(Minghui.org) Choi Seong-gi, 55 ans, est le directeur de la clinique dentaire Woosuk à Gimje-si, en Corée du Sud. Sa femme est directrice d’un collège et ils ont trois enfants. Si vous lui demandez ce pour quoi il est le plus reconnaissant dans sa vie, il répond que c’est le Falun Dafa.

C’est vers l’an 2000 que Choi a entendu parler de la pratique pour la première fois. À l’époque, il venait de terminer ses études au Japon et travaillait dans un hôpital universitaire. Un jour, plusieurs professeurs de la faculté de médecine ont parlé d’un système de qigong en Chine. L’un d’eux expliquait : « Beaucoup de gens le pratiquent, c’est un très bon système. Mais malheureusement, il a été réprimé par le Parti communiste chinois (PCC). »

Intéressé par les choses spirituelles, notamment le qigong, Choi a été impressionné et a appris que ce système s’appelait le Falun Dafa. Au cours des années suivantes, il a toutefois continué à essayer d’autres systèmes. Un jour, il s’est souvenu du Falun Dafa et a décidé d’essayer. Il a donc téléchargé la vidéo d’exercices sur le site web FalunDafa.org et a commencé à apprendre.

Choi Seong-gi, directeur de la clinique dentaire Woosuk, a déclaré avoir appris du Falun Dafa beaucoup de choses, qui ne sont disponibles nulle part ailleurs.

Trouver la vraie voie

Peu de temps après, il a remarqué que l’épicerie de proximité qu’il fréquentait souvent avait des brochures sur le Falun Dafa en exposition. Il s’est avéré que la femme du gérant pratiquait le Falun Dafa depuis plusieurs années et qu’ils l’appréciaient tous les deux. « C’était intéressant de voir que je n’avais jamais rencontré de pratiquants de Falun Dafa auparavant », se souvient Choi, « mais quand j’ai voulu le pratiquer, ils étaient au coin de la rue. Je me sentais tellement chanceux. »

Au fil du temps, non seulement il a pratiqué chez lui, mais il en a également parlé à ses voisins et amis. Ils étaient perplexes. « J’ai entendu dire que les personnes frustrées ou déprimées pouvaient finir dans des temples ou méditer dans les montagnes », a dit une personne. « Mais vous avez une carrière réussie et une belle femme. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à cela ? » Lorsque cela se produisait, Choi souriait et partageait son histoire.

Depuis qu’il était enfant, les couchers de soleil le déprimaient. Ils le rendaient triste et vide, voire même craintif et paniqué. Bien qu’il soit jeune, il se demandait souvent pourquoi nous venions dans ce monde et ce qui nous arrivait après la mort.

Cherchant des réponses, il a commencé à étudier le taoïsme, en particulier le Kendo, un art martial qui utilise un sabre de bambou. Après l’avoir pratiqué pendant vingt-cinq ans, il a atteint le niveau 5. Au lieu de s’arrêter là, il a continué à étudier le qigong, l’élixir intérieur et le kung-fu Shaolin.

Malgré des piles de livres et des décennies écoulées, Choi n’était toujours pas satisfait de ce qu’il avait trouvé jusqu’à ce qu’il rencontre le Falun Dafa. « Pour moi, c’est la Vraie Voie, et je n’ai plus besoin de chercher », a-t-il dit.

Abandonner la célébrité

Le Falun Dafa n’a pas seulement répondu aux questions de Choi, il lui a également appris beaucoup plus.

Prenons par exemple la période où il a étudié au Japon. Avant cela, il se sentait bien en tant que dentiste, même un peu supérieur et arrogant. Mais, avec plus de 600 autres dentistes à l’université japonaise, il avait l’impression d’être un pauvre étudiant d’un autre pays. Cela l’a vraiment dérangé.

Ce sentiment négatif a couvé en lui pendant des années. Ce n’est que lorsqu’il est devenu pratiquant de Falun Dafa qu’il a mieux compris pourquoi. « Pour moi, être dentiste signifiait gloire et richesse. C’est pourquoi je ne pouvais pas l’accepter à l’époque », a-t-il déclaré. « En tant que pratiquant, je sais maintenant à quel point l’attachement à la célébrité est nuisible, et misérable. » Cela l’a aidé à comprendre pourquoi il faut renoncer à de tels attachements.

M. Choi distribue souvent des informations sur le Falun Dafa à l’entrée d’un café situé dans un parc près de son domicile.

La mentalité de lutte

Pour des raisons de santé et en tant que recherche spirituelle, Choi avait étudié le Kendo et d’autres systèmes. Après avoir étudié le Kendo pendant vingt-cinq ans, il avait développé un attachement au combat. Parfois, même sans le dire à voix haute ou sans rien faire, son esprit était déchaîné comme de l’eau en ébullition.

Lorsqu’il a commencé à pratiquer le Falun Dafa, Choi avait encore un mauvais caractère et était parfois furieux contre sa femme. Mais après un certain temps, il s’excusait. « Je me mettais en colère contre elle une minute, puis je me calmais et lui présentais des excuses sincères la minute suivante. Ma femme était confuse, elle ne comprenait pas et ne savait pas comment réagir », se souvient Choi, un peu gêné.

Regarder à l’intérieur

Au fil du temps, Choi a pu s’améliorer au travail. Un jour, un patient s’est présenté avec une plainte. Les médecins n’ont rien trouvé d’anormal, mais une des joues du patient était toujours gonflée avec des signes d’inflammation.

Bien qu’il ne soit pas le médecin traitant de cette personne, en tant que directeur de la clinique, Choi était très inquiet pour ce patient. « Un jour, j’ai soudain réalisé que je devais regarder vers l’intérieur en tant que pratiquant », a-t-il expliqué. « J’ai alors remarqué que j’en voulais au dentiste traitant. »

Le lendemain matin, Choi s’est excusé auprès du dentiste. Lorsque le patient est arrivé, ils ont été surpris de voir que son état s’était considérablement amélioré. « J’ai été très touché : la cultivation, c’est ça », a-t-il poursuivi, ajoutant que des situations comme celle-là lui étaient arrivées plusieurs fois.

Un point de vue plus large

Avec le recul, Choi est très reconnaissant d’avoir eu l’occasion de se cultiver.

Il a déclaré : « Le Falun Dafa m’a appris le sens de la vie et bien plus encore – j’ai cherché pendant des décennies et aucune autre pratique n’offrait l’éveil comme celle-ci. Cette pratique est vraiment étonnante. »

Avec une paix intérieure acquise grâce à Dafa, Choi trouve toujours de nombreux domaines dans lesquels il peut s’améliorer. « En tant que pratiquant, je vais faire mieux dans la cultivation et remplir mes responsabilités », a-t-il dit.

Tous les contenus publiés sur ce site sont protégés par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais