Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

268,391,416 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


Exposer les mensonges des « 1400 cas de décès »

 

Reportage condensé écrit par un correspondant de Minghui

 

Cet article a été publié la première fois en novembre 2011.

 

 

(Minghui.org) Peu de temps après que la persécution du Falun Gong ait commencé en 1999, le Parti communiste chinois, sous la direction de son chef de l’époque Jiang Zemin, a matraqué les médias contrôlés par l’État avec une litanie de propagande. Parmi les fabrications qui ont le plus nui à la réputation du Falun Gong, les soi-disant « 1400 cas de décès » selon lesquels la pratique du Falun Gong aurait mené à la mort de 1400 personnes. L’examen de la preuve révèle non seulement combien l’accusation était fausse, mais certaines des propres statistiques du PCC ont en fait soutenu les incroyables bienfaits du Falun Gong sur la santé. Cet article est une collection des différents points qui exposent ce mensonge du PCC.

 

* * *

 

Introduction

 

Le Falun Gong est une méthode de cultivation et pratique de haut niveau de la Loi de Bouddha qui a été présentée au public en mai 1992 par son fondateur M. Li Hongzhi. M. Li a enseigné les exercices et les principes du Falun Gong a travers la Chine, il a enseigné aux gens à adhérer aux principes de Zhen-Shan-Ren (Authenticité-Bienveillance-Tolérance). Le nombre de pratiquants a augmenté très rapidement dans toute la Chine alors que les effets du Falun Gong sur la guérison des maladies et le maintien de la santé se sont répandus. En 1998, le Bureau national des Sports a mené cinq sondages sur la santé qui ont été donnés à environ 35 000 pratiquants de Falun Gong dans les villes de Pékin, Wuhan, Dalian et dans la province du Guangdong. Les résultats ont montré que 98 % des gens pratiquant le Falun Gong ont eu des bienfaits sur leur santé. Le groupe a conclu que « le Falun Gong présente des centaines de bienfaits pour le peuple chinois et la nation, et n’est en rien nuisible. »

 

Le rapport suivant, « Rapport d’un sondage sur l’effet du Falun Gong sur la santé sur 10 000 cas à Pékin », montre les changements dans la santé des gens avant et après avoir pratiqué le Falun Gong :

 

d17b112.jpg (40660 bytes)

49198944.jpg (55216 bytes)

 

Il y a eu beaucoup d’articles de presse positifs sur le Falun Gong avant 1999. Medicine and Health a publié un article intitulé « Pour guérir la maladie et rester en bonne santé, la pratique du Falun Gong est ce qu’il y a de mieux » le 24 décembre 1997. Après que le sondage du Bureau national des Sports ait été fait dans la ville de Changchun le 15 mai 1998, CCTV a fait un reportage sur comment les gens qui pratiquaient le Falun Gong étaient en si bonne santé. Le journal The China Economy Times a fait un reportage sur Xie Xiufen, une femme au foyer de la ville de Handan, province du Hebei, le 19 juillet 1998. Elle avait retrouvé la capacité de marcher après avoir été paralysée pendant 16 ans. L’article s’intitulait « Je me suis levée ! »

 

Au cours de la cérémonie d’ouverture de la Semaine d’activité de la santé traditionnelle chinoise au Festival des sports de l’Asie tenue dans la ville de Shenyang le 28 août 1998, le journal China Youth a mentionné que de nombreux pratiquants de Falun Gong avaient été guéris de nombreuses maladies. Yangcheng Evening News (dans la ville de Guangzhou) a publié « Vieux et jeunes pratiquent le Falun Gong » le 10 novembre 1998. Le Shenxing Times (dans la ville de Shenzhen) a publié « Brève introduction au Falun Gong » et des articles supplémentaires occupant toute une page le 31 décembre 1998. Les titres de ces articles étaient « Le Falun Gong est la tendance à Shenzhen, avec trois mille pratiquants dévoués », « Point de pratique en groupe sur le campus, les professeurs et les étudiants prennent l’initiative de faire les exercices », et « Le Falun Gong est très efficace pour guérir les maladies et rester en bonne santé, amenant des bienfaits à de nombreux patients. » Sept photos accompagnaient les articles.

 


China Youth newspaper, August 28, 1998

Medicine and Health newspaper, December 4, 1997

 

Une fois que la persécution a commencé en juillet 1999, les médias contrôlés par l’État ont diffusé des photos de corps ensanglantés, diffamé le Falun Gong en l’accusant de 1400 décès, et les gens dans tout le pays ont été horrifiés. Beaucoup de citoyens qui ne connaissaient pas la vérité sont devenus hostiles envers les pratiquants de Falun Gong. Pourquoi n’y avait-il pas un seul cas de décès avant que la persécution ne commence ? Pourquoi n’y avait-il pas d’autres cas de décès rapportés par les autres pays où le Falun Gong était pratiqué ?

 

Voici quelques-uns des cas qui ont été inclus pour faire partie des « 1400 décès », et qui révèlent clairement la propagande du PCC.

 

I. Les malades mentaux utilisés pour diffamer le Falun Gong

 

En se basant sur les données statistiques du ministère de la Santé publique en Chine, on voit que 5 % de la population de Chine sont des malades mentaux, ce qui totalise environ 65 000 000 personnes. 70 % de ces malades mentaux sont très infirmes. Près de 400 000 patients sévèrement malades sont incapables de prendre soin d’eux-mêmes. On sait que les malades mentaux peuvent faire une rechute de leurs troubles mentaux. Beaucoup de ces « 1400 cas de décès » étaient des malades mentaux. Cependant, les enseignements du Falun Gong mentionnent clairement que les personnes qui sont gravement malades et les malades mentaux ne sont pas autorisés à pratiquer le Falun Gong. La pratique mentionne aussi clairement que tuer, y compris le suicide, est un péché.

 

Cas n°1 : Wang Anshou

 

Wang Anshou, un employé de l’usine de machinerie de Taishan dans la ville de Xingtai, province du Shandong, a tué ses parents avec une pelle quand il a fait une rechute de ses troubles mentaux. Le verdict du cas civil du tribunal populaire de la ville de Xingtai donné le 10 novembre 1999 mentionne : « La cour remarque que l'intimé souffrait d’un désordre mental avant de se marier et qu’il avait essayé de cacher ce fait. Après son mariage, l'intimé a eu des périodes de maladies mentales de nombreuses fois et il a eu longtemps des problèmes à essayer de guérir de ses troubles mentaux. L'intimé a tué ses parents avec une pelle quand il a fait une rechute de sa maladie mentale… » « La demande ferme de la femme de l'intimé pour un divorce est appuyée par le tribunal. » Le PCC a attribué le meurtre de Wang à sa pratique du Falun Gong, malgré le fait que le verdict de la cour ne fait aucune mention qu'il pratiquait le Falun Gong, et qu’il avait des troubles mentaux depuis 1988.

 

Rapport complet : “Why Did Wang Anshou Kill His Parents? Court Ruling Contradicts Jiang Group's Attempt to Blame Falun Gong” :

http://clearwisdom.net/html/articles/2004/4/24/47354.html

 

Cas n°2 : Wu Honghui

 

Wu Honghui était un employé du poste de prévention de la maladie et de la santé publique de la ville de Shuangcheng, province du Heilongjiang. Il est devenu dément il y a plus de 20 ans quand ses parents l'ont forcé de rompre avec sa petite amie. Il ne pouvait plus travailler et son état s’est empiré. Il est entré en contact avec le Falun Gong, mais ses amis et sa famille ont confirmé qu’il n’était pas un pratiquant du fait de ses troubles mentaux. Il a sauté d’un immeuble en 1996 et s’est suicidé. Sa femme a dit qu’il avait des antécédents de maladie mentale. Elle a écrit au gouvernement de la ville de Shuangcheng pour clarifier que la raison de son suicide était une rechute de ses troubles mentaux.

 

Rapport complet (chinois seulement) :

http://www.minghui.org/mh/articles/2001/8/31/15695.html

 

Cas n°3 : Wang Chengxiang

 

Wang Chengxiang, dans la soixantaine, était un employé retraité de l’entrepôt de grains du faubourg de Handian à Shuangcheng. Sa famille a des antécédents de maladie mentale — sa mère a sauté dans un puits et son oncle s’est pendu. Treize personnes dans sa famille sont mortes anormalement. En 1998, le fils de Wang a trouvé un appartement au sixième étage du logement familial dans le bâtiment d’entrepôt de grains. Le fils a essayé de persuader M. Wang de déménager avec sa famille. M. Wang pensait que le sixième étage était trop haut, et il préférait sa maison de pierre de trois ans et ne voulait pas la vendre. Il a dit à son fils : « Je ne déménagerai pas dans ton appartement, je pourrai sauter de cet immeuble. » Plus tard il a vraiment déménagé chez son fils, mais il n’était pas heureux là-bas. Il avait des problèmes mentaux et a tenté de se suicider.

 

Sa famille était très inquiète pour lui. Sa femme a essayé de lui faire pratiquer le Falun Gong dans l’espoir que cela diminuerait son stress. Il n’a jamais lu les livres du Falun Gong ; il faisait juste quelques exercices. Le deuxième jour après le Nouvel An chinois en 1999 (17 février 1999), il s’est suicidé en sautant de l'immeuble. Les employés de l’entrepôt de grains ont dit qu’ils savaient que son suicide n’avait pas été causé par la pratique du Falun Gong, alors que les médias du PCC ont mentionné le contraire.

 

Rapport complet (chinois seulement) :

http://www.minghui.org/mh/articles/2001/8/31/15695.html

 

Cas n°4 : Yu Suzhao

 

Au cours de la Révolution Culturelle [un mouvement politique communiste de 1966-1976 qui a dénoncé les valeurs traditionnelles et la culture], Yu Suzhao a été hospitalisée à l’hôpital psychiatrique de Fangcun à Guangzhou pendant plusieurs mois pour maladie mentale. En 1995, elle a caché ses antécédents médicaux aux pratiquants de Falun Gong et elle a commencé à pratiquer le Falun Gong. Au début 1998, les troubles mentaux de Yu Suzhao sont réapparus et sa famille l’a emmenée à l’hôpital psychiatrique. À l’époque, les pratiquants ont suggéré qu’elle arrête de pratiquer le Falun Gong. Elle était d’accord et elle a rendu tous ses livres et enregistrements du Falun Gong, et elle a cessé de pratiquer. Plus tard elle est sortie de l’hôpital psychiatrique, et six mois plus tard elle a rechuté, et elle est tombée d’un immeuble et est morte. Le PCC a prétendu que le Falun Gong avait causé sa mort, malgré le fait qu’elle avait des troubles mentaux depuis plus de vingt ans.

 

Cas n°5 : Long Gang

 

Long Gang vivait dans la banlieue de Shuangshi, district de Yongchuan, ville de Chongqing. Il s’est suicidé en sautant dans une rivière. Après sa mort, un journaliste appelé Du a interviewé sa femme. Elle a été payée 200 yuan pour lire une note diffamatoire disant que le Falun Gong avait causé sa mort. Ses parents ont écrit au site Minghui : « Comme parents, nous aurions su clairement si notre fils avait ou non des problèmes mentaux, et oui il avait des troubles mentaux. Notre fils a eu un épisode psychotique le jour où il a sauté dans la rivière, et cela n’avait rien à voir avec le Falun Gong. Comme parents, nous devons dire la vérité, et ne pouvons pas être contre notre conscience. »

 

Déclaration complète de la mère de Long Gang : « Exposer la vérité des '1400 cas de décès' : la mort de mon fils n’a rien à voir avec le Falun Gong » :

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/1/20/17934.html

 

Cas n°6 : Zhu Changjiu

 

Zhu Changjiu vivait dans le village de Zhanggezhuang, bourg de Qingda, ville de Renqiu, province du Hebei. Il a été déclaré dément en 1997. Sa femme, Bian Lixin, a dit qu’il avait souvent des idées confuses et que son comportement était instable. Son état s’est amélioré au début de 1999. Après que la persécution ait commencé en juillet 1999, son père a brûlé tous ses livres de Falun Gong. Les administrateurs du village et la police locale l’appelaient tous les jours, le mettant sous forte pression mentale. Son désordre mental est réapparu. Le 25 novembre 1999, il a été vu nu, riant, et étant devenu fou. Il a tué ses parents le lendemain matin avec un marteau. Les médias du PCC ont accusé le Falun Gong, et ont camouflé le fait qu’il avait des troubles mentaux depuis des années.

 

Rapport complet (chinois seulement) :

http://www.minghui.org/mh/articles/2000/6/22/1714.html

 

Cas n°7 : Ma Jianmin

 

Ma Jianmin était un employé du champ de pétrole de Huabei dans la ville de Renqiu, province du Hebei. Ma, et les autres membres de sa famille, avaient des antécédents familiaux de troubles mentaux. Il a pratiqué toutes sortes de qigong. Quand le Falun Gong a été présenté aux gens sur le champ de pétrole de Huabei, il a aussi essayé de faire les exercices de Falun Gong.

 

Un jour, Ma Jianmin était seul chez lui. Sa famille l’a trouvé mort dans la salle de bain avec son ventre ouvert, et a appelé la police. Plus tard, CCTV (média contrôlé par l'État) est venu chez lui pour faire un reportage. Un des fils de Ma Jamin a déclaré plusieurs fois que la mort de Ma Jianmin n’avait rien à voir avec le Falun Gong, et a refusé de participer à ce reportage. CCTV, cependant, n'a pas tenu compte du fait qu’il avait des troubles mentaux et a produit une histoire frauduleuse, S'éventrer pour chercher la roue de la Loi.

 

Parmi les « 1400 décès », ce cas particulier a incité beaucoup de haine envers le Falun Gong, car le public a été induit en erreur dans la croyance que les pratiquants de Falun Gong « s'éventraient pour chercher le Falun ».

 

Article lié : « How the Chinese Communist Party Spreads Lies in Order to Persecute Falun Gong » : http://clearwisdom.net/html/articles/2005/4/21/59903.html

 

Cas n°8 : Liu Pinqing

 

Dans l'après-midi du 22 juillet 1999, CCTV a fait une émission sur l’ordre du PCC d'interdire le Falun Gong. Le programme présentait un homme appelé Liu Pinqing, qui était chef d’une usine de machinerie agricole dans le faubourg de Gushan, ville de Donggang, province du Liaoning. L'annonceur disait au cours du programme que Liu Pinqing s'était suicidé en se jetant dans un puits après avoir « pratiqué » le Falun Gong. Selon les gens qui sont au courant dans cette région, Liu Pinqing avait perdu plus de 100 000 yuan dans son commerce. De plus, lui et sa femme ne s'entendaient pas du tout et par conséquent ils s'étaient séparés depuis longtemps. Dans de telles circonstances, Liu souffrait de tourments mentaux. À l'époque, quelqu’un lui a présenté le Falun Gong. Il a lu le livre, mais il n’a jamais fait la pratique. Selon les gens de la région qui le connaissaient, il n’était pas du tout un pratiquant de Falun Gong. M. Liu a développé un désordre mental à cause des circonstances extrêmement défavorables dont souffrait sa famille, et cela est la vraie raison qui l’a poussé au suicide.

 

II. Morts naturelles utilisées pour diffamer le Falun Gong

 

Selon le livre annuel des statistiques de la Chine, la moyenne du taux de décès en 1998 était 0,0065 % ou 65 morts sur 10 000 personnes. Beaucoup des cas inclus dans les « 1400 décès » étaient des morts naturelles. Certaines de ces personnes ont peut-être pratiqué le Falun Gong, mais la vraie cause du décès était la maladie. Voici ce que les familles ont dit sur la mort des membres de leur famille.

 

Cas 1 : Ma Jinxiu

 

Selon la fille de Ma, « avant qu’elle ait commencé à pratiquer le Falun Gong, ma mère était très malade. En remontant à l'époque où j'étais à l’école secondaire, elle avait demandé à des proches de prendre soin de mes deux sœurs et de moi au cas où elle mourrait. Elle avait eu du diabète à un stade avancé pendant 10 ans et avait eu une grave attaque en 1994, et une autre en 1995. En 1996, elle a commencé à pratiquer le Falun Gong toute seule, et sa santé s’est grandement améliorée. Elle n’avait plus besoin de prendre de médicaments. Comme elle a continué à pratiquer les exercices, à lire les livres de Falun Gong, et à essayer d’améliorer son caractère moral, elle a commencé à se sentir bien mieux que les autres années. Son visage déformé est revenu dans son état normal !

 

« Au milieu de l’année 1997, ma mère a commencé à se sentir mal dans son corps et alors nous l’avons emmenée à l’hôpital le jour même. On nous a dit que son état était très critique et qu’elle pourrait bientôt mourir. Elle est restée hospitalisée et est morte quelques mois plus tard. Les médecins ont dit qu’elle était morte d’un anévrisme cérébral.

