Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Un frère et une sœur persécutés à mort et un ancien ingénieur condamné à quatre ans en raison de leur croyance

Mercredi 9 juin 2021 |   Écrit par un correspondant de Minghui dans la province de l'Anhui, Chine

(Minghui.org) Ayant perdu son frère et sa sœur en l'espace de trois mois en 2012 en raison de la persécution de leur croyance dans le Falun Gong, un ancien ingénieur de la ville de Hefei, dans la province de l'Anhui, a lui aussi subi sa part de persécution.

M. Ji Guangkui, 65 ans, a été arrêté le 28 mars 2017 et gravement torturé lors de son interrogatoire au poste de police local. On lui a enfoncé des bâtons de bambou dans les doigts, on l'a frappé à la tête et à la poitrine, et on l'a étranglé.

Le tribunal de Chaohu a condamné M. Ji à quatre ans le 24 mai 2018 avec une amende de 50 000 yuans. Il a fait appel du verdict, mais la cour intermédiaire de la ville de Hefei a rejeté l'appel le 20 septembre 2018.

M. Ji a été emmené à la prison de Suzhou le 27 septembre. Parce qu'il a refusé de renoncer au Falun Gong, les gardiens ne lui ont permis de dépenser que 50 yuans par mois pour acheter des produits de première nécessité, alors que l'allocation nationale moyenne pour les prisonniers est de 300 yuans.

Les gardes n'ont pas seulement empêché la famille de M. Ji de lui rendre visite, mais ils l'ont également empêché de les appeler. Lorsque M. Ji a essayé de discuter avec les gardes du refus d'appels téléphoniques, les gardes l'ont agressé verbalement et l'ont aspergé d'eau poivrée. Les gardiens ne lui ont pas permis de se laver pour enlever l'eau poivrée, son cou s'est alors envenimé et son visage et ses yeux sont restés enflés pendant longtemps.

Les gardes l'ont également menotté dans le dos et l'ont suspendu par les poignets à l'intérieur d'une cage métallique. Puis les gardiens ont organisé que les détenus se rassemblent devant la cage afin d'observer les souffrances de M. Ji et de l'humilier. Les menottes lui ont entaillé la chair et ont fait saigner ses mains. Ses mains ont également enflé, ce qui a rendu difficile l'enlèvement des menottes par la suite.

M. Ji a déposé une plainte pour torture. Lorsque les gardiens l'ont découvert, ils l'ont suspendu par les poignets pendant huit heures, de 15 h à 21 h 30, et l'ont à nouveau aspergé d'eau poivrée. Un garde l'a giflé au visage plus de dix fois. Il n'a pas reçu de nourriture et n'a pas été autorisé à prendre une douche. Les gardes ont continué la torture par pendaison le jour suivant et lui ont également ordonné d'écrire une déclaration pour reconnaître ses torts (pour avoir déposé la plainte).

Illustration de torture : pendu par les poignets

Pour obtenir la signature de M. Ji sur la déclaration de garantie préparée renonçant au Falun Gong, les gardes l'ont menotté, ont pressé son visage contre le bureau, et lui ont tenu de force la main pour appuyer ses empreintes sur la déclaration.

Après avoir enduré quatre années de torture ininterrompue, M. Ji a été libéré le 18 mars 2021.

Décès de deux membres de la famille

En plus des persécutions subies par M. Ji, son frère et sa sœur ont subi des tortures et des sévices encore plus graves qui ont fini par leur coûter la vie.

Son frère aîné, M. Ji Guangjie, a été arrêté en juillet 2003 et condamné à sept ans de détention dans la même prison de Suzhou. Il a subi des tortures intensives et a développé une pression artérielle extrêmement élevée. La prison n'a approuvé sa libération conditionnelle pour raisons médicales qu'après qu'il se soit évanoui soudainement suite à un accident vasculaire cérébral en juin 2009. Il est resté cloué au lit pendant les trois années suivantes et est mort le 3 juin 2012. Il avait 65 ans.

Le défunt M. Ji Guangjie

La femme de M. Ji Guangjie, Mme Zhang Lanping, a purgé deux peines de camp de travail pour avoir pratiqué le Falun Gong et a failli mourir des suites du gavage. En raison d'arrestations et d'incarcérations répétées, le couple n'a vécu avec son fils que pendant trois ans depuis le début de la persécution et avant le décès de M. Ji.

La sœur de M. Ji Guangjie, Mme Ji Guangxiong, enseignante dans une école primaire, est décédée le 25 mars 2012 après avoir subi des arrestations répétées, du harcèlement, un lavage de cerveau et des injections de substances inconnues pendant sa détention.

La défunte Mme Ji Guangxiong

Voir aussi :

Un ingénieur de l'Anhui emprisonné pour une peine de quatre ans pour sa croyance

Un homme d'Anhui arrêté et interrogé sous la torture

Un homme de l'Anhui jugé pour sa foi témoigne contre la police

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais