(Minghui.org) En 2004, j’ai été incarcérée pendant un an dans un camp de travail en raison de ma pratique du Falun Gong. Pendant mon emprisonnement, j’ai été torturée, physiquement et psychologiquement.

J’ai été battue avec une pagaie en bois et j’ai dû rester debout pendant quatorze jours sans dormir. Chaque jour, je devais regarder des livres et écouter des médias qui diffamaient le Falun Gong.

Au moment où j’ai été libérée, ma santé s’était détériorée. Je ne pouvais pas me tenir droite, j’étais faible et pâle. J’avais constamment soif et mon cœur battait la chamade. Tout mon corps était gonflé et ma peau avait un teint cireux.

Ma mère est venue pendant deux semaines pour me faire la cuisine, et ma sœur a essayé de me convaincre d’aller à l’hôpital. Avant que je n’ouvre la bouche, ma fille de neuf ans, qui était assise à mes côtés, a touché mon bras et m’a murmuré : « Est-ce que tu vas y aller ? »

Je n’ai pas répondu. Elle m’a poussée de nouveau : « Est-ce que tu vas y aller ? » J’ai répondu : « Non. » Ma fille était soulagée. Elle pratique le Falun Dafa avec nous depuis un très jeune âge. Elle était inquiète pour moi.

Après le départ de ma soeur, ma fille m’a suivie dans la salle de bain. Elle a levé le pouce et m’a dit : « Maman, tu es géniale ! » Elle l’a ensuite répété en levant son autre pouce. Elle a ensuite levé les deux pouces et a dit : « Maman, tu es géniale ! » encore trois fois.

Au fond de moi je pleurais. Maître Li (le fondateur du Falun Dafa) était si compatissant et a fait ma fille me remonter le moral !

Quelques jours plus tard, alors que j’étais assise sur mon lit, j’ai entendu une voix venant du côté gauche de ma tête : « Tu n’es pas malade ! »

J’ai étudié le Fa et fait les exercices tous les jours. Comme je ne suis pas allée à l’hôpital, ma sœur m’a apporté des suppléments coûteux, mais je ne les ai pas pris.

Une fois, je suis allée rendre visite à une parente, qui était médecin, dans un hôpital. Elle m’a attrapée et a prélevé des échantillons de sang dans mon oreille. Elle m’a dit de revenir le lendemain pour les résultats des tests. Je n’y suis jamais retournée, car je savais qu’un pratiquant ne souffre pas de maladie, et que mes symptômes étaient une illusion.

Sachant que le Maître était à mes côtés, je suis restée inébranlable. Cependant, j’ai remarqué que ma pensée droite n’était pas assez puissante.

Pour remédier à cela, j’ai passé plus de temps à échanger avec d’autres pratiquants et à étudier le Fa.

Au début, je ne pouvais même pas boire un verre d’eau sans aide, et une marche de quinze minutes m’obligeait à m’arrêter fréquemment pour me reposer.

Pourtant, j’ai essayé de tout faire par moi-même, tout en étudiant le Fa, en faisant les exercices et en refusant toute interférence des forces anciennes.

Une fois, une pratiquante a vu que j’avais des œdèmes sur tout le corps. Elle m’a recommandé de faire l’exercice debout du Falun pendant deux heures d’affilée.

Au début, les membres de ma famille étaient soupçonneux. Un mois plus tard, j’étais comme une nouvelle personne.

Mon teint est devenu rose et j’ai aussi paru plus jeune. Dafa a purifié mon corps et mon cœur ; le Maître m’a donné une seconde vie.

Comme ma sœur a été témoin du miracle de Dafa, elle dit maintenant souvent : « Falun Dafa est bon ! »

Tous les contenus publiés sur ce site sont protégés par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais