(Minghui.org)

Nom : Yong Fang

Nom chinois : 雍芳

Sexe : Féminin

Âge : 65 ans

Ville : Anshan

Province : Liaoning

Profession : comptable

Date de décès : 19 février 2022

Date de la dernière arrestation : 25 octobre 2012

Dernier lieu de détention : prison pour femmes de la province du Liaoning

Lorsque Mme Yong Fang a été libérée le 25 octobre 2021 après avoir purgé neuf ans de prison en raison de sa pratique du Falun Gong, cette habitante de la ville d’Anshan, dans la province du Liaoning, était si faible qu’elle ne pouvait pas se doucher seule. Son fils s’est démené pour s’occuper d’elle et de son mari alité. Peu après sa libération, les autorités ont suspendu sa pension et lui ont ordonné de rembourser les 60 000 yuans de salaire qu’elle avait reçus pendant qu’elle purgeait une peine de travaux forcés pour sa croyance, des années avant sa dernière peine de prison.

La série d’épreuves a fait que sa santé s’est encore dégradée. Cette femme de 65 ans est décédée le 19 février 2022, quatre mois après sa sortie de prison.

Mme Yong Fang

Après que le régime communiste chinois a ordonné la persécution du Falun Gong en 1999, Mme Yong a été arrêtée et détenue à de multiples reprises pour avoir défendu sa croyance. Elle a été condamnée à la prison en 2000, puis à une peine d’un an au camp de travail forcé de Masanjia en juillet 2004. Après avoir été arrêtée en 2012, elle a été condamnée à neuf ans de prison. Sa jeune sœur, qui avait été arrêtée avec elle, est décédée peu après.

Dernière arrestation des sœurs Yong

Le 25 octobre 2012, Mme Yong et sa sœur Mme Yong Fangzhi sont allées assister à l’audience de cinq pratiquantes, Mme Sun Liqing, Mme Liu Xuyan, Mme Lu Qiuying, Mme Jiao Guimei et Mme Liu Genxiu, au tribunal de Tiedong.

À 10 h 40, plusieurs voitures de police sont arrivées et les policiers ont arrêté plus de 40 pratiquants qui attendaient à l’extérieur du tribunal, dont les sœurs Yong.

Des agents du poste de police de Duilu ont mis à sac le domicile des sœurs et ont confisqué leurs livres de Falun Gong, de l’argent et d’autres effets personnels. Le mari et le fils de Mme Yong Fang ont également été arrêtés. Ils ont été libérés dans la soirée, en même temps que Mme Yong Fangzhi.

Mme Yong Fang a été maintenue en détention. Malgré sa tension artérielle extrêmement élevée, elle a été admise au centre de détention pour femmes d’Anshan.

La jeune Mme Yong a été terrifiée par cette arrestation. En rentrant chez elle, elle a été incapable de manger ou de dormir la nuit. Elle a reçu un nouveau coup dur lorsque la police a informé la famille, quelques jours plus tard, que sa sœur avait été emmenée à l’hôpital pour y être réanimée. Inquiète pour sa sœur, sa propre santé a rapidement décliné. Elle est décédée deux mois plus tard, le 14 décembre 2012. Elle avait 54 ans.

Mme Yong Fangzhi

Condamnée à neuf ans

Dans une salle d’audience de fortune du centre de détention pour femmes de la ville d’Anshan, Mme Yong Fang a été jugée par le tribunal du district de Tiedong le 28 février 2013. Elle a ensuite été condamnée à neuf ans de prison.

Après deux tentatives infructueuses pour l’emmener à la prison, les gardes du centre de détention ont fait croire à Mme Yong qu’ils allaient la libérer sous caution pour raisons médicales et lui ont demandé de descendre pour signer les papiers. Lorsqu’elle est descendue, les gardes l’ont portée dans la voiture et l’ont emmenée à la prison pour femmes de la province de Liaoning.

Comme les gardiens du centre de détention n’ont pas permis à Mme Yong d’apporter des vêtements ou des produits de première nécessité, elle n’avait pas de vêtements pour se changer dans la prison et devait porter des vêtements mouillés dès qu’elle les lavait. Comme elle refusait de renoncer au Falun Gong, la détenue Guo Shumei, chargé de la surveiller, l’agressait souvent verbalement. Mme Yong a fait une grève de la faim pour protester contre la persécution et a été nourrie de force.

Illustration de torture : alimentation forcée

Mme Yong s'est retrouvée au seuil de la mort dans le 11e quartier de la prison. Elle a eu un accident vasculaire cérébral le 13 juillet 2015 et a été réanimée. Le médecin a émis un avis d’état critique pour elle. Lorsque sa famille s’est précipitée à l’hôpital pour lui rendre visite, elle était dans le coma, mais était cependant enchaînée à son lit. Les dirigeants de la prison ont refusé la demande de libération conditionnelle pour raisons médicales de sa famille, mais ils les ont obligés à payer 6000 yuans pour ses frais médicaux.

Mort tragique

Mme Yong a été libérée de la prison le 25 octobre 2021. Ses cheveux étaient gris et elle était livide. Elle était si faible qu’elle n’avait pas la force de se doucher toute seule. Elle parlait d’une voix très faible et ses jambes étaient également faibles.

Inquiet de son état, son mari a eu une attaque cérébrale alors qu’elle était encore emprisonnée. Il est devenu invalide et ne pouvait plus parler. Après la libération de Mme Yong, leur fils, un célibataire d’une quarantaine d’années qui ne s’est pas marié à cause de la persécution, est resté à la maison pour s’occuper d’eux. Toute la famille dépendait de la pension du mari de Mme Yong pour s’en sortir.

Malgré l’énorme pression financière à laquelle la famille était confrontée, le fils de Mme Yong l’a emmenée à l’hôpital pour la soigner, mais comme son état ne s’est pas amélioré, elle est retournée chez elle.

Mme Yong travaillait dans un magasin comme comptable. Peu après sa libération, les autorités ont suspendu sa pension. Elles ont également exigé qu’elle restitue le salaire de 60 000 yuans qu’elle avait perçu lors de son précédent séjour au camp de travail forcé.

Mme Yong a soudain eu des difficultés à uriner à la mi-février 2022. Elle a eu une insuffisance cardiaque et est tombée dans le coma. Elle est décédée le 19 février.



Voir aussi :

Mme Yong Fang pratiquante de la ville de Anshan en prison, sa sœur meurt suite à la persécution

Tous les contenus publiés sur ce site sont protégés par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais