(Minghui.org) Selon les informations disponibles recueillies par le site Minghui.org, 31 enseignants en Chine ont été persécutés à mort entre janvier 2018 et août 2021, pour leur pratique du Falun Gong.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline méditative qui améliore la forme mentale et physique et qui est persécutée en Chine depuis 1999. En date du 10 septembre 2021, un total de 4687 décès de pratiquants de Falun Gong, y compris les 31 enseignants, a été documenté par Minghui.org. Mais, en raison de la stricte censure des informations en Chine, le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé.

Parmi les 31 enseignants décédés, dont 18 femmes, 9 sont morts en 2018, 9 en 2019, 10 en 2020 et 3 en 2021. Les pratiquants étaient originaires de 13 provinces et municipalités, le Heilongjiang ayant enregistré le plus grand nombre de cas (5), suivi du Hebei, du Jiangsu et du Liaoning (4 cas chacun). Dans le Gansu il y a eu 3 cas, 2 dans le Jilin, le Shanxi et le Sichuan, ainsi qu'un cas dans le Chongqing, le Fujian, le Hunan, la Mongolie intérieure et le Ningxia.

Les pratiquants, âgés de 41 à 85 ans, représentaient des enseignants de tous les niveaux d'éducation, des instituteurs de maternelle aux professeurs de collège. Deux d'entre eux étaient âgés de 40 ans, 13 de 50 ans, 2 de 60 ans, 6 de 70 ans et 4 de 80 ans. L'âge de quatre autres pratiquants était inconnu.

Vous trouverez ci-dessous un compte-rendu de certains des cas de décès. La liste complète des 31 pratiquants peut être téléchargée ici (PDF).

Décès en 2018

Une enseignante primée meurt alors qu'elle purge sept ans pour sa croyance dans le Falun Gong

Mme Sun Min, une enseignante de collège primée, a perdu son travail après le début de la persécution. Elle a été incarcérée quatre fois pour un total de deux ans et quatre mois entre 2000 et 2012. Lorsqu'elle a été arrêtée pour la dernière fois le 28 juin 2016, elle a été condamnée à sept ans dans la prison pour femmes de la province du Liaoning, où elle a été soumise à diverses formes de sévices et de torture.

Mme Sun Min

Son père n'a été autorisé à lui rendre visite en prison qu'à partir du 7 février 2018. Il a noté que sa fille, une femme autrefois en bonne santé, était amenée dans la salle de visite sur le dos de quelqu'un. Elle avait perdu sa capacité de marcher à la suite de la torture. Un mois plus tard, le 8 mars, la prison a informé son père que sa fille avait été transférée à l'hôpital général du Bureau de gestion des prisons de la province du Liaoning. Il est arrivé à l'hôpital à 12 h 50 ce jour-là, pour constater que sa fille était décédée.

Une ancienne universitaire et cadre d’entreprise meurt après des arrestations répétées et un emprisonnement prolongé

Mme Cheng Haiyan enseignait à l’Université pharmaceutique de Chine de Nanjing, dans la province du Jiangsu. Elle n’a jamais vacillé dans sa croyance lorsque la persécution du Falun Gong a commencé en 1999. Elle a été arrêtée trois fois et son domicile a été fouillé à cinq reprises. Elle a été condamnée à dix ans de prison, détenue dans un hôpital psychiatrique pendant deux mois et demi, et détenue dans un centre de lavage de cerveau à plusieurs reprises. Son mari, un militaire, a été obligé de divorcer. Elle est morte le 28 mars 2018. Elle avait 63 ans.

Mme Cheng Haiyan

Une professeure d'université est morte après des persécutions répétées

Mme Zhang Luyuan, 76 ans, professeure d'université à Chongqing, est décédée en mai 2018. Parce qu'elle a refusé de renier sa croyance, elle a été soumise à un an de travaux forcés, à trois mois de lavage de cerveau, ainsi qu'à un harcèlement constant et à une mise à sac de son domicile. La peur et la pression ont eu des répercussions sur sa santé et ont fini par lui coûter la vie.

Mme Zhang Luyan

Son mari, M. Yang Yanhai, est également décédé des suites de la persécution le 4 janvier 2004. Il avait 62 ans.

Un enseignant emprisonné meurt trois jours après avoir été envoyé à l'hôpital, sa famille soupçonne la torture

Le 16 janvier 2018, M. Ye Guohua, un enseignant du collège Dongyou de la ville de Jianye, province du Fujian, a été arrêté alors qu'il faisait les exercices du Falun Gong au domicile d'un autre pratiquant. Il a été détenu au centre de détention de Jianye.

Huit mois plus tard, il a été emmené à l'hôpital et est décédé trois jours plus tard, le 11 septembre 2018. Il était quinquagénaire. Son corps était sévèrement gonflé et le médecin a révélé que tous ses organes vitaux étaient défaillants. Sa famille soupçonne qu'il a été brutalement torturé par les gardiens en raison de sa croyance dans le Falun Gong.

M. Ye a été arrêté et condamné à plusieurs reprises pour sa croyance. Il a été détenu pendant cinq ans à la prison de Minxi, dans la ville de Longyang, entre 2001 et 2006. Deux ans seulement après sa libération, il a été de nouveau arrêté le 28 juillet 2008, et condamné à cinq ans et demi de prison en juin 2009.

Un professeur meurt à 55 ans après près de deux décennies de persécution

Le Dr Zou Xiangyang, qui était enseignant à l'Institut de technologie de Changchun, dans la province du Jilin, est décédé le 29 novembre 2018 après que près de deux décennies de persécution pour sa croyance dans le Falun Gong aient eu raison de sa santé.

Dr Zou Xiangyang

C'est le cœur brisé par la mort de leur professeur bien-aimé que les étudiants du Dr Zou ont écrit un récit pour honorer ses bonnes actions en tant qu'excellent professeur attentionné et pour dénoncer cette perte tragique due à la persécution.

Le Dr Zou a été persécuté si sévèrement qu'il a frôlé la mort à plusieurs reprises. Il a été arrêté cinq fois et incarcéré deux fois dans des camps de travaux forcés. Les arrestations ont eu lieu à son domicile, alors qu’il se rendait au travail, ou même dans sa salle de classe. Pendant sa détention, il a été torturé et menacé à de nombreuses reprises.

Le 4 mars 2002, le Dr Zou a été arrêté dans sa classe par plusieurs agents du Département de police de Changchun. Il a été attaché à une chaise de fer, battu, giflé au visage et choqué avec des matraques électriques. La torture a duré l'après-midi entier et s'est poursuivie dans la soirée. Le lendemain, il a été emmené au centre de détention de Tebei pendant un mois, puis transféré au camp de travaux forcés de Chaoyanggou pour y purger une peine de trois ans.

Dans le camp de travail, le Dr Zou a subi toutes sortes d'insultes et de tortures. Il a été forcé de s'asseoir sur une petite chaise pendant de longues heures au point que ses fesses ont saigné. Il a contracté la gale et son corps a été couvert de cloques et de pus. Il était malgré tout contraint à faire du travail non rémunéré, notamment de la culture de légumes, des travaux de construction et de la fabrication de matériaux d'emballage.

La torture mentale infligée au Dr Zou n'était pas moins cruelle. Il a souvent été forcé de regarder des vidéos calomniant le Falun Gong ou de lire des documents diffamatoires. Il a été contraint de rédiger des « rapports de réflexion » mensuels. Si ces rapports n'étaient pas conformes aux exigences de la prison, il était alors privé de sommeil et forcé de s'asseoir sur un sol en ciment froid.

Décès en 2019

Une enseignante retraitée meurt en détention trois semaines avant le Nouvel An chinois

Mme Song Zhaoheng, une enseignante retraitée de 76 ans de la ville de Yushu, province du Jilin, est décédée le 14 janvier 2019, alors qu'elle attendait le verdict de son procès.

Mme Song attribuait l'amélioration de sa santé et de son caractère au Falun Gong. Elle saisissait chaque occasion pour dire aux gens que le Falun Gong n'est pas du tout comme ce que dit la propagande haineuse du Parti communiste chinois.

Mme Song a été arrêtée le 27 août 2018 pendant qu'elle parlait du Falun Gong aux gens. Le 16 novembre 2018, pendant son procès, elle a défendu son droit à pratiquer et à diffuser l'information sur le Falun Gong. Il a été dit que les autorités avaient planifié de la condamner à neuf ans de prison, mais elle est décédée subitement au centre de détention le 14 janvier, trois semaines avant le Nouvel An chinois (qui tombait le 5 février).

Une enseignante et ancienne directrice d'école meurt après avoir été persécutée à plusieurs reprises

Mme Yang Guizhi

Mme Yang Guizhi était une enseignante primée du collège ethnique du district de Yuanbaoshan de la ville de Chifeng, en Mongolie intérieure. Elle était auparavant directrice d'un autre collège de Chifeng. Elle a été persécutée à plusieurs reprises pour avoir refusé d'abandonner sa croyance.

Elle a été condamnée à quatre ans à purger à la prison pour femmes de Mongolie intérieure, elle est décédée le 27 février 2019. Elle avait 61 ans.

Un ancien professeur de lycée meurt à 53 ans après avoir subi sept ans de torture en prison

M. She Chengbang, un professeur de langue enseignant au lycée du canton de Hanyin dans la ville d'Ankang, était très respecté pour son travail. Son dévouement, son excellente performance au travail, et les commentaires favorables de ses élèves lui ont valu le titre de « Professeur de l'année ». En plus d'être enseignant, il était aussi coordinateur principal d'un site d'exercices du Falun Gong dans le canton de Hanyin avant le début de la persécution.

En 2000, M. She a été condamné à trois ans dans un camp de travail pour s'être rendu à Pékin pour réclamer le droit de pratiquer le Falun Gong. Les gardiens du camp de travail ont torturé M. She dans une tentative de le forcer à abandonner sa croyance. Une fois, ils lui ont donné des coups de pied brutaux dans la poitrine et des coups de poing dans les reins. Une autre fois, ils lui ont menotté les mains derrière le dos et l’ont suspendu par les menottes à des tuyaux de chauffage, ses doigts de pieds touchant à peine le sol. La torture a duré au moins vingt-sept jours. En conséquence, M. She a subi de graves blessures et des traumatismes mentaux.

M. She a été arrêté une nouvelle fois en 2009, et condamné à sept ans dans la prison de Weinanm lors d’un procès secret le 24 décembre 2009. Tout comme ce qu'il avait subi dans le camp de travail, il a continué d'être physiquement maltraité en prison. Après sa libération en avril 2016, sa santé a continué à se détériorer.

Un jour de 2017, il est tombé de son lit durant la nuit et ne pouvait plus bouger. Il ne pouvait plus que rester alité et était incapable de manger durant ses derniers jours. M. She est décédé en mars 2019. Il avait 53 ans.

Une enseignante du primaire torturée en prison et droguée par les gardes

Mme Huang Guiying était enseignante à l'école primaire de Baiyun, dans la ville de Dalian, province du Liaoning. Elle a été condamnée à un an de travaux forcés en 2010 et à une peine de quatre ans de prison en 2014.

Pendant sa détention, Mme Huang a été soumise à diverses formes de maltraitance et d'humiliation. Une fois, pendant cinquante-cinq jours consécutifs en été, il lui a été interdit de se brosser les dents ou de prendre une douche. En hiver, on lui a ordonné de dormir sur une planche de bois et on lui a versé de l'eau froide sur le corps. On ne lui donnait qu'une maigre quantité de nourriture et elle était si affamée qu'elle allait jusqu'à fouiller dans la poubelle pour trouver de quoi se nourrir. Elle était également obligée de rester debout pendant seize heures par jour. Les gardes ne lui permettaient pas d'acheter de papier toilette ou d'en emprunter à d'autres détenues.

Mme Huang a été libérée en septembre 2017, pour découvrir qu'elle avait été licenciée de son emploi. Son mari a également été mis à pied. Sa demande de réintégration dans son emploi a été rejetée à plusieurs reprises.

En avril 2018, Mme Huang est devenue mentalement désorientée. Elle a perdu son appétit et s'est émaciée. Son ventre et ses jambes étaient extrêmement enflés. Son état s'est aggravé en mai 2019. Elle avait des troubles de l'élocution et n'arrêtait pas d'entrer et de sortir d'un coma. Elle est décédée le 5 mai 2019, alors que sa fille était enceinte de quatre mois.

Une enseignante à la retraite décède un an après sa 11e arrestation pour sa croyance

Mme Mu Zhihong, une enseignante à la retraite de la ville de Shizuishan, dans la région de Ningxia, a été arrêtée onze fois depuis le début de la persécution. Durant cette période, elle a purgé un an de travaux forcés et trois ans de prison.

Mme Mu a été soumise à la torture mentale et physique dans une tentative de l’amener à abandonner sa croyance. Outre le lavage de cerveau intensif, elle a été sauvagement battue, forcée de faire un travail d'esclave, enfermée en cellule d'isolement, forcée de rester assise sur un petit tabouret pendant de longues heures et privée de ses besoins humains fondamentaux, tels que dormir, boire et manger.

Elle est décédée le 18 juin 2019. Elle avait 76 ans.

Un professeur de collège à la retraite persécuté à mort

M. Yu Zhengxiang, un enseignant retraité du collège no 2 de la ville de Changzhi, province du Shanxi, est décédé vers 7 heures du matin le 16 juillet 2019. Il était âgé de 79 ans.

M. Yu a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1995. Il a été détenu à de nombreuses reprises après le début de la persécution du Falun Gong. En 2000, il a été placé en détention administrative à deux reprises, pendant un mois à chaque fois. Entre 2002 et 2004, il a passé deux ans dans un camp de travaux forcés. En 2015, il a été condamné à un an de prison. L'établissement a suspendu sa pension et son assurance médicale.

Une conférencière universitaire du Shandong développe un cancer de l'ovaire pendant qu'elle purge sa peine pour sa croyance – elle meurt 14 mois après sa libération

Mme Zhang Xiaojie était une conférencière universitaire dans la ville de Qinhuangdao, province du Shandong. Elle a été condamnée à cinq ans de prison dans la prison pour femmes du Hubei.

La police a confisqué un million de yuans en espèces dans sa maison. L'argent confisqué consistait en billets de banque portant des messages sur le Falun Gong. Les voies légales de recours pour faire valoir leur droit à la liberté de croyance étant bloquées, de nombreux pratiquants de Falun Gong ont recours à des moyens créatifs, y compris l'impression d'informations sur les billets de banque.

Mme Zhang a été torturée pendant sa détention dans le centre de détention local, puis en prison. En raison des tortures physiques et mentales intenses et de longue durée, la santé de Mme Zhang s'est rapidement détériorée. On a découvert qu'elle avait une tumeur ovarienne début 2018, mais la prison a refusé de lui procurer un traitement. Elle est décédée le 24 août 2019, quatorze mois après sa libération. Elle avait 51 ans.

Décès en 2020

Une directrice d'école à la retraite meurt en prison seulement deux semaines avant l'expiration de sa peine

Mi-janvier 2020, Mme Li Guirong 78 ans est décédée dans la prison pour femmes de la province du Liaoning, seulement quelques semaines avant la fin de sa peine de cinq ans pour avoir refusé d'abandonner sa croyance dans le Falun Gong.

Mme Li Guirong était une directrice d'école élémentaire retraitée de la ville de Shenyang, province du Liaoning. Elle a été arrêtée le 17 octobre 2006 pour avoir parlé aux gens du Falun Gong et a été condamnée à sept ans de prison, sept mois plus tard.

Elle a été condamnée à une autre peine de cinq ans après avoir été arrêtée le 7 février 2015, pour avoir distribué des documents d'information sur le Falun Gong.

Pendant que Mme Li était incarcérée à la prison pour femmes de la province du Liaoning, les gardiennes ont donné l'ordre aux détenues de la battre, de lui donner des coups de pied et de lui piétiner les mains. Son visage saignait, ses mains étaient enflées et elle était couverte d'ecchymoses. Une grande partie de sa chevelure a été arrachée. Parfois, les gardiennes forçaient Mme Li à s'accroupir sur le sol en béton pendant des jours entiers, elles ne lui permettaient pas de manger, d'aller aux toilettes, ni de dormir. Pour aggraver la torture, elles la forçaient à ôter ses chaussures et versaient de l'eau froide sur ses pieds quand elle était accroupie. Ses jambes lui faisaient incroyablement mal. Après coup, elle ne pouvait pas se tenir debout ni s'asseoir et devait ramper pour se déplacer.

Un professeur de collège s'étant vu refuser une libération pour raisons médicales meurt six mois avant la fin de sa peine de prison

M. Wang était professeur de géographie dans la ville de Daqing, province du Heilongjiang, il a été arrêté le 18 janvier 2017 en même temps que sa femme, Mme Leng Xiuxia. Tous deux ont ensuite été condamnés à quatre ans de prison à Hulan et à une amende de 30 000 yuans.

Le 31 mai 2020, la prison de Hulan a informé la famille de M. Wang qu’il avait une grave infection pulmonaire. En voyant que l’état de M. Wang ne s’améliorait pas après avoir reçu des traitements à la prison de l’hôpital, sa famille a demandé à ce qu’il soit envoyé dans un hôpital externe pour un bilan complet et un meilleur traitement. Les autorités de la prison ont obligé la famille à signer une décharge de responsabilité le 26 juin, prétendant que la prison ne pourrait pas être tenue pour responsable si M. Wang mourait en prison et qu’il devait revenir à la prison après le bilan médical.

L’état de santé de M. Wang est devenu critique et sa famille a déposé une demande de libération conditionnelle pour raisons médicales en son nom le 2 juillet, mais leur appel a été rejeté par l’administration de la prison. M. Wang est décédé un mois plus tard, le 9 août.

Décès en 2021

Sa santé détruite après trois peines de prison, un ancien professeur d'histoire meurt dans le désespoir

M. Lu Songming était professeur d'histoire dans un collège de la ville de Xiangtan, province du Hunan. Parce qu'il refusait d'abandonner sa croyance, il a été renvoyé par le collège et condamné à trois reprises, pour un total de quatorze ans. Pendant qu'il purgeait sa peine, il a été soumis à diverses tortures. Il a notamment été suspendu par les poignets menottés, battu, choqué avec des matraques électriques et contraint à de longues heures de travail intensif. La torture et les mauvais traitements ont complètement détruit sa santé. Il a développé un grave problème cardiaque et a frôlé la mort une dizaine de fois.

M. Lu Songming

M. Lu est rentré chez lui en 2018 après avoir purgé une troisième peine de prison en raison de sa pratique du Falun Gong. Il a failli mourir plusieurs fois à cause des tortures subies pendant sa détention. Ayant perdu la capacité de travailler en raison d'un grave problème cardiaque, il dépendait du ramassage des restes de légumes sur le marché des agriculteurs pour s'en sortir. Il s'épuisait facilement après avoir porté des objets lourds et devait s'allonger fréquemment pour se reposer. Après avoir lutté contre une mauvaise santé pendant trois ans, cet homme de 53 ans est décédé dans la soirée du 28 mars 2021.

M. Lu Songming n'avait plus que six dents lorsqu'il a été libéré.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais