Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

290,071,132 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Cas de décès


Une femme du Liaoning meurt 87 jours après avoir été libérée pour raison médicale

 

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Liaoning en Chine

 

 

(Minghui.org) Une habitante de la ville de Dalian incarcérée pour sa croyance a été remise en liberté pour raison médicale après avoir été sauvagement battue par d'autres détenues et avoir eu une hémorragie. Elle est décédée 87 jours plus tard.

 

Mme Geng Ren'e, 61 ans, a été arrêtée le 28 octobre 2015, parce qu'elle avait déposé plainte contre l'ancien dictateur chinois, Jiang Zemin pour avoir lancé la persécution contre le Falun Gong, une discipline spirituelle basée sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. La police de la localité l'avait appelée par téléphone un mois auparavant afin de vérifier si elle avait déposé plainte contre Jiang. Mme Geng avait expliqué qu'elle travaillait dur pour demander justice concernant Jiang, car aucune loi en Chine ne criminalise le Falun Gong.

 

Mme Geng a ensuite été condamnée à quatre ans de prison. Sa famille n'avait aucune idée où elle avait été condamnée ni quand et a fini par apprendre par des personnes qui connaissaient les choses de l'intérieur qu'elle avait été envoyée à la prison pour femmes de la province du Liaoning.

 

Sa famille a également appris qu'elle était régulièrement maltraitée en prison. Les gardiens ne l'autorisaient pas à dormir, ni à utiliser les toilettes. Ils la forçaient également souvent à rester debout pendant de longues périodes.

 

Mme Geng a été battue par un groupe de prisonnières vers la mi-2017 et suite à cela, elle a eu une hémorragie. Les autorités de la prison ont exigé 20 000 yuans de sa famille pour traitement médical. Après en avoir dépensé 6000, ils ont renvoyé le solde à sa famille et elle a été libérée pour raison médicale le 28 juillet 2017.

 

La famille de Mme Geng a appris qu'elle avait au maximum encore quatre mois à vivre. Ils l'ont emmenée à l'hôpital de la localité après être allés la chercher en prison. Elle a été renvoyée chez elle quelques mois plus tard mais a été admise à nouveau le 10 octobre 2017. Elle est décédée quelques jours après avoir quitté l'hôpital, le 22 octobre à 5 h 00.

 

Historique

 

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, lançait la répression violente du Falun Gong sans tenir compte des autres membres du comité permanent du Politburo.

 

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des dix-huit dernières années. Beaucoup plus auraient été torturés en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la mise en place et du maintien de la persécution brutale.

 

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité illégal, le « Bureau 610 », le 10 juin 1999. L'organisation supplante les forces de police et le système judiciaire dans l'exécution de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

 

La loi chinoise permet aux citoyens d'être plaignants dans les affaires pénales et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l'ancien dictateur.

 

 

Traduit de l'anglais en Belgique

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2017/11/11/166357.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2017/11/10/356517.html