(Minghui.org) La générosité et la modestie sont deux vertus hautement appréciées dans la culture chinoise traditionnelle. Selon les Entretiens de Confucius, Confucius a un jour demandé à deux de ses illustres disciples, Zhong you (également appelé Zilu) et Yan Hui, quelles étaient leurs ambitions.

« Je voudrais partager mes biens et mes effets personnels avec mes amis », a répondu Zhong, « je ne me plaindrai pas même s’ils les usent. »

« Je ne me vanterai de ma force ni ne me targuerai de mes réussites », a répondu Yan.

Avec des normes morales plus élevées, beaucoup de gens dans la Chine antique agissaient comme Yan. On peut citer l’exemple de Bing Ji, un ministre sous la dynastie des Han orientaux qui restait toujours discret malgré ses grandes contributions.

Aider le descendant d’un empereur dans des moments difficiles

Bing est né dans le pays de Lu (l’actuelle province du Shandong). Il a très bien dirigé les prisons là-bas et a été promu au poste de ministre de la Justice. Quand l’empereur Wudi (qui signifie littéralement empereur Martial, en règne 141-87 av. J.-C.) était dans ses dernières années, un de ses fils a été accusé à tort et est mort. Le petit-fils du défunt, Liu Xun, âgé de seulement quelques mois, a été incarcéré dans la capitale Chang’an.

Sachant que le grand-père avait été victime d’injustice et par sympathie envers le petit-fils, Bing demanda aux femmes détenues Hu Zu et Guo Zhengqing de prendre bien soin de l’enfant. Malgré l'ordre de l’empereur Wudi de ne pas donner de bonne nourriture à l’enfant, Bing achetait pour l’enfant de la nourriture et des vêtements avec ses propres deniers. Quand Bing est tombé lui-même malade, il a envoyé un employé rendre visite à l’enfant, pour vérifier si la literie était chaude et sèche pour éviter la maladie. Il demanda aussi aux deux aidantes de ne pas se relâcher dans leurs devoirs. Quand leurs peines de prison ont expiré, il les a payées avec ses propres deniers pour qu’elles continuent à s’occuper de Liu Xun.

Dans la deuxième année de la période Houyuan (87 av. J.-C.), un voyant a prétendu qu’il y avait un futur empereur dans la prison. L’empereur Wudi a envoyé un officier nommé Guo Rang pour arrêter le futur empereur. Bing a fermé la porte à double tour et riposté : « L’arrière-petit-fils de l’empereur est ici. Il est le propre sang de l’empereur. » Guo a saisi cette occasion pour destituer Bing. L’empereur Wudi l’a congédié et a dit : « Ce pourrait être un signe du ciel et les choses sont censées être ainsi. » Il a par conséquent proclamé une amnistie générale. De nombreux détenus, dont Liu Xun âgé de 5 ans, ont été libérés.

Parce que Liu Xun était souvent malade, Bing a toujours demandé aux aidantes de faire venir des médecins pour le soigner. Le nom original de Liu Xun était Liu Bingyi. Donné par Bing, il signifiait littéralement la maladie a disparu. Ce nom a été changé en Liu Xun neuf ans après que Liu Bingyi devienne l’empereur.

Faire de bonnes actions sans rechercher de récompenses

L’empereur Zhaodi a régné sur le pays pendant treize ans (87-74 av. J.-C.) après l’empereur Wudi. Sans descendance directe, les hauts responsables Huo Guang et Bing ont aidé Liu He, un autre membre de la famille impériale, à devenir empereur. En moins de 27 jours, Liu He avait commis plus de 1000 actes répréhensibles, alors il a été détrôné. Bing a ensuite recommandé Liu Xun à Huo comme prochain empereur disant qu’il était « compétent, capable, prudent et courtois. » Il a aussi suggéré une vérification astrologique, laquelle a confirmé la qualité d’héritier de Liu Xun.

Liu Xun est donc devenu l’empereur Xuandi, mais il ne savait pas que Bing l’avait sauvé quand il était petit et qu’il l’avait élevé. Bing ne l’a non plus mentionné à personne.

Au cours de la troisième année de la période Dijie (67 av. J.-C., sept ans après que Liu Xun soit devenu empereur), une ancienne domestique de la cour impériale a adressé une lettre à l’empereur, prétendant qu’elle avait protégé et prit soin de l’empereur dans son jeune âge. La lettre disait que Bing connaissait les détails.

Bing vit la domestique et dit : « Vous avez alors été fouettée pour ne pas prendre soin du jeune empereur consciencieusement. Comment pouvez-vous réclamer une récompense ? Seulement ces deux aidantes, Hu Zu et Guo Zhengqing, devraient être récompensées. »

L’empereur Xuandi a néanmoins récompensé la domestique. Il a aussi fait rechercher ces deux aidantes, mais toutes deux étaient déjà décédées. Il donna alors une grosse récompense à leurs descendants.

Appréciant Bing sans réserve, l’empereur décida de lui décerner le titre royal de marquis de Boyang avec la propriété de 1300 familles.

Bing est tombé malade peu de temps avant la cérémonie pour lui conférer le titre royal. L’empereur Xuandi craignait que la maladie puisse être grave. Xiahou Sheng, professeur du prince impérial a dit : « Il (Bing) ira bien. J’ai entendu dire que quelqu’un ayant accumulé de grandes vertus devait recevoir des bénédictions, qui pouvaient aussi se transmettre à ses descendants. Bing n’a pas encore reçu de rétributions pour ses vertus. Bien qu’il ait une maladie grave, ce ne sera pas fatal. »

Bing a fini par se rétablir comme prédit.

Pardonner les erreurs des autres

Bing a commencé comme simple fonctionnaire responsable de la prison. Plus tard, il a étudié des livres confucéens tels que Shi Jing (Livre des chants) et Li Ji (Livre des rites). Lorsqu’il est devenu chancelier, il était très généreux et poli. Quand les fonctionnaires commettaient des irrégularités ou étaient incompétents, il leur donnait de longs congés pour qu’ils démissionnent d’eux-mêmes, au lieu de les sanctionner.

Un de ses chauffeurs était ivre et a vomi dans la voiture de Bing. Un officier suggéra de licencier le chauffeur, mais Bing l’en empêcha. « Si nous le licencions simplement pour avoir vomi dans ma voiture, comment pourrait-il survivre après ? Pardonnez-lui tout simplement. Après tout, il a seulement abîmé un bout de tapis », expliqua Bing.

Le chauffeur était originaire d’une région limitrophe et familier avec les procédures pour signaler une invasion étrangère. Une fois, il a vu un messager à cheval portant une sacoche rayée rouge et blanc, qui était exclusivement utilisée pour les messages signalant une invasion ennemie. Il a suivi le messager jusqu’aux bureaux et a appris que les tribus du nord envahissaient deux cantons. Le chauffeur a informé Bing immédiatement et suggéré qu’il identifie les fonctionnaires de ces régions qui étaient trop vieux ou malades pour combattre. Bing accepta et demanda à son personnel d’assurer un suivi.

Peu après, l’empereur Xuandi rencontra Bing et un autre chancelier, les questionnant sur les fonctionnaires postés dans les cantons faisant face à l’invasion. Bing répondit en détail, mais l’autre chancelier put à peine répondre. L’empereur félicita Bing et critiqua l’autre chancelier. Bing a raconté par la suite à d’autres qu’il était reconnaissant de n’avoir pas laissé congédier le chauffeur qui à son tour a pris l’initiative de le tenir informé de l’invasion.

Quand Bing a été gravement malade, l’empereur Xuandi est allé le voir à la maison. « Si malheureusement vous décédez, qui peut vous remplacer ? » demanda l’empereur.

Bing recommanda trois personnes : « Du Yannian, le gouverneur de Xihe, a déjà servi dans le gouvernement central et également bien géré Xihe ; Yu Dingguo, fonctionnaire de haut niveau pour la justice, maîtrise les lois et les applique équitablement ; l’agent logistique Chen Wannian a bien pris soin de sa belle-mère, et aborde les choses à la fois impartialement et impeccablement. Ils peuvent être mes successeurs. »

L’empereur a promu ces trois fonctionnaires et tous ont excellé. L’empereur a été reconnaissant à Bing pour son honnêteté et sa perspicacité.

Traduit de l'anglais