(Minghui.org) Le coronavirus de 2019 (2019-nCoV), une épidémie qui a pris naissance à Wuhan, dans la province du Hubei, est devenu incontrôlable. Il y a maintenant des cas confirmés dans toutes les provinces et les villes provinciales de Chine.

Mais la situation réelle peut être bien pire que ce qui a été publiquement rapporté par les médias chinois. Depuis l'éclosion du virus, les responsables du Parti communiste chinois (PCC) l'ont couvert et ont sous-déclaré le nombre de morts. Guan Yi, expert en virus à l'Université de Hong Kong qui a étudié de nombreuses épidémies, y compris le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, a déclaré : « La situation cette fois-ci est au moins dix fois pire que celle du SRAS. »

Situation actuelle

Presque toutes les villes de la province du Hubei sont en confinement. Sept autres régions, dont Pékin, Tianjin, Shanghai, Hebei, Shandong, Hainan et Xi'an, ont annulé les voyages et le tourisme à l'intérieur des provinces. Des avis aux voyageurs ont été émis dans presque toutes les provinces et les villes de Chine.

Beaucoup de gens choisissent de rester chez eux et évitent autant que possible de voyager. Les experts médicaux recommandent aux gens de porter des masques faciaux, de boire plus d'eau et de se laver les mains fréquemment.

Pourtant, les chercheurs prédisent que le nombre de patients infectés pourrait atteindre environ 250 000 au cours des deux prochaines semaines. En outre, il peut continuer à se propager dans les grandes villes, telles que Pékin, Shanghai et Guangzhou. Compte tenu de l'ampleur de cette contagion, l'hygiène personnelle peut avoir un effet limité sur la protection contre le virus.

Que fait-on alors ?

Leçons de l'ancienne sagesse

La culture traditionnelle chinoise des derniers millénaires a mis l'accent sur les relations causales. Plus précisément, la promotion de la vertu peut aider à rester à l'écart des catastrophes ou des fléaux. Voici un exemple.

Un tremblement de terre majeur s'est produit à Dali (aujourd'hui province du Yunnan) en mars 1914, qui a été enregistré avec une magnitude de 6,7 selon le catalogue des tremblements de terre centenaires par le Service géologique des États-Unis.

Selon un témoin, presque toutes les maisons de la ville de Dali se sont effondrées à l'exception des pagodes dans les temples. Les feux jaillissaient des fissures dans le sol et se propageaient partout. Les gens courant partout pour la sécurité, certains ont été brûlés et d'autres sont morts après être tombés dans les fissures. Parmi les milliers de familles de la ville, très peu de personnes ont survécu à la catastrophe.

Il y avait deux magasins d'or dans la ville : l'un était Wan Chang, appartenant à la famille Zhao ; l'autre était Zhan Ran de la famille Yang. Lorsque le feu a atteint ces deux endroits, il s'est arrêté. Ces deux boutiques, remplies de dizaines de personnes, sont sorties indemnes. Les habitants locaux ont déclaré que les bénédictions des deux familles étaient le résultat de leur générosité et de leur gentillesse envers les autres, ainsi que de leur croyance en Bouddha. Cette histoire a été enregistrée dans les chroniques du moine Xu Yun.

Miracles lors du tremblement de terre et du tsunami de l'océan Indien

Des miracles similaires ont été également observés dans notre société moderne. Le 26 décembre 2004, le tremblement de terre et le tsunami dans l'océan Indien ont tué près de 230 000 personnes dans 14 pays. Un article envoyé à Minghui.org décrit comment la fille de l'auteur et ses amis ont survécu à la catastrophe.

« Pendant la période de Noël 2004, ma fille est partie en vacances en Thaïlande avec ses amis. Vingt minutes avant l'arrivée de la plus grande vague sur la côte de l'île de Phuket, ma fille et ses amis l'avaient quittée pour aller aux îles Phi Phi en bateau », a écrit l'auteur.

Sur le bateau, la jeune fille et ses amis ont profité du soleil et des beaux paysages, totalement inconscients du tsunami qui se déplaçait sous la mer des îles Phi Phi vers Phuket, l'île qu'ils venaient de quitter. « Quand ils ont vu l'océan se déchaîner et qu'ils ont entendu parler du désastre, ses amis ont eu peur. Ma fille leur a conseillé de réciter “Falun Dafa est bon” et “Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon”. Ils avaient peur, mais ma fille leur a dit qu'ils seraient sains et saufs.

« S'ils avaient quitté Phuket vingt minutes plus tard ou étaient arrivés à Phi Phi trente minutes plus tôt, ils auraient dû faire face au tsunami », explique l'auteur. « Quelques heures plus tard, quand ils sont retournés sains et saufs à Phuket, la belle île était devenue une ruine. Ma fille a vu le cadavre de nombreuses victimes à l'hôtel où ils avaient logé. Elle a offert tout son argent en espèces aux habitants locaux. »

Un chemin vers la santé et la sécurité

Conformément à la culture traditionnelle chinoise, le Falun Dafa promeut le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. En pratiquant ce principe dans leur vie quotidienne et en faisant les exercices, les pratiquants de Falun Dafa reçoivent comme bénédiction la santé et le bonheur.

En outre, comme des pratiquants innocents sont persécutés pour avoir tenu bon dans leur croyance, les non pratiquants qui suivent leur conscience et soutiennent les pratiquants ont également reçu des bénédictions, allant de l'amélioration de la santé au bonheur familial en passant par survivre miraculeusement à des accidents. Dans un récent recueil de vœux du Nouvel An chinois intitulé « Soutenir la droiture apporte bienfaits et bonheur », certaines de ces personnes ont décrit leurs miracles et leur joie ensuite.

Alors que la nouvelle épidémie continue de se propager, une fois de plus ceux qui suivent les valeurs traditionnelles et soutiennent les justesseront bénis. Pour les Chinois, il peut s'agir de garder à l'esprit que le « Falun Dafa est bon » et «Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon », ainsi que de démissionner des organisations du PCC.

Huangdi Neijing (Le classique de la médecine interne de l'Empereur Jaune), l'un des livres les plus respectés sur la médecine chinoise, a écrit : « Avec la droiture résidant à l'intérieur, aucune méchanceté n'est capable de l'envahir. » Cela explique les liens entre la conscience, la sécurité et les épidémies.

Traduit de l’anglais