Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

281,578,206 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


La torture – un fléau en augmentation en Chine – le moment d'agir

 

 

(Minghui.org)

 

(Un extrait de cas de Falun Gong)

 

1. INTRODUCTION […] Des rapports d'augmentation de la torture pendant des campagnes périodiques de « frapper durement » contre des crimes spécifiques lorsque la police donne clairement le feu vert pour utiliser « tous les moyens » pour obtenir des « résultats rapides ». La torture et les mauvais traitements sont fréquents pendant les campagnes politiques bien en vue, comme la répression sur l'organisation interdite du Falun Gong. Dans les rares occasions où les responsables ont répondu aux témoignages détaillés fournis par les victimes et leurs familles, ils ont émis des déclarations contradictoires ou des refus absolus d'avoir commis des actes répréhensibles. Il y a peu d'indication que des allégations aient été examinées à fond. Une telle indifférence ne peut être interprétée comme un acquiescement officiel des actes de torture et de mauvais traitements lorsqu'il est entrepris au cours des campagnes de priorité nationale. Il remet en question la sincérité du gouvernement dans la lutte contre la torture. Tous les citoyens méritent et doivent être munis d'une protection contre la torture. La torture pendant les interrogatoires sont perpétrés contre tous les types de détenus, y compris les cas très médiatisés. La torture et les mauvais traitements sont également fréquents dans les prisons et les camps de travail où les prisonniers sont condamnés à des peines criminelles ou « administratives ». Les travaux forcés et la « reconnaissance de la culpabilité » sont au cœur de la politique pénale, générant un environnement où les détenus sont souvent maltraités. Un traitement particulièrement dur est exercé sur les prisonniers de droit commun et les prisonniers politiques qui sont jugés « résistants à la réforme ». Les gardiens de prison délèguent souvent les fonctions disciplinaires aux prisonniers sélectionnés ou des « patrons de cellules » qui sont habituellement responsables de maltraiter des autres prisonniers, souvent sous la direction des gardiens.

 

[…] 2. MODÈLE DE TORTURE : RESPONSABLES, LOCALISATIONS ET VICTIMES

[…] 2.2) La torture pendant la campagne de « frapper durement » et autres campagnes. Pendant les campagnes périodiques anti-criminalité de « frapper durement », les policiers sont encouragés à utiliser « tous les moyens possibles » pour afficher des résultats dans la répression des crimes spécifiques. Cela conduit souvent à une utilisation accrue de la torture et à un regain de violence. [...] La torture et les mauvais traitements sont fréquents pendant les campagnes politiques bien en vue telles que la répression en cours envers le Falun Gong, une organisation interdite. Des rapports continuels de décès de pratiquants détenus suite à de la torture et à des mauvais traitements extrêmes (voir ci-dessous, section 3, mort en détention). Alors que les fonctionnaires en charge lors de décès en garde à vue au cours des opérations normales de police peuvent être sous enquêtes et poursuivis, dans tous les cas où les victimes étaient des pratiquants de Falun Gong, le gouvernement a nié toute malversation, même face à de multiples témoignages de témoins oculaires. Le 7 octobre 1999, dans la réponse à une action urgente de la part du Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, le Gouvernement a indiqué que « aucun coups ni aucun mauvais traitements n'avaient eu lieu à la suite des mesures coercitives prises » contre le Falun Gong et que les allégations de coups, de mauvais traitements, de torture et d’assignation à domicile étaient de la « pure fabrication sans rapport avec les faits. » (4) En mai 2000, des représentants du gouvernement chinois ont déclaré au Comité des Nations Unies contre la torture que : « En cours de traitement avec des pratiquants de Falun Gong engagés dans des activités illégales, les policiers et le personnel judiciaire ont agi en stricte conformité avec la loi. Il n'est nullement question de vastes arrestations et de torture. » De telles couvertures de dénégation d'actes répréhensibles, sans aucune indication que les allégations ont été examinées à fond, ne sont pas convaincantes, particulièrement lorsque les pratiquants qui ont cherché à faire connaître des cas de torture ont subi de sévères représailles, y compris la détention par « la rééducation par le travail » (voir ci-dessous , Section 7.4).

 

2.3) La torture par un nombre croissant de police à temps partiel équipe de « Défense » et de « Sécurité » Un nombre croissant de fonctionnaires sont cités comme auteurs d'actes de torture, y compris la police administrative, des juges, des greffiers et des policiers de la Cour, des chefs de village et des directeurs du Parti, des membres des équipes de défense mutuelle (Lianfang DUI), et de nombreux types de responsable de la sécurité (bao'an) en dehors de la police régulière, mais détaché, à temps partiel ou sous contrat de travail pour eux. Ceux-ci ont inclus des Forces de gestion administratives des usines (Xingzheng guanli zhifu) et des Brigades municipales de supervision (Chengguan jiancha zhongdui). [...] Les équipes de défense mutuelle ont été fréquemment rapportées comme étant les auteurs d'actes de torture et de mauvais traitements contre des membres du Falun Gong (FLG), dans la foulée immédiate de l'interdiction du groupe spirituel en juillet 1999. Par exemple, dans la province du Hunan, le 25 juillet dans le canton de Anhua, Mme Li Juhua, une pratiquante de FLG sur le site de pratique de la ville de Meicheng, aurait été appréhendée par l'équipe de défense mutuelle locale et violée par des membres de l'équipe, souffrant de graves traumatismes mentaux par la suite. Le 26 juillet dans la ville de Xiangtan, M. Yang Junhua, la personne de contact du site de pratique du FLG de Shaoshan dans la ville de Xiangtan, aurait été battu et blessé par des membres de l'équipe n°7 interarmée de défense de la ville de Xiangtan. Il n'y a aucune indication que ces graves allégations ont été correctement étudiées.

 

[…] 2.8) Torture des malades mentaux et abus en hôpitaux psychiatriques. En dépit d'une réglementation interdisant la détention des malades mentaux dans les établissements pénitentiaires, les anciens prisonniers ont témoigné avoir été détenu avec des prisonniers souffrant de troubles mentaux. Ces prisonniers sont parmi les plus vulnérables aux attaques et à l'intimidation par les « patrons des cellules » et d'autres prisonniers. Plusieurs rapports récents ont révélé les mauvais traitements grossiers des malades mentaux dans le système de sécurité publique. [...] De nombreux cas ont également été signalés dans lesquels des pratiquants de Falun Gong, seuls ou en groupes, ont été amenés par la police dans des hôpitaux psychiatriques où ils ont été détenus pendant des périodes allant de quelques jours à plusieurs mois. Des rapports indiquent qu'ils ne disposent pas d'un examen psychiatrique avant d'être arrêtés et sont souvent obligés de prendre des médicaments contre leur volonté. Le 20 janvier 2000, Yang Yong, un porte-parole du poste de police dans le district de Fangshan Changguang à Pékin, a confirmé à un journaliste étranger que près de 50 pratiquants, principalement des femmes, ont été détenus à l'hôpital psychiatrique de Zhoukoudian près de Pékin. Il a dit qu'ils « ne sont pas malades, ils sont là pour être rééduqués ... La plupart d'entre eux sont des extrémistes de Falun Gong qui ont été à Pékin, au moins dix fois, pour protester » (13).

 

[…] 3. MORT EN GARDE À VUE – L’ÉCHEC FINAL À PROTÉGER- Dans la plupart des exemples cités ci-dessus et publiés, les victimes de la torture sont morts en garde à vue ou peu après leur libération. Amnesty International estime que la prévention de la mort en détention doit être une préoccupation prioritaire des autorités chinoises. Les mesures de prévention, y compris la fin des détentions en secret et l'établissement de mécanismes de contrôle robustes et fiables seront aussi importants que l'enquête cohérente des allégations et la poursuite des contrevenants. L'organisation connaît beaucoup plus de cas où des fonctionnaires ont tout simplement nié toute responsabilité avec aucune autre explication de la mort et où aucune enquête approfondie n'a eu lieu. Cette réponse inadéquate est la norme dans les cas de prisonniers politiques ou si les décès sont survenus au cours d'une campagne de priorité nationale contre des ennemis présumés du gouvernement. Voici une sélection représentative de cas connus d'Amnesty International. Dans tous les cas, l'organisation demande au gouvernement d'ouvrir une enquête impartiale sur les circonstances de la mort et de rendre les résultats publics, de poursuivre les responsables d'actes de torture et d'indemniser les familles des victimes.

 

[…] 3.3) Exemples du Falun Gong (27) À la mi janvier 2001, au moins 120 pratiquants de Falun Gong (62 femmes) auraient trouvé la mort depuis le début de la répression sur le groupe en juillet 1999. (28) Dans la seule province du Shandong, 24 pratiquants sont morts, près de la moitié dans la ville de Weifang et 15 personnes sont mortes dans la province du Heilongjiang. Tous sont morts en garde à vue ou peu après leur libération, dans des circonstances qui demeurent obscures et selon la plupart des rapports, de torture et de mauvais traitements. Des tentatives actives par les responsables pour dissimuler ou pour détruire des preuves ont été alléguées dans plus d'un tiers des cas. Parmi ces pratiquants, 17 (4 femmes) selon les rapports officiels « ont franchi » la mort alors qu'ils étaient transportés ou interrogés par la police, et 15 (8 femmes) « sont tombés » lors de leur détention, la majorité dans les bureaux de représentation provinciale à Pékin. 26 (16 femmes) parmi ceux qui sont morts se seraient engagés dans des grèves de la faim au cours de leur détention, avec 10 (9 femmes) qui seraient morts après des tentatives de gavage. De nombreux rapports indiquent que le gavage a été réalisé par des personnes sans formation ou sans expérience médicale, causant des dommages à la trachée-artère et d'autres complications qui auraient été fatales. De plus, 8 pratiquants (5 femmes) dont on aurait confirmé le suicide en liberté, même si plusieurs auraient été encore sous surveillance policière. Des sources officielles ont confirmé la plupart de ces décès, rejetant catégoriquement toutes les allégations de torture et de mauvais traitements. Amnesty International n'est pas en mesure de vérifier de manière indépendante ces rapports de torture ayant entraîné la mort. L'organisation est toutefois extrêmement préoccupée par la réponse inadéquate et contradictoire des autorités par le montage des preuves crédibles. Devant de nombreux témoignages concordants, la couverture de dénégation d'actes répréhensibles officiels ne sera pas convaincante, surtout quand elle est accompagnée d'une preuve officielle de dissimulation, y compris les rapports de la crémation hâtive avant autopsies qui sont effectuées et le maintien en détention de ceux qui cherchent à faire connaître leur expérience de mauvais traitements (voir section 7.4). L'organisation demande au gouvernement chinois de s'assurer que toutes les allégations soient enquêtées minutieusement et indépendamment et que les résultats soient rendus publics. Le 8 novembre 1999, Li Bing, directeur adjoint du Bureau d'information du Conseil d'État, citant des rapports de police, a confirmé que trois pratiquantes de Falun Gong étaient mortes après avoir été détenues pour leurs activités de Falun Gong. Il a nié qu'elles avaient été torturées. Sa déclaration que deux étaient mortes d'une « précédente condition cardiaque » a été utilisée dans de nombreux cas depuis. Ces affirmations remettent aussi en question le fonctionnement de la réglementation des centres de détention qui exclut la détention de ceux qui ont des conditions médicales potentiellement mortelles.

 

Chen Zixiu (f) 59 ans, pratiquante de Weifang dans la province du Shandong, serait morte sous la torture le 21 février 2000. Elle avait été détenue pendant quatre jours dans un « centre de transformation du Falun Gong » (Falun Gong Zhuanhua Kanguan Zhongxin) organisé dans un immeuble résidentiel par la police locale et le Comité de la rue Chengguan. Les pratiquants détenus avec elle ont témoigné en détail de la torture à laquelle elle a été soumise et de ses dernières heures, quand elle a perdu connaissance. La famille de Chen a vu son corps le 21 février et l’a trouvé couvert d'ecchymoses, avec des dents cassées et ses oreilles sanglantes et enflées. Ils ont également trouvé ses vêtements, couvert d’excréments. Chen Zixiu aurait été arrêtée le 17 février sur des soupçons qu'elle avait l'intention de faire une deuxième visite à Pékin pour faire appel auprès des autorités centrales contre l'interdiction du Falun Gong. Plusieurs fois, le 18 février, des fonctionnaires auraient exigé que la famille de Chen paye une amende de 1 000 yuans pour sa libération, mais ils ont refusé, considérant qu'il s'agissait d'une taxe illégale et ont menacé de poursuites judiciaires. Le 19 février, averti que des pratiquants de Falun Gong avaient été battus dans le bâtiment et ayant reçu un appel téléphonique de Chen inquiète, la famille a tenté de la rejoindre pour payer l'amende, mais n'ont pas réussi. La police locale aurait prétendu plus tard qu'elle était « décédée d’une crise cardiaque ». Le 28 février 2000, le Bureau d'information du Conseil d'État a nié qu'il y avait eu une amende ou des mauvais traitements. Il a déclaré que Chen n'avait pas été détenue mais amenée à un Bureau d'« éducation utile », et lorsque sa santé s'est détériorée qu'elle avait été envoyée à l'hôpital où elle est décédée d'une crise cardiaque. En mai 2000, des diplomates chinois semblaient contredire le récit du Conseil d'État, en disant au Comité des Nations Unies contre la torture que Chen « n’avait jamais été placée en garde à vue dans une maison de détention ». Ils ont déclaré qu'elle n'avait pas été « battue, ni soumise à des châtiments corporels », mais que le 21 février, elle avait été « envoyée à l'hôpital directement à partir de son domicile parce qu'elle ne se sentait pas bien » et qu’elle est décédée d'une crise cardiaque. Ce récit est miné par le témoignage de la fille de Chen, Zhang Xueling. (Voir 7.4). À la fin de 2000, après plusieurs mois de pétition, Zhang n'avait toujours pas obtenu une copie du certificat de décès de sa mère. Dans les cas suivants, Amnesty n'a connaissance d'aucune réponse officielle ou d'une enquête approfondie. Dans la plupart des cas, il ne semble pas y avoir eu d'autopsie pour déterminer la cause de la mort, avec la police qui agit rapidement pour que le corps soit incinéré avant qu’une enquête externe complète soit possible.

 

Liu Jiankum (m) 31 ans , de la ville de Liaoyuan, province du Jilin a été assigné à un an de rééducation par le travail en février 2000 au camp de travail de Baiquan. Les rapports allèguent que, lorsque Liu a continué à pratiquer les exercices de Falun Gong en prison, ses codétenus, à l'instigation des gardes, l’ont férocement battu à plusieurs reprises. En mai 2000, il se serait plaint de douleurs à la poitrine, et le 2 juillet, il était incapable de manger. On a exigé qu'il poursuive le travail lourd jusqu'au 5 juillet, les fonctionnaires ont informé sa famille de le récupérer pour des traitements médicaux à la maison. Les hôpitaux de la ville et du district ont confirmé que ses côtes étaient fracturées et que du fluide s’était accumulé dans sa poitrine. Il est mort à l'hôpital le 27 août 2000.

 

Wang Xingtian, (m) 44 ans, originaire du canton de Dayang Ning, province du Hebei. Le 21 février 2000, Wang aurait été arrêté avec d'autres pratiquants dans le « Centre d'éducation juridique » de son village pour l'empêcher de se rendre à Pékin pour faire appel contre la répression du Falun Gong. Ils ont été transférés aux bureaux du gouvernement dans le village de Beiquanli autour du 23 mars, où ils ont été privés de nourriture et étaient tenus de payer une amende de 1000 yuans et un dépôt de 1000 yuans et de rédiger une promesse de se rétracter. Wang a refusé de le faire. À midi, le 25 mars, ses amis lui ont rendu visite, lui suggérant de se soumettre. Plus tard ce jour-là, Wang a été roué de coups par des travailleurs embauchés utilisant des matraques et des barres de fer. La famille de Wang aurait eu à payer de l'argent et signer l'engagement avant de pouvoir le ramener à la maison, inconscient. Il est mort ce jour-là. Des rapports subséquents ont allégué que des fonctionnaires locaux avaient versé de l'argent à la famille, pour « résoudre la question en privé ».

 

Mei Yulan (f) 44 ans, a été arrêtée le 13 mai 2000, pendant qu’elle pratiquait les exercices de Falun Gong à l’extérieur de sa maison. Elle a été détenue au centre de détention du district de Chaoyang, Pékin. Elle s’est jointe aux compagnons de cellule qui faisaient une grève de la faim et le 17 mai, elle a été gavée d'eau salée et de lait de soja par le nez. Les codétenues ont allégué que cela avait été réalisé par une codétenue sans compétences médicales mais que les gardiens ont prétendu qu’elle était infirmière. Ils ont entendu Mei Yulan hurler de douleur pendant la procédure et peu de temps après son retour dans la cellule, elle a commencé à cracher du sang. Les gardiens qui ont été alertés ne l'ont pas envoyée pour un traitement avant le lendemain. Elle a ensuite été renvoyée à la cellule avec un mal de tête insupportable et avait des difficultés à respirer. Les codétenues ont rapporté que « ses mains et ses pieds sont devenus froids et ses yeux ont cessé de bouger », à ce point-là elle a été transférée à l'hôpital Minghang, où elle n’aurait jamais repris conscience. Les autorités hospitalières ont confirmé qu'elle était morte le 23 mai, citant « grève de la faim » comme raison. (29)

 

Dong Buyun (f) 36 ans, une pratiquante de Falun Gong et enseignante de l'école du district de Lanshan, ville de Linyi, province du Shandong, aurait trouvé la mort le 21 septembre 1999, pendant qu’elle était en garde à vue dans son école. Elle avait été arrêtée plus tôt à Pékin et renvoyée à Lanshan sous escorte policière. Selon des sources du Falun Gong, après sa mort, les responsables locaux de Langshan ont affirmé que Dong Buyun serait morte quand elle aurait sauté d'un immeuble dans la nuit, mais n'ont pas donné plus de détails. Son corps aurait été incinéré le jour même. Il n'y a eu aucun rapport officiel sur son cas.

 

Zhang Zhenggang (m) 36 ans, de la ville de Huai'an, province du Jiangsu, a été arrêté le 2 mars 2000, pour interrogatoire et a été transféré au centre de détention de la ville de Huai'an. Il aurait été sauvagement battu le ou autour du 25 mars, il aurait subi des blessures graves à la tête. Il a été envoyé au Premier hôpital de la ville de Huai'an pour un traitement d'urgence, dont une opération à la tête, mais n'a jamais repris conscience. Ses parents ont été conduits à l'hôpital pour s'occuper de lui, mais la police surveillait la salle et refusait de leur donner des informations détaillées sur son état de santé et sur son traitement. La famille de Zhang a déclaré que le soir du 30 mars, après que les médecins aient trouvé le pouls de Zhang très faible, environ 40 policiers sont arrivés pour boucler la salle et le couloir. Les parents ont été forcés de se rendre dans une salle d'attente et affirment que la police est intervenue avec le médecin pour couper l'alimentation en oxygène de Zhang ainsi que la transfusion sanguine. Les policiers ont immédiatement amené le corps de Zhang au crématorium de la ville. Le lendemain, des curieux seraient intervenus, obligeant la police à abandonner leur tentative d’exclure la famille du crématorium. Au contraire, ils auraient contrôlé tout le processus funéraire, mettant des conditions telles qu'aucun hommages floraux ne soient envoyés ou que des appels soient faits auprès des autorités supérieures.

 

[…] 7. ENQUÊTE ET POURSUITE DE LA TORTURE EN PRATIQUE

[…] 7.4) Représailles contre ceux qui dénoncent la torture. Une action concertée, depuis de nombreuses années, par les victimes ou leurs proches a été la clé de la plupart des poursuites réussies des tortionnaires rapportés au cours des dernières années. Cependant, les victimes, les proches, les avocats et les citoyens concernés qui s'engagent dans la poursuite de la justice dans ces cas font face à des risques importants, comme le harcèlement, les sanctions économiques, les mauvais traitements et la détention. L'arrestation et la détention continuelles des personnes qui dénoncent les détails de la torture et de la détention constitue une violation du droit à la liberté d'expression et d'association. Elle ne peut pas être justifiée. Elle remet également en question la sincérité de l'engagement des autorités à lutter contre la torture. [...] Liang Qing (f), originaire de la ville de Dalian, province du Liaoning, a été condamnée sans procès à trois ans de « ré-éducation par le travail » pour avoir envoyé des informations aux médias étrangers sur la torture de Zhang Chunqing (f), une compagne de pratique du Falun Gong. (66) Liang Qing aurait d'abord été détenu pendant 26 jours à partir du 20 juillet 1999 au centre de détention Yaojia à Dalian et de nouveau arrêté le 24 octobre. Zhang Chunqing (f), qui avait fait un compte-rendu de son mauvais traitement au centre de détention de Yaojia en septembre, a également été de nouveau arrêtée à la fin d’octobre et condamnée à trois ans de « rééducation par le travail ». Elle était détenue au camp de travail de Masanjia. Quatre pratiquants de Falun Gong du canton de Zhaoyuan dans la province du Shandong, Li Lanying, Chen Shihuan, Liu Jinling et Chi Yunling, auraient été arrêtés en novembre 1999, pour avoir révélé les détails au sujet du décès de Zhao Jinhua (f), des suites de la torture, en octobre 1999 (Voir la Section 3 ci-dessus). En décembre 1999, Li Lanying et Chen Shihuan auraient été assignés à « trois ans de rééducation par le travail » à être purgé dans un camp de travail du canton de Zibo, province du Shandong. Liu Jinling et Chi Yunling auraient été encore en détention en janvier 2000. On ne sait pas trop si elles ont été condamnées. Le 17 avril 2000, Zhang Xueling, la fille de Chen Zixiu, une pratiquante de Falun Gong qui est morte en garde à vue à Shandong en février 2000 (voir section 3.3) a été administrativement détenue, accusée de « déformer les faits pour saper l'ordre social ». Zhang Xueling n'était pas une pratiquante de Falun Gong, mais avait demandé justice auprès du Conseil d'État et avait diffusé aux médias chinois et étrangers son propre témoignage et celui des témoins oculaires de la détention de sa mère, des mauvais traitements et de son décès. En mai 2000, les diplomates chinois ont confirmé au Comité des Nations Unies contre la torture que Zhang Xueling avait été soumise à 15 jours de détention administrative. Ils ont affirmé qu'elle avait « déformé la réalité au sujet de la mort de sa mère et qu’elle propageait des rumeurs, perturbant l'ordre social ». Lors de sa libération, Zhang Xueling a déclaré aux journalistes étrangers que son attitude n’avait pas changé. Elle a publié ensuite un compte-rendu de ses nombreux appels infructueux à la police, aux départements législatif et gouvernemental pour les rapports médico-légaux, pour une enquête et pour des poursuites déclarant : « Même maintenant, je ne sais toujours pas comment j'ai déformé les faits ou quels faits j’ai déformé. Qu’est-ce que les faits sont censés être ? » (67) [...]

 

 

Traduit de l’anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2001/2/17/4550.html