Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

273,620,468 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Enquête sur les atrocités de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong perpétrées par le PCC


Des experts en médecine expliquent pourquoi le PCC fait des prélèvements d’organe sans anesthésie


[Site Clartés et Sagesse]


Cet article a été publié pour la première fois en décembre 2009



Dans le dernier rapport du Parti communiste chinois (PCC) sur le prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants, il a été mentionné que le chirurgien ne faisait pas d’anesthésie (voir http://clearwisdom.net/html/articles/2009/12/14/113122.html). Certaines personnes ont posé des questions à ce sujet. Ci-dessous se trouve l’explication d’un expert en médecine:


La question a été soulevée à l’étranger que s’il n’utilisait pas d’anesthésique et que la victime avait des convulsions, est-ce que le médecin pouvait involontairement couper l’organe désiré? L’anesthésique permet aux muscles de se relâcher, et ce n’est pas si cher, alors pourquoi ne l’utilisent-ils pas?


Le médecin a répondu qu’en prélevant des organes, il ne faut pas utiliser d’anesthésique, mais que l’on peut injecter une dose d’héparine pour prévenir la coagulation du sang. Quand les prisonniers condamnés à morts sont exécutés, les balles touchent généralement le nerf central à l’arrière du cerveau et les prisonniers ne sont donc pas capables d’émettre de mouvement de leur propre volonté. Quand les médecins prennent rapidement les organes, le prisonnier aura tout de même des convulsions en réaction naturelle même après avoir reçu une injection d’anesthésiant.


Les médecins qui participent à de tels prélèvements savent que l’anesthésie diminue la qualité des organes. Au cours de la révolution culturelle, quelques victimes politiques ont été prélevées vivantes de leurs organes et, ce processus a aussi été exposé. Les gens peuvent lire à ce sujet, quand il n’est pas utilisé d’anesthésiant, la victime est maintenue en place, par de nombreuses personnes pendant le prélèvement.


Écrit le 20 décembre 2009.



Traduit de l’anglais en Belgique


Version anglaise: http://en.minghui.org/html/articles/2012/4/14/132706.html
Version chinoise: http://www.minghui.org/mh/articles/2009/12/21/214779.html