(Minghui.org) La Chine connaît un été inhabituel – la sécheresse et les vagues de chaleur sont les pires des soixante dernières années, selon presque tous les médias. Avec 1,1 million de kilomètres carrés (soit 11 % de la superficie de la Chine) touchés par des températures supérieures à 40o C, de nombreuses terres agricoles du pays se sont asséchées. Les températures ont battu des records dans plus de 220 régions. Parmi elles, le district de Beibei à Chongqing a atteint 45o C, selon l’article de la BBC du 23 août intitulé « What China’s worst drought on record looks like » (« À quoi ressemble la pire sécheresse jamais enregistrée en Chine ? »).

Bien que ces phénomènes soient souvent attribués au changement climatique ou aux phénomènes météorologiques, je pense qu’il existe d’autres explications.

Harmonie du Ciel et de l’humanité

« Le pays souffre de la sécheresse. Serait-ce à cause des fonctionnaires qui abusent de leurs pouvoirs et abandonnent la vertu ? » écrivit un jour Confucius. Dong Zhongshu, sous la dynastie Han, a précisé les interactions entre le Ciel et l’humanité. Il pensait que les catastrophes se produisent lorsqu’un pays ne chérit pas la vertu. Si l’erreur n’est pas corrigée à temps, de plus grandes catastrophes vont se produire.

Cette compréhension a perduré tout au long de l’histoire chinoise. Parmi les plus de 470 sécheresses enregistrées dans l’histoire, les empereurs et les fonctionnaires s’examinaient toujours pour voir s’ils n’avaient pas fait quelque chose d’inapproprié. Ils examinaient également les affaires criminelles pour éviter que des personnes innocentes ne soient accusées à tort.

Un exemple est arrivé à l’Empereur He. Une fois, une grande sécheresse a éclaté et de nombreuses mesures de sauvetage ont également échoué. Le haut fonctionnaire Zhang Fen a proposé à l’empereur comment gérer cette situation. Ils se sont rendus dans les prisons, ont examiné les cas et ont corrigé un grand nombre de condamnations injustifiées. Chen Xin, le magistrat de Luoyang à l’origine des condamnations injustifiées, a également été puni de manière appropriée.

Il s’est alors mis à pleuvoir pendant trois jours et la sécheresse a été résolue. Cette histoire a été consignée dans le Hou Han Shu (Livre des derniers Han), un livre d’histoire officiel de l’époque. Cela montre que les anciens en général, des fonctionnaires aux citoyens ordinaires, savaient comment nos comportements pouvaient entraîner diverses conséquences.

La plus grande persécution dans la société moderne

Depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à réprimer le Falun Gong en juillet 1999, des dizaines de millions de pratiquants ont été persécutés en raison de leur croyance en Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Un grand nombre d’entre eux ont été arrêtés, détenus et torturés.

En date de mars 2019, Minghui avait recueilli les cas de 109 579 pratiquants torturés pour leur croyance. Les méthodes de torture comprennent les coups, les châtiments corporels, les menottes, l’électrocution, le gavage forcé destructeur, la pendaison, geler, droguer, ligoter, brûler, les abus sexuels, l’écrasement, la suffocation, les piqûres d’insectes, l’attaque de bêtes, etc. Chaque catégorie peut être subdivisée en différents dispositifs de torture et appliquée à différentes parties du corps. Il existe plus de 100 types de méthodes de torture au total.

Étouffer de chaud

Un haut responsable du PCC a déclaré que le coût de la campagne contre le Falun Gong dépassait celui d’une guerre. D’autres sources estiment que le PCC a dépensé environ un quart du PIB du pays pour la persécution au début de la campagne. L’ampleur et la sévérité de la persécution dépassent l’imagination.

Mme Wang Fafeng, une pratiquante de la province du Shandong, a été envoyée dans un centre de lavage de cerveau dans la ville de Linyi le 14 juin 2012. Pour la forcer à abandonner sa croyance dans le Falun Gong, les gardes l’ont placée dans une chambre d’isolement dont toutes les portes et fenêtres étaient fermées. Pendant ces cinq jours d’isolement, elle a reçu un peu de nourriture. Pendant deux jours, elle a également été forcée de rester immobile contre un mur. Elle s’est sentie étouffée par cette chaleur sans climatisation.

Mme Liu Guifu a été envoyée dans le camp de travail pour femmes à Pékin en 2005. « C’était l’été et la température pouvait atteindre les 38o C. Les gardes ont fermé toutes les portes, fenêtres et rideaux. Ils m’ont également forcée à mettre le manteau d’hiver que je portais lors de mon arrestation quelques mois plus tôt », se souvient-elle. « Même certaines des détenues chargées de me surveiller ont souffert d’un coup de chaleur. Mais les gardes leur ont dit de continuer à m’étouffer comme ça... »

Être cuite au four pendant douze heures

Mme Wang Yujie était une pratiquante de Falun Gong de la ville de Xiantao, dans la province du Hubei. Des agents du poste de police de Manchun l’ont arrêtée le 31 mars 2010 et l’ont emmenée au centre de lavage de cerveau d’Erdaopeng, dans le district de Jianghan. Pour tenter de la forcer à renoncer à sa croyance, les gardes l’ont gardée un jour de 6 heures à 18 heures dans une salle de cuisson en plein été. Elle transpirait abondamment et se plaignait que sa tête avait failli exploser. Finalement, elle est morte misérablement à 24 ans le 3 septembre 2011.

En mars 2019, Minghui avait recueilli 1342 cas de pratiquants soumis à des méthodes de torture par brûlure qui les voyaient être brûlés avec des dispositifs tels que des briquets, des mégots de cigarettes, des bougies, des fers à souder, des briques à brûler rouges (briques de feu), du charbon de bois chaud, de l’eau bouillante, des ampoules électriques, de l’huile chaude, de la nourriture liquide chaude, etc. La torture visait différentes parties du corps, de la tête aux pieds, de l’intérieur à l’extérieur.

En résumé

Un briquet ordinaire peut atteindre une température de 2000o C. Même les bougies ont des températures de plusieurs centaines de degrés. En revanche, la peau humaine ne peut tolérer que des températures allant jusqu’à 60-70o C. Cependant, les gardiens de divers centres de détention en Chine ont été assez cruels pour soumettre les pratiquants de Falun Gong aux tortures thermiques susmentionnées (combustion lente, cuisson au four ou brûlage).

Lorsque les hauts fonctionnaires ont fermé les yeux sur ces tortures et que les citoyens ordinaires ont choisi d’ignorer une telle brutalité, ils n’ont peut-être pas prévu les conséquences possibles, comme la sécheresse et la vague de chaleur que la Chine connaît cet été.

Si l’harmonie entre le Ciel et l’humanité est réelle, le divin ne tolérera pas qu’une persécution aussi inhumaine se poursuive à jamais. En persécutant les pratiquants de Falun Gong pour leur croyance en Authenticité-Bienveillance-Tolérance, le PCC sape le fondement moral de la société et de l’humanité. Si beaucoup de gens choisissent d’ignorer cela, ils risquent d’être confrontés à un avenir sombre.

Nous souhaitons sincèrement à chacun une vie saine, sûre et heureuse. Mais en attendant, les gens choisissent aussi leur voie à travers leurs paroles et leurs actes.

Tous les contenus publiés sur ce site sont protégés par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais