"Clarifiez la vérité intégralement, ayez la pensée droite pour éliminer la perversité, apportez le salut aux êtres, préservez résolument la Loi" (La Grande Loi est indestructible).


Plus de 1000 pratiquants de Falun Dafa souffrent des tortures physiques et mentales au camp de travaux forcés de Wangcun dans la province de Shandong

Par un pratiquant  de Chine

(Vraiesagesse.net) Les autorités du camp de travaux forcés de  Wangcun, connu également en tant que second camp de travaux forcés de la province de Shandong, ont enlevé et persécuté les pratiquants de Dafa depuis novembre 1999. Le 17 septembre 2000 des pratiquants de Dafa de toutes les parties de la province de Shandong ont été rassemblés et expédiés au camp de travaux forcés de Wangcun.   Le premier groupe était composé de plus de 70 personnes. En septembre 2002, plus de 1.000 pratiquants ont souffert de la torture physique et mentale dans ce camp.

1,  La torture physique.

Le 17 septembre 2000 les pratiquants ont été rassemblés dans la troisième section du camp de travaux forcés de Wangcun, au pied de la montagne de Xibao. Les pratiquants ont demandé la permission d'étudier le Fa et de faire les exercices, mais les gardes n’ont pas accédé à leur demande. Depuis, une série de persécutions contre les pratiquants de Dafa a commencé.

1.       " incident’’ du 20 septembre.

 Vers 8 heures, le matin du 20 septembre 2000, les pratiquants de Dafa qui étaient dans la même classe que Ma Jialin, ont récité les articles du Maître.  Les gardes ont giflé ces pratiquants et poussé les criminels à leur donner des coups de poing et des coups de pied. Lorsqu’ils ont demandé qui était le meneur de la lecture, Song Xiaodong s’est levé. Le Chef auxiliaire Zheng Wanxin a ordonné aux gardes de le menotter et le traîner hors de la salle.  Immédiatement, tous les pratiquants dans la salle se sont levés et, ensemble, ont récité "Lunyu" (préface de Zhuan Falun).  Ensuite tous les pratiquants de l’équipe ont récité "Lunyu" et sont sortis dans le couloir pour demander de libérer Song.  Zheng Wanxin n'avait pas d’autre choix que de le relâcher. Vers 10:00 heures du matin un groupe de gardes armés a fait irruption avec des matraques électriques et des menottes. Ils ont menotté et emmené six pratiquants, y compris Leng Jilin et Duan Yulai. Ces pratiquants ont été envoyés dans différents quartiers. Ils ont tous souffert de tortures brutales, d’abus de décharges électriques et d’être pendus par les poignets. Ils étaient couverts de contusions, les menottes trop serrées leur avaient mis les poignets en sang. Le 21 septembre, les pratiquants de Dafa ont de nouveau exigé leur libération. A midi, plus de 50 personnes ont commencé une grève de la faim pour protester contre la persécution. Les gardes ont riposté en traînant tous ceux qui faisaient  la grève de la faim dans la cour pour l’entraînement, y compris ceux qui avaient encore un tube dans le nez suite à une grève précédente. Le 25 septembre, plus de 50 pratiquants continuaient toujours la grève de la faim, et les gardiens leur faisaient encore faire ‘’l’entraînement’’. Ce même jour à environ 9:00 heures du matin, les gardiens ont commencé à les traîner dehors. Ma Jialin a été le premier tiré dans le bureau et attaché à une chaise avec les mains dans le dos.  Sept à huit policiers, y compris Shan Yewei et Zhang Bo, portaient des gants de cuir et tenaient une matraque électrique. Pendant toute la matinée, ils ont utilisé simultanément sept à huit matraques électriques pour frapper le corps de Ma Jialin. L'après-midi, ils ont augmenté le voltage des matraques et ont continué leurs tortures jusqu'à ce que Ma Jialin tombe inconscient et soit envoyé à l'hôpital pour un traitement d’urgence. Parmi les pratiquants qui ont fait la grève de la faim, plus de 30 ont souffert de chocs électriques et d'autres tortures brutales. Du matin jusqu’au soir on entendait les cris de douleur des pratiquants frappés. Liu Hongwei, Song Xiaodong, Sun Lianzhi sont restés très fermes, même après la torture électrique. Ils ont été séparément détenus pendant plus de 40 jours.  Duan Yulai a été détenu seul pendant plus de trois mois et a subi presque journellement la matraque électrique.  Il a été envoyé à l'hôpital pour un traitement d’urgence lorsque le tube d'alimentation, inséré dans son nez trop souvent, a provoqué une hémorragie. 

2.       M. Zou Songtao est mort en raison de grave torture. 

La torture imposée sur les pratiquants de Dafa par les gardiens du camp de travaux forcés s’intensifiait de jour en jour. Ils ont même dit : « Ça n’a pas d’importance si nous avons des morts dans le camp. »  Le Chef d'équipe Zheng Wanxin a permis aux gardiens d’appliquer des mesures extrêmes contre les pratiquants.  Tous ceux qui ont été amenés dans le camp de travaux forcés après octobre 2000 et qui n'acceptaient pas d'écrire les "lettres de garantie’’ ont été emmenés de force pour être soumis aux chocs électriques et à d'autres abus et tortures, [ les "lettres de garantie" sont des documents que les pratiquants sont forcés de  signer, dans lesquels lis déclarent être désolés d'avoir pratiqué le Falun Dafa, qu’ils ne le pratiqueront plus jamais, ne s'associeront plus jamais à d'autres pratiquants de Dafa et n'iront plus jamais à Pékin faire appel ]. Une douzaine de pratiquants, y compris Zhao Jiashui et Jiang Weidong de la ville de Jinan, ont subi ce genre de tortures.  M. Zhao Jiashi en particulier a été battu sévèrement et avait la bouche en sang. La plupart des pratiquants ayant refusé d'écrire la "lettre de regret" ou la "lettre de renoncement," Zheng Wanxin a décidé de trouver un pratiquant déterminé  pour servir d’exemple. Lors d'une réunion, il a choisi Zou Songtao ,de Qingdao, (agé de 29 ans, avec un diplôme de maîtrise).  Zheng a essayé de forcer Zou d’écrire les lettres et l’a menacé : «Si vous ne les écrivez pas,  votre seule option sera la mort. »  Zou Songtao a été tellement  torturé qu'il est décédé au début de novembre.  Son Li Yunhe son épouse a été obligée de quitter sa maison pour éviter la persécution. Nous n'avons encore reçu aucune nouvelle de sa part. Un autre pratiquant de Dafa prend soin de leur petite fille.

3.       La persécution incessante des pratiquants de Dafa.

 Assis sur des tabourets en bois:  Des pratiquants de Dafa sont forcés de s'asseoir dans le couloir pendant environ 16 heures par jour sur des tabourets en bois minuscules, de seulement quelques centimètres de haut.  Certains ont été torturés comme ceci pendant 70 à 80 jours. Leurs fesses saignaient et ils ont développé des callosités. De plus ils ont reçu très peu d’eau à boire.  Toutes les fois que les gardiens les  trouvaient à parler ou se déplacer, ils étaient forcés de se tenir debout sur les tabourets face au mur.  Plus tard, ils ont été forcés de s'asseoir sur ces tabourets tout le temps face au mur.

Privation de sommeil:  C'est une des méthodes de torture la plus  utilisée que les gardiens leur ont fait subir.  Ils ont privé de sommeil les pratiquants déterminés pendant de longues périodes.  S’ils somnolaient, les gardes leur giclaient de l'eau froide sur le visages, utilisaient des instruments pour les chatouiller, les forçaient à se tenir debout, immobile, pendant longtemps, et deux personnes les tenaient  pour les faire marcher dans le couloir. Chu Liwen, Yu Zongping, Chen Xuekai, Jiang Mingzhai, Mu Zuguang tous pratiquants de Dafa ont été torturés de cette manière pendant deux à trois mois. Le but était de leur perturber l’esprits et de leur affaiblir la volonté.

Torture en réclusion solitaire: La personne est enfermée dans une petite cellule sans fenêtre.  Il y a seulement un lit en bois spécial, avec six positions pour les menottes et des dispositifs d'accrochage. Ceux qui résistent sont menottés et enchaînés.  Certains pratiquants ont été menottés au lit diagonalement de sorte qu'ils ne pouvaient ni s'asseoir, ni s'accroupir ou s’allonger.  En même temps les gardiens leur faisaient subir d'autres formes de torture. Beaucoup de pratiquants y compris Man Jun et Wang Shaoqing ont été torturés de cette façon. Man  Jun est resté emprisonné en petite cellule pendant plus de trois mois. Tandis qu’ils sont isolés, les gardiens et leurs collaborateurs [ anciens pratiquants qui se sont retournés contre le Dafa par le lavage de cerveau et la torture ] leur appliquaient toutes sortes de tortures.

Pendus avec les bras écartés:  Les gardes attachaient les pratiquants mains séparées sur l'armature d'une fenêtre ou contre un lit, avec les pieds touchant à peine terre. De temps en temps  les gardes ou leurs collaborateurs les giflaient ou leurs piquaient les côtes avec un instrument, leur causant d’intenses douleurs. Zhao Erfu, Li Deshan, Wang Tao, Pu Qingjin, Xu Hengkui ont  tous souffert de cette torture.

Donner des coup de poing ou de pied, utiliser une planche pour leur frapper le visage et le corps et leur écraser les orteils:  Les pratiquants Jiang Mingzhai, Wang Shaoqing, Sun Longzhai, Yang Ming de Dafa ont souffert de cette forme d'abus à divers degrés. Le gardien Wang Xinjiang avait l’habitude de les gifler et il les frappait également à la tête avec des livres ou une planche.

Forcer de boire de l'alcool:  Les gardes et leurs collaborateurs ont forcé Ma Jun, Sun Longzhai, Li Deshan à boire de l'alcool, sachant que c'est extrêmement douloureux pour les pratiquants de Dafa qui ne boivent jamais d'alcool.

 Humiliation publique:  Pour persécuter des pratiquants de Dafa, les gardiens avaient l'habitude de les humilier de toutes sortes de manières en les forçant de rester debout à un endroit où beaucoup d’autres pratiquants pouvaient les voir, ou être exposés dans chaque classe. Le gardien Zhao Yongming a fait défilé Jiang Mingzhai (âgé de 58 ans) devant chaque classe pour l’humilier publiquement. Les collaborateurs, sous l'instigation des gardes, ont craché dans la bouche de Jiang Mingzhai et plus tard ils lui ont introduit une chaussette sale dans la bouche. Cette torture à long terme a sapé les forces de Jiang Mingzhai et a perturbé son esprit.

  Le pratiquant de Dafa Li Deshan  de Dezhou a été torturé à  mort en août 2002.  La mort est survenue en raison de ces inhumaines tortures, de privation de sommeil, pendaison par les menottes, passage à tabac, nourri de force avec de l’eau et de l’alcool, et les humiliations publiques. Les gardiens, dans ce camp de travaux forcés, qui utilisent les méthodes mentionnées ci-dessus pour torturer des pratiquants de Dafa sont:  Zhao Yongming, Zheng Wanxin, Shan Yewei, Zhang Bo, Liang Junling, Luo Guangrong, Sun Fengjun, Wang Xinjiang, Li Qinfu, Liu Lin, Liu Guowei, et d’autres.

 II. Torture mentale:

Les autorités du camp de travaux forcés essaient continuellement d’obliger les pratiquants à écrire les "trois lettres" (une pour garantir de renoncer au Falun Dafa, une de  repentir et une pour indiquer les noms d'autres pratiquants et les dénoncer).  C'est une des méthodes principales qu'ils emploient pour épuiser mentalement les pratiquants et pour les forcer de renoncer à leur cultivation.

 D'autres sont décrites comme suit: 

1.       Les pratiquants sont obligés de regarder des émissions télévisées qui falsifient les faits et répandent beaucoup de fausses rumeurs contre le Falun Gong .  Elles ont également forcé des pratiquants à lire des articles fabriqués par les autorités calomniant le Dafa afin de les tromper.

2.       Ils ont donner l’ordre à plusieurs collaborateurs du camp de travaux forcés de Tuanhe à Pékin, du camp de travaux forcés de Hubei à Huanggang et du camp de travaux forcés de Changchun de venir au camp de Wangcum pour donner certains ‘’rapports’’. Ils ont également forcé des pratiquants à regarder, à plusieurs reprises, des vidéos diffamatoires.  Plus tôt, ils avaient amené de force quelques pratiquants au camp de travaux forcés de Tuanhe à Pékin pour les soumettre au lavage de cerveau, afin  d’anéantir leur croyance rigoureuse dans le Dafa.

3.       En utilisant des livres et d’autre matériel pour calomnier le Falun Gong et son  fondateur, infiltrer dans les esprits des pratiquants de façon répétitive, des rumeurs et des mensonges fabriqués,

4.       En encourageant ces collaborateurs de faire des sessions de soi-disant ‘’échange d’expérience et d’assistance." Ces personnes utilisaient  toutes sortes de mensonges pour épuiser la résistance des pratiquants.

5.       Permettre aux collaborateurs d’écrire des articles et faire des spectacles calomniant le fondateur du Falun Gong et diffamant les pratiquants.   

6.       Forcer les pratiquants déterminés à marcher sur le portrait du maître en les  poussant, afin de mettre leur esprit en détresse.

7.       Les forcer à regarder des vidéos, écouter des "conférences,"  assister à des réunions et à d'autres genres d'activités  calomniant  Dafa.  Après ces activités, ils devaient écrire des rapports interminables, citant leurs ‘’commentaires personnels’’, leur ‘’compréhension et des critiques’’. 

8.       Créer un système générant les conflits. Les gardiens utilisaient les collaborateurs non seulement pour surveiller les pratiquants, mais également  comme  système d’espionnage. Chaque classe avait un ou deux espions qui étaient là seulement pour observer les actions des pratiquants.  Alors ils faisaient des rapports aux autorités du  camp. Chaque équipe avait un espion principal, tel Son Weizhong. Ces espions principaux sont responsables de rapporter des informations et de proposer de nouveaux moyens de persécution.

lll. La punition financière

Après le début de la persécution contre le Falun gong, certaines sections dans ce camp de travaux forcés sont devenues très riches. En plus du financement du régime criminel de Jiang, chaque pratiquant qui est détenu dans ce camp de travail obligatoire doit payer beaucoup  ‘’d’ honoraires."

Depuis le début de 2001, les camps de travaux forcés, dans diverses régions, ont envoyé des groupes de pratiquants de Dafa pour subir les ‘’prétendues sessions d’assistance".  Ces sessions durent environ 10 à 30 jours chacune.  Chaque pratiquant doit alors payer au camp de 3.000 à 5.000 Yuan [ le revenu mensuel moyen des ouvriers chinois est d’environ 500 Yuan dans les secteurs urbains et 200 Yuan dans des secteurs ruraux ].  En outre, le camp a également invité "le personnel du bureau local 610" et d’autres personnes de différentes unités de travail à habiter dans l'hôtel appartenant au camp. [ "Le bureau 610" est une agence spécifiquement créée pour persécuter le Falun gong, avec le pouvoir absolu sur chaque niveau d'administration dans le parti et tous autres systèmes politiques et judiciaires].  Parfois, les pratiquants doivent payer plus de 1000 Yuan par jour.  Ceci est devenue une source de revenu importante pour la police anarchique du  camp de travail.  À la fin de 2001, quelques membres de familles de pratiquants ont soudoyé les chefs du camp de sorte qu'ils libèrent certains  pratiquants pour finir leur période de détention à l’extérieur du camp de travail, ou pour des traitements médicaux, ou même mettre fin au terme de leur emprisonnement, etc… En outre, depuis le début de 2001, le camp a ordonné aux collaborateurs de travailler pour des ‘’nouveautés’’, tel que enrouler des fils, modifier des habits et préparer des colliers pour la joaillerie.  Bien que ce travail ne soit pas une tâche  physique pénible, c’est un travail fatiguant et les heures sont très longues.  Quand il y a de grosses commandes et à l’approche de la date de livraison, ils ont dû travailler jusqu’à 23 heures ou même plus tard.  La division numéro 11 a fait en sorte que les personnes  jeunes et vigoureuses avec une bonne vue effectuent ce travail, et les personnes plus faibles et plus âgées doivent porter l'eau et la nourriture.  Le camp de travail a reçu beaucoup de telles nouveautés.  Au nom de faire des ‘’innovations," ils ont rénové leurs propres quartiers d’habitation, amélioré leurs lits, installé un nouvel équipement de sécurité, et des instruments de torture supplémentaires. Les gardiens ont été également promus pour ces résultats. Les fonctionnaires du camp de travaux forcés ‘’s’engraissent’’ sur la sueur et le dur labeur des pratiquants. Le camp de travaux forcés de Wangcun a persécuté plus de 1000 pratiquants ces deux dernières années.  En raison de leur persécution, 1/3 des pratiquants ont des symptômes de maladie tout à fait graves dans certains cas. La persécution a également traumatisé Guo Jiapeng, Zhang Peng, Wang Tongliang, Zhang Zhi, Zhang Xueqiang, SunGuangming, et d'autres de Dafa, au point qu’ils ne peuvent pas prendre soin d'eux-mêmes.  En outre, les pratiquants, Zou Songtao, et Li Deshan ont perdu leur vie.    Ces faits démontrent que la prétendue "transformation" tentée par les autorités du camp est tout à fait désastreuse. La grande majorité de pratiquants résistent fermement à toutes sortes de persécution. Quelle que soit la frénésie du mal, ils refusent de céder. Certains ont fait des compromis un certain temps, mais ont immédiatement déclaré que le lavage de cerveaux n’était pas valable.  En juillet 2002, plusieurs douzaines ont déclaré que les "trois papiers" qu'ils avaient signé n’ étaient pas valables. Le 30 juillet 2002, lors de la "cérémonie semestrielle de récompenses’’ du camp,  un pratiquant s'est levé devant tout le monde et a crié : « Falun Dafa est la Loi juste » et a dénoncé les paroles du directeur du camp en tant que mensonges. En conséquence les Chefs d'équipe Liang Junling et Shan Yewei  ont été, ensuite transférés.    Malgré la persécution perverse, un grand nombre de pratiquants ont maintenu un bon état d'esprit et envoient constamment des pensées droites pour éliminer le éléments corrompus qui persécutent la Loi  dans d’autres dimensions.  Les efforts pour contrer la persécution pervers n’ont jamais cessés. En raison d’informations disponibles limitées, cet article n'a pas mentionné la situations de beaucoup d’autres pratiquants. Pratiquants à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine :  veuillez envoyer les pensées droites, ensemble, pour éliminer les éléments corrompus, des autres dimensions, qui sont derrière la persécution dans le camp de travaux forcés  de Wangcun!



02