Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

281,578,206 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Enquête sur les atrocités de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong perpétrées par le PCC


Des membres de la communauté médicale condamnent le prélèvement d’organes à vif par le Parti communiste chinois

 

 

(Minghui.org) Des médias chinois et anglais ont récemment rapporté des histoires derrière le procès de Gu Kailai épouse de Bo Xilai pour le meurtre de l’homme d’affaire britannique Neil Heywood. Selon the Epoch Times, la question clé a été dissimulée. En fait Bo et Gu étaient lourdement impliqués dans le prélèvement des organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant, la vente des organes et des cadavres de ces pratiquants pour le profit. Selon ces reportages la véritable raison de l’assassinat d’Heywood est qu’il était au courant de ces crimes. Le 17 août lors d’une conférence de presse au Club national de la presse , le Dr Crystal Fang, une représentante de Doctors against Forced Organ Harvestiong (DAFOH) a appelé d’urgence la communauté internationale, les gouvernements de tous les pays et les médias, à ouvrir une enquête sur les atrocités de prélèvements des organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant par le régime communiste chinois.

 

Doctors Against Forced Organ Harvesting (DAFOH), une organisation internationale crée par des médecins de différentes spécialités basée à Washington DC, cherche à mettre fin aux pratiques de trafic illégal d’organes en Chine et dans d’autres pays.


Le Parti communiste chinois (PCC) contrôle la médecine chinoise et en fait une entreprise meurtrière

 

Mme Fang a cité George Weigel, un membre éminent de l’Ethics and Public Policy Center, mentionnant "la médecine chinoise dirigée par le gouvernement, qui est devenue une entreprise meurtrière." Elle a déclaré: " La médecine doit être une profession en laquelle les gens ont confiance et basée sur une norme morale solide. C’est particulièrement important pour la profession de la transplantation d'organes. Les médecins sont censés sauver les gens. Comment peuvent-ils prendre part à des prélèvements forcés d'organes? "

 

Le Dr Crystal Fang, représentante de Doctors Against Organ Harvesting (DAFOH), a présenté le livre State Organs à la conférence de presse.

 

Dr Crystal Fang de Doctors Against Organ Harvesting (DAFOH) a présenté un nouveau livre State Organs à la conférence de presse. Le livre a été publié en juillet 2012 au Canada. Dans ce livre, plusieurs experts médicaux ont exploré l'implication de l'appareil d'État du PCC dans la transplantation d'organes. Dr Arthur Caplan, directeur du Centre de Bioéthique à l’Université de Pennsylvania, a mentionné dans le livre qu'en Chine les prisonniers sont condamnés à mort dans le but de prélever leurs organes.

 

Le livre a été édité par le fondateur de DAFOH, le Dr. Torsten Trey, et le célèbre avocat des droits humains David Matas. Après le livre Bloody Harvest, the Killing of Falun Gong for their Organs, de Davis Matas et David Kilgour, c’est la seconde publication sur les atrocités de prélèvements d'organes en Chine. Ce livre a rassemblé plusieurs manuscrits de médecins de renom dans le domaine de la transplantation d'organes. Ces documents analysent les atrocités commises par le régime communiste chinois prélevant des organes sur des prisonniers de conscience, en particulier les pratiquants de Falun Gong et a appelé à la communauté internationale à prendre des mesures immédiates.

 

Le PCC admet le prélèvement d’organes à vif

 

Début mars 2006, ont été révélées les atrocités de prélèvement d'organes à vif par le PCC sur 6.000 pratiquants de Falun Gong dans le camp de concentration de Sujiatun. Le professeur Stephen Wigmore, chef du comité d’éthique de la Société de Transplantation britannique, a condamné les transplantations d'organes en Chine comme une violation inacceptable des droits de l'homme et appelé les Nations Unies et l'Organisation mondiale de la santé à enquêter sur la question.

 

Sous la politique génocidaire du PCC contre le Falun Gong, des centaines de milliers de pratiquants ont été incarcérés dans les prisons et les camps de travaux forcés. Les pratiquants emprisonnés ont été soumis à l’examen physique habituel, y compris des analyses de sang. La plupart ont disparu par la suite. Le PCC n'a jamais nié le crime de prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong.

 

En 2001, le médecin militaire chinois Wang Guoqi a témoigné lors d’une audition devant le Sous comité des droits de l’homme de la Chambre des représentants des États Unis que les agences du PCC ont été impliquées dans le prélèvement d'organes sur des condamnés à mort pour le profit. En 2005, le régime du PCC a admis pour la première fois que 95% des organes pour la transplantation venaient de condamnés à mort. La déclaration validait ce qui était depuis longtemps soupçonné, que le prélèvement forcé d'organes était sanctionné par le régime du PCC.

 

Un médecin français: la principale source pour les transplantations d'organes en Chine sont les pratiquants de Falun Gong

 

Le Dr Harold King, dentiste et membre du DAFOH en France, a déclaré que puisque le nombre de greffes chaque année dépasse largement le nombre d'exécutions, la version officielle du PCC pour justifier la source des organes ne tient tout simplement pas. Il estime que depuis 2001, la plupart des organes viennent de prisonniers de conscience. La grande majorité étant les pratiquants de Falun Gong qui sont arbitrairement arrêtés. Ils sont considérés en bonne santé et sont à la disposition de l’État, détenus dans les centaines de milliers de camps de travail.

 

Le Dr Harold King estime que le prélèvement d'organes est une "terrible contradiction des fondamentaux de la médecine ... à savoir sauver des vies."

 

Dr King a souligné: " La Chine est le seul pays au monde où presque tous les types d'organes pour chaque type de sang peuvent être trouvés en deux semaines. Ils garantissent même un remplacement rapide si nécessaire. "

"Nous devons prendre position, ou nos propres principes éthiques vont se désintégrer, " a déclaré Dr Harold King.

 

Au 23ème Congrès international de la Société internationale de transplantation qui s'est tenu à Vancouver, Canada du 15 au 18 aout 2011, le prélèvement d'organes à vif par le PCC a été condamné et la communauté internationale a été invitée à prendre des mesures pour arrêter ce mal. Amnesty International a lancé un appel aux sociétés pharmaceutiques de ne pas participer à des essais cliniques en Chine de médicaments anti-rejets utilisés pour maintenir le système immunitaire du patient afin qu’il ne rejette pas un organe transplanté. Novartis a répondu immédiatement à l'appel. La Société Internationale des droits de l'homme en Allemagne a exprimé qu'elle portera une attention particulière aux atrocités de prélèvements d'organes par le PCC.

 

Malaisie: la Division du développement médical cessera de fournir des médicaments aux patients qui se rendent dans d'autres pays pour des transplantations d'organes

 

Datuk Dr Ahmad Ghazali, senior consultant et chef du département de néphrologie à l’Hôpital de Kuala Lumpur, a révélé que le gouvernement malais était au courant des transplantations illégales d'organes et que dès le début de 2012, la Division du développement médical avait cessé de fournir des médicaments aux patients se rendant dans d'autres pays pour des transplantations d'organes.

 

Datuk Dr Ahmad Ghazali, conseiller principal et chef du département de néphrologie, Hôpital de Kuala Lumpur.

 

Datuk Dr Harjit Singh, président de la Société malaise de transplantation, a souligné lors d'une conférence de presse qu'une personne responsable empêchera ses patients de s'impliquer dans la transplantation illégale d'organes. Ces transactions illégales se concentrent sur le profit et non sur la santé du patient.

 

Il a déclaré : "En tant que personnes responsables, nous devons empêcher les patients de s'impliquer dans la transplantation illégale d'organes. Les gens devraient choisir des moyens justes et légaux et non des moyens illégaux ".

 

Datuk Dr Harjit Singh, président de la Société malaise de transplantation

 

Israël met un terme à toute forme de tourisme de transplantation

 

Au 24ème Congrès international de la Société internationale de transplantation qui s'est tenu à Berlin, en Allemagne du 15 au19 juillet 2012, le Dr. Jacob Lavey, ancien président de la Société de transplantation d'Israël, a déclaré que depuis 2008 aucun patient israélien ne s’est rendu en Chine pour une transplantation d’organes. Le Dr. Jacob Lavey est un chirurgien cardiaque en Israël. Il a dit que le Parlement israélien a adopté une loi qui est entrée en vigueur en avril 2012 stipulant que les compagnies d'assurance ont l’interdiction de rembourser les patients pour tous types de greffes réalisées à l'étranger.

 

Dr. Jacob Lavey, un chirurgien israélien, a déclaré que depuis avril 2012, les compagnies d'assurance ont l’interdiction de rembourser les patients pour tous types de greffes réalisées à l'étranger.

 

Le professeur Li Huige: les médecins ne devraient pas devenir complices du PCC

 

Lors d'un séminaire organisé au Royaume-Uni le 5 septembre 2011 par "Doctors against Forced Organ Harvesting,” le Dr Li Huige, professeur de médecine dans une université allemande, a indiqué que par devoir de conscience, il aiderait davantage de gens à apprendre les faits sur les prélèvements d’organes à vif par le PCC. Il a déclaré : "C'est d’une extrême importance. En voyant ce genre de crime qui se perpétue en Chine, à mon avis, tout le monde a une responsabilité. Pourquoi? Ce qui se passe actuellement en Chine [le prélèvement d'organes] est atroce. Si les gens ne se lèvent pas contre ça, qu'attendent-ils? "

 

Le professeur Li Huige d'Allemagne participe au séminaire organisé par "Doctors against Forced Organ Harvesting” le 5 septembre 2011 au Royaume-Uni

 

Le professeur Li a exhorté ses collègues de la communauté médicale occidentale à participer aux efforts communs pour mettre fin à la violence en révélant la vérité sur les prélèvements d'organes par le PCC. Entre temps, pour les professionnels médicaux en Chine continentale, le Professeur Li espère qu'ils apprendront la vérité et agiront selon leur conscience. Il a dit: "Ces médecins impliqués dans le prélèvement d'organes étaient déjà devenus complices quand ils l’ont découvert. Il est difficile d'arrêter. Certains ont investi dans la propagande du PCC. On doit voir la nature méprisable du PCC. Il n'y a aucune raison de persécuter le Falun Gong, un groupe de personnes qui veulent devenir meilleures, qui croient en Authenticité, Compassion et Tolérance. Le PCC utilise simplement sa propagande calomnieuse afin de trouver une excuse pour la persécution brutale qu’il mène. Nous les médecins devrions voir à travers cela. Ne devenez pas complice. "

 

Ces dernières années, la communauté médicale internationale a continué à exprimer son inquiétude à propos de la pratique de prélèvement forcé d’organes sur personnes vivante par le PCC. La justice prévaudra. Le procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale a traduit les assassins allemands en justice. De même, dans la brutale persécution des pratiquants de Falun Gong innocents en particulier le prélèvement forcé d'organes à vif, tous ceux impliqués, qu'ils soient décideurs ou médecins exécutant les ordres, seront finalement traduits en justice.

 

Pour davantage d’ information à propos du prélèvement d’organes à vif, voir Vue d’ensemble du prélèvement forcé d’organes

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise :http://en.minghui.org/html/articles/2012/8/31/135235.html

Version chinoise :http://www.minghui.org/mh/articles/2012/8/25/261994.html