(Minghui.org) Après plus de deux mois de confinement dans le but de contrôler le virus du PCC (Parti communiste chinois), les restrictions dans certaines parties de Fribourg-en-Brisgau, une destination touristique populaire du sud-ouest de l'Allemagne, ont été levées. La ville a commencé à retrouver son dynamisme à mesure que les magasins, grands et petits, reprenaient leurs activités. En raison de la limite du nombre de clients dans les magasins, de longues files d'attente étaient visibles un peu partout à l'extérieur des magasins.

Les pratiquants de Falun Gong organisent des activités de journée d'information à l'extérieur de la bibliothèque de l'université de Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne.

Les passants s'arrêtent pour discuter avec les pratiquants et s’informer sur la pratique.

Les passants signent la pétition pour aider à mettre fin à la persécution.

Les pratiquants de Falun Gong de la région de la Forêt-Noire ont organisé une journée d'information à Fribourg-en-Brisgau le samedi 20 mars 2021. Un flux interminable de gens sont venus lire l’information sur les banderoles et parler avec les pratiquants pour mieux comprendre la pratique et la persécution en Chine. Ils ont ensuite signé la pétition pour mettre fin aux brutalités. Certains ont pris des brochures afin de transmettre les informations à davantage de gens. D'autres ont demandé où ils pouvaient apprendre les exercices. Quelques Chinois ont accepté de renoncer à leur adhésion au PCC et à ses organisations pour la jeunesse après avoir appris les faits sur la pratique.

L'activité a eu lieu sur la place devant la bibliothèque de l'université de Brisgau. La zone est un centre de trafic majeur avec une vue dégagée. Le quartier central des affaires est à seulement quelques mètres. Les acheteurs du nord et du sud doivent passer par la place. Certaines personnes ont commenté avoir vu de loin les banderoles avec le message « Mettez fin au PCC », « Arrêtez la persécution du Falun Gong ». Ils sont allés au stand d'information et ont eu des conversations approfondies avec les pratiquants. Ils ont également demandé à signer la pétition pour exprimer leur soutien.

Il faisait froid le matin et il y avait peu de monde dans les rues. Deux Allemands de grande taille à bicyclette se sont arrêtés devant la banderole avec les mots « Mettre fin au PCC ». Après un moment, un pratiquant les a approchés. Ils ont dit qu'il était effectivement temps de mettre fin au PCC parce que c'est une abomination. Ce n'est qu'alors que la persécution pourra être arrêtée. « Ils ont déclenché cette pandémie mondiale. Il est maintenant temps de mettre fin au PCC. Vous avez très bien fait. Nous vous soutenons », ont-ils déclaré après avoir signé la pétition.

Mme L s'est approchée de la table pour signer la pétition. Elle a dit qu'elle et un certain nombre de personnes autour d'elle avaient été attirées par l'idéologie communiste pratiquée par Karl Marx. Plus tard, ils ont découvert que c'étaient des mensonges ! La vérité révélée par les archives historiques de l'ex-Union soviétique et de l'Allemagne de l'Est était révoltante. Maintenant, le PCC persécute les bonnes personnes qui ont une croyance avec des points de vue différents. Ils prélèvent même les organes des gens sans leur consentement. Cela a complètement éliminé toutes les illusions qu'elle avait sur Karl Marx et le communisme.

M. Y, un résident local venant d'Amérique a dit : « Je sais que le PCC ment. Je voyageais en Chine après le massacre des étudiants du 4 juin. De nombreuses personnes à Shanghai et à Xi'an ont également été réprimées par les autorités. Pourtant, jusqu'à aujourd'hui, le régime n'a pas rendu compte de ces décès. Je remarque que le PCC exerce son influence à l'étranger. N'y a-t-il pas aussi une douzaine d'Instituts Confucius en Allemagne ? Ils sont très actifs. »

M. Admlk a dit : « J'ai appris la persécution du Falun Gong grâce aux reportages des médias. J'ai entendu parler des prélèvements d'organes, mais je ne savais pas que c'était si grave. Je vais en parler à plus de gens. » Il a demandé des informations sur le sujet.

Des Chinois démissionnent du PCC

Une femme chinoise est passée devant le stand d'information. Elle a dit qu'elle avait rejoint le PCC alors qu'elle étudiait à l'université. Après avoir déménagé à l'étranger il y a dix ans, elle n'a pas été en contact avec l'organisation. De plus, elle ne croit pas à ce qu'ils disent. Lorsque les pratiquants lui ont expliqué l'importance de renoncer à son adhésion, elle a accepté de couper tous liens avec le régime.

« J'ai vu de loin les caractères chinois sur la banderole », a déclaré une étudiante chinoise qui a quitté le pays il n'y a pas longtemps. Elle a lu les informations sur le Falun Gong. Elle a expliqué aux pratiquants que ses professeurs avaient mentionné la discipline spirituelle dans les cours de politique, mais elle n'avait aucune idée de ce qui s'était passé. Elle a demandé si les informations sur la persécution affichées étaient vraies. Lorsqu'on lui a dit que non seulement c'était la vérité, mais que la situation réelle était encore pire et que cela durait depuis vingt et un ans, elle n'a rien dit de plus. Les pratiquants lui ont demandé si elle souhaitait démissionner du PCC et elle a accepté sans hésiter.

Un étudiant parlant couramment le chinois est resté longtemps à lire les panneaux d'information. Il a dit qu'il appartenait à un groupe ethnique minoritaire qui s'était échappé du Xinjiang. Cependant, il ne peut parler que chinois, car dès son plus jeune âge, il n'a pas été autorisé à parler ou à lire sa langue maternelle en Chine.

Sa grand-mère a été dénoncée à la police par des voisins parce qu'elle récitait des Écritures à la maison. Elle a ensuite été arrêtée et emmenée dans un camp de rééducation. En raison de sa vieillesse et de ses maladies, elle a été libérée après que sa famille a dépensé de l'argent pour corrompre des fonctionnaires. Il s'estime chanceux de s'être évadé du pays avant 2015. Il est difficile de quitter la Chine maintenant et peut-être qu'il pourrait être victime de prélèvements d'organes, car de nombreux jeunes ont disparu après avoir été emmenés dans des camps de rééducation. Il a dit qu'il avait entendu parler du PCC tuant des gens pour leurs organes, mais il pense qu'ils le font aussi aux gens du Xinjiang. Selon lui, il existe des passages transportant des organes à l'aéroport d'Urumqi. Il n'y aurait pas autant de personnes au Xinjiang qui auraient besoin de greffes d'organes, donc ces organes doivent être envoyés dans d'autres régions du pays.

L'étudiant a dit : « Je suis allé dans de nombreux endroits en Europe et j'ai vu des manifestations pacifiques similaires tenues par des pratiquants de Falun Gong partout. Ces activités se déroulent dans des zones très fréquentées des villes ou des sites touristiques, et leur impact est énorme. Vous ne parlez pas et n'agissez pas de manière agressive. Par conséquent, les gouvernements d'un certain nombre de pays vous font confiance et vous permettent d'organiser des manifestations dans les endroits les plus fréquentés de la ville. Je vous admire et je suis touché par ce que vous faites. »

« En Chine, beaucoup de gens sont persécutés par le PCC, mais aucun ne résiste au régime comme vous, y compris nous, les groupes minoritaires du Xinjiang. Le PCC n'a pas peur de se battre avec vous, ils sont très forts pour se comporter comme des voyous. Ils ont juste peur que la vérité soit exposée. Vous faites exactement ce qui les terrifie le plus. Cela réveillera la conscience de nombreuses personnes et tout le monde agira pour le faire tomber. Par conséquent, je pense qu'il y a de l'espoir en Chine. Le PCC sera assurément éliminé par cette forme de résistance la plus efficace. »

Il a volontiers renoncé à son appartenance aux Jeunes Pionniers et à la Ligue de la jeunesse.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais