Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

286,925,824 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Enquête sur les atrocités de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong perpétrées par le PCC

Les pratiquants de Falun Gong systématiquement assassinés pour leurs organes : réfuter l’explication des ‘’condamnés à mort’’ du régime chinois (Explication, Préface et table des matières)



Par Ouyang Fei, Sun Sixian, Lin Zhanxiang

 

 

Cet article a été publié pour la première fois le 26 décembre 2009.

 

(Minghui.org) En 2006, le journal The Epoch Times a révélé une histoire stupéfiante au sujet de ce qui est, indiscutablement une des atrocités les plus terribles commises par un gouvernement, non seulement à l’époque moderne, mais au cours de toute l’histoire enregistrée. Comme cela a été documenté dans le rapport d’enquête : ‘’Prélèvement meurtrier’’ par le célèbre avocat des droits de l’homme David Matas et l’ancien Secrétaire d’état pour la région Asie Pacifique, David Kilgour, il existe une preuve accablante du rôle effrayant du régime communiste chinois dans l’assassinat systématique des pratiquants de Falun Gong, la collecte de leurs organes, et les énormes profits engrangés en agissant de la sorte. En réponse au tollé international, le régime chinois a tenté d’expliquer un des principaux éléments de preuves circonstanciées—l’accroissement fulgurant du nombre de greffes d’organes et les temps d’attentes extrêmement courts dans une culture réfractaire aux donations d’organes—en déclarant qu’il s’agissait d’organes prélevés sur des criminels exécutés, après leur mort. Face à une preuve indéniable, il a tenté d’échapper à sa culpabilité pour une atrocité monstrueuse en admettant un crime moindre. Dans ce rapport, nous montrerons des preuves qui contredisent directement cette affirmation et accordent plus de crédibilité aux graves accusations portées contre le régime chinois.

 

Table des matières

Préface


1. Combien d’organes peuvent être attribués aux détenus condamnés à mort?

a. Références basées sur des données historiques
b. Chiffres basés sur une ‘’formule d’estimation’’

2. Question de la compatibilité des organes

a. Compatibilité des tissus
b. Probabilité de compatibilité des Antigènes des Leucocytes Humains (HLA)
c. Probabilité de compatibilité des types sanguins
d. Exigences de compatibilité pour des greffes de foie

3. Nombre d’exécution de condamnés à mort

a. Chiffre annuel d’exécutions de condamnés à mort en Chine
b. Aucune campagne Frapper Fort à large échelle depuis 2003

4. Ratio de ‘’donneurs’’ qualifiés condamnés à mort

a. Compatibilité des tissus – un goulet d'étranglement avec les ‘’donneurs’’ condamnés à mort
b. Période de temps critique dictée par le manque de perfusion
c. Organes des détenus condamnés à mort, ressources d'une seule fois
d. Facteurs limitant les organes des condamnés à mort
e. Le prélèvement des organes des condamnés à mort suit le ‘’modèle donné par la cour’’
f. Exigences légales pour les ‘’corps non réclamés’ comme donneurs


5. L'expansion rapide du marché en 2003


6. Conditions commerciales sans précédent dans l’histoire des greffes d’organes entre 2003 et 2006

a. Caractéristique 1: Période d’attente extrêmement courte - une exception extraordinaire dans l’histoire des greffes d’organes
b. Caractéristique 2 : Des tarifs onéreux rendent les greffes d’organes extrêmement profitables
c. Caractéristique 3 : La Chine devient le centre du tourisme mondial des greffes d’organes
d. Caractéristique 4 : Un créneau commercial émerge au sein d’un marché d’organes aux sources peu claires.
e. Caractéristique 5 : Des organes de haute qualité utilisés pour les récipiendaires étrangers
f. Caractéristique 6 : Disparition soudaine des ressources abondantes de donneurs depuis 2006


7. Sources d'organes supplémentaires

a. Traits simples qui caractérisent une nouvelle source d’organes
b. Des pratiquants de Falun Gong illégalement détenus – une nouvelle source d’organes
c. Situation incertaine de nombreux pratiquants de Falun Gong
d. Tests sanguins sur des pratiquants de Falun Gong détenus
e. Pratiquants de Falun Gong détenus – un réservoir pour des compatibilités et des prélèvements d’organes à vif sur une large échelle
f. Outrepasser le ‘’tribunal’’ dans la gestion des pratiquants de Falun Gong pour faciliter la collecte d’organes.
g. Les prélèvements d’organes à vif de pratiquants de Falun Gong suivent le ‘’modèle donné par l’armée’’
h. Questions ouvertes supplémentaires


8. Evolution du prélèvement d’organes à vif

a. Cas isolés
b. Prélèvement d’organes à vif sur une large échelle
c. Le petit pas supplémentaire de ‘’l’utilisation d’organes de condamnés à mort’’ aux ‘’prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie.’’


9. Définition générale des détenus condamnés à mort

a. Groupes vulnérables élargissant la définition des condamnés à mort
b. La tragédie des prélèvements d’organes contraste avec un ‘’moment joyeux’’ sur la pelouse de la Maison Blanche
c. Révélation de la loi de Gresham – diaboliser la propagande mène à l’indifférence envers la vie


10. Le meurtre un mendiant et d’une personne sans domicile révèle le manque de critère limite dans l’éthique des médecins chinois

a. Traffic d’organes derrière l’assassinat d’un mendiant
b. Personne sans domicile assassinée pour ses organes


11. Témoignages supplémentaires

a. Un dénonciateur
b. Enquêtes téléphoniques
c. Témoignage d’intermédiaires
d. Témoignage de pratiquants de Falun Gong et de détenus
e. Rapport d’enquête par David Matas et David Kilgour


12. Réactions du gouvernement communiste chinois aux allégations de collecte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie

a. Dissimulation des cas de Sujiatun
b. Rejet d’une enquête indépendante par une tierce partie
c. Négation des témoignages collectés
d. Soudaine révélation d’un remaniement du marché des organes
e. Des hauts fonctionnaires admettent utiliser des organes de condamnés à mort
f. Un autre pic dans les greffes d’organes ?


13. Que pouvons-nous faire ?

a. Un extrait de Karski: Comment un homme a t-il tenté d’arrêter l’holocauste?
b. Chaque cas isolé de prélèvement d’organes à vif revient à un crime monumental
c. Le soi-disant ‘’miracle économique’’ n’est pas une excuse pour la persécution
d. Que pouvons-nous faire ?


Appendices

14. Difficultés techniques dans les greffes d’organes
15. Le hit-parade dans les greffes de foie de deux hôpitaux ayant des liens étroits avec l’armée chinoise
16. Statistiques de greffes d’organes publiées par les experts chinois
17. Greffes d’organes dans les hôpitaux souterrains
18. Statistiques de greffes d’organes fournies par Huang Jiefu et Shi Bingyi
19. Greffes d’organes dans les autres pays
20. Période d’attente moyenne pour les greffes dans les hôpitaux chinois
21. Coût des greffes d’organes
22. Garantie de la qualité des donneurs
23. Disparition du chapitre sur les greffes d’organes sur le site Internet de la l’Association médicale de Chine
24. ‘’Trafic d’organes derrière la mort d’un mendiant’’ – magazine South Wind Window
25. ‘’D’où proviennent les organes’’ – couverture de l’histoire par le magazine Caijing


Préface

Entre 1999 et 2007, le marché des greffes d’organes en Chine a expérimenté une croissance rapide. En 2003, le nombre de greffes d’organes en Chine a grimpé. De 2003 à 2006, un nombre record de ‘’touristes en greffes d’organes’’ étrangers se sont précipités en Chine, attirés par des périodes d’attente incroyablement courtes de seulement une à deux semaines, comparé aux périodes d’attente allant de deux à trois ans dans les autres pays. Ceci pose la question : ‘’D’où proviennent tous ces organes prêts à être greffés ?

Le régime communiste chinois a nié les prélèvements d’organes sur des détenus condamnés à mort. A présent, il déclare que la plupart de ces organes proviennent de condamnés à mort.

La question est : le nombre de prisonniers condamnés à mort est-il, à lui seul, capable de soutenir la demande extraordinairement croissante sur le marché des organes en Chine, entre 2003 et 2006 ?

En mars 2006, lorsqu’un informateur a alerté le monde sur la possibilité de greffes d’organes provenant de pratiquants de Falun Gong en Chine, une source potentiellement nouvelle d’organes a émergé.

‘’L’explication selon laquelle la plupart de ces organes proviennent de détenus condamnés à mort n’est pas concluante. Si tel était le cas, le nombre de criminels devrait alors être plus élevé que ce qui a été assumé jusque là’’ a précisé Manfred Nowak, rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, dans un entretien avec Epoch Times [1]

Dans un rapport publié en novembre 2008, le Comité des Nations Unies contre la torture a déclaré qu’il avait ‘’pris connaissance des allégations présentées au Rapporteur spécial sur la torture qui a noté qu’une augmentation des opérations de transplantations d’organes coïncide avec le début de la persécution des pratiquants de Falun Gong].’’ [2]

La commission exécutive du congrès sur la Chine a déclaré dans son rapport annuel de 2009 que ‘’au cours de l’année passée, des allégations de prélèvement d’organes sur des prisonniers de Falun Gong non consentants ont de nouveau, émergé, soulevant des inquiétudes supplémentaires sur les possibles abus dans l’industrie des greffes d’organes en Chine.’’ [3]

La réponse officielle chinoise a été de nier ces allégations, comme ils l’avaient systématiquement fait auparavant, lorsque des allégations d’utilisation d’organes de condamnés à mort s'étaient élevées dans le passé. De plus, le gouvernement chinois a rejeté de nombreuses demandes d' enquêtes indépendantes d’une tierce partie. Néanmoins, le marché des greffes d’organes a atteint son apogée entre 2003 et 2006, période durant laquelle les présumés prélèvements d’organes à vif sur des pratiquants de Falun Gong, se sont produits.

Dés 2007, le gouvernement chinois a commence à réorganiser son marché de greffes d’organes non régulé et a introduit plusieurs actes pour réglementer les greffes. Pendant cette période, le nombre d’hôpitaux de greffes d’organes a été réduit de plus de 600 à 160. La communauté des greffes d’organes a bien accueilli ces changements. Alors que le monde se focalisait sur les allégations de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong, le gouvernement chinois, pour la première fois de son histoire a déclaré ouvertement que la plupart des organes provenaient de détenus condamnés à mort. On doit s’interroger sur la motivation derrière l’aveu de haut niveau et si le gouvernement chinois a tenté de dissimuler un mal inimaginable en confessant un crime moins grave.

En novembre 2009, les Editions Seraphim, éditeur canadien, ont publié Bloody Harvest, l’assassinat de Falun Gong pour leurs organes. Ses co-auteurs, David Matas, un avocat des droits de l’homme qui a reçu l’Ordre du Canada pour ses travaux sur les droits de l’homme, et David Kilgour, ancien procureur de la Couronne et ancien membre du parlement, ont produit un ensemble de preuves accablantes et utilisé un raisonnement déductif pour conclure que les allégations étaient en effet, véridiques.

Ce rapport se focalise sur la tentative, par le gouvernement communiste chinois, de dissimuler les allégations de prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie, prenant en considération que les fonctionnaires chinois ont constamment nié l’utilisation d’organes de condamnés à mort mais ont, plus tard, admis cette pratique. En utilisant des données et des matériaux publiquement disponibles, nous fournissons une estimation grossière du nombre annuel d’exécution de condamnés à mort et des ‘’donneurs’’ condamnés à mort admissibles, pour calculer la quantité totale d’organes disponibles dans le cas où les condamnés à morts constituent la seule source. Nos estimations sont étroitement parallèles aux données historiques et indiquent que l’augmentation dans les organes de condamnés à mort a suivi le rythme de l’augmentation des exécutions des condamnés à mort à un degré relativement constant. Nous avons conclu, par la suite, que, en se basant sur l’accroissement massif du nombre de greffes d’organes entre 2003 et 2006, les seuls organes de condamnés à mort ne peuvent probablement combler les demandes du marché. En Chine, les donations volontaires d’organes ont été traditionnellement rares. Ceci accroît les inquiétudes quant à la source des organes supplémentaires, et les allégations de collecte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie suggèrent une explication plausible.

Ce rapport considère aussi le nombre limité de donneurs condamnés à mort, fournit des preuves circonstanciées de collectes d’organes en vie sur des pratiquants de Falun Gong, et creuse les raisons derrière le glissement de l’utilisation de donneurs condamnés à mort à des pratiquants de Falun Gong en vie. En particulier, le rapport pointe plusieurs événements extraordinaires sur le marché des organes en Chine, lors de son pic d’activité entre 2003 et 2006.

Notre espoir est que ce rapport poussera d’autres informateurs à sortir avec des renseignements. Nous incitons ceux qui ont participé aux prélèvement d’organes à vif à ne pas rester silencieux et à suivre largement leur conscience pour révéler la vérité de façon à ce qu’ils puissent expier les crimes qu’ils pourraient avoir commis, consciemment ou inconsciemment. Nous espérons que la communauté internationale exercera des pressions sur le gouvernement chinois pour qu’il cesse sa persécution de Falun Gong, et permette des enquêtes indépendantes d’une tierce partie sur les allégations de collectes d’organes à vif sur des pratiquants de Falun Gong.

Note des auteurs: La raison pour laquelle ce rapport se focalise sur la période entre 2003 et 2006 est que les données publiées par le gouvernement chinois montrent une augmentation, soudaine, massive dans le nombre de greffes d’organes durant cette période. Cela ne veut en aucun cas suggérer que les prélèvements d’organes à vif sur des pratiquants de Falun Gong, n’ont pas existé à d’autres moments depuis le début de la persécution de Falun Gong en 1999. Tant que la persécution continue, nous n’avons aucune raison de croire que cette atrocité se soit arrêtée.

 

Références

[1] The Epoch Times : ‘’Non résolu : Collectes d’organes en Chine, entretien avec Manfred Nowak,’’ http://theepochtimes.com/n2/content/view/20596/

[2] Comité des Nations Unies contre la torture, quarante et unième session, Genève, du 3 au 21 novembre 2008, ‘’CONSIDERATIONS DE RAPPORTS SOUMIS PAR LES ETATS MEMBRES SOUS L’ARTICLE 19OF LA CONVENTION: Observations de conclusions du comité contre la torture,’’ http://www2.ohchr.org/english/bodies/cat/docs/CAT.C.CHN.CO.4.pdf

[3] The Epoch Times : ‘’Un grand nombre de pratiquants de Falun Gong arrêtés et persécutés selon le rapport annuel 2009 de la commission exécutive du Congrès Américain sur la Chine,’’ http://www.epochtimes.com/gb/9/10/24/n2699251.htm


Version chinoise disponible à :

http://pkg2.minghui.org/mh/center/organ/death-roll-organs.html

 

 


Traduit de l’anglais en France

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2012/5/4/133084.html