(Minghui.org) Un homme de 69 ans qui purge une peine pour sa pratique de Falun Gong est privé de visites familiales depuis décembre 2019. Une personne sur place a récemment révélé que M. Guan Zhongji a été hospitalisé fin 2020 et qu’on lui a découvert une insuffisance cardiaque. La prison n’a jamais informé sa famille de son état critique, et encore moins de la possibilité de déposer une demande de libération pour raisons médicales pour lui.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

M. Guan, un habitant de la ville de Qingdao, dans la province du Shandong, a été arrêté le 5 juin 2018. Il a été jugé par le tribunal de la ville de Pingdu au centre de détention de la ville de Pingdu le 3 juillet 2018 et condamné à une peine de sept ans dix jours plus tard.

Afin d’empêcher M. Guan de faire appel de sa peine de prison, les autorités ont fait pression sur son fils pour qu’il le « travaille ». Elles ont fait en sorte que le fils rende visite à M. Guan au centre de détention à plusieurs reprises. Au cours de chaque visite, il a été demandé au fils d’exhorter son père à reconnaître sa culpabilité et à ne pas faire appel. Les autorités ont affirmé que la lourde condamnation de M. Guan était due au fait qu’il avait engagé un avocat pour défendre son innocence.

M. Guan a ensuite été transféré dans le onzième quartier de la prison de la province du Shandong. Il s’est vu refuser les visites de sa famille depuis décembre 2019. Les gardiens l’ont constamment torturé et l’ont forcé à effectuer un travail intensif non rémunéré. Il a également été contraint de regarder des vidéos diffamant le fondateur du Falun Gong. La détresse physique et mentale a fait des ravages sur sa santé. Une fois, lorsqu’il n’a pas pu finir son repas, le détenu affecté à sa surveillance s’en est servi comme excuse pour le torturer.

Le 26 octobre 2020, M. Guan a commencé à avoir des difficultés à respirer et n’était plus en mesure d’effectuer les travaux forcés. Son état a continué à se détériorer. Lorsqu’on a constaté qu’il souffrait d’une insuffisance cardiaque, les gardiens l’ont finalement emmené voir un médecin. Son rythme cardiaque était entre 40 et 50 battements par minute. Le médecin a dit qu’il ne lui restait que quatre mois à vivre, mais la prison a refusé de le libérer sous prétexte qu’il refusait de renoncer au Falun Gong.

La prison de la province du Shandong est connue pour les mauvais traitements qu’elle inflige aux pratiquants de Falun Gong afin de les contraindre à renoncer à leur croyance. Un jour, un détenu a dit à un pratiquant : « Tant que nous ne te torturons pas à mort, nous rendrons ta vie pire que la mort ! »

La torture physique à laquelle les pratiquants de Falun Gong sont constamment confrontés comprend, entre autres, des passages à tabac, la privation de sommeil, l’obligation de rester immobile pendant plus de dix heures, le port de menottes et d’entraves pendant vingt-quatre heures et un lavage de cerveau intensif.

Le onzième quartier, en particulier, est désigné pour détenir les pratiquants de Falun Gong. Il est sous la supervision directe du Bureau 610 du Shandong, une agence extralégale créée spécifiquement pour persécuter le Falun Gong. Il est également connu sous le nom de « Centre de transformation des sectes de la province du Shandong ». En plus de la torture physique, les pratiquants sont également contraints d’effectuer un travail intensif non rémunéré.

M. Jin Yongxin, de la ville de Qingdao, a été emmené à la prison pour y purger une peine de huit ans. Il a été placé à l’isolement pendant trois mois au début de l’année 2021 pour ne pas avoir coopéré avec les gardiens. Pendant cette période, les gardiens ne lui ont donné qu’un petit pain à la vapeur à chaque repas. Il a été forcé de boire l’eau des toilettes. Un gardien a déclaré : « C’est bien tant qu’il ne meurt pas de faim ! » Lorsque M. Jin est retourné dans le onzième quartier, il était dans un état incohérent.

Les directeurs du service, Wang Chuandong et Zheng Hao, ont ordonné au détenu Wang Xishuan de battre M. Jin. En juin, ce dernier a développé une hypertension artérielle à cause de ces mauvais traitements et a souffert d’une hémorragie cérébrale. Il a été hospitalisé pendant quatre mois et souffrait toujours de problèmes de mobilité et d’élocution lorsqu’il est sorti de l’hôpital.

M. Gong Piqi, de la ville de Qingdao, était un colonel à la retraite. Il a été condamné à une peine de sept ans et demi de prison pour sa croyance. Il n’a pas été autorisé à acheter des produits de première nécessité ou à prendre des pauses pendant six mois pour ne pas avoir renoncé au Falun Gong. Il a également développé une pression artérielle élevée et d’autres symptômes. Il a subi un accident vasculaire cérébral et est décédé le 12 avril 2021. Selon son frère, qui a vu son corps, sa tête était blessée et enflée, et il y avait du sang dans ses oreilles.

Voir aussi :

Un homme condamné à sept ans de prison après un procès illégal

Des pratiquants de Falun Gong en détention en 2020, torturés jusqu’au seuil de la mort

Les crimes de Sun Luguang, superviseur à la prison de la province du Shandong, dans la persécution des pratiquants de Falun Gong

Des détenus menacent les pratiquants de Falun Gong d’une « vie pire que la mort » dans la prison de la province du Shandong

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais