(Minghui.org) Mes parents ont commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1996. J’étais alors un jeune enfant, et je faisais les exercices et écoutais les enregistrements des conférences données par Maître Li (le fondateur du Falun Dafa) avec mes parents. Je lisais à peine les enseignements. Après être entré au collège, je me suis relâché et j’ai pratiquement cessé de pratiquer.

C’est en 2018, lors de la fête de la Mi-Automne (également connue sous le nom de fête de la Lune) que j’ai recommencé à pratiquer le Falun Dafa. J’ai réalisé que la méthode est très précieuse, et je me suis fermement engagé à cultiver selon les principes de Dafa.

Élévation du corps et de l’esprit

Pendant vingt ans, je me suis vautré dans la grande cuve de teinture du monde ordinaire, j’ai donc accumulé beaucoup de karma. Parmi mes mauvaises habitudes, fumer, boire, voler et mentir en faisaient partie. Même si je faisais toutes ces mauvaises choses, je regardais toujours les autres de haut.

À la fin de 2017, j’ai ressenti des douleurs chroniques aux genoux. Après une marche sur une courte distance, mes genoux tressautaient à chaque pas. Des douleurs dans le bas du dos m’empêchaient de soulever des objets lourds. Mon teint est devenu cireux. Je n’avais pas l’air en bonne santé et j’étais souvent de mauvaise humeur. Je finissais par passer la plupart de mon temps sur mon téléphone portable. J’avais du mal à me lever le matin et je ne dormais pas bien la nuit. Ma vie était misérable.

En reprenant la pratique, j’ai suivi le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans ma vie quotidienne. J’ai appris à chérir la vertu et j’étais prévenant envers les autres, car c’était la seule façon d’élever mon caractère moral.

Graduellement, mes genoux ont cessé d’être douloureux, quelle que soit la distance que je parcourais. Les graves ulcères dans ma bouche ont également disparu. Mon teint est devenu lisse et rosé. Ma vie était remplie de joie.

J’avais un mauvais caractère, mais après avoir repris la pratique, j’ai pu traiter les autres avec gentillesse. Bien qu’il m’arrive encore d’être de mauvaise humeur, je m’efforce de me débarrasser des attachements qui en sont la cause. Le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance a illuminé mon monde.

Devenir attentif aux autres

Parfois au travail, il est difficile de se comporter comme un pratiquant, mais je fais de mon mieux. Un client a appelé au sujet d’un service après-vente. Mon responsable m’a dit que la garantie avait expiré et que nous ne fournirions aucune assistance. Mais le client était très contrarié.

Il a crié au téléphone : « Tu dois le réparer pour moi ! Tout de suite ! » Si cela s’était produit dans le passé, je me serais disputé avec lui. Mais je suis un pratiquant de Falun Dafa et j’ai donc répondu : « Très bien. Je vais voir ce que je peux faire. » Le client a mis fin à l’appel.

Par la suite, en y réfléchissant, j’ai pensé qu’en raison de sa mauvaise attitude, ce client était peut-être trop gêné pour faire un suivi avec moi. Je l’ai donc contacté en premier et j’ai ajouté un smiley dans le courriel. Lorsque j’ai comparé mon comportement à celui dont parle le Maître dans les enseignements, j’ai su que j’aurais pu faire mieux. Après tout, sa mauvaise attitude à mon égard pouvait être liée à mon karma.

Après avoir identifié les points à améliorer dans ma cultivation et pratique, j’ai décidé de gérer la situation avec compassion. Plus tard, lorsque j’ai revu le client et que je l’ai aidé à résoudre son problème, il s’est montré très poli et reconnaissant.

Couper les gens dans la file pour les bus est la norme dans ma ville. Les gens se précipitent avant même que le bus ne s’arrête complètement. Des gens de tous âges écartent les autres et très peu attendent leur tour. Sur Minghui, j’ai lu une histoire dans laquelle un pratiquant se souvenait que Maître Li montait dans le bus seulement après que tout le monde soit monté. J’ai compris que le Maître nous montrait comment être non seulement une bonne personne, mais une personne encore meilleure.

À partir de ce moment-là, j’ai laissé les autres monter en premier dans le bus. Pourtant, mes pieds bougeaient parfois inconsciemment comme si j’allais aussi me précipiter. Petit à petit, ma patience s’est accrue et calmement j’ai attendu que les autres montent dans le bus en premier.

De plus, j’ai fait mieux dans d’autres domaines, comme ne pas jeter de détritus et rester sur les passages pour piétons marqués lorsque je traverse une rue. Un jour, il pleuvait et je suis allé dans une banque. Remarquant les traces sales que j’avais laissées sur le sol, j’ai pris une serpillière qui se trouvait près de la porte et j’ai nettoyé le sol avant de partir.

Un membre du personnel m’a dit : « Ouah ! Vous êtes le meilleur client que nous ayons jamais eu. » J’ai répondu : « C’est parce que je pratique le Falun Dafa. S’il vous plaît, rappelez-vous que le “Falun Dafa est bon”. »

Une autre fois, j’ai acheté un miroir lourd et je l’ai ramené chez moi en taxi. La plupart des gens demanderaient au chauffeur de taxi d’aller jusqu’à l’immeuble. Mais sachant que la ruelle était trop étroite pour que le chauffeur puisse faire marche arrière, j’ai simplement demandé au chauffeur de s’arrêter sur la route principale. Porter le lourd miroir le long de la vallée n’était pas facile, mais j’étais heureux - c’est ainsi qu’un pratiquant doit se comporter.

Aider une femme âgée

À cause de la propagande diffamatoire du Parti communiste chinois (PCC), de nombreuses personnes sont empoisonnées et hostiles aux pratiquants de Falun Dafa. J’essaie donc de trouver des occasions d’expliquer ce qu’est réellement le Falun Dafa.

Un jour, j’ai vu une vieille femme qui lisait les panneaux à un arrêt de bus. Elle semblait confuse. Je lui ai demandé si elle avait besoin d’aide. Elle m’a indiqué sa destination. En montrant les numéros des lignes de bus, j’ai expliqué quels bus pouvaient lui convenir et lesquels ne le pouvaient pas. Voyant qu’elle n’était toujours pas sûre, j’ai décidé de l’accompagner jusqu’à sa destination.

Pendant que nous bavardions, elle m’a dit qu’elle avait 80 ans et que sa vue était mauvaise. En fait, elle devait se rendre à l’hôpital pour un contrôle. Deux bus sont passés et je lui ai dit de monter dans le troisième. Un masque était nécessaire, mais elle n’en avait pas. Je lui en ai offert un et elle était ravie. Le bus était bondé et il n’y avait pas de sièges disponibles, alors je l’ai aidée à se tenir debout.

En partant, je lui ai brièvement raconté comment la pratique du Falun Dafa avait amélioré ma vie et lui ai demandé si elle voulait démissionner des organisations du PCC pour un meilleur avenir. Elle a accepté de renoncer à son adhésion aux Jeunes Pionniers, qu’elle avait rejointe il y a de nombreuses années. Elle était très heureuse et souriait comme un enfant lorsque nous nous sommes dit au revoir.

En repensant à ces années, je suis très reconnaissant envers Maître Li. Je me sens très chanceux d’être un pratiquant de Falun Dafa.

Les points de vue exprimés dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de l’auteur. Tous les contenus publiés sur ce site sont protégés par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais