(Minghui.org) Parmi les centaines de milliers de pratiquants de Falun Dafa dans le monde, plusieurs générations d'une même famille ont commencé la pratique à peu près en même temps. C'est le cas pour moi – ma grand-mère maternelle, ma mère, et moi-même pratiquons toutes Dafa.

Depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a lancé la persécution du Falun Dafa en 1999, nous trois sommes restées fermes et résolues dans notre cultivation. En plus d'appliquer le principe de Dafa dans notre conduite quotidienne pour nous améliorer, nous clarifions la vérité aussi sur ce qu'est réellement Dafa, par opposition à la propagande et aux mensonges du régime qui prétend que la pratique est un culte dangereux.

J'ai été arrêtée et détenue avec ma mère. Pendant qu'elle était détenue, placée dans un camp de travaux forcés et incarcérée, j'ai subi une pression énorme et des épreuves inhabituelles pour mon âge. Mais je ne les ai pas laissées me nuire et je suis restée optimiste. J'ai maintenu mes notes et j'étais toujours la première de ma classe. Ma grand-mère, qui vivait aux États-Unis, a saisi toutes les opportunités pour sensibiliser l'opinion publique sur la persécution qui a lieu en Chine afin de sauver ma mère.

Les trois générations de pratiquantes de Dafa dans ma famille se sont finalement réunies aux États-Unis. Alors que nous célébrons le 29e anniversaire de la présentation de la pratique au public, je repense à mes expériences de cultivation de Dafa depuis ma plus tendre enfance et je suis remplie de gratitude envers notre Maître compatissant.

Obtenir le Fa à l'âge de cinq ans

Ma grand-mère a commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1997, et ma mère au début de l'année suivante. J'ai, naturellement, commencé à pratiquer quand ma mère l'a fait. J'avais cinq ans à l'époque et j'ai souvent dit fièrement aux gens : « Le Maître a commencé à enseigner le Fa au public en mai 1992 et je suis née en mai 1992. Je suis venue ici pour Dafa. »

J'écoutais tous les jours les cassettes audio des conférences du Maître et je les ai rapidement toutes mémorisées. J'ai également mémorisé tous les poèmes de Hong Yin. Dafa est devenu une partie intégrante de ma vie et ses racines sont allées profondément dans mon âme. Pour moi, cultiver et m'élever constamment selon le principe moral de Dafa est tellement évident que je ne l'ai jamais remis en question.

Subir des pertes par intérêt personnel ne m'a jamais dérangée, et je suis toujours prête à donner un coup de main. Lorsque des enfants à l'école me brutalisaient, je ne m'en souciais pas et me contentais de leur sourire. Mes camarades et les adultes qui m'entouraient m'appréciaient tous.

J'ai pu croiser mes jambes dans la position de lotus pour l'exercice de méditation dès le début et j'ai rapidement augmenté le temps pendant lequel je pouvais le faire. Je me souviens encore du jour où j'ai médité pendant une heure entière. Après cinquante-cinq minutes, j'avais tellement mal aux jambes que j'ai demandé à ma mère comment je pouvais endurer et terminer l'exercice. Elle m'a répondu : « Tu peux réciter : “C’est difficile à endurer, mais on peut l’endurer, c’est difficile à faire, mais on peut le faire.” (Neuvième Leçon, Zhuan Falun) » J'ai récité ces deux phrases encore et encore et je n'ai pas décroisé les jambes jusqu'à la fin de la musique.

J'étais une enfant maladive jusqu'à l'âge de cinq ans. J'avais souvent des rhumes et de fortes fièvres. J'étais également allergique au pollen. Quand le printemps arrivait et que les fleurs s'épanouissaient, mes yeux étaient rouges et me démangeaient. C'était horrible.

Après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa, le Maître a nettoyé mon corps et m'a renforcée. Je ne tombe plus malade. Même lorsque je ressens occasionnellement des symptômes de maladie, ils durent rarement. Mes allergies ayant complètement disparu, j'ai pu aller dans la nature quand je le voulais et aussi longtemps que je le voulais et faire ce que j'aimais le plus – dessiner. Je dessine les fleurs, l'herbe, les oiseaux et les gens.

Avec le Maître s'occupant de moi avec compassion, j'ai grandi sans souci.

La persécution commence

Aussi merveilleux que soit le Falun Dafa, Jiang Zemin, alors dirigeant du PCC, a lancé une persécution nationale visant le Falun Dafa en 1999. Comme d'autres pratiquants, ma mère et moi avons continué à nous cultiver et à clarifier la vérité sur Dafa auprès des personnes trompées par les mensonges du régime communiste.

Au début, nous n'avions pas de documents de clarification de la vérité imprimés, alors ma mère et moi avons fait des dépliants écrits à la main. Nous avons écrit « Falun Dafa est bon », « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon », « Le monde a besoin d'Authenticité-Bienveillance-Tolérance », et « Restaurer la réputation du Maître » sur de grandes feuilles de papier et les avons affichées dans des lieux publics. Nous avons laissé nos empreintes sur la place Tiananmen, dans les grandes rues et les petites ruelles, les magasins, les gares ferroviaires et routières, ainsi que dans les immeubles d'habitation.

Ma mère et moi avons travaillé en équipe pour clarifier la vérité lorsque nous mangions au McDonald's, au KFC et dans d'autres restaurants. Nous nous relayions lorsque nous parlions de Dafa et de la persécution injustifiée, afin que les autres puissent nous entendre clairement et apprendre la vérité. Lorsque les employeurs de ma mère ou de mon père organisaient des sorties pour les employés, nous apportions toujours nos tracts adhésifs, les affichions partout où nous allions, et répandions la vérité à la ronde.

Lorsque des dépliants imprimés sur le Falun Dafa sont devenus disponibles, ma mère et moi avons couvert toute la communauté d'une agence gouvernementale où nous vivions et les avons distribués à chaque maison. Nous avons également pris des bus pour nous rendre dans d'autres communautés pour distribuer des dépliants.

S'il s'agissait d'un immeuble de grande hauteur, nous prenions les ascenseurs jusqu'au dernier étage et descendions, en laissant un prospectus devant chaque porte. Dans les immeubles résidentiels plus anciens sans ascenseur, Maman et moi nous séparions – je montais tout en haut, généralement au sixième étage, et descendais tandis que ma mère couvrait les étages inférieurs jusqu'à mi-hauteur.

Qu'il s'agisse du froid glacial de l'hiver ou de la chaleur étouffante de l'été, du vent ou de la pluie, des week-ends ou des jours fériés, et même de la veille du Nouvel An chinois, rien ne nous arrêtait et nous n'avons jamais pris un jour de congé. Plus tard, lorsque nous avons acheté une imprimante et un graveur de CD, je suis devenue la petite aide de ma mère pour faire des dépliants et des CD de clarification de la vérité. Nous avons fait plus que ce dont nous avions besoin et nous en avons donné à d'autres pratiquants locaux.

Ma mère est envoyée dans un camp de travaux forcés

Peu après mon entrée à l'école secondaire, ma mère a été arrêtée et envoyée dans un camp de travaux forcés. C'était juste avant les vacances du Nouvel An chinois. Maman avait rendu visite à un collègue de travail et distribuait des dépliants de clarification de la vérité sur le chemin du retour. L'heure à laquelle elle m'avait dit qu'elle rentrerait était largement dépassée et j'avais un mauvais pressentiment. J'ai appelé ma grand-mère et, avec son aide et celle de mon père, nous avons mis tous nos livres de Dafa et nos prospectus de clarification de la vérité en lieu sûr avant l'arrivée de la police.

Comme nous l'avions soupçonné, ma mère a été signalée à la police pour avoir distribué des dépliants. La police a mis notre maison sens dessus dessous et a même passé nos commodes au peigne fin. Mais ils n'ont trouvé que quelques affiches de Dafa écrites à la main que nous n'avions pas eu le temps de cacher.

Ma mère a d'abord été détenue au poste de police, puis transférée au centre de détention. Le vent a hurlé toute la nuit et il faisait froid – pour moi, c'était comme le jour le plus froid de l'hiver. Mon père a été emmené au poste de police tard dans la nuit pour être interrogé et ma grand-mère est restée avec moi. J'ai pleuré jusqu'à ce que je m'endorme, j'ai pleuré encore plus quand je me suis réveillée, et j'ai pleuré à nouveau pour m'endormir. En fait, c'est ainsi que je passais mes nuits pendant que ma mère a été détenue.

Un mois plus tard, nous avons reçu une notification indiquant que ma mère serait envoyée dans un camp de travaux forcés pendant deux ans. J'ai su à ce moment-là que je devais apprendre à prendre soin de moi. Même si j'avais encore mon père et ma grand-mère, ils étaient aussi tristes que moi. Je ne pouvais pas ajouter à leur fardeau.

Ce qui était étrange, c'est que même si ma mère ne me réveillait pas le matin et que je ne me souvenais pas toujours de mettre l'alarme, mon réveil sonnait à l'heure – je n'étais jamais en retard à l'école. Je savais que c'était notre Maître compatissant qui veillait sur moi.

Je ne pouvais rendre visite à ma mère que deux fois par an, une fois pendant les vacances d'hiver et une fois pendant les vacances d'été. Pendant la majeure partie de l'année, nous ne communiquions que par lettres. Dans mes lettres, je lui parlais de l'école et de ma vie en général. Dans ses lettres, elle me rappelait le principe de Dafa et d'être une bonne personne. Une autre raison pour laquelle nous écrivions ces lettres était que les gardes qui inspectaient nos lettres pouvaient en apprendre davantage sur Dafa et sur qui sont les pratiquants de Dafa.

Persistance

Au cours de ma deuxième année d'école secondaire, mon professeur principal a demandé à toute la classe de poser sa candidature pour devenir membre de la Ligue de la jeunesse, une organisation pour la jeunesse du PCC. Une seule personne n'a pas envoyé de demande – moi.

Mon professeur principal m'a convoqué dans son bureau et m'a demandé pourquoi je n'avais pas déposé de candidature. J'ai répondu : « Le PCC n'est pas bon. Ma mère a été envoyée dans un camp de travaux forcés uniquement parce qu'elle croit en Authenticité-Bienveillance-Tolérance. » J'ai parlé à mon professeur de Dafa et des raisons pour lesquelles la persécution est mauvaise.

Elle a écouté et a dit : « Je vois. Je comprends maintenant que ta mère est une bonne personne. » Après cela, elle ne m'a jamais demandé de rejoindre la Ligue de la jeunesse. Je suis tellement reconnaissante que le Maître m'ait renforcée ce jour-là pour que je puisse communiquer clairement et clarifier la vérité à mon professeur. Parce qu'elle a appris la vérité sur Dafa, elle a choisi un avenir brillant pour elle-même.

J'ai vraiment bien réussi les examens d'entrée au lycée à la fin de la 8e année et j'ai été acceptée pour passer dans les classes supérieures de mon école. C'était une école de 7 à 12 ans avec un excellent programme de préparation à l'université auquel de nombreux parents étaient prêts à payer des « frais de parrainage » élevés pour faire accepter leurs enfants. Cependant, avec des résultats suffisamment élevés, j'étais exemptée de payer les frais de parrainage. Tout le monde m'a dit : « Ouah, tu as économisé des dizaines de milliers de yuans pour tes parents. » Je sais que c'est le Maître qui m'a aidée.

Ma mère était encore au camp de travaux forcés à l'époque et elle craignait qu'en tant qu'adolescente en pleine puberté, je me relâche dans ma cultivation et laisse tomber le Maître. Je lui ai dit : « Ne t'inquiète pas. Je suis comme l'herbe – je survivrai et grandirai où que je sois. »

Ma charge de travail a plus que doublé au lycée, mais le Maître m'a toujours renforcée et m'a donné de la sagesse. Avant les examens d'entrée à l'université en dernière année, j'ai décidé de choisir l'art comme matière principale. Grâce à l'ajout d'un examen sur les connaissances et les compétences artistiques de base, ma note globale s'est révélée supérieure à la moyenne nationale. J'ai reçu le Certificat de réalisation artistique de deux excellentes écoles d'art et j'ai été acceptée dans une université prestigieuse.

Guidée par le principe de Dafa, je suis stricte avec moi-même en maintenant mon xinxing et je suis prête à accepter des pertes et à aider les autres. Je m'efforce d'être à la hauteur du principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et j'ai toujours une attitude optimiste. Pendant mes études à l'école secondaire, au lycée, et à l'université, j'ai entretenu des relations amicales avec tous mes professeurs et camarades de classe. Pendant les vingt dernières années de persécution, personne ne m'a discriminée ou intimidée parce que je suis une pratiquante de Dafa.

(À suivre)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais