fr.minghui.org - version française du site Minghui

Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

312,323,680 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Les faits de la persécution


Une traductrice poursuivie en justice pour possession de livres du Falun Gong

 

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Liaoning en Chine

 

 

(Minghui.org) Le Tribunal du district du Développement économique et technologique de Dalian a jugé Mme Jia Xiuchun, une pratiquante de Falun Gong, le 20 avril 2018. Mme Jia a été accusée « d'avoir utilisé une organisation sectaire pour attenter au maintien de l'ordre », un prétexte standard utilisé par le régime chinois pour poursuivre les pratiquants et les condamner.

 

Mme Jia est une traductrice qui travaille dans une entreprise étrangère à Dalian. Elle et son avocat ont réfuté les allégations du procureur. Au cours de sa déclaration de clôture, son avocat a souligné que Mme Jia était innocente et a déclaré qu'elle devrait être libérée sans condition.

 

Le juge président Wang Qiang n'a pas rendu de verdict, mais a annoncé que le verdict serait annoncé après qu'un jury collégial aurait discuté de l'affaire.

 

Mme Jia a clarifié qu'elle avait commencé à pratiquer le Falun Gong entre 2006 et 2007, et non en 1998 comme le prétendait le procureur.

 

Elle a dit qu'elle était juste une employée travaillant dans une compagnie étrangère et n'avait pas la capacité d'« attenter au maintien de l'ordre ».

 

Lorsque le procureur a affirmé que des livres du Falun Gong avaient été trouvés chez elle, Mme Jia a souligné qu'aucune base légale ne permettait de les utiliser comme preuves criminelles. Les livres étaient ses biens personnels et les posséder ne violait aucune loi pénale.

 

Mme Jia a souligné que l'Administration chinoise de la presse et des publications avait abrogé son interdiction de publication des livres du Falun Gong en 2011. Par conséquent, les livres sont légaux et ne peuvent pas être utilisés comme preuve d'une infraction.

 

Le procureur a tenté d'impliquer la culpabilité en citant ses antécédents de travaux forcés. Mme Jia a fait remarquer que l'avoir envoyée aux travaux forcés en 2012 était illégal et ne pouvait pas être retenu contre elle.

 

À l'issue du premier tour de plaidoiries, l'avocat de la défense a souligné : « Je tiens à rappeler au procureur que les professionnels du droit devraient agir conformément à la loi et parvenir à une conclusion logique basée sur la loi. Les faits sont des faits. Les personnes qui n'ont commis aucun crime sont innocentes. »

 

Mme Jia a affirmé dans sa déclaration finale : « J'espère que tout le monde ici aura l'occasion de lire le livre Zhuan Falun. Ce livre apprend aux gens à être bons et à adhérer à des critères moraux élevés. Je souhaite que vous tous puissiez faire un choix juste du point de vue de la justice et de votre propre conscience. »

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2018/5/1/169549.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2018/4/22/364426.html