 

« Plus tard j’ai entendu que Jiang et le Bureau 610 avait publié “ 1400 cas de décès ” où les gens sont supposés être décédés à cause de la pratique du Falun Gong, et le cas de ma mère y était inclus. Il n’y a pas de doute que ma mère était décédée d’un anévrisme cérébral. Quand elle était hospitalisée, elle a reçu beaucoup d’attention médicale et elle a pris tous les médicaments que les médecins lui ont prescrits et elle a aussi reçu beaucoup d’injections, mais malheureusement elle est morte quand même. Alors pourquoi n’ont-ils pas dit qu'elle est morte des suites des traitements qu’elle a reçus à l’hôpital ? Comment les autorités ont-elles pu dire que ma mère est morte de la pratique du Falun Gong juste parce qu’elle avait pratiqué le Falun Gong à un moment donné ? »

 

Article lié : “1,400 Deaths or Party Propaganda?” :

http://clearwisdom.net/html/articles/2011/10/1/128695.html

 

Cas 2 : Li Fengxiang

 

Li Fengxiang vivait dans la ville de Wuchang, province du Heilongjiang, et était employée au Life Stock Medicine Factory. On lui a diagnostiqué un cancer des poumons à un stade avancé au printemps 1998 quand la tumeur a commencé à suppurer. Sa jeune sœur pratiquait le Falun Gong depuis 1996, et toutes ses maladies avaient disparu. Elle est allée persuader Mme Li Fengxiang de pratiquer aussi le Falun Gong. Mme Li Fengxiang a commencé à pratiquer, et son état de santé s’est amélioré, mais elle est morte en juin 1999. Son mari a fait une fausse déclaration sous l’immense pression. Sa sœur a écrit au site Minghui et a dit : « Si elle n’avait pas pratiqué le Falun Gong, ma sœur n’aurait pas vécu jusqu’en 1998. »

 

Rapport complet (chinois seulement) :

http://www.minghui.org/mh/articles/2004/10/3/85686.html

 

Cas 3 : Chen Yuping

 

Chen Yuping, 34 ans, était un professeur de l’école de Dongmen du district de Huangzhou, ville de Huanggang, province du Hubei. En mars 1998, les médecins lui ont diagnostiqué un cancer du foie trois fois, et on lui a dit qu’il ne lui restait plus longtemps à vivre. Il n’avait jamais pratiqué le Falun Gong avant sa maladie. Sa femme l’a poussé à pratiquer le Falun Gong, sans prendre en considération le fait que les gens très malades ne devraient pas assister aux conférences de Falun Gong. Chen Yuping s'est joint à un groupe de pratique avec le seul motif de guérir de sa maladie. Il est mort trois mois plus tard, comme les médecins s'y attendaient.

 

Article complet : “See The Truth behind One of the So-Called 1,400 Death Cases: The Story of Chen Yuping” : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2001/4/27/9094.html

 

Cas 4 : Wang Ku

 

Wang Ku, un employé du gouvernement, a eu une fois l’hépatite B. Cela a été diagnostiqué en 1984, et il est mort en 1998 d’une cirrhose du foie. Apparemment, il n’y avait rien d’anormal dans ce cas ; cependant, le PCC l’a répertorié dans les « 1400 cas de décès ». Sa femme a dit : « La mort de mon mari a été publiée dans le journal pour attaquer le Falun Gong. Mon mari est mort d’une maladie du foie, et cela n’a rien à voir avec le Falun Gong car il ne l’a jamais pratiqué. »

 

Article complet : My Husband Never Practiced Falun Gong, but He Was Listed As One of the 1,400 Examples : http://clearwisdom.net/html/articles/2001/6/19/11552.html

 

III. Forcer les gens à diffamer le Falun Gong

 

Une fois que le régime de Jiang a assigné la tâche de persécuter et de diffamer le Falun Gong aux hauts responsables du PCC, beaucoup d’entre eux ont vraiment essayé de fabriquer des informations afin d’avancer leur position dans le climat politique du PCC. Soudain la police a promis de réduire les peines d’emprisonnement si les criminels détenus diffamaient le Falun Gong. Les autorités du monde hospitalier promettaient une réduction des frais médicaux si les patients diffamaient le Falun Gong. Certaines personnes se faisaient passer pour des pratiquants pour donner une impression défavorable à la télévision ou dans les médias.

 

Une criminelle accuse le Falun Gong, elle échappe à la peine de mort

 

En 2000, la chaîne de télévision de la ville de Panjin, dans la province du Liaoning, a fait un reportage sur « une mère assassinée, Wei. » Le reportage disait que cette vieille femme vivait grâce à la récupération de déchets des tas d’ordure. Sa fille sans emploi passait son temps à jouer au Mahjong dans la ville de Haicheng. Quand sa fille était fauchée, elle demandait de l’argent à sa mère. Une nuit où la femme n’a pas eu d’argent à donner à sa fille, sa fille l’a tuée.

 

Plus tard, les gens du bureau de la sécurité publique ont dit à sa fille : « Vous devriez dire que vous pratiquez le Falun Gong - si vous mettez tout le blâme sur le Falun Gong, nous lèverons la peine de mort. » Les résidents locaux savaient qu’elle ne pratiquait pas le Falun Gong, mais les autorités les ont intimidés pour qu'ils gardent le silence.

 

Le « bossu » Zhang Haiqing s'est fait promettre une réduction de 50 % pour ses frais médicaux par CCTV

 

Zhang Haiqing, un homme handicapé qui souffrait d’un dos bossu, menait une vie très difficile. Il avait un magasin de gravure dans la ville de Panjin, province du Liaoning, et vivait à la campagne. Un jour, Zhang est allé à l’hôpital Xiehe de Pékin pour un traitement pour soigner ses vertèbres inflammées. Sa femme raconte l’histoire suivante :

 

Quand le couple est arrivé à l’hôpital, il y avait une très longue file d’attente au guichet d’inscription. Pendant qu’ils attendaient, un reporter de CCTV est arrivé et a dit aux gens là-bas : « Toute personne qui souhaite passer à CCTV pour diffamer le Falun Gong pourra se faire inscrire en premier et recevra 50 % de réduction sur ses frais médicaux. » Comme Zhang Haiqing était très anxieux de pouvoir obtenir un rendez-vous, il a répété les mots du reporter de télévision diffamant le Falun Gong, et il a prétendu que la pratique du Falun Gong l’a fait devenir bossu. Il a pu se faire inscrire en premier, mais il n’a jamais reçu la réduction promise par CCTV. Sa femme a dit que CCTV avait menti, et les personnes locales savaient toutes que Zhang n’avait jamais pratiqué le Falun Gong.

 

Article lié : “Officials Fabricate Charges Against Falun Gong Practitioners in Panjin City, Liaoning Province” :

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/12/4/29349.html

 

Li Shuxian joue la comédie avant sa mort

 

L’incident s’est passé dans le village de Cuijiatun, bourg de Xinhua du district d’Acheng, ville de Harbin, province du Heilongjiang. Li Shuxian, une agricultrice, a déménagé dans le bourg de Daling dans le district d’Acheng après s'être mariée. En juillet 1999, elle a été emmenée à l’hôpital n°4 de la ville de Harbin pour se faire soigner de son ulcère à l’estomac. À l’époque, la famille de Mme Li était très pauvre et ne pouvait pas payer ses frais médicaux. Le chef de l’hôpital a dit à la famille que s’ils disaient que Li Shuxian avait obtenu sa maladie à cause de la pratique du Falun Gong, l’hôpital ne les ferait pas payer pour ses traitements médicaux et prendrait bien soin d’elle pendant son hospitalisation. Attirés par l’offre, ils ont accepté de coopérer.

 

Ensuite, un reporter du journal de Harbin, New Evening Press, est arrivé à l’hôpital pour interviewer le mari de Li Shuxian. Le reporter lui a fait répéter les mots pré-écrits ; « Ma femme est devenue malade à cause de sa pratique du Falun Gong. Elle est devenue si maigre parce qu’elle refusait de manger quand elle pratiquait « bigu » (jeûne). Maintenant elle a développé un ulcère de l’estomac, et nous n’avons pas l’argent pour payer les frais médicaux. »

 

Tout ceci était mensonge : Li Shuxian n’a jamais pratiqué le Falun Gong et le Falun Gong ne fait pas la pratique de « bigu ». Quand le reporter a été satisfait de la prestation du mari de Li, il a fait une vidéo de l’interview. Donc, une histoire a été créée pour blâmer le Falun Gong et pour tromper les gens.

 

Avant le 30 juillet 1999, le New Evening Press de Harbin a publié l’histoire accompagnée d’une photo de la mère de Li la portant dans ses bras. Le titre du reportage, « Devenir un squelette vivant à cause de la pratique du Falun Gong ». Dans l’article, Li Shuxian disait : « C’est le Parti communiste qui m’a sauvée. C’est le journaliste qui m’a sauvée. » Les autorités dans le bourg de Xinhua et du gouvernement du district d’Acheng ont lu l’article dans le journal et ont commencé à faire des recherches sur le cas. La 6e tante de Li Shuxian, Zhang Xiuli, a été emmenée au poste de police du bourg et interrogée par un policier local, Hou Guofu. Hou a demandé : « Avez-vous enseigné à Li Shuxian à pratiquer le Falun Gong ? » Zhang Xiuli a dit : « Non, je ne lui ai jamais appris le Falun Gong. » Elle a aussi fait une déclaration écrite. D'autres recherches ont prouvé que Li Shuxian n’avait jamais pratiqué le Falun Gong.

 

Cependant, après le « traitement spécial » de l’hôpital, la maladie de Li Shuxian s’est empirée, et elle a eu des convulsions de nombreuses fois. En outre, l’hôpital l’a mise dehors de force et elle a dû rentrer chez elle. Li Shuxian est morte peu de temps après ; cependant, l’histoire fabriquée a largement été publiée par les médias, comme la TV de Harbin, la TV du Heilongjiang, et le programme de CCTV Millions de familles. Plus tard elle a été répertoriée comme un des « 1400 cas de décès ». Dans un centre de lavage de cerveau du district d’Acheng, ils ont essayé de faire visionner le clip vidéo aux pratiquants de Falun Gong. Les pratiquants leur ont dit : « Cela est arrivé localement, et nous savons tous que c’est un mensonge pour tromper les gens. Vous savez cela aussi. Ne prenez pas la peine de nous le montrer ! » Puis le personnel a arrêté de passer la cassette.

 

Article complet : “Perspectives on the “1400 Fabricated Death Cases”-- Li Shuxian Put on an Act before Her Death http://www.clearwisdom.net/html/articles/2011/9/24/128309.html

 

Comment CCTV a utilisé la mort d’une malade mentale pour diffamer le Falun Dafa

 

Du Weiping, 22 ans, était une ancienne résidente du faubourg de Dadianzi, ville de Tieling, et avait une maladie mentale. Bien que Du ait été allée voir de nombreux docteurs, y compris des chamans, ses troubles mentaux demeuraient. Ses parents l’ont aussi emmenée dans une église chrétienne, espérant que son état s’améliorerait ; cependant, cela n’a pas aidé non plus. Après que tous les remèdes possibles aient échoué de guérir la psychose de Du, ses parents ont encouragé Du à apprendre le Falun Gong. Du a pratiqué le Falun Gong pendant deux mois, et son état s’est beaucoup amélioré.

 

Du a arrêté de pratiquer avant même d’avoir appris tous les exercices. Moins d’une année après avoir arrêté de pratiquer, ses troubles mentaux sont revenus. Les parents de Du l’ont de nouveau emmenée voir de nombreux guérisseurs alternatifs, mais sa situation a continué à s’empirer. Le dernier guérisseur qu’ils ont trouvé a demandé de rester seul trois jours avec Du dans la même pièce. De façon inattendue, avant que ces trois jours se soient écoulés, Du est morte en août 1999.

 

Quand la police locale a appris la mort de Du, ils sont vite allés chez Du avec une équipe de journalistes de télévision. Li Weimin, le chef adjoint du poste de police de la ville de Tieling, et Cui Daxin, le directeur de la chaîne de télévision de Tieling, ont parlé à la famille de Du. Ils ont menacé et cajolé les parents de Du pour qu’ils mentent. On les a contraints de dire que Du était morte à cause de sa pratique du Falun Gong. Il a été promis aux parents de Du que s’ils mentaient pendant l’interview télévisé, ils seraient récompensés d’une somme de 5 000 yuan. Plus tard, les parents de Du sont allés à la chaîne de télévision de Tieling pour demander leur paiement. Cependant, leur requête a été refusée. Un manager de TV Tieling a refusé de les payer, en disant : « Vous êtes passés à la télévision. Je ne vous ai pas fait payer, et vous venez me réclamer de l’argent ? »

 

Article complet : “How CCTV Used the Death of a Mentally Ill Woman to Slander Falun Dafa”

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/9/17/26610.html

 

Un père brutalement frappé pour qu’il blâme le Falun Gong pour la mort de sa fille

 

M. Shi Zengshan vit dans le faubourg de Taoxu, canton de Mengyin, province du Shandong. Sa fille est morte de maladie. Depuis son jeune âge, elle avait souffert de plusieurs maladies. Une fois elle a été dans le coma pendant plus de deux heures à l’âge de deux ans. Elle a eu une polyarthrite rhumatoïde en 1995. Au cours de l'hiver 1996, elle a commencé à pratiquer le Falun Gong avec d’autres membres de sa famille, et sa santé s’est améliorée d’un coup. Au printemps 1999, elle a arrêté de pratiquer le Falun Gong. Après, sa mauvaise condition physique précédente est revenue et elle a été hospitalisée de nombreuses fois. Les médecins ont déterminé qu’elle était morte d’une intoxication des vaisseaux sanguins des reins, et que sa mort n’avait rien à voir avec le Falun Gong.

 

Le bureau de propagande du PCC a compilé une déclaration disant qu’elle pratiquait le Falun Gong et qu’elle n’avait pas le droit de prendre des médicaments et était morte. Ils ont demandé à M. Shi de coopérer et de lire cette déclaration à la télévision. Au début, M. Shi a refusé parce qu’il ne voulait pas tromper sa conscience. Mais le gouvernement municipal a rassemblé un groupe de brutes et il a été brutalement frappé. M. Shi a été forcé de céder et de mentir à la télévision, quelque chose qu’il a vraiment regrettée.

 

Article complet : “Who is Evil After All?” http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2001/3/26/5579.html

 

La police a dit à Zhang Qinghe, diffamez le Falun Gong et évitez la condamnation

 

Zhang Qinghe est un employé de la ville de Mudanjiang, province du Heilongjiang. Il avait de nombreuses maladies et avait besoin d’un traitement médical à base d’herbes médicinales et il devait en avoir un stock de huit mois. Quand il n’a pas pu payer les médicaments, il a essayé d’acheter les ingrédients lui-même en suivant la prescription du médecin. Il a ajouté lui-même deux sortes d’herbes médicinales qui l’ont amené à être confus et à ne plus pouvoir se contrôler. Un jour il a essayé de se suicider et il a été retrouvé pas sa sœur et sa mère qui ont essayé de l’arrêter. Il a tué l’une et blessé l’autre. Les policiers du Département de police du district d’Aimin l’ont forcé plusieurs fois à dire qu’il pratiquait le Falun Gong, et que cet incident était la conséquence de sa pratique du Falun Gong. Ils lui ont dit que s’il disait cela, il pourrait éviter d’être condamné.

 

Article complet (chinois seulement) : http://www.minghui.org/mh/articles/2000/3/9/3736.html

 

« Un homme se pend sur une tour de forage », il meurt après que l’administration du marché l’ait tyrannisé

 

Un autre exemple inclus dans les « 1400 cas de décès » était « Un homme se pend sur une tour de forage ». Les média du PCC ont mentionné qu’il s’était pendu à cause de sa pratique de Falun Gong. En fait, c'était un fermier d’une banlieue de la ville de Jilin, province du Jilin, et il gagnait sa vie en réparant des bicyclettes. Il ne faisait pas les tâches administratives de sa petite entreprise, et ses ustensiles ont été confisqués par l’administration du marché. Il n'a pas pu supporter la pression dans sa vie et il s’est pendu. Tous les voisins savaient qu’il ne pratiquait pas le Falun Gong. Sa famille voulait poursuivre l’administration du marché pour la pression qu’elle lui avait fait subir, mais afin de diffamer le Falun Gong, le gouvernement local a été d’accord pour leur donner une compensation s’ils prétendaient qu’il était pratiquant de Falun Gong. La police a délibérément montré une photo du fondateur du Falun Gong et deux bouteilles d'alcool à côté du cadavre quand ils ont pris des photos pour la preuve. Parce qu’ils ne savaient pas qu’un véritable pratiquant ne boit pas d’alcool, le mensonge s’est effondré de lui-même.

 

Article lié : “Corrupt Officials from the North China Oil Field Defame Falun Gong and Persecute Practitioners”: http://en.minghui.org/html/articles/2005/1/28/56974.html

 

 

Traduit de l’anglais en Belgique

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2012/4/14/132708.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2011/10/7/“1400中共造假大曝光-247603.html