(Minghui.org) (Suite de la 2e partie)

Le classique confucéen Le Livre des Rites définit les attentes en matière de relations humaines : un homme devrait vivre avec dignité, les générations plus âgées devraient protéger et prendre soin des plus jeunes, tandis que ces derniers devraient respecter et suivre les souhaits des aînés. En outre, un roi devrait être généreux tandis qu’un fonctionnaire devrait être loyal envers le roi.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs exemples de ces relations traditionnelles.

Sagesse, courage et stature

Lu Zhonglian, un ancien érudit et sage de la période des États en guerre (475 - 221 av. J.-C.), était bien connu pour son héritage.

Après une bataille majeure de trois ans entre les royaumes de Qin et de Zhao, Zhao a été vaincu et plus de 400 000 soldats ont été perdus. Les troupes de Qin ont ensuite encerclé Handan (dans l’actuelle province du Hebei), qui était la capitale de Zhao, en 260 av. J.-C. Le roi de Wei, qui était déterminé à sauver la situation, a retenu ses troupes, mais a envoyé Xin Yuanyan pour convaincre le roi de Zhao et le seigneur Pingyuan de se rendre à Qin ; ils hésitaient sur ce qu’il fallait faire.

Lu Zhonglian était alors à Zhao et il a demandé au seigneur Pingyuan d’organiser une rencontre avec Xin Yuanyan. Lors de la réunion, Lu a expliqué que le royaume de Qin avait abandonné la courtoisie et fait céder d’autres royaumes en utilisant la force militaire. Qin avait également séduit les intellectuels par le pouvoir et asservi les gens ordinaires. Si le roi de Qin soumettait d’autres royaumes, Wei et les autres royaumes deviendraient des vassaux et tout le monde en souffrirait, y compris Xin.

Xin fut convaincu et cessa d’encourager Zhao à capituler. Les troupes de Qin l’apprirent et reculèrent de 50 li (25 kilomètres). Au même moment, les troupes de Wei vinrent prêter main forte, incitant les troupes de Qin à battre en retraite.

Le seigneur Pingyuan a remercié Lu et a voulu exprimer sa gratitude en organisant une cérémonie de célébration et en lui offrant un prix de 1000 pièces d’or. Lu a refusé l’argent, disant que la chose la plus importante pour un érudit était d’aider les autres dans le besoin. « Si quelqu’un prend de l’argent pour faire cela, il n’est pas différent d’un marchand », a-t-il dit en souriant et partit.

Une chose similaire s’est reproduite plus tard. Yue Yi, un éminent général du royaume de Yan, a envahi Qi et conquis la majorité du royaume. Le général Tian Dan de Qi a riposté et a récupéré plusieurs villes. Le général Liaocheng du royaume de Yan (dans l’actuelle province du Shandong), cependant, fut chargé de défendre la ville et se défendit habilement.

Lu a suggéré au général Tian de cesser d’attaquer la ville pour éviter d’autres pertes humaines. Entre-temps, il a écrit une lettre au général de Yan, lui disant qu’il était inutile de mettre tous leurs efforts dans la défense d’une ville si loin de son royaume natal, sans alliés ni troupes de renfort et en blessant des vies innocentes. Après avoir lu la lettre, le général pleura pendant trois jours, puis attenta à sa vie. Le général Tian de Qi a donc reconquis la ville. Le roi de Qi envisageait de conférer des titres à Lu pour l’honorer, mais ce dernier se contenta de le remercier et s’en alla.

Deux poires pour plus de 1000 personnes

Zheng Lian, sous la dynastie Ming, avait une grande famille. Après plus de 300 ans, sa famille comptait plus de 1000 membres, et le gouverneur l’a honoré en lui remettant la médaille de « meilleure famille au monde ».

Une fois, l’empereur Taizu a demandé à Zheng comment gérer une grande famille pour que tous se traitent mutuellement bien. « Nous obéissons aux enseignements de notre ancêtre et n’écoutons pas les femmes », répondit Zheng. L’empereur fût impressionné et donna deux poires à Zheng. Puis il envoya secrètement quelqu’un suivre Zheng pour voir ce qu’il ferait de ces deux poires.

Après être rentré chez lui, Zheng a réuni tous les membres de sa famille, et plus de 1000 d’entre eux se sont tenus des deux côtés dans la cour. Après avoir remercié l’empereur pour sa gratitude, Zheng a demandé deux grandes cuves d’eau. Il a ensuite écrasé les deux poires et en a placé une dans chaque cuve. Chacun a ensuite reçu un bol d’eau de poire à boire.

Surpris et heureux d’apprendre cela, l’empereur a offert à Zheng un titre officiel. Mais Zheng a refusé, invoquant son âge avancé.

Prendre soin des personnes âgées

Dans le Xiao Jing (Le classique de la piété filiale), il est dit que le corps d’une personne vient de ses parents et qu’il ne faut pas l’abîmer avec désinvolture. Mais lorsqu’il s’agit d’aider ses parents, on doit le faire sans hésitation.

Ji Yang était un fonctionnaire à Xiangzhou pendant la période des dynasties du Nord et du Sud (420-589). Lorsqu’il avait 15 ans, son père a été injustement accusé et arrêté. Trop honteux pour être interrogé, son père a reconnu les fausses accusations et devait donc être exécuté.

Bien que jeune, Ji est allé trouver les fonctionnaires et a demandé s’il pouvait être exécuté à la place de son père.

Surpris, l’empereur Wu de Liang a demandé au fonctionnaire Cai Fadu de paraître sévère envers le garçon.

« L’empereur a approuvé votre demande de mourir à la place de votre père. Mais ce n’est pas une blague, alors prenez-le au sérieux. Si c’est l’idée de quelqu’un d’autre, faites-le-moi savoir et nous en tiendrons compte », a dit Cai.

« J’ai plusieurs frères et sœurs, tous plus jeunes que moi », déclara le garçon. « Je ne veux pas que mon père meure, nous laissant abandonnés à nous-mêmes. C’est pourquoi j’ai eu cette idée et j’ai pris ma décision. »

Étant donné l’âge du garçon, Cai y est allé doucement avec la torture jusqu’à ce que Ji insiste pour être traité comme les autres prisonniers du couloir de la mort.

Touché par la piété filiale de Ji, l’empereur a ensuite pardonné au père et au fils. Wang Zhi, un fonctionnaire de Danyang, en entendit parler et décida quelques années plus tard de recommander Ji pour un poste officiel. Ji a refusé, disant que c’était le bon sens que de mourir pour ses propres parents. Faire cela pour la gloire et en tirer profit n’était pas digne d’un homme de la noblesse.

La générosité du roi

L’Empereur Wu de la dynastie Han, l’un des plus grands empereurs de l’histoire chinoise, a régné pendant 54 ans et a laissé un héritage extraordinaire.

En 89 avant J.-C., deux ans avant sa mort, le haut fonctionnaire Sang Hongyang a proposé d’établir une garnison dans la région reculée de Luntai (dans l’actuelle province du Xinjiang) pour renforcer la frontière. À cette époque, les Han se battaient contre les Huns depuis plus de 40 ans et le pays était affaibli. L’empereur Wu a rejeté la suggestion de Sang et s’est plutôt concentré sur le redressement économique.

La même année, l’empereur a également publié l’édit de repentance de Luntai, le premier édit de ce type dans l’histoire de la Chine, pour présenter officiellement des excuses au public. Il a ensuite retiré ses troupes et mis fin à toutes les mesures qui consommaient des ressources publiques et nuisaient ainsi à ses citoyens.

Ban Gu, un auteur du Livre des Han, ne tarissait pas d’éloges sur l’empereur Wu pour avoir agi ainsi. Il a écrit que seul un grand empereur et un grand sage aurait pu abandonner Luntai et émettre un édit aussi douloureux.

Des fonctionnaires loyaux

Le roi Zhou de la dynastie Shang était un souverain corrompu et impitoyable, ce qui a fait de Bi Gan l’un des fonctionnaires loyaux les plus connus de l’histoire.

À cette époque, le roi Zhou menait une vie de débauche sans fin. Il a également inventé des moyens cruels pour torturer les gens, ce qui a incité nombre de ses fonctionnaires, dont son frère Wei Zi, à s’enfuir. L’un de ses oncles, Ji Zi, a fait semblant d’être fou pour éviter les problèmes, mais un autre oncle, Bi Gan, a continué à conseiller au roi d’arrêter de faire le mal.

« En tant que hauts fonctionnaires, nous devons conseiller le roi même si cela implique de sacrifier nos propres vies », a-t-il dit. Quand il a corrigé le roi Zhou, le roi en colère ne l’a pas seulement tué, mais il lui a aussi arraché le cœur.

Dans les dynasties ultérieures, Bi était très respecté pour sa loyauté et son courage.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais