(Minghui.org) Sanctionner les auteurs de violations des droits de l'homme est devenu courant parmi les pays démocratiques. Après l'adoption par les États-Unis de la loi Magnitsky en 2016, le Canada, le Royaume-Uni et l'Union européenne qui compte 27 pays membres ont promulgué des lois similaires. L'Autriche et le Japon travaillent sur le sujet.

Conformément à ces lois, les pratiquants de Falun Gong ont dressé des listes de personnes impliquées dans la persécution du Falun Gong ces dernières années. Chaque année, ils présentent plusieurs listes aux gouvernements démocratiques, les exhortant à sanctionner les responsables cités.

À partir du 14 juillet 2021, les pratiquants de Falun Gong de plus de 30 pays ont remis à leur gouvernement respectif la nouvelle liste des personnes impliquées dans la persécution du Falun Gong. Les pratiquants demandent que des sanctions soient prises contre ces responsables de violations des droits de l'homme, y compris l'interdiction d'entrée dans leur pays et le gel de leurs avoirs à l'étranger.

Le nom de Yu Tianmin figure sur cette liste.

Informations sur le responsable de la persécution

Yu Tianmin

Nom complet du responsable : Yu (nom de famille) Tianmin (prénom) (chinois : 于天敏)

Sexe : Masculin

Pays : Chine

Date/année de naissance : Janvier 1964

Lieu de naissance : Ville de Chongqing, province du Sichuan

Titre ou fonction :

1997 – 2001 : chef adjoint du deuxième tribunal pénal de la cour supérieure d'appel de Chongqing.

2001 – 2004 : chef de la deuxième division des procès criminels de la cour supérieure d'appel de Chongqing.

2004 – 2005 : vice-président et membre du groupe de direction du Parti de la première cour intermédiaire de la municipalité de Chongqing.

2005 – 2010 : procureur en chef adjoint et membre du groupe de direction du Parti communiste chinois (PCC) du parquet municipal de Chongqing.

2010 – 2015 : procureur en chef et secrétaire du groupe de direction du PCC de la première division du parquet municipal de Chongqing.

2015 – 2017 : procureur en chef adjoint et secrétaire adjoint du groupe de direction du PCC du parquet municipal de Chongqing.

2017 – 2019 : secrétaire du groupe de direction du PCC et procureur en chef du parquet provincial du Liaoning.

03/2019 – 04/2019 : membre du Comité permanent du Comité du Parti de la province du Liaoning, secrétaire du Groupe de direction du Parti et procureur en chef du parquet de la province du Liaoning.

2019 à ce jour : membre du Comité permanent du Comité du Parti de la province du Liaoning et secrétaire de la Commission des affaires politiques et juridiques du PCC.

Principaux crimes :

Depuis juillet 1999, Yu Tianmin a travaillé dans des tribunaux, au parquet et dans d'autres départements gouvernementaux responsables de la persécution du Falun Gong. Au fil des années, il a mis en œuvre la politique de persécution du Falun Gong du PCC et a participé activement à la persécution des pratiquants de Falun Gong.

De janvier 2017 à février 2019, alors qu'il était le procureur en chef du parquet provincial du Liaoning, Yu Tianmin a ordonné au parquet à tous les niveaux sous sa juridiction d'arrêter, de détenir, de poursuivre et de condamner illégalement les pratiquants de Falun Gong. À de nombreuses reprises dans ses discours, il a ordonné à tous les niveaux du parquet de la province du Liaoning de « mener des campagnes anti-sectes » contre le Falun Gong.

Selon les statistiques disponibles rapportées par Minghui.org, entre 2017 et 2018, trois cent vingt-trois pratiquants de Falun Gong de la province du Liaoning ont été condamnés, quatre-vingts ont été jugés au tribunal, cent douze ont vu leur arrestation approuvée et vingt-sept ont été mis en examen. Parmi eux, neuf pratiquants de Falun Gong âgés, dont trois octogénaires, ont été condamnés en 2018. M. Wang Dianguo et Mme Li Yanqiu ont été torturés à mort en prison après avoir été condamnés.

Voici quelques-uns des principaux cas :

1. M. Wang Dianguo et Mme Yu Baofang morts sous la torture

Le 4 juillet 2017, vers 20 heures, un groupe d'agents en civil a fait irruption au domicile de M. Wang Dianguo, de sa femme, Mme Yu Baofang, et de leur fils, M. Wang Yu, dans la ville d'Anshan, à l'aide de marteaux-piqueurs et de perceuses en métal. La famille de trois personnes a été arrêtée et sa maison saccagée. Le 17 juillet 2017, après treize jours seulement, Mme Yu Baofang a été torturée à mort dans le centre de détention pour femmes d'Anshan. M. Wang Dianguo a été poursuivi en justice le 24 avril 2018. Il a été condamné à quatre ans de prison et envoyé à la prison de la ville de Dalian en juin 2018, où il a été torturé à mort le 16 juin 2020.

2. Mme Li Yanqiu, torturée à mort dans les quatorze jours suivant son emprisonnement pour purger une peine de cinq ans

Mme Li Yanqiu a été arrêtée par la police le 14 décembre 2018, et emmenée dans un centre de détention. Le matin du 21 janvier 2019, sans en avertir la famille, le parquet et le tribunal ont secrètement jugé Mme Li Yanqiu dans le centre de détention. Le juge a accéléré la procédure alors que Mme Li Yanqiu était extrêmement faible et incapable de marcher ou de s'exprimer. L'avocat commis d'office a plaidé coupable pour elle contre son gré. L'avocat engagé par la famille n'a pas été autorisé à la rencontrer. La famille a appris plus tard que Mme Li Yanqiu avait été condamnée à cinq ans de prison. Le 4 mars 2019, Mme Li Yanqiu a été persécutée à mort par la prison, quatorze jours seulement après son emprisonnement. Elle avait 52 ans.

3. Mme Xie Baofeng, persécutée en prison jusqu'à ne plus être capable de prendre soin d'elle-même

Mme Xie Baofeng a été condamnée à cinq ans de prison en 2017 et emmenée à la prison pour femmes de Shenyang le 5 décembre 2017. En 2018, Mme Xie Baofeng, qui était en bonne santé avant son arrestation, a développé de graves symptômes de maladie. Pendant longtemps, elle n'a pas pu manger, et a vomi après avoir mangé. Comme la prison ne lui a pas fourni de traitement médical, son état s'est aggravé. Sa famille a demandé sa libération à plusieurs reprises, mais la prison a refusé parce qu'elle ne s'était pas « transformée » (renoncer au Falun Gong). Incapable de prendre soin d'elle-même, Mme Xie Baofeng est maintenant clouée dans un fauteuil roulant à la prison pour femmes du Liaoning.

4. Pratiquants de Falun Gong poursuivis et condamnés à la suite de deux arrestations de grande envergure dans la ville de Dalian

Le 8 octobre 2017, la Commission des affaires politiques et juridiques de la zone de développement de Dalian et le Bureau de la sécurité publique ont conspiré pour arrêter des pratiquants de Falun Gong. Plusieurs postes de police ont agi de concert et ont arrêté dix-neuf pratiquants de Falun Gong. Dix d'entre eux ont été formellement arrêtés. Le parquet et le tribunal ont organisé des procès d'avril à juin 2018. Neuf pratiquants de Falun Gong ont été condamnés : Zhou Haiyan a écopé de huit ans, Jia Xiuchun de deux ans, Shi Ningyao de cinq ans, Fang Fang de trois ans et six mois, Lin Jingping de quatre ans, Hu Zhiqin de sept ans et six mois, Lai Guifang de sept ans, Cao Er de trois ans et six mois, et Hao Fukui (81 ans) de trois ans.

Le 12 novembre2018, vingt-trois pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés, dont six ont été poursuivis et condamnés à de longues peines de prison. Song Xuecun a écopé de huit ans, Chen Yuerong de huit ans, Zhang Kexin de huit ans, Xu Yanxia de huit ans et six mois, Cheng Yurong de quatre ans, et Jiang Lianxiang de trois ans et trois mois.

Persécution pendant le mandat de Yu Tianmin à la Commission des affaires politiques et juridiques

En avril 2019, Yu Tianmin a été nommé membre du Comité permanent du Comité du Parti de la province du Liaoning et secrétaire de la Commission des affaires politiques et juridiques du PCC. Pour faire avancer sa carrière politique, Yu Tianmin a dirigé l'arrestation, les poursuites et les condamnations de nombreux pratiquants de Falun Gong. Certains ont été torturés à mort et leurs familles ont été brisées. Yu Tianmin porte l'entière responsabilité de ces tragédies humaines.

Selon Minghui.org, quarante-quatre pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés dans la province du Liaoning en mai 2019. En juillet 2019, la Commission des affaires politiques et juridiques du PCC de la province du Liaoning, le Bureau 610 et le Département de la sécurité publique ont arrêté au moins quatre-vingt-onze pratiquants de Falun Gong au nom du maintien de la stabilité pendant le « 70e anniversaire de la fête nationale ». Rien que le 10 juillet 2019, plus de vingt personnes à Shenyang ont vu leurs maisons saccagées et ont été arrêtées.

Selon les statistiques disponibles, entre 2019 et 2020, cent soixante-cinq pratiquants de Falun Gong ont été condamnés dans la province du Liaoning. Le plus âgé avait 81 ans, et la peine la plus longue était de huit ans. Au moins mille trente et un pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés au cours de ces deux années, et le plus âgé avait 83 ans.

Depuis que Yu Tianmin est devenu secrétaire de la Commission des affaires politiques et juridiques du PCC de la province du Liaoning en avril 2019, au moins dix-neuf pratiquants de Falun Gong ont été torturés à mort dans la province du Liaoning, dont Li Guirong, Zou Liming, M. Hu Lin, M. Yu Yongman, Zhang Zhencai, Mme Lan Lihua, Wang Dianguo, Fu Shuqin, Yu Wenze, Du Xinggui, Song Shuchun, Mme Pang Zhenlan, Li Guojun, Chang Xueling, Fu Jinghua, Zheng Decai, Zhao Delin, Zhu Benfu et Mme Chen Yongchun.

Yu Tianmin, en tant que secrétaire de la Commission des affaires politiques et juridiques du PCC de la province du Liaoning, doit être tenu pour responsable des persécutions, des tortures, des handicaps et des décès de pratiquants de Falun Gong pendant son mandat dans la province du Liaoning.

Exemples de cas de persécution, ne représentant que la partie émergée de l'iceberg :

1. M. Hu Lin, ingénieur aéronautique, mort sous la torture

M. Hu Lin est né le 19 février 1972 et travaillait en tant qu'ingénieur. Le 23 mai 2019, il a été arrêté une troisième fois et emmené au centre de détention duxian de Faku, où il a été fréquemment battu. Il a entamé une grève de la faim pour protester contre ce traitement inhumain. Les bras et les jambes tendus, les policiers l'ont menotté par les mains et les pieds à une planche, et l'ont gavé. Ils ont inséré une sonde d'alimentation dans son estomac et ont refusé de la retirer. Le 20 juin, M. Hu Lin a été condamné à deux ans de prison. Le 30 octobre 2019, le tribunal du xian de Faku l'a transféré en prison. Il était déjà à l'article de la mort. Le 7 novembre, il ne pouvait plus bouger, mais les autorités pénitentiaires ont refusé de le libérer ou de lui fournir un traitement médical. Elles ont déclaré qu'étant donné que M. Hu Lin n'allait pas se « transformer » (abandonner sa croyance dans le Falun Gong), elles ne le libéreraient pas, même s'il mourait. M. Hu Lin est mort en prison le 16 février 2020.

2. M. Yu Yongman, mort sous la torture dans le centre de détention

M. Yu Yongman, 65 ans, a été arrêté le 15 novembre 2019, et détenu au centre de détention de Liaoyang. Il a été torturé à mort le 23 février 2020. Le centre de détention a déclaré qu'il était mort d'une « maladie soudaine ». Le médecin légiste a constaté que M. Yu Yongman avait une fracture des côtes et une marque de lacération aux poumons. Les membres de la famille soupçonnent qu'avant sa mort, il a été brutalement battu dans le centre de détention.

3. Le corps de Mme Lan Lihua a été incinéré de force à Shenyang

Mme Lan Lihua a été arrêtée le 6 novembre 2018 et emmenée au centre de détention de Shenyang, où elle a été soumise à des actes de torture et de persécution, comme le gavage et la pendaison. Une grosseur de la taille d'un œuf est apparue dans le sein gauche de Mme Lan Lihua, et on lui a diagnostiqué plus tard un cancer du sein. En mai 2019, Mme Lan Lihua a été condamnée à trois ans et dix mois de prison. Le 23 avril 2020, Mme Lan Lihua est morte dans la prison pour femmes de la province du Liaoning. Elle était âgée de 49 ans.

4. Mme Pang Zhenlan, morte après de multiples arrestations

Mme Pang Zhenlan a été arrêtée à plusieurs reprises et son domicile a été saccagé après le début des persécutions. Elle a été arrêtée le 24 avril 2020, alors qu'elle distribuait des documents d'information sur le Falun Gong. La police a saccagé son domicile et confisqué ses livres de Falun Gong. Le matin du 27 avril, Mme Pang s'est rendue au poste de police et a exigé que les agents lui rendent ses livres de Falun Gong. Au lieu de cela, la police a tenté de lui imposer une détention de dix jours. Elle a refusé d'obtempérer. Elle est rentrée chez elle à 14 heures. La pression mentale exercée par la persécution a eu des répercussions sur sa santé. Elle est décédée trois semaines plus tard, le 18 mai 2020.

5. Mme Chen Yongchun, morte sous la torture dans la prison pour femmes de Shenyang

Mme Chen Yongchun a été condamnée à cinq ans de prison par le tribunal municipal de Yingkou en 2017, puis transférée à la prison pour femmes de Shenyang. Après un mois de persécution intensive, la prison a obligé Mme Chen Yongchun à effectuer un travail non rémunéré. Elle travaillait souvent tard dans la nuit et subissait des châtiments corporels. Les gardiens de la prison ont également demandé aux détenues de la battre. Les violences psychologiques et la charge de travail extrême et de longue durée lui ont fait perdre rapidement du poids, et elle était souvent perdue dans une transe, sans manger ni boire.

Mme Chen Yongchun a développé des symptômes de diabète en 2019, à cause de ces traitements inhumains. Elle est devenue maigre et faible. Après avoir été forcée de rester à l'hôpital à trois reprises, sa santé ne s'est pas améliorée. Le 18 octobre 2020, Mme Chen Yongchun a été libérée après avoir purgé une peine de cinq ans de prison. Lorsque sa famille est venue la chercher à l'hôpital de la prison, elle ne pouvait plus marcher toute seule. Elle ne pouvait pas discerner la direction et ses yeux étaient creux. Elle n'avait plus que la peau et les os. Chez elle, les autorités locales, par l'intermédiaire de membres de la communauté, ont continué à la harceler. Avant d'avoir pu se rétablir, Mme Chen Yongchun est décédée le 4 mars 2021.

6. Mme Lou Yan, brutalement battue et torturée par la police

Le 12 février 2020, Mmes Lou Yan, Fang Fuqiang et Zhang Xu se rendaient en voiture à Shenyang lorsqu'elles ont été arrêtées à une sortie d'autoroute. Mme Lou Yan a été détenue pendant soixante-dix-sept jours, au cours desquels elle a été soumise à divers traitements inhumains.

Le 14 février, Mme Lou Yan a été torturée et, en conséquence, a souffert de multiples symptômes de type épilepsie. Un policier a délibérément appuyé fort sur son point d'acupuncture « renzhong » (situé sur le philtrum, sous les narines), ce qui a fait gonfler ses lèvres et a rendu la peau près du point d'acupuncture sombre et violette. La police l'a également giflée avec une telle violence qu'elle a perdu la capacité d'entendre d'une oreille.

Mme Lou Yan n'a pas été autorisée à se laver les cheveux ou les pieds ni à prendre un bain pendant sa détention. Elle a été forcée de s'asseoir sur une chaise defer, les mains et les pieds menottés à la chaise, la période la plus longue étant de cinq jours. À la suite de cette torture, ses fesses ont saigné et se sont infectées. Elle n'a été libérée de la chaise que lorsque ses pieds et ses jambes sont devenus tellement enflés que les menottes ne pouvaient plus les entourer.

Pendant une période d'environ un mois, les gardes ont menotté sa main droite à un anneau sur le sol près d'un mur pendant qu'elle dormait la nuit. Après deux mois de torture, Mme Lou Yan est devenue émaciée. Elle toussait sans arrêt, tous les jours, parfois pendant quatre ou cinq heures, crachant et vomissant du sang et de la bile. Une fois, Mme Lou Yan a fait une grève de la faim pour protester. Un policier lui a pincé les joues et lui a fait ingurgiter de la bouillie de millet. Ses joues ont commencé à saigner, et elle a vomi du sang. Finalement, Mme Lou Yan est tombée à terre plusieurs fois, incapable de respirer. L'agent de service craignait qu'elle ne meure à tout moment. La police a pris 60 000 yuans qu'elle avait apportés avec elle et n'a pas rendu l'argent.

7. Un juge : « Trois ans de prison en plaidant coupable et sept à dix ans de prison en plaidant non coupable. »

M. Zhao Jiyuan, 65 ans, et sa femme Mme Li Xiujie, faisaient partie des plus de vingt pratiquants de Falun Gong qui ont été arrêtés le 10 juillet 2019 dans la ville de Shenyang. M. Zhao Jiyuan a été sévèrement battu pendant sa détention au centre de détention. Lors du procès du 10 décembre 2019, M. Zhao Jiyuan a plaidé non coupable et a refusé de signer les documents du tribunal. Le juge a demandé au fils de M. Zhao Jiyuan de persuader son père de plaider coupable et l'a menacé de « trois ans de prison en plaidant coupable et de sept à dix ans de prison en plaidant non coupable ». M. Zhao Jiyuan n'a pas plaidé coupable et a été condamné à sept ans et six mois de prison.

8. Mme Dong Shuxian, 72 ans, condamnée chez elle à sept ans de prison

Mme Dong Shuxian, 72 ans, habitait dans la ville de Chaoyang. Le 14 juillet 2020, trois membres du personnel du tribunal et trois policiers du Bureau de la sécurité publique de Qianjin se sont introduits chez elle. Ils ont sorti un document judiciaire indiquant qu'elle avait été condamnée à sept ans de prison. En voyant cela, Mme Dong Shuxian était confuse et a demandé au juge : « Qu'est-ce que j'ai fait ? Je reste à la maison et je ne sais rien. J'ai été condamnée à sept ans de prison ? Quelle loi ai-je violée ? Montrez-moi les documents. »

9. Mme Zhao Yulan, 80 ans, de la ville de Fushun, condamnée à trois ans de prison

Mme Zhao Yulan, 80 ans, a déjà été condamnée deux fois à un total de neuf ans et six mois de prison. Elle a de nouveau été arrêtée le 5 octobre 2019. En octobre 2020, elle a été condamnée pour la troisième fois, à trois ans de prison, et emmenée à la prison pour femmes du Liaoning.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais