Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Sortir de la dépression et saisir le temps de cultiver véritablement

Mardi 23 février 2021 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa dans le nord-est de la Chine

(Minghui.org) J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa à cause d'une maladie. Maître Li Hongzhi (le fondateur) m'a aidé à comprendre pourquoi nous sommes ici et m'a donné un corps en bonne santé. Cela fait quinze ans que je n'ai pas pris une seule pilule.

Je n'ai pas été diligent dans ma cultivation. Je n'ai pas vraiment compris la préciosité de la cultivation dans la période de la rectification de Fa. Je n'ai pas fait de réels efforts pour élever mon xinxing. J'ai simplement fait les trois choses par souci de les faire, donc je me suis amélioré très lentement. Notre Maître miséricordieux ne m'a pas abandonné.

Clarifier les faits en tant que conducteur de covoiturage

Je conduisais pendant près d'une heure pour me rendre au travail tous les jours. Il y a quelques années, je me suis inscrit comme conducteur dans un service de covoiturage et j'ai commencé à conduire des gens pendant mes déplacements. J'ai saisi l'opportunité pour clarifier les faits et éveiller la conscience des gens. J'ai dû utiliser mon vrai nom et mon numéro de téléphone pour m'inscrire, et télécharger ma photo d'identité. Je savais que la police pouvait facilement trouver mes informations personnelles en entrant mon numéro de plaque d'immatriculation.

Au début, ma femme s'inquiétait de la sécurité de cette approche de clarification de la vérité, et me rappelait sans cesse d'être compatissant et de ne pas faire naître de pensées négatives chez mes passagers.

J'ai senti que les gens avec qui je roulais devaient avoir une bonne relation prédestinée avec moi, et je voulais qu'ils entendent parler de la beauté du Falun Dafa, qu'ils réalisent l'impudeur des mensonges du PCC, et qu'ils se choisissent un avenir brillant.

Pour cette raison, je fournissais un service de haute qualité à chaque passager. Par exemple, je contactais les passagers à l'avance. J'arrivais tôt, et je renonçais aux frais de kilométrage excédentaire ou de détour.

Je tolérerais également qu'ils amènent des passagers supplémentaires (normalement, le coût augmente en fonction du nombre de passagers). J'étais en fait heureux parce que je savais que les passagers supplémentaires étaient là pour apprendre la vérité.

Un jour, j'ai conduit trois étudiantes universitaires à la gare. Elles avaient le même âge que mes propres enfants, je me suis donc senti responsable de les aider à comprendre la vérité afin qu'elles puissent choisir un avenir radieux. Peut-être à cause de cette pensée compatissante les filles ont toutes quitté la Ligue de la jeunesse communiste et les Jeunes Pionniers.

Un autre jour, ma passagère était une universitaire. Dès qu'elle est entrée, je suis passé directement au sujet de la mise en scène de « l'auto-immolation de Tiananmen ». Elle ne voulait pas me parler ; elle a plutôt parlé à quelqu'un par vidéo sur son téléphone. Je l'ai entendu dire qu'elle avait peur.

Je me suis rendu compte que j'étais trop « endoctrinant » et que je ne considérais pas les sentiments de la fille : monter dans la voiture d'un étranger seule la nuit. J'ai dû lui faire « peur ».

Dès lors, j'ai d'abord appris à discuter avec mes passagers pour gagner leur confiance, puis je commençais à parler des phénomènes sociaux actuels. De cette façon, je ne « faisais pas peur » aux gens.

Un jour, un jeune homme est monté dans ma voiture, et ma femme était présente. Nous lui avons clarifié les faits. Ma femme a utilisé un VPN sur son téléphone pour se rendre sur la page des trois démissions de The Epoch Times, et l'a aidé à quitter la Ligue de la jeunesse communiste et les Jeunes Pionniers. Il était très heureux et a appris à contourner le pare-feu.

Une autre fois, une mère et sa fille sont montées dans notre voiture après avoir fait des courses. Ma femme et moi avons appris que l'oncle de la fille est un pratiquant de Falun Dafa et qu'il vit dans une autre ville. La plupart de ses proches ont été trompés par les mensonges du PCC et ont tourné le dos à l'oncle.

Ma femme et moi avons envoyé à tour de rôle la pensée droite et clarifié les faits à la mère et à la fille. À la fin, elles ont toutes deux accepté de démissionner du PCC et de ses organisations affiliées. La fille se préparait à passer un examen de la fonction publique et nous a demandé notre avis sur le département auquel elle devrait postuler.

Mes passagers comprennent des infirmières, des travailleurs sociaux, des greffiers, des militaires en service actif, des employés de compagnie, etc. La majorité sont de jeunes personnes. Environ 75 % de mes passagers ont accepté de démissionner des trois principales organisations communistes.

La plupart des retours de mes passagers sur la plate-forme d'évaluation de la clientèle sont très bons. Certains ont même dit : « J'ai rencontré une personne formidable aujourd'hui. » Cependant, deux personnes ont laissé des commentaires disant que j'étais « anti-révolutionnaire ». Quand j'ai lu cela pour la première fois j'ai eu peur, mais en y réfléchissant bien, j'ai réalisé que j'éveillais la conscience des êtres, et que je dois persister.

J'ai eu une pensée : qu'un passager accepte ou non de démissionner du PCC, tant qu'il est dans ma voiture, je dois lui faire entendre la vérité autant que possible. Une seule phrase peut faire la différence. Je considère que c'est mon devoir en tant que disciple de Dafa.

J'ai continué à clarifier la vérité par le biais du service de covoiturage jusqu'en août 2018, lorsque le service a été fermé en raison d'un incident de sécurité.

Sauver les gens pendant la pandémie

Au cours du Nouvel An chinois de 2020, une pandémie mondiale a frappé sans avertissement. Toute l'agitation des fêtes s'est soudainement arrêtée. L'impuissance et la peur des gens étaient palpables. Je savais que comprendre la vérité pouvait aider les gens à survivre à cette catastrophe.

J'ai réussi à clarifier les faits à mes collègues, mais je n'ai pas obtenu d'aussi bons résultats avec la direction. Je n'ai trouvé d'occasions de clarifier les faits qu'auprès des cadres avec qui j'étais familier, qui avaient l'air aimable, ou dont je sentais qu'ils ne m'apporteraient pas de problèmes.

Comme l'épidémie s'intensifiait, un sentiment d'urgence m'a incité à apporter des brochures de clarification de la vérité au travail tous les jours. J'ai décidé de profiter de chaque occasion pour clarifier les faits. Si le temps manquait, je leur donnais une brochure et leur disais que c'était quelque chose de bien.

Il y a plus de dix directeurs dans mon entreprise, et j'ai à présent clarifié les faits à la plupart d'entre eux. Si l'un d'entre eux était en mauvaise santé, je lui prêtais mon lecteur vidéo pour qu'il puisse regarder des vidéos de clarification de la vérité sur la clé USB.

Encourager les anciens pratiquants à renouer avec Dafa

Une pratiquante qui a commencé à pratiquer Dafa plus tôt que moi a arrêté pour diverses raisons. Je l'ai retrouvée pendant l'épidémie. Elle regrettait d'avoir quitté Dafa, mais elle pensait qu'il était trop tard pour revenir. Je lui ai dit que tant que la rectification de Fa n'est pas terminée, il n'est pas trop tard. Je l'ai encouragée à reprendre la pratique.

Je croyais que la raison pour laquelle je l'avais retrouvée était que notre Maître bienveillant ne veut pas l'abandonner. Après notre conversation elle a dit qu'elle ferait de son mieux.

Une ancienne collègue de travail souffrait de graves maux de dos qui s'aggravaient lorsqu'il pleuvait ou neigeait. Il y a quelques années, je lui ai recommandé de lire le Zhuan Falun. Après avoir lu le livre, son mal de dos a disparu. Elle a expérimenté combien le Falun Dafa est merveilleux, et a encouragé sa fille à lire également le Zhuan Falun.

Cependant, sans un environnement lui permettant d'étudier et de pratiquer, au bout d'un certain temps elle a posé le livre et a cessé de pratiquer.

Pendant l'épidémie, je l'ai appelée à nouveau pour l'encourager. Je lui ai dit que c'était une précieuse opportunité de se cultiver et qu'il ne s'agissait pas juste de rester en forme. Elle a dit qu'elle reprendrait la pratique.

Faire équipe avec ma femme

J'ai lu sur le site internet Minghui que l'épidémie a fait du tort à la Chine et au monde entier en raison de la dissimulation du PCC. Alors que le nombre de morts augmentait, et en voyant les places, les rues et les quartiers vides, ma femme et moi étions inquiets de voir que nous avions déjà manqué de nombreuses occasions d'éveiller la conscience des gens.

Nous lisons trois leçons du Zhuan Falun chaque jour et nous émettons la pensée droite. Grâce au renforcement du Maître, nous avons pu sortir de notre complexe résidentiel presque tous les jours pour livrer des journaux de clarification de la vérité, des dépliants, et d'autres documents téléchargés du site internet Minghui.

Nous avons accroché les documents sur les poignées de porte ou sous les essuie-glaces. Nous avons également apposé des affiches autocollantes à des endroits stratégiques aux entrées des immeubles d'habitations.

La situation n'a cessé d'évoluer. Par exemple, le premier jour, j'ai vu que certains complexes résidentiels avaient des cordes à l'entrée, le lendemain elles ont été remplacées par des plaques de fer, et le troisième jour elles ont été bloquées par des fils barbelés. J'avais vraiment l'impression que nous nous battions avec les forces anciennes pendant un certain temps.

En nous voyant avoir le cœur d'éveiller la conscience des gens, le Maître nous a aidés à entrer dans les complexes résidentiels à chaque fois. Un soir, nous sommes allés dans un grand complexe et j'ai senti que l'atmosphère y était très solennelle. Nous avons vu un trou dans le mur de tôle et nous nous y sommes introduits. Nous avons posé 40 à 50 affiches autocollantes et distribué d'autres matériels de clarification de la vérité également.

Après être rentrés à la maison, nous avons appris qu'il y avait une grave épidémie du virus dans le complexe. Le jour suivant, il y avait des haut-parleurs qui hurlaient sans arrêt et le complexe était gardé par des véhicules de police. J'ai réalisé que si nous n'étions pas allés là-bas la veille au soir, il nous aurait été impossible d'y entrer plus tard.

Un autre soir, ma femme et moi étions en train de distribuer des documents et nous avons rencontré un homme qui montait les escaliers. Il nous a vus et nous a dit : « C'est si rare de voir quelqu'un dans l'immeuble maintenant ! » Le Maître a dit : « Les gens vont se sentir très proches en voyant une autre personne. » (« Qu’est-ce qu’un disciple de Dafa ? », Enseignement du Fa dans les conférences XI)

Comme la gravité de l'épidémie s'est accrue, tous les complexes ont été fermés et les véhicules ont été interdits dans les rues. Ma femme et moi avons décidé d'envoyer des MMS (Service de message multimédia) pour sauver les gens.

Nous avons d'abord recueilli les numéros de téléphones portables d'anciens camarades de classe et collègues, puis nous avons enregistré l'image de l'affiche de Minghui en format GPG et nous l'avons envoyée par MMS. Cela équivalait à distribuer l'affiche de Minghui sur les téléphones portables des gens.

Nous avons émis la pensée droite la plus puissante : Puissent les gens transmettre le MMS à d'autres. Puissent les êtres qui ont attendu des millions d'années pour ce moment être protégés par le Falun Dafa, démissionner des trois principales organisations communistes, être épargnés par l'épidémie et être en sécurité !

Sauvé de prison

Alors que je clarifiais la vérité dehors un jour, j'ai été arrêté. Comme mon étude du Fa n'était pas solide à l'époque et que j'avais développé un attachement à faire les choses, les forces anciennes ont profité de ma lacune et j'ai été placé dans un centre de détention.

En raison de mon attachement fondamental, ainsi que du sentiment envers la famille et du désir de « sortir », j'ai fait une chose terriblement mauvaise au Maître et à Dafa contre ma volonté. J'ai senti que ma cultivation était terminée et j'ai perdu tout espoir.

J'étais accablé de culpabilité et je pensais que je n'étais qu'un corps ambulant, que je n'étais pas digne d'être en vie. Je ne pouvais même pas me souvenir des poèmes de Hong Yin que j'avais mémorisés, et encore moins avoir la pensée droite.

Un jour, un détenu meurtrier a été transféré dans notre cellule et a dit qu'un pratiquant de Falun Dafa dans sa précédente cellule lui avait appris à dire : « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ». Il a dit que ce pratiquant lui avait raconté de nombreuses histoires sur la beauté de Dafa et lui avait enseigné les exercices. Il a été transféré dans notre cellule avant d'avoir pu apprendre tous les cinq exercices.

Le détenu meurtrier a dit que s'il sortait de prison, il pratiquerait le Falun Dafa. Il s'est respectueusement référé à ce pratiquant comme Grand Frère.

J'ai senti que ce n'était pas une coïncidence pour moi d'entendre cela. Le Maître a dû arranger pour qu'une personne ordinaire me dise à quel point mon compagnon de cultivation est diligent, pour m'éveiller et m'encourager. Le Maître est si miséricordieux ! Il ne m'avait pas encore abandonné !

À partir de là, chaque fois que j'en avais le temps, j'encourageais le détenu meurtrier à répéter avec moi les deux phrases – « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » et j'invitais les autres détenus à faire de même.

La cellule avait un espace libre d'exactement dix-huit carreaux au sol. Je pouvais marcher sur les carreaux et réciter les deux phrases deux fois en un tour. Si je faisais 50 tours, je pouvais réciter les deux phrases 100 fois, et si je faisais 100 tours, je pouvais les réciter 200 fois. Je faisais des tours tous les jours chaque fois que je le pouvais.

En répétant, « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon », tous les jours, j'ai pu me rappeler une grande partie du Fa du Maître. J'ai même pu réciter de nombreux poèmes de Hong Yin IV que je ne pouvais pas mémoriser auparavant. Je pouvais aussi me souvenir des chants du chœur de Shen Yun.

Chaque jour, en plus de chanter les deux phrases, je chantais aussi des chansons de Dafa. Ma pensée droite devenait de plus en plus forte. J'ai écrit les deux phrases et le poème « Rien ne reste » de Hong Yin sur le mur. À partir de ce moment, les gardes n'ont plus essayé de me forcer à vendre à mes compagnons de cultivation des « crédits méritoires ».

Ce qui est arrivé au détenu meurtrier était encore plus magique. Les premiers jours, il n'arrêtait pas de dire qu'il faisait des cauchemars dans lesquels des morts s'en prenaient à lui. Après que nous avons fait des tours en prononçant les deux phrases pendant environ une semaine, il a dit qu'il n'avait plus ces cauchemars. En outre, il pouvait pratiquer le deuxième exercice, et tenir la roue devant sa tête pendant sept minutes d'affilée.

Un jour, les gardes nous ont rasé de force la tête, et j'ai développé du ressentiment. Le détenu meurtrier m'a rappelé : « Il est temps de faire des tours ! » J'ai dit : « D'accord. Fais les tours et dis les deux phrases ! » J'ai annoncé à haute voix à toute la cellule : « Je ne déteste plus ce gardien. » J'ai suggéré de marcher un peu plus cette fois-ci.

Dès que nous avons fait 100 tours, le garde a appelé mon nom à la porte, « Fais tes bagages. Tu rentres chez toi. »

Le Maître a dit : « ... [encourager à] réciter les paroles de vérité avec un cœur sincère, ce sont les meilleurs remèdes qui guérissent tout miraculeusement et le meilleur moyen de sauver les gens. » (« Rationalité »)

Le Maître est si miséricordieux ! Aucun langage humain ne peut décrire même une infime partie de la compassion du Maître envers tous les êtres vivants. J'ai commis le grand péché de tromper le Maître et de calomnier le Bouddha, et pourtant le Maître m'a sauvé de l'antre de la perversité et m'a tenu dans Ses mains !

Après être revenu à la maison, j'ai lu le Fa du Maître,

« En tant que Maître, je ne tiens pas compte de ce que vous avez fait comme erreurs pendant votre cultivation et pratique, je ne retiens que ce que vous faites de bon et ce que vous avez accompli; les disciples de Dafa ont tous passé par la cultivation et pratique sous une persécution incomparablement perverse, ils comprennent profondément l’amertume et la difficulté de la cultivation et pratique, ils ne manqueront pas de comprendre les élèves ayant pris un mauvais chemin. » (« Sortir d’une passe mortelle », Points essentiels pour avancer avec diligence III)

« Ce n’est pas grave si vous n’avez pas bien fait, la prochaine fois vous le ferez bien, cherchez un peu d’où vient la cause. » (« Enseignement du Fa au moment de la Fête de la lanterne de l’an 2003 »)

« Si vous regrettez trop, c’est encore un attachement. Après avoir commis une erreur, examinez où se trouve cette erreur, une fois appris, la prochaine fois faites le bien, recommencez à zéro. Une fois tombés par terre vous restez toujours là à plat ventre, (le public rit) mais ça ne va pas si vous ne vous relevez pas. » (« Enseignement du Fa au moment de la Fête de la lanterne de l'an 2003 »)

Je regrette d'avoir manqué tant d'opportunités pour élever mon xinxing et éveiller la conscience des gens en raison de mes attachements humains. Je comprends que le temps presse. Si l'on n'est pas fondamentalement résolu dans le Fa, alors tout le reste est hors de question. Je vais laver mes taches avec la plus grande diligence, je vais cultiver et pratiquer solidement et bien faire.

Traduit de l'anglais