Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

305,585,953 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Des habitants du Hebei risquent d'être inculpés pour leur croyance, l'avocat travaille pour que le mandat d'arrêt soit retiré

 

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Hebei, Chine

 

 

(Minghui.org) Deux habitants de la ville de Baoding ont reçu des mandats d'arrêt formels parce qu'ils ont parlé aux gens de la persécution du régime communiste chinois envers le Falun Gong, une discipline spirituelle basée sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Ils risquent maintenant d'être inculpés pour leur croyance. L'avocat de l'un d'entre eux travaille pour que ce mandat d'arrêt soit annulé.

 

M. Zhao Lanchi et Mme Wang Yanru sont allés au village de Shenzhuang (dans le faubourg de Shiquiao) le 2 janvier 2018 pour distribuer des documents du Falun Gong. Ils ont été stoppés par un fonctionnaire du village, Shen Xiwang, qui a appelé la police pour les arrêter.

 

Liu Wenxing, le chef du poste de police du faubourg de Shiqiao, est arrivé rapidement pour emmener les deux pratiquants de Falun Gong au centre de détention de la ville de Baoding.

 

Les familles de M. Zhao et de Mme Wang se sont rendues quatre fois au poste de police du faubourg de Shiquiao pour demander leur libération, mais sans succès. Les familles ont reçu l'avis de détention des deux pratiquants quelques jours plus tard et leurs mandats d'arrêt formels le 9 février.

 

La famille de M. Zhao a engagé un avocat de Pékin pour défendre son droit constitutionnel à la liberté de croyance, car aucune loi en Chine ne criminalise le Falun Gong. L'avocat a rencontré M. Zhao au centre de détention le 28 février, avant de passer au poste de police du faubourg de Shiqiao dans l'après-midi pour déposer une demande de mise en liberté sous caution. Le chef Liu a promis de considérer la demande de mise en liberté sous caution après que la fille de M. Zhao a expliqué que son père avait acquis une bonne santé en pratiquant le Falun Gong et qu'il ne causait aucun tort à qui que ce soit.

 

La fille de M. Zhao et son avocat se sont rendus au parquet du district de Qingyuan le lendemain. Ils ont demandé à ce que le mandat d'arrêt de M. Zhao soit annulé, le chef de section Meng Xianbang les a renvoyés auprès du parquet de la ville de Baoding.

 

Un fonctionnaire du parquet de la ville de Baoding n'a pas pu trouver le cas de M. Zhao dans leur système et a renvoyé l'avocat et la fille auprès du parquet du district de Qingyuan.

 

Un autre chef de section du parquet a reçu l'avocat cette fois. Tous deux se connaissaient déjà par le passé, quand l'avocat avait représenté d'autres pratiquants de Falun Gong. Dès que le chef de section a appris qu'il s'agissait de nouveau d'un cas du Falun Gong, il a appelé sept huissiers pour menacer l'avocat. L'avocat a refusé de montrer sa licence en droit comme on le lui demandait et a demandé à voir un juge.

 

La fille de M. Zhao a décidé de calmer le chef de section. L'avocat a également adouci son ton et a dit au chef de section : « Les pratiquants de Falun Gong sont très pacifiques et ne causent aucun tort. Pourquoi êtes-vous aussi énervé ? »

 

Le chef de section a promis de parler avec civilité à partir de ce moment-là.

 

M. Zhao est toujours en détention, de même que Mme Wang, dont l'avocat l'a rencontrée le 6 mars.

 

 

Traduit de l'anglais en Suisse

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/3/11/169013.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/3/9/362679.html