Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

267,811,623 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


L’installation de prélèvement d’organes de Sujiatun où d’innombrables pratiquants de Falun Gong ont été assassinés, est située dans un ancien entrepôt de munitions de l’armée japonaise (Photos)

[Site Clartés et Sagesse]

Par Zhen Jun

Début mars 2006, un témoin a le premier révélé des informations au sujet du camp de concentration de Sujiatun, où des pratiquants de Falun Gong étaient détenus dans le but de collecter leurs organes. L’épouvantable crime du Parti communiste chinois de prélever les organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant a ainsi été exposé au grand jour pour la toute première fois. La communauté internationale a appris qu’une procédure systématique avait été établie pour effectuer des opérations de greffes d’organes en utilisant des pratiquants de Falun Gong comme donneurs non consentants.. La procédure consistait à envoyer des pratiquants de Falun Gong dans le camp de concentration souterrain, de vérifier la compatibilité des tissus, prélever les organes, incinérer les corps, et le transfert immédiat des organes vers les hôpitaux où ils étaient transplantés. Peu après, on apprenait que des camps de concentration similaires existaient dans toute la Chine, et que le camp de Sujiatun, agglomération de Shenyang, province du Liaoning, n’est qu’une petite partie du réseau de collecte d’organes, opéré par le régime communiste.

Lorsque les nouvelles ont été révélées, le régime communiste est demeuré silencieux durant trois semaines, avant d’inviter les fonctionnaires du conseil d’état américain à visiter le Centre de traitement de thrombose de Liaoning pour la médecine intégrée chinoise et occidentale à Sujiatun. Les fonctionnaires américains n’ont découvert aucune preuve de prélèvement d’organes sur le site, mais le porte-parole des fonctionnaires américain, Sean McCormack, a annoncé que les Etats-Unis prenaient les accusations du Falun Gong très au sérieux et pressaient le gouvernement chinois d’enquêter. Immédiatement, le régime communiste a publié un article dans leur média déclarant : ‘’Les allégations du Falun Gong concernant le camp de concentration de Sujiatun sont fictives’’ Dans l’article, Yang Hongfeng, chef du district de Sujiatun, a été cité comme disant : ‘’Notre ‘tun’ [village], le plus important du monde, ne peut absolument pas dissimuler un tel secret sanglant.’’

Ainsi, Sujiatun, le ‘’tun’’ (village) le plus important au monde, a-t-il un camp de concentration ? Quels secrets sont dissimulés à Sujiatun ?

Le ‘’tun’’ le plus important est une base militaire importante

Sujiatun a une population de 430.000 personnes ; il dispose de 16 unités militaires, et est connu comme étant le ‘’Tun numéro 1 en Chine.’’ Les unités militaires stationnées à Sujiatun comprennent l’université du commandement de la police armée de Shenyang de la police armée de Chine, la division de technologie confidentielle de la région militaire de Shenyang, la division technique de la guerre anti-chimique, le régiment de confrontation électronique, la division de formation des techniciens automobiles de la région militaire de Shenyang, l’équipe de la police armée du district, l’entrepôt 598, l’armée 598, l’entrepôt de la police armée de la province de Liaoning, l’équipe de formation automobile de la police armée et l’armée 65149.

Sujiatun est la porte sud de Shenyang, et un centre de transport ferroviaire, routier et aérien, ainsi qu’un centre de communications. Vers le nord, se trouve l’aéroport international de Taoxian. A l’ouest, se l’autoroute de Shen-Dan, la gare de Sujiatun, aujourd’hui appelée gare sud de Sujiatun, a prés de 100 ans, et se trouve être la gare la plus importante du réseau ferroviaire du nord-est de la Chine. C’était autrefois une gare clé dans le système ferroviaire dans le sud de la Mandchourie, sous l’autorité japonaise. Lorsque l’armée japonaise Kwantung a lancé ‘’l’incident du 18 septembre,’’ la garnison ferroviaire de Mandchourie a été secrètement transférée de Dalian vers le poste de Sujiatun et la gare de Shenyang. [L’incident du 18 septembre, se réfère au 18 septembre 1931, lorsque les chemins de fer de Mandchourie du sud ont été dynamités ; c’était le prélude à l’invasion japonaise en Mandchourie.] Fin août de cette année (1931), l’armée de Kwantung a transporté plus de 30 avions et plus de 20 pièces d’artilleries du Japon pour préparer l’attaque de Shenyang, et toutes ces unités ont été déployées prés des gares de Sujiatun et Huhe.

L’article du régime communiste déclarait: ‘’Notre ‘tun’ le plus important au monde, ne peut absolument pas dissimuler un tel secret sanglant.’’ Cependant, c’est dans cette région, Sujiatun, où était dissimulé auparavant l’entrepôt d’armes le plus important de l’armée Kwantung. Si le régime communiste n’avait pas révélé ce fait, personne n’aurait eu connaissance de cet entrepôt secret.

Ceng Kelin, l’ancien commandant de la huitième armée de route de la 16eme sous-région militaire a rappelé que l’armée soviétique de Shenyang leur a donné le plus grand entrepôt d’armement de l’armée japonaise Kwantung – ‘’l’entrepôt de Sujiatun.’’ Lorsqu’ils ont ouvert l’entrepôt, ils ont découvert que les armes de l’entrepôt étaient en nombre suffisant pour équiper des dizaines de milliers de soldats. Ils ont « transporté » pendant trois jours et nuits et saisi plus de 20.000 fusils, plus de 1000 mitrailleuses, 150 mortiers, de l’artillerie de plaine et de montagnes de divers calibres.’’ Cet entrepôt est aujourd’hui appelé l’entrepôt 598.

L’armée 598, responsable de l’entrepôt 598 est basée à la gare de Sujiatun (aujourd’hui appelée gare sud de Shenyang). L’entrepôt 598 est gardé par une armée spéciale. Selon le site Internet du Parti sur Sujiatun en 2005, un groupe de fortifications souterraines construites par les japonais durant l’invasion japonaise a été découvert pour la première fois, et les fortifications souterraines étaient situées prés de la gare sud de Shenyang à Sujiatun. L’entrée des fortifications est un bunker en béton. Le groupe complet de fortifications est divisé en deux parties, une partie au dessus du sol et l’autre, souterraine. La partie supérieure consiste principalement en blockhaus et bunkers, cinq au total. La partie souterraine est principalement un tunnel construit en béton renforcé sur prés de 8 mètres (environ 26.25 pieds) sous le sol. Mesuré depuis le niveau de la surface, ce tunnel est long d’environ 2 kilomètres (approximativement 1.25 miles), mais la moitié est devenue inaccessible, étant plein d’eau. Selon l’ancien chef de la gare de Sujiatun, aucune des générations les plus anciennes ne savait quand les fortifications ont été construites, mais la voie ferrée Changda tout prés pourrait avoir été construite aux alentours de 1905, durant la guerre russo-japonaise. En conséquence, les fortifications souterraines pourraient avoir été construites aux alentours de 1920. Ce groupe de fortification faisait partie de l’entrepôt d’armement de l’armée Kwantung. Avec l’entrepôt proche de la voie ferrée, cela rendait le transport plus aisé, et les fortifications étaient les clés du fort pour faciliter la protection de l’entrepôt d’armement.

L’article du PCC citait le professeur associé Yang Tao de l’académie de police criminelle de Chine ‘’Pour chaque [groupe de] 100 personnes détenues, il faut 15% de forces de police, 3 % de personnel médical et un chef pour chaque [groupe de] 50 personnes détenues. Si nous calculons, selon les allégations du Falun Gong, que 6.000 personnes ont été détenues dans cet endroit, alors cela demanderait 1000 membres du personnel. De plus, il aurait été impossible de traiter le problème d’approvisionnement matériel pour des milliers de personnes, détenus compris, en ‘secret.’ Sujiatun est un endroit ayant une densité de population importante ; Comment croire qu’un tel ‘camp de concentration secret’ puisse exister sans être remarqué par le monde extérieur.’’

La fortification souterraine construite par l’armée japonaise Kwantung est longue de prés de deux kilomètres. Et selon l’ancien chef de la gare de Sujiatun, personne parmi les générations les plus anciennes ne sait quand les fortifications ont été construites. De plus, il y a même une armée du même nom pour garder l’entrepôt et située tout prés, se trouvent les unités militaires telle la division technologique confidentielle de la région militaire de Shenyang, la division technique de la guerre anti-chimique, et le régiment de confrontation électronique.

Sujiatun était autrefois une station d’approvisionnement pour plus d’un million de militaires

En 1950, le régime communiste a envoyé secrètement des troupes en Corée du nord, et sous le gouvernement du nord-est d’alors, la station d’approvisionnement militaire de Sujiatun a été établie le 26 juin 1950. Le 19 octobre, la première fournée de forces militaires est entrée en Corée du Nord, incluant 4 corps et 3 divisions d’artilleries. Sujiatun est devenu un lien clé pour les approvisionnements logistiques aux armées se rendant en Corée du Nord. Selon les informations fournies par la station des réserves militaires de Sujiatun : ‘’A cette époque, la station était capable de fournir un approvisionnement pour 1200 personnes chaque jour et nuit, et était capable d’apporter de l’eau bouillante pour 2000 personnes. En 1951, Sujiatun a reçu 1.2964 millions de personnes et fourni de la nourriture pour 722.600 d’entre eux. De plus, elle a apporté 116.100 poles (un pole représente approximativement deux seaux) d’eau bouillante, 104.900 jin (un jin représente environ une livre) [453.59g] de paille pour la nourriture des chevaux, et 22.000 jin de fourrage.’’ Un résident local, Guo Wencai s’est souvenu : ‘’Un train arrivait toutes les demi-heures, qui amenait environ un régiment (au minimum 1.400 ou 1.500 soldats). Avant qu’ils puissent finir de manger, un autre train arrivait.’’ Chaque personne désignée pour travailler dans la station d’approvisionnement militaire devait passer par des contrôles politiques stricts, et la station entière était dirigée de façon militaire. Même ceux qui y travaillaient n’étaient pas autorisés à se déplacer librement. Un peloton de soldats était spécialement assigné à garder la station, et dés qu’une armée d’une quelconque importance passait, le chef du département de police de Shenyang venait en personne pour superviser le travail de sécurité.’’ La raison pour laquelle Sujiatun a été choisie comme station d’approvisionnement pour prés de 1.3 millions de militaires était qu’elle était la gare de transfert la plus importante du nord-est de la Chine, et que l’entrepôt 598 avait été abandonné par l’armée japonaise Kwantung.

Photo 1: Une scène de transports à Sujiatun durant la guerre coréenne

Photo 2: Huit membres du personnel régulier de la station d’approvisionnement militaire de Sujiatun en 1950

Détails inaperçus

L’article publié par le régime communiste concernant Sujiatun déclarait: ‘’Selon Zhang Yuqin (Vice-président du centre de traitement des thromboses de Liaoning de la médecine intégrée chinoise et occidentale), l’hôpital a un peu plus de 300 lits, et ne peut loger prés de 6.000 personnes. De plus, contrairement aux rumeurs, il n’existe pas d’installations comme une ‘base souterraine’ ou un ‘incinérateur’’, sans compter les circonstances adéquates ou les qualifications pour effectuer des greffes d’organes. Le chauffeur Zhao Haiyun a déclaré avec colère : ‘Nous brûlons du charbon ici tous les jours, comment cela pourrait-il être un incinérateur !’’’ Cet article fait aussi référence à : ‘’Une dame âgée qui se promenait devant l'immeuble a affirmé : «Je peux voir la chaudière de ma maison, tout le monde sait que c'est une chaudière appartenant à l'hôpital, et il est impossible qu’elle puisse être utilisée pour incinérer des corps." Des points de vue anonymes comme ceux-là ont été utilisés comme arguments pour nier les allégations.

Les établissements de bains publics en de nombreux endroits de la Chine ont des chaudières suffisamment importantes pour pouvoir brûler des corps, compte tenu de la capacité requise. De plus, un corps totalement incinéré dégage peu d’odeur. Pendant ce temps, avec les hautes structures de la cheminée, les cendres ne retombent pas facilement par terre en dessous, il y a ainsi peu de chance pour que quiconque le remarque. La taille de la salle de chauffe du centre de traitement des thromboses excède celle de l’incinérateur de la base de l’armée 731 japonaise (Photos 3, 4) De plus, à cause du climat froid dans le nord-est de la Chine, la demande en eau chaude et en installations de chauffage est très élevée. Pour ces raisons, les chaudières sont utilisées aussi bien dans les complexes résidentiels à plus large échelle que dans les bâtiments d’affaires. Des corps incinérés dans des installations de chaudières de cette taille, serait tâche aisée et n’éveillerait pas les soupçons des gens.

Photo 3: La chaudière du centre de traitement des thromboses de Liaoning de la médecine intégrée chinoise et occidentale

Photo 4: Le crematorium de la base militaire 731 japonaise

Plus tard, le régime communiste a déclaré que le centre de traitement des thromboses était classifié comme étant ‘’première classe du niveau 2’’ impliquant qu’en termes de techniques de traitements, d’installations fiables, ainsi que des droits limités des médecins, l’hôpital n’a pas la possibilité d’effectuer des greffes d’organes. Cependant, selon le journal de Chine continentale, le First Financial Daily, avant que le ministère de la santé émette les ‘’clauses par intérim sur la gestion des applications cliniques des techniques de greffes d’organes humains’’, le 27 mars 2006, il n’existait aucune documentation légale contraignante régulant la permission d’effectuer des greffes d’organes par les hôpitaux. Pour prendre l’exemple de la province de Guangdong, en 2003, un total de 50 hôpitaux a déposé une demande aux associations médicales provinciales pour les qualifications et les estimations d’installations. Trente-deux hôpitaux ont passé les estimations, cependant beaucoup d’entre eux ne faisaient pas partie de la ‘’première classe du niveau 3’’, et certains étaient seulement considérés comme des niveaux 2, privés ou hôpitaux de district. (En Chine, les hôpitaux sont classés en trois niveaux, chacun divisés en trois classes. ‘’Première classe du niveau 3’’ est la qualification la plus élevée au niveau des compétences, ainsi que dans les installations les mieux notées.) Dans tout le pays, un total de 368 hôpitaux a pu effectuer des greffes de reins, et plus de 200 peuvent mener une greffe de foie. Cependant, aux Etats-Unis, la nation ayant les technologies chirurgicales pour les greffes, les plus avancées, seuls 100 hôpitaux détiennent les qualifications pour les greffes de foie et seuls 200 sont autorisés à effectuer des greffes de reins.

Mao Xiaoling, président de la division pour les estimations des qualifications de l’association médicale de Guangdong a déclaré au journaliste : ‘’Ce sont seulement des hôpitaux dans les dossiers du ministère de la Santé, mais le fait est, autant que je sache, qu’il y a au moins une douzaine d'hôpitaux de la province du Guangdong qui effectuent des greffes d'organes sans avoir demandé les évaluations, et la plupart d'entre eux sont les hôpitaux publics. Certains hôpitaux qui n’ont pas passé les estimations, le font aussi.’’ Donc, dire que le centre de traitement des thromboses était de ‘’première classe du niveau 2’’, et a donc été, incapable d’effectuer des greffes d’organes est un pur mensonge.

A ce moment, au moins deux kilomètres de fortifications souterraines reliant l’entrepôt de munition de l’armée japonaise de Kwantung ont été rendus publics. Le centre de traitement des thromboses situé au 49 route Xuesong est approximativement à 1.6 kilomètres en ligne droite de l’entrée des fortifications souterraines de la gare de triage. Bien sûr, 300 lits ne peuvent contenir 6.000 personnes, mais la vraie réponse réside dans l’entrepôt souterrain, utilisé à la fois par l’armée japonaise et le régime communiste chinois pour persécuter le peuple-Chinois.

Le camp de concentration de Sujiatun n’est pas le seul qui existe. Des camps similaires sont répartis dans toute la Chine. Alors que le régime communiste détruit les preuves et dissimule ses crimes via la propagande, de nombreux faits ne sont pas encore remontés à la surface. Concernant Sujiatun, la preuve émanant de l’histoire et la preuve présentée depuis mars 2006, sont suffisantes pour confirmer les secrets sanglants dissimulés derrière les pinailleries du régime chinois. Les preuves à venir, ainsi que les efforts déjà accomplis dans le monde entier, ont déjà eu un grand impact en empêchant les crimes de collecte d’organes commis contre les pratiquants de Falun Gong en Chine, qui ont encore lieu aujourd’hui. Plus de faits doivent encore être mis en lumière.

Traduit de l’anglais en France

Version anglaise : http://www.clearwisdom.net/html/articles/2009/12/4/112817.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2009/11/9/212271.html