(Minghui.org) (Suite de la 1re partie)

2005 : Conclusions des chercheurs du Baylor College of Medicine

Un groupe de chercheurs du Baylor College of Medicine de Houston, au Texas, a publié en 2005 un article intitulé « Genomic profiling of neutrophil transcripts in Asian Qigong practitioners : a pilot study in gene regulation by mind-body interaction ». L’article a été publié dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine, le journal officiel de la Society for Acupuncture Research.

Dans cet article, les chercheurs ont analysé l’interaction de l’esprit et du corps en examinant le profil génomique grâce à la technologie des puces à ADN. Par rapport au groupe témoin, les pratiquants de Falun Dafa présentaient une immunité accrue, un meilleur métabolisme cellulaire et une meilleure réponse cellulaire à l’inflammation. Selon l’article : « Parmi les 12 000 gènes examinés, 250 gènes ont été modifiés de manière constante. »

En outre, la durée de vie des neutrophiles normaux, un composant essentiel du système immunitaire, a également été prolongée. L’immunité renforcée a également été confirmée par la mort cellulaire accélérée causée par les neutrophiles inflammatoires. Conformément à cette observation, la phagocytose des neutrophiles a également augmenté de manière significative chez les pratiquants de Falun Dafa.

En 2012, une enquête américaine a révélé que de nombreux Américains ‒ plus de 30 % des adultes et environ 12% des enfants ‒ ont recours à la médecine complémentaire ou alternative, selon les informations du National Center for Complementary and Integrative Health.

2016 : Présentation de l’ASCO

En 2016, lors de la réunion annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), une présentation appelée « An observational cohort study on terminal cancer survivors practicing falun gong (FLG) in China » (Une étude de cohorte observationnelle sur les survivants du cancer en phase terminale pratiquant le Falun Fong (FLG) en Chine) a souligné les bienfaits du Falun Dafa sur les patients atteints de cancer.

Dans cette étude, les auteurs ont recueilli des rapports de patients chinois atteints de cancer entre 2000 et 2015. Ils ont inclus le diagnostic, la durée de la pratique du Falun Gong, la survie réelle (SR) jusqu’à la date du rapport, l’amélioration des symptômes et la qualité de vie (QV). Tous les rapports ont été examinés par deux médecins. La survie prédite (SP) a été évaluée à l’aide des données NIH SEER (Surveillance, Epidemiology, and End Results – ou Suivi épidémiologie et résultats finaux) et les rapports de patients cancéreux en phase terminale (SP ≤ 12 mois) avec des informations médicales suffisantes et vérifiables ont été considérés comme éligibles.

Avec les termes de recherche « stade avancé » et « cancer » dans la base de données Internet, les auteurs ont trouvé 406 cas éventuels. Parmi eux, 152 cas en phase terminale (SP ≤ 12 mois) ont été jugés éligibles. Les types de cancers primaires comprenaient le poumon (n = 38), le foie (n = 29), l’estomac (n = 17), la leucémie (n = 12), l’œsophage (n = 10), le cancer gynécologique (n = 9), le pancréas/conduit biliaire (n = 8), le cancer colorectal (n = 7) et autres (n = 22).

Parmi ces patients, 65 ont vu leur traitement contre le cancer échouer, 74 n’ont pas suivi de traitement contre le cancer après le diagnostic, et 13 patients ont reçu un traitement parallèlement à la pratique du Falun Gong. En date de l’article, 149 patients étaient encore en vie. « Par rapport à la SP de 5,1 ± 2,7 mois, la SR a été significativement prolongée à 56,0 ± 60,1 mois (P < 0,0001). La SPC (survie prédite clinique) (5,1 ± 2,0 mois) était proche de la survie SEER (5,2 ± 3,2 mois), ce qui indique la fiabilité de la SPC et de ces rapports », rapportent les auteurs. « Au total, 147 patients (96,7%) ont rapporté une récupération complète des symptômes, 60 patients en ayant reçu la confirmation par les médecins traitants. »

« L’analyse multivariée a montré que la durée de la pratique du Falun Gong était le facteur prédictif dominant pour la SR (survie réelle) et la SSS (survie sans symptômes) », notent les auteurs. « Nous avons observé que la pratique du Falun Gong peut aider les patients atteints de cancer en phase terminale à survivre significativement plus longtemps, en plus d’une amélioration notable au niveau des symptômes. »

2020 : Examen des comportements et des politiques en matière de santé

Fin décembre 2020, le journal révisé par des pairs Health Behavior and Policy Review a publié un article intitulé « Healthcare Utilization and Perceived Health Status among Falun Gong Practitioners in Taiwan » (Utilisation des soins de santé et état de santé perçu chez les pratiquants de Falun Gong à Taïwan).

Dans cette étude, les auteurs ont exploré l’état de santé perçu, l’utilisation des ressources de soins de santé et les facteurs connexes chez les pratiquants taïwanais de Falun Gong, par rapport à eux-mêmes avant de débuter à pratiquer le Falun Gong, et aussi par rapport à la norme générale taïwanaise, tel que décrit dans l’enquête nationale sur la santé de 2001 (NHIS). Cette étude transversale était basée sur une enquête volontaire par écrit, menée d’octobre 2002 à février 2003.

« Parmi les personnes atteintes de maladies chroniques, 70 à 89 % ont déclaré que leur état s’était amélioré ou qu’ils avaient guéri. En outre, 74,2 % et 79,2 % des participants ont cessé de boire de l’alcool et de fumer ; 62,7 % ont signalé une diminution des consultations externes (moyenne avant = 11,96 ; moyenne après = 5,87 ; norme = 14,4) », indique l’article.

Parmi les participants qui étaient des pratiquants de Falun Gong qui souffraient de l’une des quatre maladies chroniques examinées (maladies cardiovasculaires, diabète, troubles pulmonaires et hypertension) avant de pratiquer le Falun Gong, la majorité (70% à 89%) ont déclaré que leur état de santé était soit guéri, soit amélioré après avoir débuté la pratique du Falun Gong.

« Dans cette cohorte, les participants qui pratiquent le Falun Gong ont obtenu des scores de santé perçue plus élevés que la norme de la population, et même le nombre de consultations externes a été réduit depuis le début de leur pratique », ont conclu les auteurs.

Conclusion

D’après les enquêtes et les articles scientifiques mentionnés ci-dessus et menés par des agences gouvernementales, des institutions et des chercheurs, on peut constater que le Falun Dafa a un effet extraordinaire sur l’amélioration de la santé physique et l’élévation de l’esprit.

L’interaction entre l’esprit et le corps a été bien observée et étudiée ces dernières années. La pratique du Falun Dafa, en particulier, enseigne à ses pratiquants à vivre selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, ce qui améliore véritablement la santé des pratiquants, tant sur le plan physique que mental.

Depuis la création de Minghui.org en 1999, chaque jour sur ce média en ligne, au moins un, ou même plusieurs pratiquants partagent à quel point le Falun Dafa a guéri leurs maladies incurables. Très souvent, ils expriment une gratitude au-delà des mots. Mais les miracles ne sont pas limités aux seuls pratiquants de Falun Dafa. Lorsque des personnes innocentes sont persécutées en Chine pour leur croyance en Authenticité-Bienveillance-Tolérance, ceux qui les soutiennent ont également reçu des bénédictions.

Le Falun Dafa est actuellement pratiqué dans plus de 100 pays, et les principaux enseignements, contenus dans le livre Zhuan Falun, ont été traduits dans plus de 40 langues différentes. Pour ceux qui sont curieux au sujet du monde et qui sont prêts à explorer l’essence de la vie, le Falun Dafa est là pour les aider.

(Fin)

Les points de vue exprimés dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de lauteur. Tous les contenus publiés sur ce site sont protégés par les droits dauteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais