Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

267,830,271 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


Comment des gens d’horizons différents ont-ils perçu la mise en scène de " l’auto-immolation "

[Site Clartés et Sagesse]


Le 23 janvier 2001, veille du Nouvel An Chinois, un événement qui a ébranlé le monde a été mis en scène en Chine sur la Place Tiananmen à Pékin. Ce qui s’est passé semblait être, comme l’a largement diffusé le média d’état Chinois, une auto-immolation dans laquelle plusieurs personnes, prétendument des pratiquants de Falun Gong, s’étaient mis le feu. En fait, c’était un pur tour de force de propagande pour retourner l’opinion publique contre le Falun Gong.

Le porte-voix du Parti communiste chinois (PCC) – L’agence de Presse Xinhua – diffusait son reportage sur l’événement au monde entier dans les deux heures suivant l’incident, prétendant que ceux qui s’étaient immolés étaient des pratiquants de Falun Gong. Les premiers reportages déclaraient que cinq personnes étaient impliquées, alors qu’une semaine plus tard, il était rapporté que sept personnes s’étaient immolées, dont une fillette de 12 ans.

Il a été prouvé plus tard que l’histoire officielle comportait des inexactitudes et des incohérences significatives. D’après les preuves, l’incident avait été mis en scène, un stratagème utilisé par le PCC pour pousser le peuple chinois à la haine envers le Falun Gong, le discréditer aux yeux du monde et de cette façon soutenir et d’une certaine manière justifier la persécution du Falun Gong.

Un peu plus d’une semaine plus tard, le 4 février 2001, le Washington Post publiait en première page un remarquable reportage d’investigation sous le titre: "Human Fire Ignites Chinese Mystery - Motive for Public Burning Intensifies Fight Over Falun Gong." («Un feu humain enflamme le mystère Chinois – le mobile d’une immolation publique intensifie la lutte contre le Falun Gong») . Le journaliste Phillip Pan, auteur de l’histoire, s'était rendu dans la ville de Kaifeng, dans la Province du Henan, ville natale de l’une des femmes immolées, Liu Chunling, pour en apprendre plus à son sujet et avait appris de ses voisins qu’ils n’avaient jamais vu Mme Liu pratiquer le Falun Gong.

Dans les semaines et les mois qui suivirent l’immolation, le court-métrage vidéo officiel de l’événement montré sur CCTV (China Central Television Station) dans le programme Focal Point Interview, fût minutieusement analysé par différents groupes en dehors de la Chine. Passée au ralenti, une séquence révélatrice de la vidéo montre que Liu Chunling –selon Xinhua supposée morte des suites de ses brûlures – avait en fait reçu un coup à la tête avec ce qui semble être une barre métallique, lancée par un homme portant un pardessus militaire. On la voit tomber instantanément au sol et vraisemblablement morte du coup reçu. L’autre immolé, Wang Jindong était montré comme ayant été gravement brûlé. Les cheveux humains brûlent très rapidement quand ils prennent feu, et le plastique fond, mais ses cheveux et la soi-disant bouteille de Sprite remplie de pétrole entre ses jambes étaient restés miraculeusement intacts. Un policier tenait une couverture anti-feu en marchant derrière Wang Jindong mais il semble que, comme s’il attendait un signal, il n’en avait pas recouvert Wang avant que celui-ci ne finisse de proférer quelques mots impliquant le Falun Gong.

Il y a encore plus de contradictions dans l’histoire rapportée par l’Agence de Presse Xinhua: Les policiers qui patrouillent sur la Place ne transportent normalement pas d’extincteurs. Mais ce jour-là la police patrouillait mystérieusement sur la Place Tiananmen avec plus de 20 extincteurs, tenus prêts dans deux véhicules de police pour faire face à un "incident inattendu". Le programme de CCTV le montre clairement alors que la caméra suit les policiers sur les lieux où le feu a démarré, et zoom même de près et de loin pour capturer les bons détails alors que le drame est en train de se dérouler. Nous voyons même quelqu’un prendre un gros plan de la fillette et enregistrer ses cris réclamant sa mère avant que l’ambulance ne l’emmène à l’hôpital. Normalement, les caméras de surveillance de la Place Tiananmen couvrent une zone fixée et ne sont pas adaptées pour des prises de vues en gros plan. Mais en ce jour particulier, la caméra a suivi la police sur la scène et zoomé pour se focaliser sur l’incident. Cette caméra semble avoir été spécifiquement préparée pour filmer l’auto-immolation.

Une analyse détaillée du court-métrage révèle tant de contradictions que le 3ème groupe d’experts a confirmé croire que l’événement était une mise en scène montée contre le Falun Gong pour le diaboliser. Ce qui suit sont quelques commentaires venant de personnes de différents horizons bien au courant de la situation.

Un chirurgien du Royaume-Uni parle de la manipulation de l’auto-immolation

Je suis chirurgien. Après que l’incident de l' "auto-immolation Place Tiananmen " ait eu lieu, ma sensibilité et mon éthique professionnelles m’ont poussé à analyser en particulier la diffusion, dans le programme Focal Point de CCTV, du processus de l'auto-immolation, du traitement des blessés et de toute la couverture et les photos des traitements hospitaliers qui ont suivi. J’ai noté certains doutes manifestes quant au traitement médical, pour que chacun les examine et y réfléchisse.

Doute N°1: Les victimes de brûlures se mettent instinctivement à courir pour se soulager de l’énorme chaleur et des douleurs insupportables. Wang Jindong, qui était supposé avoir été terriblement brûlé était simplement assis là, calmement.

Doute N°2: La procédure médicale standard impose que les patients avec de larges zones de peau brûlées doivent être placés dans une salle isolée et stérile, parce que la zone brûlée doit être exposée à l’air libre. Cela [l’isolement] empêche l’infection et permet plus facilement à l’infirmière d’appliquer les médicaments et de nettoyer les blessures. Les docteurs et infirmières traitant ces patients doivent porter des masques et des vêtements stériles quand ils entrent dans la pièce. Comment se fait-il que la journaliste qui ne portait ni masque, ni gants ni vêtements stériles ait été autorisée à interviewer le patient? Pourquoi un patient dans un tel état critique avec des brûlures aussi graves pouvait-il être traité avec autant de légèreté?

Le Chef de Section du Comité Politique et Judiciaire: " Nous savions avant que cela ne se produise que ‘l’auto-immolation' aurait lieu "

Le 22 septembre 2001, Le chef de Section du Comité Politique et Judiciaire Zhao Yunlong, de la ville de Donggang, Province du Liaoning, a visité une des sessions utilisées pour laver le cerveau des pratiquants de Falun Gong. Il leur a dit: "Nous savions que ‘l’auto-Immolation' se produirait avant même qu'elle ne se produise ". Il a donné aux pratiquants un récit plus détaillé. "L’auto-Immolation' s’est produite le 23 janvier 2001. En fait, nous avions reçu une note urgente du Ministère de la Sécurité Publique le 21, disant que quelque chose d’énorme allait se passer le 23 sur la Place Tiananmen".

Un des chefs du Parti Démocratique Chinois révèle l’histoire de l’auto-immolation, de l’intérieur

Lin Chunshui, un des chefs internes du Parti Démocratique Chinois, a révélé: "Selon des informations qui m’ont été fournies le 28 janvier par un haut fonctionnaire du Ministère de la Sécurité Publique, le chef de cette agence, Jia Chunwang, savait déjà le 22 janvier que Wang Jindong s’immolerait le 23".

Luo Gan a proféré des mots, du genre de ce qui suit, lors de la conférence du Comité Central Politique et Judiciaire: " Selon les informations que j’ai en mains, même si notre Wang Jindong ne se met pas lui-même le feu, il pourra y avoir un Zhang Jindong, un Li Jindong ou quelqu’un d’autre qui sortira pour faire le spectacle ". [Paraphrasé; c'est l’idée principale.] Ces fuites précoces concernant les nouvelles de cet incident montrent que le PCC a mis en scène l’auto-immolation de la Place Tiananmen, avec l’intention de diffamer le Falun Gong.

Un professionnel des Médias: "l’Auto-immolation» est une mise en scène"

Un professionnel d’une chaîne de télévision a dit: " L’auto-immolation doit avoir été montée de toute pièce par le gouvernement. Un journaliste doit faire une demande d’autorisation pour ce qui doit être couvert avant d’aller sur la Place Tiananmen. L’accréditation est très stricte. Si nous n’avons pas de permission et transportons une caméra pour aller sur la Place Tiananmen, nous serons immédiatement refoulés. Cette fois, l’incident de ‘l’auto-immolation' a duré environ deux minutes. Le cameraman était là au bon moment pour filmer; même le microphone était déjà prêt. Il est clair que cela avait été orchestré ".

Le canular du PCC dévoilé à la communauté internationale

Le porte-parole de United Nations International Education Development (IED) (Développement International de l’Education des Nations-Unies) a fait une déclaration le 14 août 2001, durant la cinquante-troisième session du sous-comité sur la Promotion et la Protection des Droits de l’Homme. Ils ont condamné l’incident d'auto-immolation et l’ont considéré comme étant une forme de terrorisme d’état.

La déclaration de l’ IED dit:

"Le gouvernement, dans l’exercice de son droit de réponse, a tenté de justifier son terrorisme d’état contre le groupe le qualifiant de ... '[les mots calomnieux du gouvernement chinois ont été supprimés] ' qui a causé des morts et brisé des familles. Selon notre enquête, les seuls morts l’ont été des mains des autorités chinoises; les familles brisées l’ont été du fait que des membres de celles-ci ont été assassinés par le régime; des gens ont été anéantis, non par le Falun Gong, mais par des tortures extrêmes, des incarcérations et des traitement brutaux dans les hôpitaux psychiatriques, un travail épuisant dans les camps de travaux forcés et autres pratiques semblables."

Comme cela a été rapporté dans ‘the International Herald Tribune’ du 6 août 2001, le régime admet qu’il a officiellement autorisé la violence contre les pratiquants dans le but d'éradiquer le Falun Gong. Le régime met en avant un supposé événement d’auto-immolation sur la Place Tiananmen le 23 janvier 2001 comme preuve que le Falun Gong est une ... '[les mots calomnieux du gouvernement chinois ont été effacés]'.

Cependant, nous avons obtenu une vidéo de cet incident qui à nos yeux prouve que cet événement a été mis en scène par le gouvernement. Nous avons des exemplaires de cette vidéo disponible à la distribution.”

Face à des preuves aussi solides, la délégation Chinoise aux Nations-Unies est restée silencieuse.

Voir la déclaration à http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2001/9/9/13711.html


Traduit de l'anglais en Europe

Version anglaise: http://www.clearwisdom.net/html/articles/2011/9/20/128235.html

Version chinoise: http://www.minghui.org/mh/articles/2011/9/14/246747.html