(Minghui.org) Le 19 juin, lors d'une conférence de partage d'expériences qui s'est tenue à Auckland, en Nouvelle-Zélande, des pratiquants de Falun Dafa ont partagé la façon dont ils ont suivi les enseignements de Maître Li (le fondateur de Falun Dafa) pour bien faire les trois choses que les pratiquants doivent faire et s'élever constamment.

Certains d'entre eux ont raconté qu’en s’appliquant à vivre selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, leurs familles étaient devenues plus harmonieuses. D'autres ont partagé les difficultés de toutes sortes qu’ils ont dû surmonter et ils ont distribué des informations sur le Falun Dafa. Parmi les présentateurs, il y avait aussi de jeunes pratiquants qui ont su résister aux tentations du monde chaotique d'aujourd'hui et maintenir un esprit pur, grâce aux enseignements du Falun Dafa.

Conférence de partage d'expériences du Falun Dafa à Auckland, le 19 juin 2021

Rester courageux face aux difficultés

M. Lin Shan est un jeune pratiquant qui travaille pour un média d'information depuis douze ans. Au début, c'était un bénévole travaillant sur les reportages, la traduction et la mise en page. Lorsque la charge de travail a augmenté et que le média s'est développé, M. Lin a quitté son emploi et a commencé à travailler à temps plein pour le média.

Lorsqu'on lui a annoncé qu'il serait responsable de la distribution des journaux, M. Lin a eu quelques inquiétudes, car sa force réside dans l'écriture et il n'avait jamais effectué de travail manuel dans son emploi précédent. L’étude continue du Fa et l’élévation de son xinxing l’ont aidé à assumer ce nouveau rôle sans se plaindre. Il en est également venu à comprendre l'importance de la distribution et à se défaire de l'attachement à se faire valoir.

Par le passé, M. Lin ne pensait pas avoir un attachement aux gains matériels. En fait, dans la cultivation et pratique, il était bien conscient de l'importance de chérir la vertu. Mais face à la pression financière, il a découvert qu'il avait toujours un fort attachement au gain matériel. C'était particulièrement le cas lorsqu'il n'arrivait pas à joindre les deux bouts ou lorsqu'il avait le sentiment d'être traité injustement.

Il explique : « Une fois, alors que je lisais le Zhuan Falun, j'ai vu que le Maître disait :

« “Ils ne peuvent ni bien manger ni bien dormir et sombrent dans le désespoir” (Septième Leçon, Zhuan Falun)

« J'ai eu une nouvelle compréhension de l'attachement à la jalousie. Elle ne se limite pas à votre sentiment de malaise face à la réussite des autres. Si vous pensez que quelque chose est injuste, c'est aussi de la jalousie. Les gens peuvent penser qu'ils méritent ceci ou cela. Les divinités ne penseront pas de cette façon. »

Avec le recul, M. Lin a dit que les défis avaient été nombreux. Il a dit : « Chaque tribulation était difficile et les surmonter a été un long processus. Elles ont toutes été des occasions de cultiver mon xinxing jusqu'à ce que je sois capable d’abandonner les attachements et de rester imperturbable. J'ai aussi senti que le Maître était juste à côté de moi et que le chemin était déjà pavé. On peut y arriver tant qu'on est prêt à s'élever. »

Il a dit que certaines situations semblaient ne pas avoir de solution. Il a expliqué : « Cependant, lorsque nous restons déterminés, les choses changent. Pour moi, il n'y a pas d'alternative à la cultivation. Lorsque nous rencontrons des difficultés, nous n'avons pas d'autre choix que d'aller de l'avant. »

Les pratiquants partagent leurs expériences.

Conflits familiaux

Mme Liu Hongxia est mère de deux enfants. En raison de toutes les responsabilités et des tâches ménagères, elle se plaignait souvent de son mari. Par exemple, elle était contrariée par le fait qu'il passe peu de temps avec leurs enfants et ne prenne jamais l'initiative d'aider à la maison. La cultivation lui a appris à reconnaître ses propres attachements et à ne plus être rancunière. Lorsque son mari était de mauvaise humeur et s’emportait, elle pouvait rester calme et ne se disputait pas avec lui.

« Une nuit, dans un rêve, le Maître m'a montré ma relation karmique avec mon mari. Il m'avait sauvée dans une vie antérieure. C'était très touchant et il était si gentil », se souvient Mme Liu. À son réveil, elle a été émue aux larmes. Reconnaissante envers le Maître de lui avoir permis de voir cela, elle s'est rappelé qu'elle devait bien traiter son mari. Depuis lors, elle et son mari ont réussi à se respecter mutuellement. Elle discute toujours avec lui et a cessé d'élever la voix. Il est également devenu plus respectueux envers elle.

Mme Liu a dit qu'elle avait rencontré beaucoup d’épreuves dans l’éducation de ses enfants. Les problèmes étaient nombreux. Lorsque les enfants n'écoutaient pas, la plupart du temps, elle parvenait à se contrôler pour leur parler et les guider. Mais lorsqu'elle les voyait jouer à des jeux vidéo, elle perdait son calme. Au cours des deux dernières années, elle a dû rivaliser avec les jeux informatiques pour attirer leur attention. Peu de temps après que son fils ait commencé à étudier le Fa, il s'est mis à toujours occuper son temps avec les jeux informatiques, ce qui était la première chose qu'il faisait en rentrant de l'école. Elle a expliqué : « C'était comme une guerre sans fin que je ne pouvais pas gagner. »

Plus tard, Mme Liu s'est rendu compte qu'elle devait regarder à l'intérieur au lieu de se contenter de gérer la situation comme une personne ordinaire. Elle a dit : « Si je me mets à leur place, je sais qu'après être rentrés à la maison, ils doivent faire leurs devoirs, jouer de leur instrument de musique et étudier le Fa. Parfois, ils s'ennuient et sont fatigués. » Avec cette compréhension, une fois qu'ils ont terminé leurs devoirs, elle passe du temps avec eux à jouer à des jeux simples, comme les échecs, le tennis ou le badminton.

En outre, Mme Liu fait attention au ton de sa voix et à ce qu'elle doit dire avant de le dire à voix haute à ses enfants. Sa fille, qui est également une pratiquante, lui a rappelé de parler doucement, à voix basse. Mme Liu a ajouté : « Très souvent, avant que je le dise à voix haute, les problèmes sont déjà résolus. Non seulement mon fils s'intéresse de moins en moins aux jeux vidéo, mais il peut se calmer et lire les livres de Dafa. Il y a encore un long chemin à parcourir et de nombreux attachements dont je dois me défaire. Je suis reconnaissante envers le Maître de m'avoir donné l'occasion de pratiquer avec ces deux jeunes pratiquants. »

Distribuer des documents

Déjà avancée en âge, Mme Li Jianqun ne comprend pas l'anglais et ne sait pas conduire. Néanmoins, elle se souvient des paroles du Maître et fait les trois choses tous les jours.

Dernièrement, elle est allée distribuer des documents d'information aux habitants de sa localité. Ne sachant pas lire l'anglais, elle avait de la difficulté à bien comprendre les cartes et faisait souvent des erreurs. En conséquence, elle a souvent oublié certains endroits ou couvert deux fois certains foyers. Elle était contrariée par la situation.

Grâce à l'étude du Fa et en regardant à l’intérieur, Mme Li a découvert qu'elle avait un attachement à dépendre des autres, c’était quelque chose d'enraciné dans l'égoïsme. Elle a reçu l’aide d’autres pratiquants pour mieux lire les cartes, même celles qui sont relativement compliquées. Elle est également devenue plus efficace et, chaque jour, elle peut distribuer de nombreux documents.

En plus de distribuer des documents dans les foyers, Mme Li se rend également dans les épiceries chinoises pour distribuer des documents et inciter les gens à démissionner du Parti communiste chinois (PCC). Lorsqu'elle en a le temps, elle participe également à la distribution de documents dans des zones situées en dehors d'Auckland.

S'impliquer dans la communauté

Mme Liu Xiaojie a commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1997. Il y a environ trois ans, elle a déménagé dans une petite ville de Nouvelle-Zélande où elle est la seule pratiquante. Réfléchissant à la manière de faire connaître Dafa à d'autres personnes, elle a demandé à avoir un stand sur la place du marché chaque semaine. Après l'avoir vue faire les exercices de Falun Dafa et avoir lu les affiches et autres documents, en trois mois environ plus de 60 personnes ont montré leur intérêt pour le Falun Dafa et ont laissé leurs coordonnées. Plus tard, plus de 20 personnes sont venues apprendre les exercices. En outre, elle s'est fait des amis qui l'ont aidée par la suite à entrer en contact avec la communauté.

Au cours des trois dernières années, Mme Liu a fait les exercices en plein air près de sa résidence, ce qui a bien fonctionné. Il y a deux ans, lorsqu'elle a parlé du Falun Dafa à un étranger loin de chez elle, cette personne lui a demandé si elle avait fait des exercices près d'un lac. Elle a dit : « Par la suite, j'ai entendu ce commentaire de plus en plus souvent. Environ 70 % des personnes à qui j'ai présenté Dafa m'ont dit qu'elles m'avaient vue faire les exercices près du lac. » Certains conducteurs klaxonnaient également en signe de soutien.

Après la levée du confinement pandémique, Mme Liu est à nouveau sortie pour faire les exercices. Le premier jour où elle a fait les exercices en plein air, de nombreux véhicules ont klaxonné pour la saluer. Une femme s'est approchée d'elle et l'a remerciée de faire les exercices et de montrer les banderoles et les dépliants qui informent les passants de la persécution du Falun Dafa en Chine. Beaucoup de gens ne savent pas encore ce qui se passe en Chine, c'est pourquoi il est important d'organiser d'autres activités comme celle-ci. Mme Liu a expliqué : « On dirait qu'ils ne me traitent pas comme une étrangère. Je suis plutôt comme une connaissance. »

Mais faire les exercices et présenter Dafa aux gens sur un marché ne suffit pas. Mme Liu a dit qu'elle réfléchissait à la manière de s'impliquer davantage dans la communauté. Chaque semaine, elle reçoit deux journaux locaux pour s'informer des événements locaux. Selon son emploi du temps, elle a assisté à certains d'entre eux.

Une fois, lors d'une exposition de costumes ethniques, elle a rencontré la présidente du conseil multiculturel local qui était l'organisatrice de l'événement. Mme Liu a alors parlé à la présidente du Falun Dafa et des activités liées à Dafa aux Jardins botaniques d'Auckland. La dame a invité Mme Liu à devenir membre du conseil multiculturel. Après être devenue bénévole, Mme Liu a organisé de nombreuses activités pour présenter Dafa. Certains participants étaient à la tête d'autres associations, ce qui lui a donné encore plus d'occasions de faire connaître Dafa.

La joie de la cultivation et pratique authentique

Ivy est née dans les années 1990 et a commencé à pratiquer le Falun Dafa en 2005. Elle s'est rendu compte qu'elle était fortement attachée à se faire valoir, à la jalousie et à la compétition, ce qui se manifestait dans de nombreux aspects de sa vie. L’étude constante du Fa et l’élévation de son xinxing l’ont rendue plus facile à vivre et plus gentille.

Fin 2017, elle est venue en Nouvelle-Zélande pour suivre des études supérieures. Grâce à l’excellence de ses résultats scolaires, elle a trouvé deux emplois après avoir obtenu un master. L'un consistait à aider un professeur chinois dans une université à étudier la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, et l'autre à travailler pour une entreprise affiliée au gouvernement afin d'enquêter sur les comportements non conformes dans le secteur de l'immobilier. En tant que pratiquante de Falun Dafa, elle applique le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans sa vie quotidienne.

Lorsqu'elle travaillait avec le professeur d'université, Ivy l'a aidé à se renseigner sur le Falun Dafa ainsi que sur les violations des droits de l'homme commises par le PCC. Le professeur a publié de nombreux articles dans les grands médias néo-zélandais, exhortant les gouvernements et les entreprises occidentaux à cesser de faire des affaires avec la Chine. Il a déclaré que la Nouvelle-Zélande devrait suivre des principes au lieu de s'incliner devant des gains à court terme. À la fin de sa collaboration avec Ivy sur ses recherches, le professeur a démissionné des organisations du PCC et a dit qu'il respectait les pratiquants pour leur courage. Il a dit à Ivy qu'elle avait toute son admiration pour avoir trouvé le véritable sens de la vie à un si jeune âge, alors que lui-même était resté athée et n'avait commencé à croire au divin que deux ans auparavant.

Lorsqu'elle examinait et vérifiait les permis de construction pour les maisons, Ivy avait souvent affaire à des promoteurs et des constructeurs chinois. Elle leur disait de ne pas considérer les choses selon la culture du PCC ; au contraire, ils devaient plutôt faire preuve de transparence et d'équité comme les gens en Occident, ce qui les aiderait à établir la confiance et le succès à long terme. Ses collègues et la direction ont loué ses compétences et son éthique de travail.

En repensant à ces trois années, Ivy a dit qu'elle a progressivement ressenti la joie d'être une véritable pratiquante. Elle a expliqué : « Chaque fois que je me suis éveillée à de nouveaux principes du Fa, j'ai pu sentir une véritable élévation. Cette purification et cette élévation incessantes me rendent toujours heureuse. Pour l'instant, je ne m'inquiète pas de la durée du chemin restant. Le Maître a pris les meilleures dispositions, et ce que je dois faire, c'est simplement utiliser ma sagesse et mes capacités pour sauver les êtres et valider Dafa. »

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais