « Je suis responsable de la convaincre de cesser de surfer sur Internet. Faire cela lui a causé des problèmes de santé. Je vais l'inciter à étudier le Fa et je vais bien m'occuper d'elle. Tu peux être rassuré. Je te contacterai s'il y a un problème. Tu n'as pas à t'inquiéter. » Pour des raisons de sécurité, et pour éviter d'être incompris, je lui ai demandé de ne pas mentionner cette situation aux autres. Il était tout à fait d'accord.

Changement fondamental après avoir étudié le Fa

Liang est venue vivre chez moi, et nous avons commencé à étudier le Fa ensemble. Grâce à l'étude du Fa et à l'échange de nos pensées, elle a pris conscience qu'elle était incapable d'abandonner beaucoup d'attachements humains, qu'elle avait dévié de Dafa, qu'elle avait généré du karma et qu'elle avait été exploitée par les forces anciennes. Avant de pratiquer Dafa, Liang était allée voir une diseuse de bonne aventure qui lui avait dit qu'elle allait vivre jusqu'à l'âge de 50 ans environ, et c'était justement son âge actuel.

Liang a pris conscience que si elle n'étudiait pas le Fa, sa pensée ne serait pas droite. Elle serait une personne ordinaire avec des pensées ordinaires. La diseuse de bonne aventure se référait seulement à sa vie avant de pratiquer le Falun Dafa. Son chemin de vie depuis qu'elle pratiquait dans Dafa avait été réarrangé par le Maître.

Quand Liang a découvert qu'elle avait un problème de santé, elle a voulu se considérer comme une pratiquante. Liang s'est aussi souvenu que certains pratiquants qui avaient bien fait les trois choses avaient aussi fait face au karma de maladie, alors qu'elle-même était redevenue une personne ordinaire. Elle se demandait : comment serait-il possible que le Maître et Dafa s'occupent d'une personne ordinaire comme elle ?

Nous avons étudié deux leçons du Zhuan Falun chaque jour et émis souvent la pensée droite. Le restant du temps nous avons étudié les enseignements compilés du Fa du Maître, Points Essentiels pour avancer avec diligence, la vidéo « Enseignements du Fa à la conférence d'Australie », et autres. Nous avons émis la pensée droite pour au moins 20 à 30 minutes aux quatre émissions quotidiennes au niveau international.

Au début, Liang s'ennuyait de son petit-fils, elle s'inquiétait aussi d'une fuite sur le balcon de sa maison quand il pleuvait ; et elle pensait à ses tâches ménagères. Elle faisait face à beaucoup d'interférences en étudiant le Fa et en faisant les exercices. Elle était distraite et somnolente, et bâillait sans arrêt dès qu'elle commençait les exercices. Au cours de la méditation assise, elle bougeait à cause de la douleur après une demi-heure et, durant le deuxième exercice, il était très difficile pour elle de garder la roue de la Loi pendant une heure. En voyant son état, j'ai regardé à l'intérieur et j'ai vu que je voulais aussi être à l'aise.

J'ai dit : « Tu es au bord du gouffre. Avec une telle opportunité, ne peux-tu pas abandonner les pensées des gens ordinaires et te concentrer à étudier le Fa en tant que disciple ? Te comportes-tu comme une disciple de Dafa ? Es-tu digne du Maître ? » Elle s'est mise à pleurer et s'est agenouillée devant la photo du Maître pour dire au Maître qu'elle le pouvait et allait bien faire, et elle a demandé au Maître de l'aider.

Dès qu'elle a amélioré sa compréhension de sa situation en se basant sur le Fa, son étude du Fa et en faisant les exercices, elle a fait des percées. Les états incorrects qu'elle avait auparavant sont disparus. Quand elle émettait la pensée droite, elle pouvait rester concentrée et le faire pendant plus d'une heure. En étudiant le Fa, elle pouvait s'asseoir avec les jambes en double lotus la majorité du temps. Maintenant, elle peut faire la méditation assise pendant une heure et demie et parfois pendant plus de deux heures. Elle a dit qu'elle avait vu d'autres pratiquants étudier le Fa et pratiquer la méditation assise pendant longtemps. Elle croyait qu'elle ne serait jamais capable de le faire. Elle ne s'attendait pas à pouvoir y arriver si rapidement. Elle a compris le principe du Fa enseigné par le Maître : « Telle hauteur de xinxing, telle hauteur de gong, c’est là une vérité absolue. » (Première Leçon, Zhuan Falun) Liang est extrêmement reconnaissante envers le Maître de ne pas l'avoir laissée tomber. Elle s'est également interrogée sur l'impact sur les êtres.

Le Maître a dit :

« Toutes les choses que les disciples doivent je peux les transformer en récompense bienveillante pour les êtres, on doit leur donner les meilleures récompenses, si lui-même n’arrive pas à le faire le Maître l’aidera à le faire. » (Enseignement du Fa au moment de la Fête de la lanterne de l’an 2003)

Liang et moi avons émis la pensée droite en pensant aux êtres qui avaient été blessés par Liang.

En émettant la pensée droite, j'ai vu que la tumeur de Liang dans une autre dimension était un nid circulaire dans lequel étaient retranchés des serpents aux motifs noirs et bruns. La scène était claire. En émettant la pensée droite, ces serpents, quatre ou cinq d'entre eux, sont rapidement partis l'un après l'autre.

Lorsque nous avons eu terminé d'émettre la pensée droite, Liang a dit que son corps était beaucoup plus détendu. Quand je lui ai raconté ce que j'avais vu, elle a dit que ces choses avaient été causées par la luxure. À ce moment, elle a compris le grand mal qu'il y avait à ne pas abandonner la luxure. J'ai aussi vu qu'il y avait un petit dragon qui ne voulait pas partir. Liang s'est immédiatement souvenue que le signe zodiaque de son beau-fils était un dragon. Il vivait dans leur maison depuis qu'il avait marié sa fille. Au fil des ans, il y a eu des conflits entre son gendre, ses beaux-parents et elle. Au cours de ces conflits, elle s'était considérée comme une personne ordinaire et ne s'était pas souvenue de regarder à l'intérieur. Elle portait du ressentiment et des plaintes envers eux et ne leur avait pas clairement clarifié les faits à propos de Dafa. Elle a dit que c'était le Maître qui avait utilisé cette forme pour lui faire comprendre le sérieux du problème, et que la prochaine fois que ça allait se produire, elle allait mieux communiquer avec son beau-fils et sa famille, résoudre les conflits et leur clarifier la vérité.

Dans notre environnement de cultivation pur, Liang a rapidement changé et son état mental ainsi que sa complexion se sont significativement améliorés. Toutefois, un jour, j'ai découvert que son émotion était inadéquate. Lorsque je lui ai demandé, elle a dit : « Je m'excuse auprès du Maître. » Je lui ai demandé quel était le problème ? Elle a dit qu'elle avait inconsciemment touché la masse et a senti que la masse semblait être de nouveau grosse. Elle a dit qu'elle savait que ce n'était qu'une illusion, mais qu'elle n'avait pas complètement délaissé sa peur.

J'ai compris qu'il s'agissait réellement d'un test de vie ou de mort pour Liang. En fait, quelle était la différence entre une grosse ou une petite masse ? J'ai dit : « Si tu as la moindre pensée, la perversité en créera une fausse pour toi. N'est-ce pas révéler à nouveau ta peur, ta suspicion et ton désir ? » Je l'ai encouragée à traiter cela comme une bonne chose et de vite s'en débarrasser ; ne va pas dans le sens de la perversité. De nouveau, elle s'est éveillée, disant qu'elle allait tout laisser entre les mains du Maître et qu'elle croyait fermement dans le Maître et le Fa.

Elle s'est souvenue de ce que le Maître avait enseigné :

« Alors il ne faut donc pas vous relâcher ! Sitôt relâché, les forces anciennes trouveront des lacunes où s’infiltrer, voire prendront ta vie. Il y a tout simplement trop d'exemples et de leçons douloureuses de ce genre ! » (« Enseignement du Fa à Washington DC 2018 »)

Liang a complètement changé, comparativement à il y a quelques mois. Elle n'a plus peur de toucher la masse et la douleur est disparue. Quand elle est retournée chez elle, son mari l'a félicitée d'avoir pris du poids. Les membres de sa famille étaient très contents de voir les changements en elle.

Après que Liang est retournée chez elle, non seulement elle a participé à l'étude collective du Fa, elle a aussi étudier le Fa à la maison et émis la pensée droite plus fréquemment. Elle a réalisé qu'elle devait sortir clarifier les faits, persuader les gens de faire les trois démissions et être une pratiquante de la période de la rectification de Fa. En même temps, elle a trouvé en elle du ressentiment envers sa belle-mère, sa belle-sœur, son beau-frère et d'autres membres de la famille. Elle a regardé à l'intérieur et a compris qu'il s'agissait de son problème. Avec un cœur bienveillant, elle a acheté des cadeaux et s'est excusée auprès d'eux. Elle a rétabli l'image d'un disciple de Dafa et a validé Dafa. Les membres de sa famille, de nouveau ses amis, ont vu la beauté de Dafa en elle.

Aider Liang m'a permis d'élever ma cultivation

En rétrospective, je n'avais moi-même pas été véritablement diligente dans ma cultivation au cours des années. Avant que Liang vienne chez moi, un autre pratiquant était venu chez moi pour étudier le Fa, ce qui m'avait aidée à m'élever.

L'arrivée de Liang m'a aussi beaucoup aidée. En l'aidant, je me cultivais moi-même. Ses attachements humains étaient comme des miroirs se tenant devant moi. Les problèmes qu'elle avait étaient plus ou moins les mêmes que les miens. Certains de mes problèmes étaient même encore plus sérieux, tels la jalousie, l'envie, le combat, la recherche de la gloire et de la fortune, l'hypocrisie, l'autoprotection, aimer entendre des compliments, ne pas aimer les critiques et oublier Dafa et le Maître lors des tests dans mes rêves. Je n'avais pas non plus passé sans encombre les épreuves de la luxure et du désir.

Dans le passé, j'avais une très mauvaise attitude en parlant avec mon mari chez moi. Une pratiquante m'a pointé que ce n'était pas gentil. Elle a dit : « Ce n'est pas cultiver véritablement. Ton attitude à la maison est ton toi le plus authentique. Dans d'autres circonstances, tu n'as pas montré cela car tu prétendais être bienveillante. » J'étais habituée d'agir ainsi à la maison et je n'avais pas pris conscience de mon problème. Cette fois, quand Liang et d'autres pratiquants me l'ont pointé, je me suis encore sentie inconfortable et ne voulais pas l'entendre et voulais même le cacher. Mais j'ai immédiatement compris que j'étais dans l'erreur et j'ai regardé vers l'intérieur aussitôt que possible. J'ai aussi compris que ces mauvaises choses n'étaient pas mon vrai moi. Ainsi, je ne les ai pas reconnues, je n'en ai plus voulu et j'ai commencé à les éliminer avec la pensée droite.

Dans le passé, j'étais égoïste et fortement empoisonnée par l'endoctrinement du PCC. Je pensais avoir toujours raison. Normalement, je n'admettais pas mes erreurs. Même si je faisais une erreur, j'argumentais, surtout avec mon mari. Après avoir cultivé, beaucoup de ces attachements existaient encore. Mais, maintenant, je peux finalement lui dire : « Je suis désolée, j'étais dans l'erreur. »

Dans un bon environnement de cultivation, non seulement le compagnon de pratique qu'on aide s'élève, mais c'est aussi mieux pour tout le monde. J'ai aussi compris que l'aide mutuelle entre pratiquants demande de l'altruisme et de la minutie. L'environnement d'étude collective du Fa est à l'origine la forme de cultivation qui nous a été laissée par le Maître, nous ne devrions donc pas quitter cet environnement.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais